common:navbar-cta
Télécharger l'applicationBlogFonctionnalitésTarificationAssistanceSe connecter

La technique du lit média

2 years ago

24 min read
EnglishEspañolعربىFrançaisPortuguêsItalianoहिन्दीKiswahili中文русский

Les lits remplis de médias sont le design le plus populaire pour les aquaponiques à petite échelle. Cette méthode est fortement recommandée pour la plupart des régions en développement. Ces conceptions sont efficaces avec de l'espace, ont un coût initial relativement faible et conviennent aux débutants en raison de leur simplicité. Dans les unités de lit médiatique, le médium est utilisé pour soutenir les racines des plantes et aussi les mêmes fonctions de médium qu'un filtre, à la fois mécanique et biologique. Cette double fonction est la principale raison pour laquelle les unités multimédias sont les plus simples ; les sections suivantes montrent comment les méthodes NFT et DWC nécessitent des composants isolés et plus compliqués pour la filtration. Cependant, la technique du lit médiatique peut devenir lourde et relativement coûteuse à plus grande échelle. Les milieux peuvent se boucher si les densités d'ensemencement des poissons dépassent la capacité de charge des lits, ce qui peut nécessiter une filtration séparée. L'évaporation de l'eau est plus élevée dans les lits médiatiques avec plus de surface exposée au soleil. Certains médias sont très lourds.

Il existe de nombreux modèles pour les lits multimédias, et c'est probablement la technique la plus adaptable. Par exemple, Bumina est une technique aquaponique utilisée en Indonésie qui utilise de nombreux petits lits de médias reliés à un bassin de poissons creusé (section 9.4.3). De plus, les matériaux recyclés peuvent facilement être réutilisés pour contenir les milieux et les poissons.

Dynamique du débit d'eau

La figure 4.50 montre les principaux composants d'un système aquaponique utilisant des lits de média, y compris le réservoir à poisson, les lits de média, le réservoir de puisard et la pompe à eau, ainsi que des blocs de béton pour le support. Il est plus facile de comprendre en suivant le débit d'eau à travers le système. L'eau s'écoule par gravité du réservoir à poissons, à travers un simple filtre mécanique et dans les lits médiatiques. Ces lits sont remplis de milieux biofiltrants poreux qui servent à la fois de filtre mécanique et biologique et d'emplacement pour la minéralisation. Ces lits abritent à la fois la colonie de bactéries nitrifiantes et fournissent l'endroit où les plantes poussent. En sortant des lits médiatiques, l'eau descend jusqu'au réservoir du puisard, encore par gravité. À ce stade, l'eau est relativement exempte de déchets solides et dissous. Enfin, cette eau propre est pompée dans le réservoir à poissons, ce qui fait monter le niveau de l'eau et le débordement du réservoir à poissons dans les lits médiatiques, ce qui termine le cycle. Certains lits médiatiques sont conçus pour inonder et drainer, ce qui signifie que le niveau d'eau monte à un certain point puis s'écoule complètement. Cela ajoute de l'oxygène aux racines de la plante et aide à la biofiltration de l'ammoniac. D'autres méthodes d'irrigation des milieux utilisent un débit constant d'eau, soit entrant d'un côté du lit et sortant de l'autre, soit distribuée par un réseau d'irrigation goutte à goutte.

 ! image-20200905134336310

Construction de lit média

Matériaux

Les lits média peuvent être fabriqués à partir de plastique, de fibre de verre ou d'un cadre en bois avec des feuilles de caoutchouc étanche ou de polyéthylène sur la base et à l'intérieur des murs. Les lits de médias « bricolage » les plus populaires sont fabriqués à partir de contenants en plastique, de GRV modifiés ou même de vieilles baignoires (figure 4.51).

 !

Il est possible d'utiliser tous les éléments ci-dessus comme lits et autres types de citernes à condition qu'ils satisfassent aux exigences suivantes :

  • assez fort pour contenir l'eau et les milieux de culture sans se casser ;

  • capable de résister à des conditions météorologiques difficiles ;

  • fabriqué à partir d'un matériau de qualité alimentaire qui est sans danger pour les poissons, les plantes et les bactéries ;

  • peut être facilement connecté à d'autres composants de l'unité à travers de simples pièces de plomberie ;

et

  • peut être placé à proximité des autres composants de l'unité.

Forme

La forme standard pour les lits de médias est un rectangle, avec une largeur d'environ 1 m et une longueur de 1-3 m. Les lits plus grands peuvent être utilisés/fabriqués, mais ils nécessitent un soutien supplémentaire (c.-à-d. des blocs de béton) pour maintenir leur poids. De plus, les lits plus longs peuvent présenter des distributions inégales de solides qui ont tendance à s'accumuler à l'entrée d'eau, ce qui augmente le risque de taches anaérobies. Les lits ne devraient pas être si larges que l'agriculteur/exploitant ne puisse pas traverser, au moins à mi-chemin.

Profondeur

La profondeur du lit médiatique est importante car elle contrôle la quantité d'espace racinaire dans l'unité qui détermine les types de légumes qui peuvent être cultivés. Si l'on cultive de gros légumes à fructification comme les tomates, le gombo ou le chou, le lit médiatique devrait avoir une profondeur de 30 cm, sans laquelle les gros légumes n'auraient pas suffisamment d'espace racinaire, présenteraient un tapis racinaire et des carences en éléments nutritifs, et se renverraient probablement (figure 4.52).

 !

Les petits légumes verts à feuilles ne nécessitent que 15 à 20 cm de profondeur, ce qui en fait un bon choix si la taille du lit médiatique est limitée. Malgré cela, certaines expériences ont montré que même les grandes cultures peuvent être cultivées dans des lits peu profonds si les concentrations d'éléments nutritifs sont suffisantes.

Choix du médium

Tous les milieux de culture concernés auront plusieurs critères communs et essentiels. Le milieu doit avoir une surface suffisante tout en restant perméable à l'eau et à l'air, permettant ainsi aux bactéries de se développer, à l'eau de couler et aux racines des plantes de respirer. Le milieu doit être inerte, non poussiéreux et non toxique, et il doit avoir un pH neutre afin de ne pas affecter la qualité de l'eau. Il est important de laver soigneusement le milieu avant de le placer dans les lits, en particulier le gravier volcanique qui contient de la poussière et de minuscules particules. Ces particules peuvent obstruer le système et nuire aux branchies des poissons. Enfin, il est important de travailler avec du matériel qui soit confortable pour l'agriculteur. Ces critères essentiels sont énumérés ci-dessous :

  • grande surface pour la croissance bactérienne ;

  • pH neutre et inerte (ce qui signifie que le milieu ne libère aucune substance potentiellement toxique) ;

  • bonnes propriétés de drainage ;

  • facile à travailler ;

  • suffisamment d'espace pour que l'air et l'eau s'écoulent à l'intérieur du milieu ;

  • disponibles et rentables ;

et

  • léger, si possible.

Plusieurs médias communs répondant aux critères sont discutés :

Gravier volcanique (tuf)

 ! image-20200905134436868

Le gravier volcanique est le support le plus populaire à utiliser pour les lits médiatiques et il est recommandé, lorsqu'il est disponible (figure 4.53). Les trois meilleures qualités du gravier volcanique sont qu'il a un rapport surface/volume très élevé, il peut être bon marché et facile à obtenir, et il est presque chimiquement inerte. Le gravier volcanique a un rapport surface/volume d'environ 300 m2/m3, en fonction de la taille des particules, ce qui permet aux bactéries de se coloniser. Le gravier volcanique est abondant dans de nombreux endroits à travers le monde. Une fois lavé de la poussière et de la saleté, le gravier volcanique est presque complètement inerte chimiquement, à l'exception des faibles rejets de microéléments tels que le fer et le magnésium et de l'absorption des ions phosphate et potassium dans les premiers mois suivant le démarrage d'une unité. La taille recommandée du gravier volcanique est de 8-20 mm de diamètre. Les graviers plus petits sont susceptibles de s'obstruer par des déchets solides et les graviers plus gros n'offrent pas la surface ou le support de la plante au besoin.

Calcaire

 ! image-20200905134444661

Le calcaire n'est pas recommandé comme milieu de culture, bien qu'il soit couramment utilisé (figure 4.54). Le calcaire, une roche sédimentaire, est moins souhaitable que les autres milieux parce qu'il a un rapport surface par volume plus faible, qu'il est lourd et qu'il n'est pas inerte. Le calcaire est composé principalement de carbonate de calcium (CaCo3), qui se dissout dans l'eau et affecte la qualité de l'eau. Le calcaire augmentera le KH de l'eau, ce qui augmentera également le pH (voir section 3.3). Par conséquent, ce matériau est mieux utilisé lorsque les sources d'eau sont très faibles en alcalinité ou acide, car dans le cas de l'eau alcaline, il faudrait des corrections acides constantes de

eaux entrantes. Néanmoins, un petit ajout de calcaire peut aider à contrebalancer l'effet acidifiant des bactéries nitrifiantes, ce qui peut compenser le besoin de tampons réguliers de l'eau dans des systèmes bien équilibrés. Le calcaire peut ne pas être aussi confortable pour travailler en termes de plantation et de récolte, et il peut être obstrué si la granulométrie appropriée n'est pas choisie. Cependant, c'est souvent la forme de gravier la moins chère et la plus courante disponible. Le calcaire n'est acceptable comme milieu que si aucun autre milieu n'est disponible, mais soyez conscient de son impact sur la qualité de l'eau.

Agrégat d'argile expansée légère

 ! image-20200905134455103

L'agrégat d'argile expansée légère** (**LECA) est constitué de galets d'argile expansée (figure 4.55). A l'origine, il a été fabriqué pour l'isolation thermique des toits de bâtiments, mais il a été plus récemment utilisé en hydroponie. Ces galets sont de forme ronde et très légers par rapport aux autres substrats.

Ils sont très confortables à travailler et idéaux pour la production sur le toit. La surface du LECA est d'environ 250-300 m2/m3, ce qui se situe dans la plage cible. Cependant, la LECA est relativement coûteuse et peu disponible partout dans le monde. Il est disponible dans une variété de tailles ; pour l'aquaponie, les tailles plus grandes avec des diamètres 8-20 mm sont recommandées. Ce matériau peut apporter des avantages supplémentaires aux producteurs dans le cas de lits médiatiques placés directement sur les toits (selon la conception). Le bâtiment peut en effet bénéficier d'une isolation supplémentaire, ce qui peut réduire les coûts de refroidissement et de chauffage des maisons.

Autres choix médiatiques possibles

Si les médias énumérés ci-dessus ne sont pas disponibles, il est possible d'utiliser d'autres supports. Les solutions de rechange comprennent : le gravier du lit de rivière, qui est habituellement calcaire, mais qui peut avoir un faible rapport surface/volume selon la granulométrie ; la pierre ponce (aussi la laine de roche), un matériau volcanique blanc/gris également utilisé comme milieu de croissance en hydroponie ; le plastique recyclé, bien que le plastique flotte et doit être ou des substrats organiques tels que la fibre de coco, la sciure de bois, la mousse de tourbe ou la coque de riz, qui sont souvent peu coûteux, mais risquent de devenir anoxiques, de se détériorer avec le temps et d'obstruer le système. Cependant, le substrat organique peut être utilisé pendant un certain temps dans l'aquaponie, et une fois qu'il commence à se détériorer, les milieux peuvent être retirés du système, compostés et utilisés comme ajout de sol précieux pour les cultures de sol. Le tableau 4.1 résume les principales caractéristiques de tous les milieux de culture mentionnés ci-dessus.

TABLEAU 4.1
Caractéristiques des différents milieux de culture

Type de médiaSurface (m2/m3)pHCoûtPoidsDurée de vie Rétention d'eau Soutien de la planteFacilité de travailler avecdugravier volcanique (tuf)300—400NeutreMoyenneLongueMoyen— PauvreExcellentMoyen Gravier volcanique (pierre ponce)200—300NeutreMoyen — HauteLégèreLongueMoyenne— PauvreGravier calcairefacile150—200BasiqueFaibleLourdLong MauvaisExcellentDifficileargile expansée (LECA)250—300NeutreHauteLumièreLongueMoyen—PauvreMoyenFacileBouchons de bouteilles en plastique50—100 InertFaibleLumièreLonguePauvrePauvreEasyFibre de coco200—400(variable)NeutreFaible - MoyenLégerCourtÉlevéeMoyenFacile

Déplacement de l'eau par les milieux

Selon le milieu, il occupera environ 30 à 60 % du volume total des lits médiatiques. Ce pourcentage aidera à déterminer la taille du réservoir de puisard pour chaque unité, car le réservoir de puisard, à tout le moins, devra contenir le volume total d'eau contenu dans tous les lits médiatiques. Les réservoirs de puisard doivent être légèrement surdimensionnés pour s'assurer qu'il y a toujours suffisamment d'eau pour que la pompe fonctionne sans jamais sécher.

Par exemple, dans le cas d'un lit de milieu de 1 000 litres (dimensions 2 m de long × 2 m de large × 0,25 m de profondeur moyenne), le milieu de culture dépassera de 300 à 600 litres de cet espace et, par conséquent, le volume d'eau du lit médiatique serait de 400 à 700 litres. Il est recommandé que le volume du puisard soit d'au moins 70 % du volume total du lit médiatique. Dans cet exemple, le réservoir de puisard devrait être d'environ 700 litres.

Filtration

Les lits médiatiques servent de filtres très efficaces, à la fois mécaniques et biologiques. Contrairement aux systèmes NFT et DWC (voir ci-dessous), la technique du lit médiatique utilise un filtre combiné et une zone de culture végétale. En outre, le lit médiatique fournit un endroit pour la minéralisation, ce qui est absent dans les systèmes NFT et DWC. Cependant, à des densités de stockage élevées ( \ >15 kg/m3), la filtration mécanique peut être submergée et risque d'obstruer le milieu et de produire des taches anaérobies dangereuses.

Filtre mécanique

Le lit à remplissage moyen fonctionne comme un grand filtre physique, capturant et contenant les déchets de poisson solides et en suspension et d'autres débris organiques flottants. L'efficacité de ce filtre dépendra de la taille des particules du milieu, car les particules plus petites sont plus densément emballées et capturent plus de solides. De plus, un débit d'eau élevé peut forcer les particules à travers le lit médiatique et échapper au filtre. Au fil du temps, les déchets solides capturés se décomposent et seront minéralisés. Un système bien équilibré traitera tous les déchets solides entrants.

Lorsque les lits médiatiques sont mal dimensionnés en fonction de la densité de stockage, le lit médiatique peut être obstrué par des solides. Cela indique une erreur dans la conception originale lorsque le taux d'avance a été utilisé pour équilibrer le système. Cette situation conduit à des lits obstrués par des déchets solides, une mauvaise circulation de l'eau, des zones anoxiques et des conditions dangereuses. Lorsque cela se produit, le milieu doit être lavé, ce qui nécessite beaucoup de main-d'œuvre, perturbe le cycle de croissance de la plante et peut perturber brièvement les bactéries nitrifiantes.

Pour éviter cette situation, assurez-vous que la conception originale tenait compte de la densité d'ensemencement, du régime d'alimentation et utilisait le rapport de débit d'alimentation pour calculer la surface requise du lit médiatique. Un autre dispositif de capture de solides peut également être intégré dans la conception de l'unité. Ceci est également recommandé lorsque la densité d'ensemencement dépasse 15 kg/m3 et/ou si le taux d'alimentation est supérieur à 50 g/jour pour chaque mètre carré de lit de culture. Il existe plusieurs options pour ce filtre mécanique supplémentaire. Une technique rudimentaire et peu coûteuse consiste à apposer une vieille chaussette orphelin au robinet où l'eau de la cuve pénètre dans le lit médiatique. Ce filtre simple peut être retiré chaque jour et rincé. Une autre méthode plus élaborée consiste à placer un seau de 3 à 5 litres à l'intérieur du lit de média avec plusieurs petits trous (6 à 8 mm) percés dans les surfaces latérales (figure 4.31). Les éponges, les filets en nylon ou même les milieux de culture (gravier volcanique, LECA) peuvent être attachés dans un sac en filet inerte poreux et placés dans ce seau. Ce filtre piège les déchets solides, et le filtre peut ensuite être retiré périodiquement pour être rincé et remplacé.

Filtration biologique

Tous les milieux de culture décrits ici ont une grande surface où les bactéries nitrifiantes peuvent coloniser. De tous les modèles aquaponiques, les lits médiatiques ont le plus de filtration biologique en raison de l'énorme surface de milieu sur lequel les bactéries peuvent se développer. La capacité de biofiltration peut être limitée ou perdue si les lits de milieux deviennent anoxiques, si les températures baissent ou si la qualité de l'eau est médiocre, mais en général, les lits de milieux ont une filtration biologique plus qu'adéquate.

Minéralisation

Au fil du temps, les déchets de poisson solides et en suspension et tous les autres débris sont lentement décomposés par des processus biologiques et physiques en nutriments simples sous la forme de molécules et d'ions simples que les plantes peuvent facilement absorber. Si la boue s'accumule dans le lit du média et ne quitte pas, cela peut indiquer que le processus de minéralisation n'est pas suffisant. Dans ce cas, il est recommandé d'utiliser une filtration mécanique plus efficace et de traiter séparément les déchets filtrés. Ce processus est décrit plus en détail à la section 4.2.2 et au chapitre 5.

Les trois zones de lits médiatiques - caractéristiques et processus

La nature d'un lit médiatique d'inondation et de drainage crée trois zones distinctes qui peuvent être considérées comme des microécosystèmes, qui se différencient par leur teneur en eau et en oxygène. Chaque zone abrite un groupe diversifié de bactéries, de champignons, de micro-organismes, de vers, d'insectes et de crustacés. L'une des plus importantes est les bactéries nitrifiantes utilisées pour la biofiltration, mais il y a beaucoup d'autres espèces qui jouent toutes un rôle dans la décomposition des déchets de poisson. Il n'est pas essentiel de connaître tous ces organismes, mais cette section décrit brièvement les différences entre ces trois zones et certains des processus écologiques qui se produisent dans chacune d'elles.

Zone sèche

Le haut 2-5 cm du lit est la zone sèche (Figure 4.56). Cette zone fonctionne comme une barrière lumineuse, empêchant la lumière de toucher directement l'eau, ce qui peut conduire à la croissance des algues. Il empêche également la croissance de champignons et de bactéries nocives à la base de la tige de la plante, ce qui peut causer la pourriture du collier et d'autres maladies des plantes. Une autre raison d'avoir une zone sèche est de minimiser l'évaporation des lits en couvrant la zone humide de la lumière directe. De plus, les bactéries bénéfiques sont sensibles à la lumière directe du soleil.

 !

Zone sèche/humide

C'est la zone qui a à la fois l'humidité et l'échange gazeux élevé. Dans les techniques d'inondation et de drainage (voir ci-dessous), il s'agit de l'espace de 10 à 20 cm où le lit médiatique inonde et s'écoule par intermittence (figure 4.57). Si elle n'utilise pas les techniques d'inondation et de drainage, cette zone sera le chemin que l'eau coule à travers le milieu. La majeure partie de l'activité biologique se produira dans cette zone. Le développement des racines, les colonies de bactéries bénéfiques et les micro-organismes bénéfiques sont actifs dans cette zone. Les plantes et les animaux reçoivent leur eau, leurs nutriments et leur oxygène en raison de l'interface entre l'air et l'eau.

 !

Une technique courante consiste à ajouter des vers au lit médiatique qui vivront dans cette zone sèche ou humide. Les vers contribueront à la dégradation des déchets solides de poisson et consommeront également des feuilles ou des racines mortes. Cette activité empêchera les déchets de colmater le système. Voir la section 9.1.1 pour plus d'informations sur les vers et les vermicompost.

Zone humide

Cette zone, le fond 3-5 cm du lit, reste humide en permanence. Dans cette zone, les petits déchets solides particulaires s'accumulent et, par conséquent, les organismes les plus actifs dans la minéralisation sont situés ici. Ceux-ci comprennent des bactéries hétérotrophes et d'autres micro-organismes. Ces organismes sont responsables de la décomposition des déchets en fractions et molécules plus petites qui peuvent être absorbées par les plantes par le processus de minéralisation.

Irrigation des lits de médias

Il existe différentes techniques pour acheminer l'eau vers les lits médiatiques, chacune peut être pertinente en fonction de la disponibilité locale des matériaux, du degré de technologie souhaité ou de l'expérience des opérateurs. L'eau peut être simplement coulée à partir de tuyaux creusés uniformément répartis sur le milieu ; c'est une conception parfaitement acceptable. Certains experts ont démontré que les conceptions à débit constant, où le niveau d'eau dans le lit de croissance est toujours le même, supportent les mêmes taux de croissance des plantes que les méthodes plus compliquées. Ces systèmes de distribution d'eau peuvent être obstrués par des déchets solides de poisson et devraient être nettoyés périodiquement.

Une méthode appelée inondation et vidange, également appelée reflux et écoulement, peut être utilisée lorsque le système de plomberie fait inonder les lits médiatiques avec de l'eau provenant du bassin à poissons, puis s'écouler dans le bassin du puisard. Ceci est accompli par des autosiphons ou un pompage chronométré. Cette alternance entre l'inondation et la vidange garantit que les plantes ont à la fois des nutriments frais et un flux d'air adéquat dans la zone racinaire. Cela reconstitue ainsi les niveaux d'oxygène pour les plantes et les bactéries. Il assure également que suffisamment d'humidité est dans le lit à tout moment pour que les bactéries puissent prospérer dans leurs conditions optimales. Habituellement, ces systèmes passent par le cycle complet 1-2 fois par heure, mais certains systèmes réussis ne tournent que 3-4 fois par jour. Les conceptions d'inondation et de drainage ne sont pas les seules techniques pour les lits médiatiques, et la gestion du cycle d'écoulement de l'eau peut être frustrante et fastidieuse pour les opérateurs débutants.

Cette publication aborde brièvement deux méthodes populaires d'inondation et de drainage d'un lit, bien que d'autres méthodes, comme le siphon en boucle, existent et font l'objet de recherches actuelles.

Siphon de cloche

Le siphon cloche est un type d'autosiphon qui exploite quelques lois physiques de l'hydrodynamique et permet au lit médiatique de s'inonder et de s'écouler automatiquement, périodiquement, sans minuterie (Figure 4.58). L'action, le timing et le succès ultime du siphon dépendent du débit de l'eau dans le lit, qui est constant. Les siphons cloches peuvent néanmoins être capricieux et nécessitent une attention particulière.

 !

Dynamique du débit d'eau

L'eau s'écoule dans chaque lit de croissance à un débit constant. Au fur et à mesure que l'eau remplit le lit de croissance, elle atteint le sommet de la borne et commence à s'égoutter à travers la canalisation jusqu'au réservoir de puisard. Sans la partie cloche du siphon de cloche, cela créerait une condition de hauteur d'eau constante. Au lieu de cela, au fur et à mesure que l'eau continue de tomber à travers le tuyau, la cloche, qui se trouve au-dessus du tuyau comme un chapeau, agit comme une serrure étanche à l'air et produit un effet siphon. Cette aspiration à l'intérieur de la cloche déclenche le siphon. Une fois commencée, toute l'eau du lit commence à s'enfoncer rapidement vers le bas de la borne, car la cloche maintient son étanchéité à l'air. Le drainage à travers le socle est plus rapide que l'afflux constant de l'aquarium. Lorsque l'eau dans le lit de croissance s'écoule jusqu'au fond, l'air pénètre dans le fond de la cloche et arrête immédiatement le siphon. L'eau se remplit ensuite lentement et répète tout le cycle en continu. Voir la section « Autres lectures » à la fin de cette publication pour de plus amples renseignements sur les siphons cloches.

Principaux composants d'un siphon cloche

Les trois principaux composants d'un siphon cloche sont décrits ci-dessous. Veuillez noter que des instructions détaillées sur la compréhension, la construction et l'optimisation des siphons de cloche, ainsi que des images de ces composants, se trouvent à l'annexe 8. Les dimensions de la colonne, de la cloche et de la protection des médias dépendent complètement de la taille du lit de croissance et du débit d'eau entrant. Ces dimensions sont fournies pour les conceptions aquaponiques décrites dans cette publication pour un lit médiatique de 1 à 3 m2 avec une profondeur de milieu de 30 cm, avec un débit d'eau entrant de 200 à 500 litres/h pour chaque lit. Pour les grands lits de culture, tous les composants seraient plus grands.

Stafpipe - Le tuyau est constitué d'un tuyau en PVC de 2,5 cm de diamètre, d'une hauteur de 22 cm. La canalisation passe par le fond du lit de croissance, se connectant au puisard, et est le chemin de l'eau lorsqu'elle s'écoule.

**Cloche - La cloche est un tuyau en PVC de 7,5 cm de diamètre, d'une hauteur de 25 cm. Le tuyau est recouvert d'un capuchon en PVC sur le dessus et est ouvert sur le bas où il s'adapte sur le tuyau. Deux espaces rectangulaires, de 1 cm × 4 cm, sont situés près du fond de la cloche, 1,5 cm vers le haut sur les côtés opposés, à travers lesquels l'eau est tirée vers le haut dans la borne à l'intérieur de la cloche. Un dernier trou de 1 cm est percé à 5 cm du bas pour aider à casser le siphon une fois que le lit de croissance est drainé en laissant entrer l'air.

Media Guard - La protection média est un tuyau en PVC de 11 cm de diamètre, d'une hauteur de 32 cm avec de nombreux petits trous percés sur les côtés. La protection des médias empêche le gravier du lit de croissance d'entrer et de colmater le tuyau, sans obstruer l'écoulement de l'eau.

Mécanisme de minuterie ####

Cette méthode d'irrigation par inondation et drainage repose sur un interrupteur de minuterie sur la pompe à eau pour contrôler l'inondation et le drainage périodiques (figure 4.59). L'avantage de cette méthode

 ! image-20200905140226986

est qu'il n'y a pas d'autosiphon, qui peut nécessiter beaucoup de travail à étalonner. Cependant, la réduction de la circulation de l'eau et la réduction de l'aération dans les bassins à poissons entraînent une filtration globale moins importante. Cette méthode est moins appropriée dans les situations d'ensemencement à haute densité et nécessite une attention particulière pour fournir une aération supplémentaire aux poissons.

Dynamique du débit d'eau

L'eau s'écoule dans le lit de croissance, inondant le lit jusqu'à ce que l'eau atteigne le sommet de la borne. L'eau s'écoule ensuite à travers ce socle et descend dans le réservoir du puisard. La grande canalisation est d'un diamètre suffisant pour drainer toute l'eau entrant ; le sommet de la grande canalisation est l'inondation la plus profonde que le lit de croissance connaîtra. Il y a aussi une petite entrée, 6-12 mm de diamètre, dans ce même tuyau situé près du fond. Cette petite entrée est insuffisante pour drainer toute l'eau entrant et, par conséquent, même lorsque l'eau pénètre dans la petite entrée, le lit de croissance continue d'inonder jusqu'à ce qu'il atteigne le sommet. À un moment donné après que le lit est plein, la minuterie coupe l'alimentation de la pompe à eau. L'eau dans le lit médiatique commence à s'écouler à travers le petit trou d'entrée, continuant à drainer le lit de croissance jusqu'à ce que l'eau atteigne le niveau du trou inférieur. À ce stade, l'alimentation est retournée à la pompe à eau et le lit de croissance est rempli d'eau fraîche du réservoir de poisson. Il est très important que l'eau qui coule dans le lit médiatique soit plus grande que l'eau qui coule à travers la petite entrée de la borne, de sorte que le lit va complètement inonder à nouveau. La longueur du cycle d'inondation et de drainage et le diamètre du trou d'égouttement sont déterminés par la taille du lit de média et le débit entrant.

Pour assurer une filtration adéquate, tout le volume du réservoir de poisson doit être pompé à travers les lits de culture toutes les heures. Enfin, assurez-vous de vider les lits une fois par semaine en retirant temporairement le socle et en laissant l'eau restante s'écouler.

Les matériaux utilisés pour la méthode de minuterie pour les dessins aquaponiques inclus dans la présente publication sont les suivants : un tube de suspension de 2,5 cm de diamètre, d'une hauteur de 23 cm, avec un trou d'égouttement secondaire, de 6 à 12 mm de diamètre, 2,5 cm au-dessus du fond ; un protecteur de support, de 11 cm de diamètre et de 32 cm de hauteur, encerclant le pour empêcher les médias de le colmater ; et une minuterie qui contrôle la pompe qui est étalonnée en fonction du débit de la pompe et du débit de vidange du tuyau d'arrêt.

*Source : Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture, 2014, Christopher Somerville, Moti Cohen, Edoardo Pantanella, Austin Stankus et Alessandro Lovatelli, production alimentaire aquaponique à petite échelle, http://www.fao.org/3/a-i4021e.pdf. Reproduit avec la permission. *


Food and Agriculture Organization of the United Nations

http://www.fao.org/
Loading...

Restez au courant des dernières nouveautés en matière de technologie aquaponique

Entreprise

  • Notre équipe
  • Communauté
  • Presse
  • Blog
  • Programme de parrainage
  • Politique de confidentialité
  • Conditions de service

Copyright © 2019 Aquaponics AI. Tous droits réservés.