common:navbar-cta
Télécharger l'applicationBlogFonctionnalitésTarificationAssistanceSe connecter
EnglishEspañolعربىFrançaisPortuguêsItalianoहिन्दीKiswahili中文русский

Aquaponics a été utilisé avec succès dans de nombreux endroits. De plus, les techniques aquaponiques ont été révisées pour répondre à divers besoins et objectifs des agriculteurs au-delà des méthodes courantes de GRV ou de barils (décrites dans la présente publication). Il existe de nombreux exemples, mais ceux-ci ont été choisis pour souligner l'adaptabilité et la diversité de la discipline aquaponique.

Aquaponie pour les moyens de subsistance au Myanmar

Un système aquaponique à l'échelle pilote a été construit au Myanmar pour promouvoir la micro-agriculture lors de la mise en œuvre d'un projet e-Women financé par la Coopération italienne pour le développement. L'objectif était de créer une unité productive selon des critères de faible technologie et de faible coût en utilisant des matériaux disponibles localement et de l'énergie solaire autonome. Le système hébergeait le tilapia et un large éventail de légumes (figure 9.17). Ce système a été utilisé pour l'élaboration d'une analyse coûts-avantages, y compris l'amortissement, pour les systèmes à l'échelle des ménages, l'objectif étant d'atteindre l'objectif de recettes journalières de 1,25 dollars des États-Unis fixé dans l'objectif du Millénaire pour le développement.

Sur la base des prix locaux, un système aquaponique de 27 m2 placé dans une maison en filet de bambou et alimenté par un panneau solaire coûte 25 USD par m2 . Ce système fournit un bénéfice net de 1,6- 2,2/jour pour les légumes, et une ration journalière de 400 g de tilapia pour la consommation domestique. La période de récupération est de 8,5-12 mois selon les cultures. La maison de filet évite tout besoin de lutte contre les ravageurs et évite la saisonnalité en assurant des revenus contre des conditions climatiques défavorables (pluie). Les soins infirmiers à frire, très répandus chez les agriculteurs d'Asie du Sud-Est, pourraient constituer une autre option intéressante en aquaponie pour accroître encore les revenus des ménages pauvres ou sans terre.

Ce projet pilote a montré que l'aquaponie pouvait jouer un rôle important dans la sécurisation de la nourriture et des moyens de subsistance dans de nombreuses régions du monde. La production de poissons et de plantes avec de petites parcelles permet aux personnes vulnérables de produire des revenus, d'ajouter de la valeur au travail domestique et d'autonomiser les femmes au niveau communautaire.

 !

Aquaponie saline

L'intégration de l'aquaculture en eau marine ou saumâtre à l'agriculture offre de nouvelles façons de produire de la nourriture dans les zones côtières ou sujettes à la saline où l'agriculture traditionnelle ne peut être développée. L'élevage des animaux aquatiques à l'intérieur des terres, au-delà des avantages environnementaux découlant de la pollution ou de la restauration des paysages, est bénéfique pour une meilleure maîtrise des facteurs de production et pour la réduction des risques liés aux contaminants ou aux agents pathogènes. Même si l'eau salée n'est pas idéale pour les plantes, car elle crée des chocs osmotiques, limite la croissance et procure une toxicité sodique, il est encore possible de cultiver des plantes utiles à faible salinité.

 !

Un large éventail de plantes peuvent bénéficier de l'eau riche en nutriments obtenue grâce à l'aquaponie ou à des systèmes fermés de recirculation. Les halophytes (espèces tolérantes au sel) peuvent stimuler la production alimentaire dans les zones arides et salines et augmenter la productivité agricole. Certaines espèces sont des cultures spécialisées de grande valeur, comme Salsola spp. (Figure 9.18), le fenouil marin, Atriplex spp. ou Salicornia spp., tandis que d'autres sont cultivés pour les céréales, comme le mil perle, le quinoa et le zostère, et d'autres encore peuvent être cultivés pour le biodiesel. Les conditions salines idéales pour les halophytes se situent dans la plage de salinité d'un tiers à la moitié de la force de la mer, mais certaines plantes sont tolérantes aux conditions hypersalines.

Adapter les plantes horticoles à l'eau salée est l'un des plus grands défis de l'agriculture moderne. Cependant, il est possible de cultiver certaines espèces horticoles directement avec de l'eau saumâtre. La plupart des plantes appartenant à la famille des Chenopodiaceae (betterave, bette) peuvent facilement croître dans une salinité d'un sixième à un tiers de la force de la mer en raison de leur résistance plus élevée au sel (figure 9.19). D'autres espèces communes telles que la tomate et le basilic peuvent atteindre une production substantielle pouvant atteindre un dixième de la force de la mer (figure 9.20) à condition que des stratégies agronomiques adaptées soient adoptées : concentrations accrues de nutriments, bioconditionnement des plantes, greffage avec des porte-greffes tolérants au sel, amélioration du contrôle climatique et des densités de plantation plus élevées. Néanmoins, les caractéristiques qualitatives des cultures salines sont plus élevées que celles de l'eau douce, tant pour leurs caractéristiques organoleptiques que pour leur goût et leur durée de conservation.

 ! image-20200905220231237

Bumina et Yumina

Il existe une technique aquaponique d'Indonésie qui mérite une attention particulière. En Bahasa Indonésie, cette technique est appelée bumina et yumina, traduite littéralement par « poisson fruité » et « poisson végétal ». Ce nom montre à quel point les plantes et les poissons sont intimement liés dans un système aquaponique. Bumina et yumina sont essentiellement une version de la technique du lit médiatique.

Les poissons sont logés dans un étang creusé dans la terre et recouvert de sacs de sable ou de briques creuses. Cet étang est doublé d'une bâche, ou mieux, d'une doublure en polyéthylène. La doublure est nécessaire pour éviter les réactions biologiques et chimiques indésirables qui se produisent dans les sédiments sur le fond et aide à garder le système propre. Alternativement, les poissons sont logés dans une citerne en béton surélevée. L'eau est pompée hors de cet étang dans un réservoir collecteur, généralement construit à partir d'un grand baril en plastique. Ce canon peut contenir du matériel filtrant mécanique et biologique si la densité de stockage est suffisamment élevée pour l'exiger. À partir de ce baril, l'eau est alimentée, par gravité, par un tuyau de distribution. Tout l'étang est bordée de pots satellites, de pots de fleurs simples ou d'autres petits récipients qui sont pleins de milieux de culture biologiques. Le tuyau de distribution se pose au-dessus de ces pots satellites et l'eau est acheminée à travers de petits trous. L'eau irrigue et fertilise les plantes dans ces pots, puis sort du fond des pots dans l'étang à poissons (figure 9.21). L'effet d'eau en cascade aide également à aérer l'étang à poissons.

La bumina et la yumina sont utilisées comme un élément important des initiatives de sécurité alimentaire en Indonésie visant à accroître la production de protéines à domicile. L'investissement initial de ces systèmes est inférieur à celui des systèmes de GRV décrits dans la présente publication, mais ils nécessitent un bassin creusé, de sorte qu'ils ne s'appliquent pas à certaines applications urbaines, intérieures ou sur les toits.

 !

*Source : Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture, 2014, Christopher Somerville, Moti Cohen, Edoardo Pantanella, Austin Stankus et Alessandro Lovatelli, production alimentaire aquaponique à petite échelle, http://www.fao.org/3/a-i4021e.pdf. Reproduit avec permission. *


Food and Agriculture Organization of the United Nations

http://www.fao.org/
Loading...

Restez au courant des dernières nouveautés en matière de technologie aquaponique

Entreprise

  • Notre équipe
  • Communauté
  • Presse
  • Blog
  • Programme de parrainage
  • Politique de confidentialité
  • Conditions de service

Copyright © 2019 Aquaponics AI. Tous droits réservés.