Le concepteur de systèmes Aquaponics vient de sortir ! Commencez à concevoir dès maintenant.
Télécharger l'applicationBlogFonctionnalitésTarificationAssistanceSe connecter
EnglishEspañolعربىFrançaisPortuguêsItalianoहिन्दीKiswahili中文русский

Rui Bing Zheng Ashley Apel Sven Blankenhorn Commerce Équitable États-Unis

Deirdre Elizabeth Duggan Jaz Simbolon *Yayasan Masyarakat dan Perikanan Indonésie (MDPI) *

Helen Packer *Anova Food *

Le commerce équitable permet une plus grande équité dans les chaînes de valeur et veille à ce que les avantages du commerce et de l'exportation soient répartis entre les producteurs. Pour qu'une pêche reçoive la certification en commerce équitable, elle doit d'abord se conformer à la Norme sur les pêches de capture et à ses objectifs fondamentaux, soit l'autonomisation des pêcheurs et des travailleurs, le développement économique des collectivités, la responsabilité sociale et la gérance environnementale. Cette étude de cas décrit comment le modèle du commerce équitable s'harmonise avec plusieurs dispositions énoncées dans les Lignes directrices volontaires pour assurer une pêche artisanale durable dans le contexte de la sécurité alimentaire et de l'éradication de la pauvreté. Les recommandations concernent en particulier le chapitre 7 des lignes directrices du SSF sur les chaînes de valeur, la post-récolte et le commerce, dans le cas de la pêche certifiée à la ligne de thon à nageoires jaunes de l'océan Pacifique occidental et central de l'Indonésie.

Mots-clés : Pêche artisanale, Indonésie, thon à nageoires jaunes, ligne à main, commerce équitable, responsabilité sociale, développement communautaire, autonomisation, gestion des pêches, certification.

En 2014, Fair Trade USA a adapté son modèle de certification et d'incitatifs fondés sur le marché pour soutenir les pêches de capture à petite et moyenne échelle, et pour orienter l'industrie des produits de la mer vers des pratiques plus respectueuses de l'environnement et sociales. Pour qu'une pêche obtienne la certification de commerce équitable, elle doit se conformer à la norme sur les pêches de capture, une norme socio-économique et environnementale progressive pour les pêches de capture sauvage. La norme est alignée sur plusieurs des dispositions énoncées au chapitre 7 des lignes directrices sur les chaînes de valeur, la post-récolte et le commerce. Cette étude de cas documente comment l'intervention du commerce équitable a affecté la pêche à la ligne de thon à nageoires jaunes de l'océan Pacifique occidental et central en Indonésie (Fishery Progress, 2018), et la pertinence de ces interventions par rapport au chapitre 7 des lignes directrices du SSF.

L'Indonésie est la plus grande nation insulaire du monde avec plus de 17 000 îles et 54 000 km de côtes. Ses pêcheries jouent un rôle important dans la création d'emplois et de revenus. Selon l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO), plus de six millions de personnes sont impliquées dans le secteur indonésien des produits de la mer et environ 95 % de la production halieutique provient de la pêche artisanale. L'Indonésie est également l'un des principaux producteurs de thon à l'échelle mondiale. Le volume annuel approximatif de thon à nageoires jaunes (Thunnus albacares) produit est de 200 000 tonnes, avec plus de 30 % (61 000 tonnes) capturé à la ligne à main. Les matières premières de haute qualité sont exportées, le reste étant destiné aux marchés locaux tels que la restauration et l'hospitalité.

Les eaux archipélagiques de l'est de l'Indonésie constituent une région importante pour la pêche au thon à nageoires jaunes. Pour de nombreuses communautés côtières de la région, la pêche au thon est une source importante de revenus et l'une des rares possibilités économiques disponibles. Les activités de pêche au thon à petite échelle sont souvent menées dans des collectivités éloignées, où l'accessibilité, l'éducation et les conditions socio-économiques varient de variables à pauvres (Duggan et Kochen, 2016, p. 31). Étant donné que le thon à nageoires jaunes est un produit d'exportation très recherché, l'approvisionnement de la pêche à la ligne à main indonésienne pour les marchés d'exportation a été établi depuis de nombreuses années et le nombre d'acheteurs s'approvisionnant et le volume de poisson exporté de la région ne cessent d'augmenter.

 ! image-20210521192305021

La pêche à la ligne à main est la méthode dominante dans les eaux archipélagiques de l'est de l'Indonésie. En raison de la nature de la pêche, la pêche à la ligne à main génère plus d'emplois par volume de poisson débarqué, comparativement à d'autres méthodes plus mécanisées. Les pêcheurs à la ligne à main utilisent des cerfs-volants faits maison attachés à leurs lignes de pêche, ce qui fait que l'appât se déplace de façon erratique, une caractéristique que les nageoires jaunes adultes trouvent séduisante. La quantité de poissons capturés dépend de l'équipement que les pêcheurs peuvent se procurer (par exemple, les petits bateaux équipés d'un moteur de 15 chevaux) et de la distance par rapport aux dispositifs d'agrégation de poissons ancrés, qui agissent comme une option secondaire si aucune école de natation libre n'est trouvée au cours d'une excursion de pêche. Bien que les chances de pêcher des poissons soient plus élevées à proximité de ces engins, les thons capturés sont souvent de plus petite taille et le risque de récolter des juvéniles est plus élevé.

La chaîne d'approvisionnement certifiée par le commerce équitable est située entre les îles Maluku et Maluku du Nord ainsi que dans le centre de Sulawesi, dans l'est de l'Indonésie. Environ 100 pêcheurs à la ligne à main dans les villages d'Assilulu et de Waepure sur les îles Ambon et Buru ont été engagés en 2013 pour tester sur le terrain la norme sur les pêches de capture. Le groupe a obtenu la certification en 2014.

 ! image-20210521192318300

Il y a maintenant plus de 800 petits pêcheurs inscrits dans 38 associations de pêcheurs du commerce équitable dans plusieurs îles et districts. Les pêcheurs récoltent le thon à nageoires jaunes lors de sorties quotidiennes de pêche à partir de petits bateaux avec un équipage maximum de deux personnes. Ils ciblent les gros thons à nageoires jaunes en suivant les dauphins, qui indiquent la présence de thon, et peuvent attraper les poissons à la surface ou plus bas. Le poisson est débarqué, puis transformé à la main en reins propres dans des stations désignées, avant de le livrer à un transformateur central de la ville d'Ambon ou de Bitung.

BOÎTE 6.1

COMMERCE ÉQUITABLE

 ! image-20210521192334970

Fair Trade USA, une organisation à but non lucratif, a été fondée en 1998 et est le principal certificateur de produits du commerce équitable en Amérique du Nord. L'organisation touche près d'un million de producteurs dans le monde et a versé 551 millions de dollars américains de bénéfices supplémentaires aux agriculteurs, aux travailleurs et aux pêcheurs depuis sa création, grâce à son modèle axé sur le marché.

Le commerce équitable en tant que mouvement a émergé en réponse aux conditions défavorables auxquelles sont confrontés les petits producteurs dans les pays en développement, telles que le manque d'accès aux marchés, la volatilité des prix et le manque de pouvoir de négociation. Le modèle améliore les conditions de ces producteurs grâce à trois interventions principales :

  1. Certification selon une norme sociale, économique et environnementale globale ;
  2. la livraison des fonds de la prime de commerce équitable entre les mains des producteurs pour les produits vendus aux conditions du commerce équitable ;
  3. Augmentation de l'accès au marché et de la différenciation des produits grâce au label Fair Trade.

Norme des pêches de capturation

Depuis sa création, le Programme des produits de la mer de Fair Trade a versé plus de 1,5 million de dollars américains en fonds Premium aux communautés de pêcheurs en plus du prix de leurs prises. La norme sur les pêches de capture a profité à plus de 5 000 pêcheurs et travailleurs de la pêche dans huit pêches à l'échelle mondiale grâce au respect de normes plus rigoureuses, à une meilleure organisation et à une action collective.

Compte tenu du succès et de la reproductibilité du Programme d'agriculture équitable, qui certifie les produits frais, le café, le thé et d'autres biens de consommation à l'échelle mondiale, l'organisation a entrepris des recherches sur le secteur des fruits de mer, ce qui a abouti à l'élaboration de la norme sur les pêches de capture (CSA) en 2014 pour tester son modèle dans le domaine des pêches. Le SCF offre aux pêcheurs l'occasion d'incorporer des éléments essentiels du commerce équitable dans leurs pratiques, tout en recevant un soutien pour la commercialisation de leurs produits.

Fair Trade USA et les organismes partenaires d'évaluation de la conformité vérifient et certifient les chaînes d'approvisionnement afin de s'assurer que les pêcheurs et les travailleurs de la transformation reçoivent des prix et des salaires équitables, travaillent dans des conditions sûres, protègent l'environnement et reçoivent des fonds Fair Trade Premium pour améliorer leurs moyens de subsistance. Le cadre du CSA suit de près les normes agricoles du commerce équitable, en particulier les exigences relatives aux droits fondamentaux de l'homme, aux salaires, aux conditions de travail et à l'accès aux services. Plusieurs critères ont été modifiés pour s'appliquer à un milieu marin, mais les principes et le modèle demeurent les mêmes. Un certain nombre de documents techniques, notamment les conventions fondamentales de l'Organisation internationale du Travail et le Code de conduite de la FAO pour une pêche responsable, ont été mentionnés dans l'élaboration de la norme.

Le SCF est une norme progressive commençant à l'année 0 et s'étendant jusqu'à l'année 6. Les critères deviennent plus rigoureux chaque année, ce qui entraîne des améliorations socioéconomiques et environnementales globales au fil du temps. Après la sixième année, la pêche est vérifiée en fonction des mêmes critères de la sixième année afin de s'assurer que les améliorations sont maintenues. Des vérifications effectuées en personne par des tiers sont effectuées chaque année. Lors de la certification, tous les commerçants du produit certifié sont également tenus de respecter le standard commercial de Fair Trade USA, la norme de la chaîne de traçabilité assurant la traçabilité et les pratiques commerciales équitables. Les principaux objectifs organisationnels du CSA sont les suivants :

  • *Autonomisation : * Le SCF aide les pêcheurs à acquérir les compétences nécessaires pour négocier efficacement avec les acteurs de la chaîne d'approvisionnement en ce qui concerne l'achat, la transformation et la commercialisation de leurs produits. Le processus d'autonomisation comprend l'organisation d'une association de pêcheurs de commerce équitable, l'élection d'un comité sur le commerce équitable, la création d'un plan de prime pour le commerce équitable et la détermination de la façon de dépenser la prime dans la collectivité (comme expliqué plus en détail à la section 6.1.4).

  • Développement économique : Le CFS vise à améliorer la stabilité des revenus des pêcheurs en assurant une relation commerciale transparente et stable avec leur (s) acheteur (s) et en exigeant le paiement d'une prime de commerce équitable pour chaque vente de produits certifiés Fair Trade. La norme établit également des exigences visant à assurer une croissance adéquate des salaires et des salaires pour les travailleurs. Par exemple, d'ici la troisième année, les employeurs sont tenus de rencontrer chaque année les membres d'équipage salariés et les représentants des travailleurs afin de discuter de la façon dont les salaires et la productivité peuvent être améliorés, y compris des idées sur la façon de progresser vers le salaire vital au fil du temps. En outre, la section de la gestion des ressources du CSA vise à renforcer et à stabiliser les stocks de poissons afin que les communautés locales puissent continuer d'en dépendre pour leurs moyens de subsistance.

  • Responsabilité sociale : Le CSA protège les droits fondamentaux des personnes impliquées dans la pêche. Des mesures de santé et de sécurité sont mises en place pour protéger les pêcheurs et les travailleurs de transformation contre les blessures liées au travail. Les pêcheurs sont encouragés à utiliser la prime de commerce équitable pour améliorer l'accès aux soins de santé et à l'éducation dans leurs collectivités et leur qualité.

  • Gérance environnementale : Les pêcheurs inscrits doivent adopter des pratiques de pêche responsables et travailler à la protection des ressources halieutiques et de la biodiversité. Cela comprend la collecte de données et la surveillance afin de fournir de meilleures informations sur l'état des stocks de poissons et d'atténuer les effets de la pêche. En ce qui concerne les pêches de petite et moyenne envergure qui sont confrontées à des difficultés liées à la disponibilité et à la gestion des données, le SCF renforce la capacité des pêcheurs de respecter les critères de gestion des ressources au fil du temps.

 ! image-20210521192451746

Compte tenu de ces principaux objectifs, le SCF est organisé en six sections traitant de différents aspects de la pêche, de la transformation et de la gestion des installations et de l'administration de groupe (figure 6.3).

Les exigences de chaque article s'appliquent au titulaire du certificat (l'entité responsable de la mise en œuvre du SCF), aux pêcheurs et aux membres d'équipage à bord des bateaux de pêche et/ou aux travailleurs des usines de transformation. La norme peut être consultée dans son intégralité sur le site Web de Fair Trade USA : < https://www.fairtradecertified.org/business/seafood >.

 ! image-20210521192515277

Le développement d'associations et de comités pour le commerce équitable, et la gestion de la prime pour le commerce équitable dirigée par les pêcheurs, incarne les recommandations 7.4 des lignes directrices du FSS (« efforts visant à soutenir les associations de pêcheurs et de travailleurs de la pêche et à promouvoir leur capacité à améliorer leur revenu et la sécurité de leurs moyens de subsistance, comme ainsi que les mécanismes de commercialisation » ) et 7.9 (« * les efforts visant à garantir les effets néfastes du commerce international sur l'environnement, la culture de la pêche artisanale, les moyens de subsistance et la sécurité alimentaire sont traités équitablement »).

Pour participer au commerce équitable, les pêcheurs inscrits doivent constituer au moins une association de pêcheurs gérée démocratiquement (sauf s'ils appartiennent déjà à une coopérative légale, auquel cas la coopérative sert d'association). Par l'entremise de la coopérative ou de l'association, ils coordonnent les responsabilités en matière de gestion des ressources, de sécurité des navires et de relations commerciales avec les acheteurs. L'association représente les pêcheurs sur toute question touchant leurs activités de pêche, y compris les exigences du SCF, les lois, les règlements de pêche et l'infrastructure liée à la pêche.

 ! image-20210521192525823

Parmi les associations, les individus sont élus dans un ou plusieurs comités du commerce équitable pour gérer l'utilisation des fonds de la prime du commerce équitable. Ces comités sont alors chargés de gérer et de dépenser les fonds au nom des participants, ainsi que de suivre leur utilisation et d'en rendre compte.

Pour chaque kilogramme de produit vendu aux conditions du commerce équitable, une prime de commerce équitable est payée par le transformateur local (souvent le détenteur du certificat) ou par l'importateur dans le pays de destination finale du produit. Le taux de prime est fixé par espèce et, si nécessaire, par région ; tous les taux sont accessibles au public en ligne. [^1] La prime est versée directement sur un compte géré par le Comité du commerce équitable pour la réalisation d'objectifs communautaires communs. Un plan de dépenses (Plan de primes pour le commerce équitable) doit être élaboré conformément à la SCF et repose sur une évaluation des besoins décrivant les lacunes et les priorités de la collectivité, qui est effectuée au cours de la première année. Le comité peut choisir de financer des activités qui, d'après ses membres, sont pertinentes pour leurs priorités. Les projets à long terme sont encouragés, et tous les fonds de la Prime du commerce équitable ne doivent pas être dépensés chaque année.

Au moins 30 % des fonds de la prime de commerce équitable doivent être utilisés pour des projets environnementaux qui contribuent à la durabilité de la pêche et/ou de l'écosystème marin, comme le développement ou l'amélioration de systèmes et d'installations de gestion des déchets, la création ou l'application d'une aire marine ou terrestre protégée, élaborer un programme d'éducation environnementale ou des efforts de formation des pêcheurs et de collecte de données.

Des preuves primaires et secondaires ont été rassemblées pour créer l'étude de cas. En 2018, Fair Trade USA a confié au groupe de consultation Charmelian (basé au Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d'Irlande du Nord) une évaluation indépendante de l'impact socio-économique et environnemental du programme de 2014 à 2018. Les méthodes et les conclusions de cette étude de cas s'inspirent largement de ce rapport, tandis que d'autres activités de suivi et de recherche ont porté sur la pêche au thon en Indonésie. Les sources de données utilisées dans le cadre de l'évaluation et de la présente étude de cas sont les suivantes :

[^1] : Disponible à l'adresse https://www.fairtradecertified.org/sites/default/files/filemanager/documents/Standards/ FTUSAstdPricePremiumDatabasefr1.11.0.pdf.

  • Rapports de vérification et applications : Les données des vérifications ont été rassemblées pour montrer l'évolution du nombre de pêcheurs, de bateaux et de travailleurs au fil du temps, à partir du moment de la certification.

  • Enquêtes auprès des ménages : Des enquêtes auprès des pêcheurs ont été menées en 2015, 2016 et 2018. Les questions de l'enquête portaient sur la viabilité du revenu, la durabilité environnementale, le développement individuel et communautaire et l'autonomisation. (Annexe 1 pour une liste des questions du sondage.)

  • Données de transaction : Les données de transaction provenant des rapports d'achat et de vente de poissons certifiés comprenaient des renseignements sur les produits, le prix unitaire, le volume, l'espèce, la date de transaction et le type de contrat.

Entrevues avec les participants au programme : Des entrevues ont été menées avec des acteurs clés de la chaîne d'approvisionnement et des organisations non gouvernementales (ONG) afin de recueillir des informations qualitatives sur l'expérience acquise dans le cadre du Programme des produits de la mer équitables en Indonésie.

Fair Trade USA a effectué une analyse de la norme sur les pêches de capture afin de comparer les chevauchements avec les recommandations du SSF sur les chaînes de valeur, l'après-récolte et le commerce. D'autres articles publiés et des données secondaires ont également été examinés afin d'analyser les impacts en Indonésie, comme l'article de Borland et Bailey de 2019 intitulé « A story of two standards : A case study of the Fair Trade USA certifié Maluku à nageoires jaunes (Thunnus albacares) fishing » et le "Small de Duggan et Kochen à grande échelle mais grand potentiel : Opportunités et défis pour la certification des pêches de la pêche au thon à petite échelle indonésienne », publié en 2016.

Avant de partager les résultats de l'analyse du Programme du commerce équitable des produits de la mer, il est important d'identifier deux partenaires qui ont joué un rôle essentiel : Yayasan Masyarakat dan PerikananIndonesia (MDPI) et Anova Food.

MDPI est une ONG qui travaille avec les petits pêcheurs indonésiens pour soutenir des pêches responsables et durables. Au début du projet CFS, le MDPI était un prolongement de l'initiative Fishing & Living d'Anova et était donc un partenaire naturel pour gérer les aspects du SCF impliquant les producteurs. Aujourd'hui, MDPI est un organisme enregistré de façon indépendante qui s'associe à de multiples intervenants de l'industrie de la pêche au thon pour mettre en œuvre des initiatives axées sur la traçabilité et la durabilité. Il reste le principal partenaire de mise en œuvre du programme « Commerce équitable » en Indonésie.

Anova a été l'un des premiers partenaires du marché et partisan du commerce équitable. La participation au programme lui a permis d'être un « premier moteur » dans la différenciation des produits et dans le respect de ses engagements sociaux et environnementaux (Pollard et al. *, 2018, p. 41). Ainsi, Anova a pu entretenir des relations avec ses acheteurs actuels et doubler ses volumes d'approvisionnement avec d'autres (Pollard *et al., 2018, p. 45).

La gestion des fonds Premium, dirigée par les pêcheurs, est un exemple concret de l'alignement du commerce équitable sur la recommandation 7.4 des lignes directrices du FSS, qui vise à soutenir les associations de pêcheurs et à renforcer leur capacité à accroître leur revenu et leur sécurité de subsistance. Les ventes de produits certifiés ont rapporté aux pêcheurs indonésiens 280 000 USD (en décembre 2018) en fonds cumulatifs Fair Trade Premium en plus du prix payé pour leur pêche. Les fonds ont été affectés au niveau communautaire à divers projets sociaux et environnementaux, tels que :

  • Comptes d'épargne pour l'éducation des enfants ;
  • Fournitures scolaires ;
  • Fonds pour les maladies et le deuil ;
  • Dons aux centres communautaires locaux et aux mosquées ;
  • Éducation sur les espèces menacées, menacées et protégées (ETP) ;
  • Installations de gestion des déchets ;
  • Améliorations des sites d'atterrissage et du train d'atterrissage ;
  • Formations sur des sujets tels que la manutention après récolte pour améliorer la qualité des produits.

BOÎTE 6.2 Pleins feux sur le commerce équitable

 ! image-20210521192614474

Il existe de nombreuses associations de pêcheurs équitables à South Seram. C'est une zone de pêche importante compte tenu de la proximité des transformateurs centraux d'Ambon. Après avoir participé au programme de commerce équitable, les pêcheurs signalent des taux d'engagement plus élevés avec les autres pêcheurs et dans les négociations avec les acheteurs.

La Tohia (en jaune) est un pêcheur de 38 ans originaire de South Seram et chef du Comité du commerce équitable. Il passe son temps à aider les associations de diverses façons, notamment en négociant avec la National Electric Company, en installant des lumières aux sites de débarquement et en formant les pêcheurs pour qu'ils consignent les sorties de pêche et les interactions avec les espèces de PTE dans leurs journaux de bord (la collecte de données est une exigence de la SCF).

Son association locale, Tuna Yapana, a utilisé les fonds Fair Trade Premium pour payer des engins de pêche, des fournitures scolaires pour les enfants et des rénovations de la mosquée locale. Ils ont également utilisé des fonds pour acheter des contenants de repas et des thermos pour les voyages de pêche afin de réduire les déchets plastiques (une exigence du CSA). À l'avenir, La Tohia espère que le groupe développera des projets Fair Trade Premium ayant un impact à moyen et long terme, tels que l'inscription des pêcheurs au régime gouvernemental de soins de santé et de retraite du travail, et la création d'un fonds pour enfants qui soutient l'éducation jusqu'au niveau universitaire.

De cette façon, les fonds Premium renforcent également le statut des pêcheurs en tant que contributeurs à la société et diminuent les effets extractifs du commerce international sur la pêche artisanale. Il s'agit d'une disposition conditionnelle du paragraphe 7.9, qui stipule que « les évaluations ... [devrait] veiller à ce que les effets néfastes du commerce international sur l'environnement, la culture de la pêche artisanale, les moyens de subsistance et les besoins particuliers liés à la sécurité alimentaire soient traités équitablement. »

Dans une enquête auprès des ménages menée en 2016 auprès des participants, 63 % des répondants savaient comment la prime du commerce équitable était dépensée et 73 % étaient satisfaits des résultats. Conformément à la SCF, les pêcheurs ont également reçu une formation sur la sécurité en mer et les premiers soins, et des trousses de premiers soins sont maintenant disponibles à tous les sites de débarquement, ce qui représente un changement modeste mais mesurable dans les villages isolés qui sont souvent loin des établissements de soins de santé.

Les composantes structurelles communautaires du modèle de commerce équitable, comme la création d'associations et de comités de pêcheurs, sont également devenues de plus en plus importantes pour les pêcheurs, comme en témoignent les résultats de l'enquête menée en 2015 et de nouveau en 2016 (figure 6.4). En 2015, 68 % des répondants ont estimé que la prime du commerce équitable était l'avantage le plus important du modèle du commerce équitable. En 2016, cette cote est tombée à 48 %, tandis que la perception des pêcheurs quant aux avantages de la création d'une association de pêcheurs de commerce équitable est passée de 12 % à 20 %.

 ! image-20210521192633906

Avant la certification, tous les pêcheurs fonctionnaient de façon indépendante. Avec l'introduction des associations de commerce équitable, les pêcheurs ont été formés en groupes basés sur la géographie. En plus de la gestion Fair Trade Premium, les associations ont commencé à se réunir régulièrement pour échanger de l'information, évaluer les besoins de la communauté et communiquer avec leurs intermédiaires. Cette plateforme a permis aux pêcheurs de s'engager dans des questions communautaires et politiques plus vastes, qu'ils jugeaient utiles. Les données de l'enquête à la figure 6.5 montrent également une augmentation du nombre de pêcheurs qui font part de leurs préoccupations au sujet du leadership des associations d'une année à l'autre, ce qui indique que les niveaux d'engagement et d'engagement des producteurs sont plus élevés.

 ! image-20210521192643986

La certification du commerce équitable couvre également les travailleurs dans les usines de transformation, avec des audits annuels pour s'assurer que les exigences du CFS en matière de droits de l'homme et de conditions de travail sont respectées, notamment :

  • Prévention de la discrimination et des abus ;

  • Liberté de travail forcé ;

  • Protection des mineurs ;

  • Liberté d'association ;

  • Protection salariale et transparence en matière de conditions d'emploi ;

  • Santé et sécurité au travail ;

  • Accès aux soins de santé et à d'autres services.

Les critères de gestion des ressources du SCF détaillent les exigences relatives à la collecte de données, à la santé des stocks, à la structure de gouvernance et à la gestion adéquate des déchets, qui sont des éléments clés pour assurer une pêche durable et responsable. La mise en œuvre des exigences en matière de gestion des ressources du commerce équitable met en pratique la recommandation 7.8 des lignes directrices du FSS en veillant à ce que « des systèmes efficaces de gestion des pêches soient en place pour prévenir la surexploitation due à la demande du marché qui peut menacer la durabilité des ressources halieutiques et des aliments la sécurité et la nutrition. »

La chaîne d'approvisionnement indonésienne, dirigée par Anova avec des programmes de pêche mis en œuvre par MDPI, faisait déjà partie d'un projet d'amélioration de la pêche (FIP) lorsqu'elle est entrée dans l'évaluation du commerce équitable. Les exigences du PCIM et du commerce équitable ont permis d'améliorer la collecte de données et la traçabilité des produits, avec un nombre croissant de pêcheurs qui remplissent les journaux de bord conformément au mandat du SCF. Cela a permis de mieux comprendre l'impact des pêcheurs sur le stock de thon à nageoires jaunes ainsi que sur les espèces de prises secondaires et accessoires. Selon le SCF, un système de collecte de données doit être en place d'ici la première année, avec une documentation de plus en plus rigoureuse sur les données sur les prises exigées pour les années 3 et 6. De plus, d'ici la première année, les journaux de bord des pêcheurs inscrits doivent indiquer une estimation des prises des espèces primaires représentant au moins 50 p. 100 du total des sorties de pêche. Ce nombre passe à 75 % à la troisième année et à 90 % à la sixième année. Notamment, bien que la demande de thon à main certifié augmente, il existe des garanties du CFS pour s'assurer que le thon ne soit pas surpêché par les pêcheurs enregistrés.

Les pêcheurs ont également reçu une formation sur l'état des espèces et les besoins en matière de conservation des espèces, en particulier les dauphins et les oiseaux de mer, qu'ils rencontrent régulièrement. En outre, plusieurs groupes se sont engagés à promouvoir la connaissance et la protection des espèces ETP au sein de la communauté plus large, en utilisant les fonds Fair Trade Premium. Bien que ce ne soit pas un résultat direct des formations, les pêcheurs inscrits au commerce équitable ont abandonné uniformément la pratique répandue de la consommation d'œufs de tortue et éduquent activement leur famille et leurs amis à suivre leur exemple. La sensibilisation accrue des pêcheurs à la durabilité marine a incité les pêcheurs à prendre des mesures directes pour protéger les ressources naturelles, comme le soutient le commerce équitable des produits de la mer (recommandation 7.9* des Lignes directrices SSF) . *

Pour les producteurs, il est toujours difficile de respecter les normes environnementales rigoureuses exigées par le commerce équitable, ce qui comprend l'élaboration d'un plan de gestion des pêches. Cela est particulièrement difficile en raison de la compréhension scientifique limitée que les communautés ont de l'impact créé par les différentes mesures de gestion. En outre, la structure de gouvernance place les pêches à main en dehors des quotas internationaux, et les données historiques sur les captures sont limitées. Pour relever ce défi, le personnel du MDPI utilise une méthode simplifiée pour former les pêcheurs aux mesures de base de gestion des stocks et les aider à définir des approches de base, comme limiter l'activité de pêche par le biais du « vendredi sans pêche ». De telles actions pourraient être reconnues par les autorités locales et inscrites dans une règle simple de contrôle des récoltes (Pollard et al., 2018, p. 49). De plus, le commerce équitable exige que 30 % de la prime du commerce équitable soient consacrés à des projets environnementaux — un critère qui contribue à assurer la santé des stocks et la durabilité environnementale.

En 2019, les North Buru and Maluku Fair Trade Fishers' Associations de la pêche au thon à nageoires jaunes sont devenues les premières du genre en Indonésie à subir une évaluation complète du Marine Stewardship Council (MSC). Le Comité du commerce équitable sur l'île North Buru a été choisi pour coordonner ses travaux avec le MDPI et d'autres parties prenantes afin de compiler la documentation requise. Comme l'a souligné Blane Olson, directrice générale d'Anova Technical Services, « Des années de collecte de données et de pratiques de pêche durables par les pêcheurs du commerce équitable ont préparé le terrain pour répondre aux exigences rigoureuses de la certification MSC pour cette pêche à la ligne à main, et nous ne pourrions pas être plus ravis » (Kearns, 2019). La mise en œuvre du SCF a permis à la pêche de travailler à l'évaluation du SMC. « Il est extrêmement difficile de respecter la norme MSC pour une pêche à petite échelle, composée de milliers de navires indépendants à bord d'un seul équipage qui opèrent sur des îles éloignées », a ajouté Saut Tampubolon, directeur exécutif de MDPI. « Le Comité du commerce équitable (FTC) et les associations du commerce équitable, qui sont en place dans le Nord de Buru depuis cinq ans, donnent une structure organisée pour l'unité d'évaluation du MSC. Cet avantage majeur de l'utilisation d'un FTC existant rend MSC potentiellement possible » (Kearns, 2019).

Un facteur clé du succès du commerce équitable en Indonésie a été son partenariat avec MDPI. L'environnement du pays, qui comprend le deuxième littoral le plus long du monde, est complexe sur le plan logistique. La mise en œuvre de la SCF nécessitait une expertise sur le terrain, des connaissances locales et un réseau d'organisateurs communautaires formés chargés de reproduire le modèle dans plusieurs îles et communautés. Depuis le début du programme en Indonésie, MDPI est chargé d'introduire les concepts et les exigences du commerce équitable dans les communautés locales. Le personnel du MDPI forme les membres du Comité du commerce équitable (en recourant au besoin à des organismes de formation extérieurs) en matière d'organisation, de littératie financière et de tenue de livres. L'organisation collabore également étroitement avec le comité pour s'assurer que les pêcheurs comprennent leurs rôles et responsabilités et disposent des outils et de la sagesse nécessaires pour utiliser avec succès la prime de commerce équitable à son maximum. De plus, le personnel compétent et dévoué de MDPI fournit le personnel local nécessaire pour assurer la certification initiale et continue de cette chaîne d'approvisionnement. La coopération et le partenariat des transformateurs locaux PT. Harta Samudra et Blue Ocean Grace International ont également joué un rôle essentiel dans la mise en œuvre du programme, étant donné que les deux entités respectent le CSA.

Enfin, Anova Food a été un partenaire essentiel en Indonésie et sur le marché de détail américain. En tant que titulaire du certificat et importateur du thon certifié, Anova est responsable des audits fiscaux annuels et de la mise en œuvre du programme sur le terrain. Son personnel et ses équipes commerciales ont pleinement soutenu la certification Fair Trade depuis son adoption en 2013 et ont joué un rôle important dans la livraison du produit sur les rayons de vente au détail. Entre 2015 et 2016, le volume des ventes a augmenté de plus de 280 %, et la demande pour le produit certifié n'a cessé d'augmenter grâce à ses efforts de marketing, ainsi qu'à ceux de Fair Trade USA (Business Wire, 2019). Le soutien continu d'Anova au PCIM pour le thon à nageoires jaunes en Indonésie orientale a également été un facteur important de son succès, permettant de créer des synergies entre le PCIM et le programme de commerce équitable dans le cadre du MDPI, telles que la collecte de données, la documentation sur les prises accessoires et la participation communautaire à la gouvernance des pêches.

Comme pour de nombreux programmes de certification et/ou d'amélioration, l'un des défis les plus importants est le coût continu. Dans ce cas, le titulaire du certificat assume le coût de la certification. Les audits du commerce équitable sont effectués chaque année, et ceux en Indonésie ont besoin de plusieurs semaines. Ce fait, conjugué à la géographie difficile de l'est de l'Indonésie et à l'éloignement de plusieurs villages de pêcheurs, maintient les coûts d'audit élevés. La demande de produit, la visibilité du programme de commerce équitable et l'agrégation des pêcheurs en grappes organisées augmentent également la présence d'acheteurs opportunistes. Ces acheteurs accroissent la concurrence locale et diminuent le volume potentiel de produits du commerce équitable vendus, tout en évitant d'investir dans des améliorations socio-économiques et environnementales à long terme.

Des ressources financières importantes sont également nécessaires pour appuyer le MDPI et le renforcement des capacités sur le terrain. Les sites de débarquement et les lieux de transformation ont dû faire l'objet d'améliorations dans les systèmes de traçabilité des produits et de sécurité des travailleurs. Ces coûts sont supportés par le transformateur et sont difficiles à répercuter sur les acheteurs. En ce qui concerne la traçabilité des produits, les longes de thon à nageoires jaunes sont étiquetées comme « commerce équitable » et codées avec les détails du site de débarquement après leur débarquement. Lors de la livraison aux usines centrales de traitement, ces informations sont saisies dans un système de suivi puis, dans le cas de la chaîne d'approvisionnement Anova, téléchargées sur une plate-forme blockchain.

En Indonésie, Anova a établi un partenariat avec MDPI et USAID pour mettre en œuvre la traçabilité complète de la chaîne en travaillant avec tous les acteurs de la chaîne d'approvisionnement, y compris les pêcheurs, intermédiaires et transformateurs et exportateurs (Fishing & Living, 2019). Au niveau des pêcheurs, des systèmes électroniques de surveillance des navires tels que Spot Trace et Pélagic Data Systems sont utilisés pour recueillir des données plus précises sur les prises. Au niveau intermédiaire, une application mobile appelée Trafiz développée par USAID OCEANS est progressivement déployée pour contribuer à la traçabilité des sites de débarquement en enregistrant les transactions par voie électronique et en les téléchargeant dans une base de données en ligne. Enfin, au niveau du transformateur/exportateur, un système de comptage électronique (Trace Tales) développé par MDPI et financé par USAID OCEANS a été installé dans plusieurs usines de traitement. La plate-forme blockchain intégrera un certain nombre d'outils de traçabilité existants pour passer à une traçabilité continue et inviolable tout au long de la chaîne de valeur.

Blane Olson, directeur général d'Anova Technical Services, explique que « avec l'ajout de notre nouveau programme de technologie blockchain, nous sommes en mesure d'accéder et de partager facilement des informations puissantes sur le parcours du poisson au marché avec les clients et les consommateurs, tout en veillant à ce que le poisson soit pêché dans un océan pur par des pêcheurs qui opèrent selon les normes du commerce équitable, qui sont certifiées par MDPI et Fair Trade USA pour garantir des salaires équitables et des conditions de travail sûres. »

Les intermédiaires jouent un rôle social et économique intégral dans ces communautés de pêcheurs. Ils facilitent la production, soutiennent la transformation et le classement après récolte, agissent comme prêteurs financiers et collectent et transportent les produits bruts aux transformateurs. L'obtention de la confiance et de la coopération des intermédiaires en tant que dirigeants de ces communautés a été essentielle dans la mise en œuvre du SCF et dans la formation d'associations (Bailey et al., 2016).

Ce processus d'établissement de la confiance et de la coopération avec les intermédiaires dans tous les sites certifiés Fair Trade était un processus pluriannuel rendu possible par le personnel du MDPI. Parfois, le développement communautaire était difficile, car certains intermédiaires considéraient les associations et les comités de pêcheurs comme une menace pour leurs opérations et leurs méthodes. Au début du programme, le MDPI a travaillé en étroite collaboration avec des intermédiaires coopératifs, en particulier ceux qui étaient aussi pêcheurs et qui avaient des liens étroits avec la communauté locale, puis s'est étendu à l'extérieur. Comme le programme de commerce équitable s'est adapté au contexte indonésien pour impliquer des intermédiaires, les intermédiaires ont également évolué pour gérer leurs entreprises dans les limites des associations de pêcheurs et impliquer davantage de communication et de transparence avec les pêcheurs. Les intermédiaires qui sont aussi pêcheurs font partie d'associations de pêcheurs. Pour ceux qui ne pêchent pas, l'association locale a la possibilité de les inclure dans les réunions en tant que membres sans droit de vote.

Les associations aident à résoudre les problèmes entre les intermédiaires et les pêcheurs, comme dans une affaire récente concernant la transparence des prix. Dans un certain nombre de villages, les pêcheurs étaient cotés à des prix différents pour des produits similaires, et il y avait confusion quant à la façon dont le classement influait sur les prix. En outre, certains intermédiaires revendiquaient des poissons non certifiés comme étant certifiés pour atteindre des prix commerciaux plus élevés. Bon nombre des pêcheurs ont fait part de ces préoccupations à leurs associations et au MDPI. Grâce aux conversations avec des intermédiaires et aux efforts d'encadrement et de formation déployés par le personnel du MDPI, ces problèmes ont finalement été résolus.

D'autres défis surviennent au niveau du marché américain. Bien que la reconnaissance de la marque du commerce équitable soit élevée, 60 % des consommateurs américains déclarant reconnaître le logo, les fruits de mer certifiés Fair Trade Certified ne sont pas aussi bien connus. Il est donc essentiel de travailler avec les partenaires de marque de Fair Trade et d'équiper leurs équipes de vente et de marketing des outils dont elles ont besoin pour accroître les ventes et la reconnaissance des produits de la mer certifiés Fair Trade. Le mouvement des fruits de mer durables a été couronné de succès au cours des 20 dernières années auprès des détaillants américains et européens, dont la majorité ont des engagements en matière de fruits de mer durables pour les fruits de mer pêchés sauvages (CEA, 2017). Toutefois, la plupart de ces engagements sont axés sur la durabilité environnementale. C'est pourquoi le commerce équitable et d'autres ONG qui s'occupent des questions sociales liées à la production de fruits de mer travaillent avec diligence à modifier les engagements actuels des détaillants à adopter des critères sociaux pour l'approvisionnement en produits de la mer, y compris un engagement envers le commerce équitable.

Un acheteur dévoué prêt à payer un prix plus élevé pour un produit certifié est essentiel au succès de toute certification Fair Trade, ainsi que des interventions similaires. Le modèle du commerce équitable est axé sur le marché, et son efficacité dépend de la demande d'un acheteur final. En l'absence de ventes aux conditions du commerce équitable, il n'y a aucun impact sur les producteurs ou incitatif sur les prix qui obligent les acteurs de la chaîne d'approvisionnement à adhérer à des niveaux plus élevés de conformité et à des pratiques commerciales plus équitables.

Le programme du commerce équitable des produits de la mer en Indonésie est une histoire d'amélioration continue, en commençant par quatre associations de pêcheurs du commerce équitable à Ambon et Buru et en s'étendant à 38 associations de commerce équitable comptant plus de 800 pêcheurs sur plusieurs îles, chacune ayant sa propre logistique, sa dynamique culturelle et sa politique locale.

Le modèle a apporté des changements positifs aux communautés indonésiennes grâce à l'organisation de groupes, à l'adhésion à des normes rigoureuses et à des revenus supplémentaires pour les producteurs. Le commerce équitable est la seule certification qui garantit une prime de prix. Depuis le lancement du Programme des produits de la mer, plus d'un quart de million de dollars américains ont été livrés aux petits pêcheurs indonésiens participants. Grâce au soutien continu du MDPI, ces pêcheurs identifient une gamme de projets et d'investissements visant à améliorer leurs moyens de subsistance et le milieu marin.

En outre, le développement d'associations et de comités de commerce équitable a renforcé la capacité des pêcheurs, amélioré leur sécurité de revenu et de subsistance, et appuyé la collecte de données et les systèmes de gestion des pêches pour prévenir la surexploitation des ressources naturelles. Les associations de pêcheurs organisées, fondées sur la contribution et la collaboration de la collectivité, ont fourni la structure sociale nécessaire pour renforcer la collecte et la traçabilité des données, ainsi que pour faire progresser les PCIM et réaliser une évaluation complète du SMC.

Fair Trade USA et ses partenaires ont pu reproduire les succès enregistrés en Indonésie dans d'autres pêches et pays, en particulier au Mexique, aux Maldives, aux États-Unis d'Amérique et aux Îles Salomon. Les types d'espèces certifiées et les engins de pêche associés ont également grandi, avec la crevette du Pacifique (filet suripera), le pétoncle de l'Atlantique (drague de pétoncles), le saumon de l'Alaska (filets dérivants et filets) et le thon à skipjack (mât et ligne) tous certifiés entre 2015 et 2017.

En 2020, le CSA fera l'objet d'une révision majeure. Dans le cadre de ce processus, Fair Trade USA actualisera ses normes afin d'accroître son impact sur les petits et moyens producteurs du monde entier.

Bailey, M., Bush, S., Oosterveer, P. & Larastiti, L. 2016. Pêcheurs, commerce équitable, et trouver un terrain d'entente. *Recherches halieutiques, 182 (octobre 2016) : 59—68 (disponible à https://doi. org/10.1016/j.fishres.2015.11.027).

Borland, M.E. & Bailey, M. 2019. Un récit de deux normes : le cas de la pêche au thon à nageoires jaunes à main aux Maluku. *Politique maritime, 100 (février 2019) : 353—360.

Business Wire. 2019. Anova Food reconnaît MDPI et partenaires indonésiens après la mise en œuvre réussie du programme de technologie Blockchain. Business Wire, 26 juin 2019. (également disponible à l'adresse https://www.businesswire.com/news/home/20190626005595/en/ [Anova-Food-Recognizes-MDPI-Indonesian-Partners-Success]. (https://www.businesswire.com/news/home/20190626005595/en/Anova-Food-Recognizes-MDPI-Indonesian-Partners-Successful)

CEA (California Environmental Associates) . 2017. Progrès vers des produits de la mer durables — par les numéros. Fondation Packard, Rapport Metrics sur les produits de la mer, juin 2017. SpeakingOfSeafood.org/wp-content/uploads/2017/06/Seafood-Metrics-Report-2017.pdf

Duggan, D. & Kochen, M. 2016. Petite échelle mais grand potentiel : opportunités et défis pour la certification des pêches de la pêche artisanale indonésienne. Marine Politique, 67 (mai 2016) : 30—39.

Progrès de la pêche. 2018. Indonésie Thon à nageoires jaunes de l'océan Pacifique occidental et central — ligne à main. Dans : Progrès de la pêche [en ligne]. Fort Collins, États-Unis. https://fisheryprogress.org/ fip-profile/eastern-indonésia-yellowfin-tuna-handline

Pêche et vivre. (23 septembre^rd^ 2019). Extrait de http://fishing-living.org/#sthash. sqLibrtl.dpbs

Kearns, M. 2019. La pêche au thon à main devient la première du genre en Indonésie pour poursuivre l'évaluation complète du SMC. SeafoodSource Official Media, 27 février 2019. (également disponible à l'adresse www.seafoodsource.com/news/environment-sustainability/handline-tuna-fishery- devenes-first of-its-kind-in-indonésia-to-suite-full-msc- évaluation).

Pollard, I. et al. 2018. Apprentissage et pratiques exemplaires du programme du commerce équitable des produits de la mer. Rapport confidentiel préparé pour Fair Trade USA (non publié).

Liste des questions du sondage auprès des pêcheurs

Genre Année de naissance Nom de l'association de pêcheurs Combien d'enfants (âgés de 18 ans ou moins) vivent dans votre ménage ? Au cours de la dernière année était-ce un temps où vous ou quelqu'un de votre ménage avez sauté un repas ou mangé un repas plus petit parce que vous n'aviez pas assez d'argent pour acheter de la nourriture ? Non Pas de réponse Oui Au cours de la dernière année, à quelle fréquence cela s'est-il produit ? 1—2 mois Je ne sais pas Tous les mois Plusieurs mois Pas de réponse Au cours du dernier mois, combien de fois avez-vous pris un gilet de sauvetage en mer ? Toujours Je ne sais pas Jamais Pas de réponse Oui Au cours du dernier mois, avez-vous eu un accident pendant la pêche ? Je ne sais pas Non Pas de réponse Oui Depuis combien d'années avez-vous été pêcheur ? Lequel des éléments suivants vous décrit le mieux ? Je ne sais pas Je suis capitaine et je ne suis pas propriétaire du bateau Je suis capitaine et je suis propriétaire du bateau Je suis membre de l'équipage Pas de réponse Combien avez-vous gagné en pêchant au cours du dernier mois ? En comparant ce mois-ci au même mois l'an dernier, le revenu de la pêche a-t-il changé ? Je ne sais pas Je n'ai pas attrapé de poisson pendant la saison précédente Il a diminué Il a augmenté Il n'a pas changé Pas de réponse Àpart la pêche, quelles autres sources de revenus existe-t-il pour votre ménage ? Veuillez sélectionner tous les éléments qui s'appliquent. Agriculture Entreprise Fabrication Aucune autre source de revenu Autres emplois (par exemple, construction) Versement Transformation des fruits Tourisme Quelle part de vos revenus provient de la pêche ? Tous Je ne sais pas Moins de la moitié La plupart Pas de réponse Lorsque vous avez un besoin inattendu d'argent (p. ex. dommages à un bateau, maladie ou décès dans la famille), comment l'obtenir ? Emprunter de l'argent Aide gouvernementale Je ne sais pas quoi faire Polices d'assurance Autres Pas de réponse Versement Économies Àqui empruntez-vous de l'argent ? Banque Propriétaire/fournisseur de bateau Je ne sais pas Famille/ ami Institution de microfinancement Autres Autres prêteurs informels Pas de réponse Savez-vous comment la prime du commerce équitable est dépensée ? Je ne sais pas Non Pas de réponse Oui Êtes-vous satisfait de la façon dont la prime du commerce équitable est dépensée ? Insatisfait Je ne sais pas Neutre Pas de réponse Satisfait Avez-vous fait part d'une plainte ou d'une recommandation à la direction de votre association de pêcheurs au cours de la dernière année ? Je ne sais pas Non Pas de réponse Oui Lorsque vous êtes satisfait de la façon dont les dirigeants ont traité votre plainte ou votre recommandation ? Je ne sais pas Non satisfait Pas de réponse Satisfait Pourquoi n'as-tu pas partagé des plaintes de recommandations ? Je ne savais pas comment partager mon opinion Je ne pensais pas que mon opinion ferait une différence j' ai été satisfait des opérations J' avais peur de partager mon opinion Autres Pas de réponse Quel a été l'avantage le plus important que vous voyez dans le programme Fair Trade Je ne sais pas Création d'une association de pêcheurs Je ne vois aucun avantage potentiel Autres Augmentation potentielle des revenus Fonds de primes Pas de réponse Formations Depuis que vous avez rejoint le programme Fair Trade, quel a été le plus grand défi de participer ? Changements dans la gestion des pêcheurs Je ne sais pas Formations à la pêche Règles d'adhésion aux associations de pêcheurs Obligation de collecter des données Pas de défis Autres Pas de réponse Participer à des réunions et des rassemblements

*Source : Zelasney, J., Ford, A., Westlund, L., Ward, A. et Riego Peñarubia, éd. 2020. Assurer une pêche durable à petite échelle : présenter les pratiques appliquées dans les chaînes de valeur, les opérations post-récolte et le commerce. FAO sur les pêches et l'aquaculture Document technique No 652. Rome, FAO. https://doi.org/10.4060/ca8402en *


Food and Agriculture Organization of the United Nations

http://www.fao.org/
Loading...

Restez au courant des dernières nouveautés en matière de technologie aquaponique

Entreprise

  • Notre équipe
  • Communauté
  • Presse
  • Blog
  • Programme de parrainage
  • Politique de confidentialité
  • Conditions de service

Copyright © 2019 Aquaponics AI. Tous droits réservés.