common:navbar-cta
Télécharger l'applicationBlogFonctionnalitésTarificationAssistanceSe connecter
EnglishEspañolعربىFrançaisPortuguêsItalianoहिन्दीKiswahili中文русский

La recherche aquaponique contemporaine a montré une prise de conscience aiguë des préoccupations particulières soulevées dans la problématique de l'Anthropocène. Les justifications de la recherche aquaponique ont eu tendance à mettre en évidence le défi de la sécurité alimentaire dans un monde où la population humaine augmente et où les ressources sont toujours tendues. Par exemple, König et coll. (2016) situent précisément l'aquaponie dans les préoccupations planétaires du discours d'Anthropocène lorsqu'ils déclarent : « Assurer la sécurité alimentaire au XXIe siècle dans des limites planétaires durables exige une intensification agro-écologique à multiples facettes de la production alimentaire et découplage de l'utilisation non durable des ressources ». Pour atteindre ces objectifs importants en matière de durabilité, on prétend que la technologie aquaponique est très prometteuse (Goddek et al. 2015). Les systèmes d'aquaponie intégrés innovants offrent une convergence particulièrement séduisante de résolutions potentielles qui pourraient contribuer à un avenir plus durable.

Les partisans de l'aquaponie soulignent souvent les principes écologiques au cœur de cette technologie émergente. Les systèmes aquaponiques exploitent le potentiel positif d'un écosystème plus ou moins simple, afin de réduire l'utilisation d'intrants finis tout en réduisant simultanément les sous-produits des déchets et d'autres externalités. Pour ces raisons, la technologie aquaponique peut être considérée comme un exemple primaire d' « intensification durable » (Garnett et al. 2013) ou, plus précisément, comme une forme d' « intensification écologique » puisque ses principes fondateurs reposent sur la gestion des organismes fournissant des services vers des objectifs quantifiables et directs contributions à la production agricole (Bommarco et al., 2013). De ce principe agroécologique découle un grand nombre d'avantages potentiels en matière de durabilité. Les chapitres 1 et 2 de ce livre font un travail exemplaire en les mettant en évidence, en détaillant les défis auxquels notre système alimentaire est confronté et en situant la science aquaponique comme lieu potentiel de toute une gamme d'interventions en matière de durabilité et de sécurité alimentaire. Il n'est pas nécessaire de répéter ces points à nouveau, mais il convient de noter que cette convergence perçue des résolutions potentielles est ce qui motive la recherche et renforce la « conviction que cette technologie a le potentiel de jouer un rôle important dans la production alimentaire à l'avenir » (7) (Junge et al., 2017).

Cependant, malgré les revendications considérables de ses partisans, l'avenir de l'aquaponie est moins que certain. Le rôle que l'aquaponie pourrait jouer dans les transitions vers une alimentation durable est encore largement débattu — et il faut le souligner — la publication des résultats en matière de durabilité et de sécurité alimentaire des systèmes aquaponiques demeure remarquable par leur absence à travers l'Europe_ (König et al. 2018). Sur le papier, les attributs « charismatiques » de l'aquaponie garantissent qu'elle peut facilement être présentée comme une innovation de type « balle d'argent » qui touche au cœur des enjeux les plus profonds de durabilité et de sécurité alimentaire de notre système alimentaire (Brooks et al., 2009). De telles images ont pu attirer une attention considérable pour l'aquaponie bien au-delà des limites de la recherche académique — considérez, par exemple, la production importante de « hype » aquaponique en ligne par rapport à des domaines similaires, souligné utilement par Junge et al. (2017). C'est ici que nous pouvons prendre le temps de souligner la relation entre le potentiel perçu de l'aquaponie et le « techno-optimisme ».

L'introduction de toute nouvelle technologie s'accompagne de mythes qui suscitent un intérêt accru pour cette technologie (Schoenbach 2001). Les mythes sont diffusés parmi les premiers adoptants et sont repris par les médias en général bien avant que la communauté scientifique n'ait le temps d'analyser en profondeur et de répondre à leurs affirmations. Les mythes, comme l'affirme Schoenbach (2001, 362), sont largement reconnus parce qu'ils « constituent une explication claire et convaincante du monde ». Ces explications puissantes sont capables de dynamiser et d'aligner l'action individuelle, communautaire et institutionnelle vers des fins particulières. La « beauté » de l'aquaponie, si nous pouvons l'appeler ainsi, est que le concept peut souvent transformer la complexité des questions de durabilité et de sécurité alimentaire en métaphores de systèmes claires, compréhensibles et évolutives. L'image omniprésente du cycle aquaponique — l'eau qui coule entre les poissons, les plantes et les bactéries — qui résout élégamment les défis du système alimentaire est exemplaire ici. Cependant, les mythes sur la technologie, qu'ils soient optimistes ou pessimistes, partagent une vision technodéterministe de la relation entre technologie et société (Schoenbach 2001). Dans la vision techno-déterministe de la technologie, c'est la technologie qui provoque d'importants changements dans la société : si nous parvenons à changer la technologie, nous parvenons ainsi à changer le monde. Que le changement soit meilleur (techno-optimisme) ou pire (technophobie), la technologie elle-même crée un effet.

Les opinions techno-déterministes ont été soigneusement critiquées sur des motifs sociologiques, philosophiques (Bradley 2011), marxistes (Hornborg 2013), matériel-sémiotique (Latour 1996) et féministes (Haraway 1997). Ces approches plus nuancées du développement technologique prétendraient que la technologie en soi n'apporte pas de changement à la société ; elle n'est ni fondamentalement bonne ni mauvaise, mais elle est toujours intégrée dans les structures de la société, et ce sont ces structures qui permettent l'utilisation et l'effet de la technologie en question. Dans une certaine mesure, la technologie est une entité émergente dont on ne peut pas connaître les effets à l'avance (de Laet et Mol 2000). Cela peut sembler évident, mais le techno-déterminisme reste une caractéristique forte, quoique souvent latente, dans notre paysage épistémologique contemporain. Nos sociétés technologiques axées sur l'innovation sont maintenues par des régimes discursifs qui tiennent la promesse d'un renouveau sociétal par l'avancement technologique (Lave et coll., 2010). Il a été démontré que ces croyances ont un rôle normatif important au sein des communautés d'experts, qu'il s'agisse de scientifiques, d'entrepreneurs ou de décideurs (Franklin, 1995 ; Soini et Birkeland, 2014).

La montée de l'aquaponie dans toute l'Europe est liée aux intérêts spécifiques des différents acteurs. Nous pouvons identifier au moins cinq processus sociétaux qui ont conduit au développement de l'aquaponie : (a) l'intérêt des pouvoirs publics à financer des solutions de haute technologie pour résoudre les problèmes de durabilité ; (b) le financement par capital-risque, motivé par les succès des startups informatiques, à la recherche de « la prochaine grande chose » qui va peut-être découvrir la nouvelle « licorne » (start-up d'une valeur de plus de 1 milliard de dollars) ; (c) l'intérêt des médias pour les reportages instantanés sur les histoires positives de nouvelles startups aquaponiques, alimentées par les activités de relations publiques de ces startups, avec de rares reportages de suivi médiatique sur les entreprises qui ont fait faillite ; (d) la croissance soutenue par Internet de communautés aquaponiques enthousiastes et bricolées, partageant à la fois les valeurs de durabilité et l'amour pour le bricolage avec les nouvelles technologies ; (e) l'intérêt des promoteurs urbains à trouver des solutions économiquement viables pour les espaces urbains vacants et l'écologisation de l'espace urbain ; et (f) la recherche les communautés se sont concentrées sur l'élaboration de solutions technologiques aux problèmes imminents de durabilité et de sécurité alimentaire. Dans une plus ou moins grande mesure, le spectre de l'espoir techno-optimiste imprègne le développement de l'aquaponie.

Bien que les revendications des positions techno-optimistes soient inspirantes et capables de précipiter l'investissement d'argent, de temps et de ressources de divers acteurs, le potentiel de ces points de vue pour générer justice et durabilité a été remis en question à l'échelle locale (Leonard 2013) et régionale (Hultman 2013) aux impératifs mondiaux (Hamilton 2013). Et c'est à ce stade que nous pourrions considérer les ambitions de notre propre domaine. Un bon point de départ serait l'action COST FA1305, qui a été un important facilitateur des résultats de la recherche aquaponique en Europe ces dernières années, avec un certain nombre de publications reconnaissant l'impact positif de l'action en faveur de la recherche (Miličić et coll. 2017 ; Delaide et coll. 2017 ; Villarroel et coll. 2016). Comme toutes les actions COST, cet instrument de réseautage transnational financé par l'UE a servi de plaque tournante pour la recherche aquaponique en Europe, galvanisant et élargissant les réseaux traditionnels parmi les chercheurs en rassemblant des experts scientifiques, des installations expérimentales et des entrepreneurs. L'énoncé de mission original de l'action COST FA1305 se lit comme suit :

Aquaponics a un rôle clé à jouer dans l'approvisionnement alimentaire et la résolution des défis mondiaux tels que la pénurie d'eau, la sécurité alimentaire, l'urbanisation et la réduction de la consommation d'énergie et des milles alimentaires. L'UE reconnaît ces défis à travers sa politique agricole commune et ses politiques en matière de protection de l'eau, de changement climatique et d'intégration sociale. Une approche européenne est nécessaire dans le domaine de la recherche en aquaponie émergente à l'échelle mondiale, s'appuyant sur le statut de l'Europe en tant que centre mondial d'excellence et d'innovation technologique dans les domaines de l'aquaculture et de l'horticulture hydroponique. Le Hub Aquaponics de l'UE vise le développement de l'aquaponie dans l'UE, en dirigeant le programme de recherche par la création d'un pôle de réseautage composé de scientifiques spécialisés dans la recherche et l'industrie, d'ingénieurs, d'économistes, d'aquiculteurs et d'horticulteurs, et en contribuant à la formation de jeunes scientifiques aquaponiques. Le Hub Aquaponique de l'UE se concentre sur trois systèmes primaires dans trois contextes : (1) « villes et zones urbaines » — agriculture urbaine aquaponique, (2) « systèmes des pays en développement » — conception de systèmes et de technologies pour la sécurité alimentaire des populations locales et (3) « aquaponiques à l'échelle industrielle » — fourniture de systèmes compétitifs fournir des aliments locaux rentables, sains et durables dans l'UE. (http://www.cost.eu/COST_Actions/fa/FA1305, 12.10.2017, nous soulignons).

Comme le suggère l'énoncé de mission, dès le début de l'action COST FA1305, des niveaux élevés d'optimisme ont été mis à l'égard du rôle de l'aquaponie dans la lutte contre les défis liés à la durabilité et à la sécurité alimentaire. La création du Cost EU Aquaponics Hub devait « fournir un forum nécessaire à l'aquaponie « de démarrage » en tant qu'industrie sérieuse et potentiellement viable pour une production alimentaire durable dans l'UE et dans le monde » (COST 2013). En effet, grâce à la participation des auteurs au sein de COST FA1305, notre expérience durable a été sans aucun doute celle de faire partie d'une communauté de recherche dynamique, enthousiaste et hautement qualifiée, plus ou moins unie dans leur ambition de faire évoluer l'aquaponie vers un avenir plus durable. Quatre ans plus tard depuis la publication de l'énoncé de mission du Hub Aquaponique, cependant, le potentiel de durabilité et de sécurité alimentaire de l'aquaponie reste juste ce potentiel. À l'heure actuelle, on ne sait pas quel rôle précis l'aquaponie peut jouer dans le futur système alimentaire de l'Europe (König et al. 2018).

Le récit couramment observé selon lequel l'aquaponie fournit une solution durable aux défis mondiaux auxquels l'agriculture est confrontée révèle une idée erronée fondamentale de ce qu'elle est réellement capable de réaliser. Le côté végétal de l'aquaponie est l'horticulture, et non l'agriculture, produisant des légumes et des légumes verts feuillus à haute teneur en eau et à faible valeur nutritive par rapport aux aliments de base produits par l'agriculture sur les terres agricoles. Une comparaison rapide de la superficie agricole actuelle, de la zone horticole et de la zone horticole protégée, 184.332 kmsup2/sup, 2.290 kmsup2/sup (1,3%) et 9.84 kmsup2/sup (0,0053%), en Allemagne, révèle la faille du récit. Même si l'on considère une productivité beaucoup plus élevée en aquaponie grâce à l'utilisation de systèmes d'environnement contrôlé, l'aquaponie n'est même pas proche d'avoir le potentiel d'avoir un impact réel sur la pratique agricole. Cela devient encore plus évident lorsque l'ambition d'être un « système alimentaire de l'avenir » se termine par la recherche de cultures de grande valeur (par exemple les microverts) qui peuvent être commercialisées en tant que gastronomie gastronomique.

Il est bien connu que le développement d'une technologie durable se caractérise par des incertitudes, des risques élevés et des investissements importants avec des rendements tardifs (Alkemade et Suurs 2012). Aquaponics, à cet égard, ne fait pas exception ; seules quelques systèmes d'exploitation commerciale existent en Europe (Villarroel et coll. 2016). Il semble une résistance considérable au développement de la technologie aquaponique. Les projets commerciaux doivent faire face à une complexité technologique et de gestion relativement élevée, à des risques marketing importants et à une situation réglementaire incertaine qui persiste jusqu'à présent (Joly et coll., 2015). Bien qu'il soit difficile de cerner le taux d'échec du démarrage, la courte histoire de l'aquaponie commerciale à travers l'Europe pourrait bien se résumer comme « Petits succès et grands échecs » (Haenen 2017). Il convient également de souligner que les pionniers déjà impliqués dans l'aquaponie à l'heure actuelle dans toute l'Europe ne savent pas si leur technologie apporte des améliorations en matière de durabilité (Villarroel et al. 2016). Une analyse récente de König et coll. (2018) a montré comment les défis du développement de l'aquaponie découlent d'une foule de préoccupations structurelles, ainsi que de la complexité inhérente de la technologie. Combinés, ces facteurs créent un environnement à haut risque pour les entrepreneurs et les investisseurs, ce qui a entraîné une situation dans laquelle les entreprises de démarrage à travers l'Europe sont obligées de se concentrer sur la production, la commercialisation et la formation de marché plutôt que sur la délivrance de titres de compétences en matière de développement durable (König et al. 2018). Mis à part les prétentions d'un grand potentiel, la sombre réalité est qu'il reste à voir quel impact l'aquaponie peut avoir sur les régimes de production et de consommation alimentaires bien ancrés qui opèrent à l'époque contemporaine. La place de la technologie aquaponique dans la transition vers des systèmes alimentaires plus durables, semble-t-il, n'a aucune garantie.

Au-delà de la spéculation du techno-optimisme, l'aquaponie est apparue comme une technologie de production alimentaire très complexe qui présente un potentiel mais qui est confrontée à de graves défis. En général, il existe un manque de connaissances sur la façon d'orienter les activités de recherche vers le développement de telles technologies d'une manière qui préserve leur promesse de durabilité et les solutions possibles aux problèmes urgents du système alimentaire (Elzen et coll., 2017). Une enquête récente menée par Villarroel et coll. (2016) a révélé que sur 68 acteurs aquaponiques ayant répondu répartis dans 21 pays européens, 75 % étaient impliqués dans des activités de recherche et 30,8 % dans la production, alors que seulement 11,8 % des personnes interrogées vendaient du poisson ou des plantes au cours des 12 derniers mois. Il est clair que le domaine de l'aquaponie en Europe est encore principalement façonné par les acteurs de la recherche. Dans ce contexte de développement, nous croyons que la prochaine phase de la recherche aquaponique sera cruciale pour développer le potentiel futur de durabilité et de sécurité alimentaire de cette technologie.

Les entrevues (König et al. 2018) et les enquêtes quantitatives (Villarroel et al. 2016) sur le domaine aquaponique européen ont montré que les opinions sont mitigées quant à la vision, aux motivations et aux attentes quant à l'avenir de l'aquaponie. À la lumière de cela, Konig et coll. (2018) ont soulevé des préoccupations quant au fait qu'une diversité de visions de la technologie aquaponique pourrait entraver la coordination entre les acteurs et, en fin de compte, perturber le développement d'un « corridor réaliste de voies de développement acceptables » pour la technologie (König et coll. 2018). Du point de vue des systèmes d'innovation, les innovations émergentes qui affichent une diversité non organisée de visions peuvent souffrir d'une « défaillance de directionnalité » (Weber et Rohracher 2012) et finalement ne pas dépasser leur potentiel perçu. Ces perspectives cadrent avec les positions issues de la science de la durabilité qui soulignent l'importance des « visions » pour créer et poursuivre des futurs désirables (Brewer, 2007). À la lumière de cela, nous offrons une telle vision pour le domaine de l'aquaponie. Nous affirmons que la recherche en aquaponie doit se recentrer sur un programme radical de durabilité et de sécurité alimentaire qui soit adapté aux défis imminents de l'Anthropocène.


Aquaponics Food Production Systems

Loading...

Restez au courant des dernières nouveautés en matière de technologie aquaponique

Entreprise

  • Notre équipe
  • Communauté
  • Presse
  • Blog
  • Programme de parrainage
  • Politique de confidentialité
  • Conditions de service

Copyright © 2019 Aquaponics AI. Tous droits réservés.