common:navbar-cta
Télécharger l'applicationBlogFonctionnalitésTarificationAssistanceSe connecter
EnglishEspañolعربىFrançaisPortuguêsItalianoहिन्दीKiswahili中文русский

De nombreux organismes nationaux et intergouvernementaux ont fermement décidé que le paradigme officiellement approuvé pour la protection des cultures est la « gestion intégrée des ravageurs » (IPM). Par exemple, une directive de l'Union européenne (UE) Le Parlement européen et le Conseil de l'Europe 2009] oblige tous les planteurs professionnels de l'Union à appliquer les principes généraux de la lutte intégrée depuis 2014. La lutte intégrée est une stratégie écosystémique qui met l'accent sur la prévention à long terme des ravageurs ou de leurs dommages grâce à une combinaison de techniques telles que la lutte biologique, la manipulation de l'habitat, la modification des pratiques culturelles et l'utilisation de variétés résistantes (Tang et al. 2005). Bien que l'aquaponie soit considérée comme plus résistante aux agents pathogènes par rapport à la production hydroponique conventionnelle (Gravel et al. 2015), il est néanmoins impossible d'éviter les ravageurs et les maladies. Des cultures saines sont avant tout la conséquence de bonnes conditions de croissance et du choix d'une variété végétale appropriée, ce qui permet aux plantes d'atteindre leur potentiel de production élevé, et non pas le résultat d'une protection chimique et biologique des plantes. Une plus grande diversité microbienne améliore la résistance des plantes dans la rhizosphère contre les maladies des racines ainsi qu'une plus grande absorption des nutriments par la culture. Par conséquent, une nutrition optimale des plantes, des conditions environnementales adéquates dans le système de culture et des techniques de culture intelligentes sont essentielles. La lutte contre les ravageurs et les agents pathogènes devrait réduire au minimum l'application de produits biologiques et chimiques.

Selon l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO), la lutte intégrée contre les ravageurs (IPM) est définie comme « Un système de lutte antiparasitaire qui, dans le contexte de l'environnement associé et de la dynamique de la population de l'espèce nuisible, utilise toutes les techniques et méthodes appropriées d'une manière aussi compatible que possible et maintient les populations de ravageurs à des niveaux inférieurs à ceux qui causent des dommages économiques » (FAO 2018). La protection intégrée des cultures et la lutte antiparasitaire (IPM) englobent les mesures préventives, l'utilisation d'approches fondées sur des obstacles (p. ex. agrotextiles), les méthodes fondées sur la biotechnologie (p. ex. la sélection végétale), la lutte biologique contre les ravageurs à l'aide d'ennemis naturels et l'application contrôlée de produits chimiques autorisés dans les produits biologiques l'agriculture. La lutte antiparasitaire est donc un moyen rentable, respectueux de l'environnement et socialement acceptable de lutter contre les ravageurs et les maladies.

Tant dans l'hydroponie conventionnelle que dans l'aquaponie, les gestionnaires de culture doivent faire face à différents types de menaces biologiques. Les insectes nuisibles sont non seulement problématiques en raison des dommages directs qu'ils causent à la plante, mais aussi parce qu'ils agissent souvent comme porteurs (vecteurs) de maladies bactériennes ou virales. Tant les insectes que les maladies bénéficient de conditions climatiques contrôlées dans les serres : elles sont à l'abri de la pluie, du vent et des fortes fluctuations de température. Cependant, ces conditions environnementales permettent également une utilisation efficace d'organismes bénéfiques contre les insectes. Différentes stratégies de gestion devraient contribuer à réduire au minimum l'utilisation des pesticides et à améliorer la santé des végétaux. Bien que la lutte biologique fasse partie de la lutte antiparasitaire intégrée (GIP), il existe certaines différences entre le concept général de lutte antiparasitaire et la lutte biologique (BPC) (tableau 1).

Tableau 1 : Lutte intégrée contre l'agriculture biologique

Lutte intégrée contre les ravageurs Lignes directrices sur l'agriculture biologique Méthodes préventives hygiène des cultures (enlèvement des mauvaises herbes, désinfection de la pièce, etc.) barrières physiques contre les ravageurs (filets, etc.) utilisation de semis solides et résistants mesures d'hygiène à l'entrée restriction du nombre de visiteurs Utilisation d'insectes bénéfiques contre les ravageurs (lutte biologique contre les ravageurs) Larve de coccinelle contre les pucerons Parasitoïde mouche (Encarsia formosa) contre les aleurodes Moucherons de galle (Aphidoletes aphidimyza) contre les pucerons Nématodes enthomopathogènes Bactéries et champignons enthomopathogènes Contrôle chimique L' utilisation de pesticides synthétiques non toxiques pour le poisson* pourrait être utilisée dans des conditions contrôlées, mais seulement en dernier recours, comme Pymétrozine contre les pucerons, aleurodes Clofentezine contre les acariens Fosétyl-aluminium contre le mildiou L' utilisation de pesticides naturels énumérés sous BPC est également possible. * TER (rapport d'exposition à la toxicité) = CL50 aiguë (mg d'agent/litre) /PEC (concentration prévue dans l'environnement) > 100 pour les poissons et > 10 pour les invertébrés aquatiques. Utilisation de pesticides naturels, tels que Huiles* (huile de fenouil contre l'oïdium) Bicarbonate de potassium* contre l'oïdium (Oidium, Leveillula, Sphaerotheca) Soufur* contre l'oïdium (Oidium, Leveillula, Sphaerotheca) Lécithine* contre l'oïdium (Erysiphe)

Source : FiBL — Betriebsmittelliste 2019 für den biologischen Landbau in der Schweiz

Vérifier l'innocuité du poisson avant d'utiliser tout type de produits phytopharmaceutiques, d'agents de lutte biologique ou d'insecticides et fongicides d'origine végétale

Contrairement aux systèmes hydroponiques conventionnels, les systèmes aquaponiques sont des écosystèmes indépendants avec des zones (ou des compartiments) différentes. Outre les cultures cibles (poissons et plantes), le système accueille également un large éventail de communautés distinctes de micro-organismes (Schmautz et al. 2017), ainsi que de petits insectes et araignées ayant un effet bénéfique, neutre ou nuisible sur la culture. Les systèmes aquaponiques comportent généralement une forte densité de poissons et de plantes dans un seul endroit, ce qui facilite la propagation rapide de maladies ou de parasites dans tout le système. Contrairement aux systèmes de culture conventionnels, où l'utilisation de pesticides chimiques fait partie de la routine quotidienne, de telles méthodes ne conviennent pas à l'aquaponie (Bittsánszky et al. 2015). Les conséquences d'une infection grave ou d'une infestation par des ravageurs sont aggravées, car la perte ou l'enlèvement de plantes ou de poissons perturberont l'équilibre entre les poissons, les plantes et la chimie de l'eau. L'utilisation de produits chimiques doit être examinée très attentivement. L'apport de produits chimiques organiques ou inorganiques pourrait être fatal pour les animaux aquatiques ainsi que pour l'équilibre microbiologique dans le système. Il est donc préférable de s'abstenir de produits chimiques plutôt que de risquer des conséquences fatales pour l'ensemble du système aquacole.

La réaction de la lutte intégrée contre les maladies et/ou les ravageurs en aquaponie est donc limitée par : (i) la combinaison de poissons, de plantes et de bactéries, puisque les poissons peuvent être sensibles aux traitements végétaux et vice-versa, et les bactéries peuvent être sensibles à la fois aux traitements du poisson et des plantes ; et (ii) le désir de maintenir l'absence de produits chimiques ou statut biologique.

 ! image-20210212142427969

Figure 1 : Programme de lutte intégrée en cinq étapes en aquaponie

*Copyright © Partenaires du projet Aqu @teach. Aqu @teach est un partenariat stratégique Erasmus+ dans l'enseignement supérieur (2017-2020) dirigé par l'Université de Greenwich, en collaboration avec l'Université des sciences appliquées de Zurich (Suisse), l'Université technique de Madrid (Espagne), l'Université de Ljubljana et le Centre biotechnique Naklo (Slovénie) . *

Veuillez consulter la table des matières pour plus de sujets.


[email protected]

https://aquateach.wordpress.com/
Loading...

Restez au courant des dernières nouveautés en matière de technologie aquaponique

Entreprise

  • Notre équipe
  • Communauté
  • Presse
  • Blog
  • Programme de parrainage
  • Politique de confidentialité
  • Conditions de service

Copyright © 2019 Aquaponics AI. Tous droits réservés.