common:navbar-cta
Télécharger l'applicationBlogFonctionnalitésTarificationAssistanceSe connecter
EnglishEspañolعربىFrançaisPortuguêsItalianoहिन्दीKiswahili中文русский

 !

La santé des plantes a un sens large qui va bien au-delà de l'absence de maladies ; c'est l'état général du bien-être qui permet à une plante d'atteindre son plein potentiel productif. La santé des végétaux, y compris la prévention des maladies, la dissuasion et l'élimination des ravageurs, est un aspect extrêmement important de la production alimentaire aquaponique (figure 6.8). Bien que les progrès les plus importants en matière de santé des plantes aient été réalisés grâce à la gestion des agents pathogènes et des ravageurs, une nutrition optimale, des techniques de plantation intelligentes et une bonne gestion de l'environnement sont également essentiels pour assurer la santé des plantes. En outre, la connaissance des plantes spécifiques cultivées est fondamentale pour résoudre divers problèmes de production. Bien que certains concepts de base sur la nutrition des plantes aient déjà été décrits, cette section vise à mieux comprendre comment réduire les risques et lutter contre les maladies et les ravageurs des plantes en aquaponie à petite échelle.

Pour de plus amples renseignements sur les insectes bénéfiques, y compris les caractéristiques des insectes et les besoins climatiques, ainsi que des renseignements généraux sur l'identification des ravageurs, ainsi que sur la lutte intégrée contre les ravageurs et les maladies (y compris les différents produits disponibles pour le traitement), voir l'annexe 2 et les ressources énumérées dans la section sur Lecture plus poussée.

Les ravageurs des plantes, la production intégrée et la lutte antiparasitaire

Les insectes nuisibles sont problématiques pour la production végétale parce qu'ils sont porteurs de maladies que les plantes peuvent contracter. Les ravageurs extraient aussi les liquides lorsqu'ils se transforment dans les tissus des plantes, ce qui entraîne un retard de croissance. Les environnements contrôlés, comme les serres, peuvent être particulièrement problématiques pour les ravageurs, car l'espace clos offre des conditions favorables aux insectes sans pluie ni vent. La lutte contre les ravageurs pour les conditions extérieures diffère également de celle pour les cultures protégées (moustiquaires, serres), en raison de la séparation physique des plantes de la zone environnante, ce qui permet l'utilisation d'insectes bénéfiques à l'intérieur pour tuer ou combattre les insectes ravageurs. La prévalence des insectes nuisibles dépend également fortement du climat et de l'environnement. La lutte contre les ravageurs dans les zones tempérées ou arides est plus facile que dans les régions tropicales, où l'incidence et la concurrence accrue entre les insectes rendent la lutte antiparasitaire beaucoup plus difficile.

Comme les unités aquaponiques maintiennent un écosystème indépendant, il est normal qu'une foule de micro-organismes et de petits insectes et araignées existent dans les lits médiatiques. Cependant, d'autres insectes nuisibles tels que les aleurodes, les thrips, les pucerons, les mineurs de feuilles, les papillons de chou et les acariens se nourrissent et endommagent les plantes. Une pratique courante pour lutter contre les insectes nuisibles problématiques dans la production de légumes dans le sol consiste à utiliser des pesticides chimiques ou des insecticides, mais c'est « impossible** » en aquaponie. Tout pesticide chimique fort pourrait être fatal pour les poissons ainsi que pour les bactéries bénéfiques vivant dans le système. Par conséquent, les pesticides chimiques commerciaux ne doivent jamais être utilisés. Cependant, il existe d'autres contrôles physiques, environnementaux et culturels efficaces pour réduire la menace que représentent les ravageurs provenant de l'aquaponie. Les insecticides et les dissuasifs doivent être considérés comme un dernier recours. Néanmoins, une gestion efficace intègre la gestion des cultures et de l'environnement à l'utilisation de moyens de dissuasion biologiques et biologiques.

La production intégrée et la lutte antiparasitaire (IPPM) est une approche écosystémique de la production et de la protection des plantes basées sur le sol et sans sol qui combine différentes stratégies et pratiques de gestion pour cultiver des plantes saines et minimiser l'utilisation des pesticides. Il s'agit d'une combinaison de contrôles mécaniques, physiques, chimiques, biologiques et microbiens, de résistance des plantes hôtes et de pratiques culturelles. Tous ces contrôles ne s'appliquent pas à l'aquaponie, car certains peuvent être mortels pour les poissons et les bactéries (p. ex. produits chimiques et certains pesticides organiques), tandis que d'autres ne sont pas justifiés économiquement pour les aquaponiques à petite échelle (p. ex. agents de contrôle microbiens). Ainsi, la présente section se concentre sur les stratégies les plus applicables pour l'aquaponie à petite échelle, y compris la lutte mécanique et physique, la résistance des plantes hôtes et les techniques culturelles visant à prévenir la menace des ravageurs et des maladies. Quelques brèves observations sont faites sur certains contrôles biologiques sans danger pour l'aquaponie (c.-à-d. les insectes et les micro-organismes bénéfiques), et plus de détails sont fournis à l'annexe 2. Pour de plus amples renseignements sur ces méthodes, voir la section « Autres lectures ».

Contrôles physiques, mécaniques et culturels

Pour la lutte contre les ravageurs en aquaponie, la prévention est fondamentale. Une surveillance régulière et approfondie des ravageurs est essentielle et, idéalement, des infestations mineures peuvent être identifiées et gérées avant que les insectes n'endommagent l'ensemble de la culture. Vous trouverez ci-dessous une liste de contrôles simples et peu coûteux utilisés dans l'agriculture biologique et conventionnelle, qui conviennent également à l'aquaponie à petite échelle, afin d'éviter les infestations ravageuses. L'exclusion physique se réfère à l'éloignement des organismes nuisibles. L'enlèvement mécanique est lorsque l'agriculteur enlève activement les ravageurs des plantes. Les contrôles culturels sont les choix et les activités de gestion que l'agriculteur peut entreprendre pour prévenir les ravageurs. Ces mesures de lutte devraient servir de première ligne de défense contre les insectes nuisibles avant d'envisager d'autres méthodes.

Netting/Écrans

Cette méthode est courante pour prévenir les dommages causés par les ravageurs dans les régions tropicales ou partout où l'horticulture biologique est pratiquée ou où les pesticides ne sont pas efficaces. La taille des mailles varie selon le ravageur visé ; utiliser des filets de 0,15 mm pour exclure les thrips, de 0,35 mm pour exclure les corégones et les pucerons, et de 0,8 mm pour empêcher les mineurs de feuilles. Le filet est particulièrement efficace alors que les semis sont très jeunes et tendres. Les écrans ne suppriment pas ou n'éradiquent pas les organismes nuisibles, ils n'en excluent que la plupart ; par conséquent, ils doivent être installés avant l'apparition d'organismes nuisibles et il faut prendre soin de ne pas laisser les organismes nuisibles pénétrer dans l'environnement protégé.

Barrières physiques

 ! image-20200905142324953

Compte tenu des distances limitées que peuvent parcourir les insectes, il est possible de réduire la prévalence des ravageurs en ajoutant des barrières physiques entre les légumes et la végétation environnante, comme les surfaces pavées ou les étages de construction. La production aquaponique sur le toit bénéficie de la ventilation naturelle, compte tenu de l'altitude plus élevée, et de la grande barrière physique (distance du sol) créant des conditions idéales pour une production extérieure relativement exempte de parasites et de maladies (figure 6.9). Les serres ont souvent un ventilateur puissant qui souffle par l'entrée qui peut aider à empêcher les insectes d'entrer avec le fermier.

Une autre technique utile consiste à créer une barrière sur les jambes des récipients hydroponiques. Une bague

de cuivre clignotant peut empêcher les escargots et les limaces de monter les jambes, et un revêtement de gelée de pétrole peut empêcher les fourmis. Placer le fond des jambes dans un récipient d'eau peut également empêcher les fourmis.

Inspection et enlèvement de la main

 ! image-20200905142340308

L'enlèvement, à la main ou à l'aide d'un jet d'eau à haute pression, des feuilles ou des plantes fortement infestées aide à éviter et/ou à retarder la propagation des insectes aux plantes environnantes (figure 6.10). Les plus gros ravageurs et les larves peuvent également être utilisés comme aliment supplémentaire pour le poisson. L'eau pulvérisée à partir d'un tuyau dirigé vers le dessous des feuilles est une technique de gestion extrêmement efficace pour de nombreux types d'insectes suceurs. Le ruisseau peut tuer certains insectes, et les autres sont emportés. Ceci est efficace sur les insectes suceurs tels que les pucerons et les aleurodes. C'est l'une des méthodes les plus efficaces sur les systèmes à petite échelle, mais elle peut être juste un remède temporaire car les ravageurs déplacés peuvent retourner dans les plantes. Il peut utiliser des volumes importants d'eau et devenir trop laborieux avec des systèmes de plus grande taille.

Piégeage

 !

Les pièges collants placés légèrement au-dessus du couvert végétal sont efficaces dans des environnements protégés (p. ex. maisons en filet, serres). Les cartes collantes bleues piégent les stades adultes des thrips tandis que les cartes collantes jaunes piégent les aleurodes et les microlépidoptères (figure 6.11). Les pièges collants sont moins efficaces en plein air, car de nouveaux insectes peuvent facilement venir des zones environnantes. La surveillance continue des insectes capturés par les pièges peut aider un agriculteur à adopter des mesures spécifiques pour réduire la présence de certains ravageurs. Une autre façon efficace de traiter les ravageurs est d'utiliser des pièges appâtés à la phéromone. Ces espèces attirent les mâles de certains ravageurs, réduisant ainsi la population d'accouplement dans la région.

Gestion de l'environnement

Maintenir des conditions optimales de lumière, de température et d'humidité, qui peuvent être facilement modifiées en culture protégée, afin de favoriser une croissance plus saine des plantes et de créer des conditions défavorables pour les ravageurs. Par exemple, les tétranyques ne tolèrent pas les conditions humides et humides, de sorte que les maîtresses chronométrées dirigées sur les feuilles des plantes peuvent dissuader les infestations.

Choix de la plante

Certains ravageurs sont plus attirés par des espèces végétales spécifiques que d'autres. De même, différentes variétés végétales de la même espèce ont une résistance/tolérance différente aux ravageurs. C'est l'une des raisons pour lesquelles la polyculture peut souvent prévenir de grandes infestations parce que certaines plantes ne sont pas affectées. De plus, certaines plantes attirent et retiennent des insectes plus bénéfiques pour aider à gérer les populations de ravageurs (voir plus en détail ci-dessous). Choisissez des variétés résistantes auprès de fournisseurs locaux et d'agents de vulgarisation agricole pour aider à réduire les maladies et les infestations.

Plantes indicatrices et cultures sacrificielles, captures/piégeantes

Certaines plantes, comme le concombre et les légumineuses, sont plus sujettes aux pucerons ou aux infestations d'acariens rouges et peuvent donc être utilisées pour détecter rapidement la prévalence des ravageurs. Souvent, les plantes indicatrices sont plantées le long du bord extérieur des plus grands jardins. Une autre stratégie qui peut être adoptée en aquaponie est l'utilisation d'insecticides biologiques sur des plantes sacrificielles ou « captives » plantées à proximité du système aquaponique, mais pas à l'intérieur. Les plantes capturées (c.-à-d. les fèves) attirent les ravageurs. Ces plantes peuvent être cultivées dans des pots à côté de l'unité aquaponique, attirant les ravageurs loin de l'unité, qui sont ensuite traités avec des insecticides (voir ci-dessous). Cette stratégie n'affecterait pas l'écosystème aquaponique ni les insectes bénéfiques présents autour de l'unité. Bien qu'elles ne soient pas purement biologiques, les plantes capturées peuvent même être traitées avec des insecticides synthétiques commerciaux si de grandes infestations sont présentes. Les fèves et les pétunias (fleurs) peuvent être utilisés pour attraper les thrips, les pucerons et les acariens. Les concombres sont également utilisés pour attraper les pucerons et les trémies, tandis que les plants de laitue succulents sont utilisés pour capturer d'autres insectes mangeurs de feuilles.

Plantation des compagnons

La plantation de compagnon est l'utilisation constructive des relations avec les plantes par les cultivateurs. Par exemple, toutes les plantes produisent des produits chimiques naturels qu'elles libèrent de leurs feuilles, de leurs fleurs et de leurs racines. Ces produits chimiques peuvent attirer ou repousser certains insectes et peuvent améliorer ou limiter le taux de croissance et le rendement des plantes voisines. Il est donc important de savoir quelles plantes profitent les unes des autres lorsqu'elles sont plantées ensemble et quelles combinaisons végétales sont les mieux évitées. L'annexe 2 fournit un tableau de plantation complémentaire à utiliser lors du choix des cultures. Lorsque vous utilisez la table d'accompagnement, concentrez-vous sur l'évitement des mauvais compagnons plutôt que sur la planification des bons. Certaines plantes libèrent des produits chimiques à partir de leurs racines ou de leurs feuilles qui suppriment ou repoussent les organismes nuisibles, ce qui peut servir à protéger d'autres plantes voisines.

Fertilisation

Comme mentionné ci-dessus, l'azote excessif rend les plantes plus sujettes aux attaques de ravageurs parce qu'elles ont des tissus plus succulents. Un équilibre correct des nutriments en utilisant le rapport de débit alimentaire (voir les chapitres 2 et 8) aide les plantes à se renforcer afin de résister aux attaques de ravageurs. Une certaine quantité d'eau doit être échangée lorsque les concentrations de nitrate sont supérieures à 120 mg/litre pour cette raison.

Espacement

Une densité élevée de plantation et/ou un élagage inadéquat accroissent la concurrence pour la lumière, encourageant les insectes nuisibles. Cette compétition rend les tissus végétaux plus succulents pour que les organismes nuisibles pénètrent ou que les agents pathogènes pénètrent, et les conditions exiguës offrent un abri aux ravageurs. Assurez-vous qu'il y a une ventilation adéquate et une pénétration de la lumière du soleil à travers la verrière. Comme mentionné précédemment, de nombreuses plantes ont des besoins particuliers en lumière du soleil ou en manque. En combinant le plein soleil avec des plantes tolérantes à l'ombre, il est possible d'intensifier la production sans risque d'augmenter la concurrence et d'affaiblir les plantes. Dans ce cas, les plantes tolérantes à l'ombre peuvent pousser sous la canopée des plantes aimant le soleil. De cette façon, les plantes sont plus saines et plus résistantes aux ravageurs et aux maladies.

Rotation des cultures

Bien que les unités aquaponiques puissent être gérées en monoculture sans faire face à des problèmes de fatigue du sol (épuisement des nutriments naturellement présents dans le sol), la croissance continue de la même espèce sur plusieurs saisons peut avoir un effet sélectif sur les ravageurs environnants. Ainsi, un changement de culture, même pour une courte période, peut entraîner une réduction drastique des ravageurs ciblant spécifiquement la culture de monoculture.

Assainissement

L'élimination de tous les débris végétaux, y compris de toutes les racines, à la fin de chaque récolte contribue à réduire l'incidence des ravageurs et des maladies. Les feuilles mortes et les branches malades doivent être enlevées de manière cohérente. Dans des conditions extérieures sans filets, il est conseillé de réduire au minimum la végétation environnante afin d'éviter que les parasites ne se propagent à l'unité aquaponique. Les plantes malades et les piles de compost devraient être éloignées du système pour éviter toute contamination.

Contrôles chimiques

Si les organismes nuisibles demeurent un problème après avoir utilisé les contrôles physiques, mécaniques et culturels susmentionnés, il peut être nécessaire de recourir à la lutte chimique. Les pesticides synthétiques et les insecticides ne doivent jamais être utilisés en aquaponie parce qu'ils tueront les poissons. De nombreux contrôles biologiques sont aussi mortels pour les poissons. Tous les contrôles chimiques doivent être considérés comme un dernier recours dans les systèmes aquaponiques et ne sont utilisés qu'avec parcimonie. Si possible, comme pour les systèmes DWC, il est préférable d'enlever et de traiter les plantes loin du système et de laisser sécher complètement les produits chimiques. L'annexe 2 contient une liste des insecticides et répulsifs courants, de leurs indications et de leur toxicité relative pour les poissons.

Contrôles biologiques

En ce qui concerne les pesticides botaniques, certains extraits obtenus à partir de micro-organismes sont sans danger pour les animaux aquatiques car ils agissent spécifiquement sur les structures d'insectes et ne nuisent pas aux mammifères ou aux poissons. Deux organismes largement utilisés en aquaponie et en agriculture biologique sont Bacillus thuringiensis et Beauveria bassiana. Le premier est un extrait de toxine d'une bactérie qui endommage le tube digestif de l'insecte et le tue. Il peut être pulvérisé sur les feuilles et cible spécifiquement les chenilles, les rouleaux de feuilles, les larves de papillons ou de papillons sans endommager d'autres insectes bénéfiques. B. bassiana est un champignon qui germe et pénètre dans la peau de l'insecte (chitine), tuant le ravageur par déshydratation. L'efficacité du champignon dépend du nombre de spores pulvérisées et des conditions optimales d'humidité et de température, idéalement un bon agent pour les tropiques humides.

Insectes bénéfiques - prédateurs nuisibles

Enfin, les insectes bénéfiques constituent une autre méthode efficace de lutte contre les ravageurs, particulièrement dans les environnements contrôlés comme les serres ou les trottoirs. Des insectes bénéfiques ou prédateurs tels que les ailes de lacets sont introduits dans l'espace de croissance des plantes afin de contrôler toute nouvelle infestation. Parmi les avantages de l'utilisation d'insectes bénéfiques, mentionnons l'absence de résidus de pesticides ou de résistance induite par les pesticides chez les organismes nuisibles, économiquement réalisable (à long terme pour les opérations à grande échelle seulement) et écologiquement rationnel. Cependant, le succès de la lutte antiparasitaire à l'aide de cette méthode dépend de la connaissance détaillée de chaque insecte bénéfique ainsi que de la surveillance constante des ravageurs pour chronométrer correctement l'introduction d'insectes bénéfiques. De plus, les insectes bénéfiques peuvent être attirés naturellement par les systèmes extérieurs. Beaucoup de ces insectes bénéfiques se nourrissent de nectar à leur stade adulte, de sorte qu'une sélection de fleurs près de l'unité aquaponique peut maintenir une population qui peut maintenir l'équilibre des parasites.

Il est important de souligner que cette méthode de lutte ne permet jamais d'éradiquer complètement les ravageurs. Au lieu de cela, les ravageurs sont éliminés dans le cadre d'une relation étroite entre proies et prédateurs. Cette méthode a déjà été utilisée avec des résultats positifs pour les aquaponiques à grande échelle, mais pour les aquaponiques à petite échelle, il peut ne pas y avoir suffisamment de ravageurs pour que les insectes bénéfiques soient antérieurs à la date, ce qui peut les conduire à s'envoler. Le choix des insectes bénéfiques à utiliser (voir annexe 2) devrait tenir compte des conditions environnementales dans lesquelles ils vont opérer.

Maladies des plantes et gestion intégrée des maladies

Contrairement à l'hydroponie, qui est principalement gérée dans des conditions stériles, l'aquaponie tire parti d'un écosystème microscopique complexe qui comprend des bactéries, des champignons et d'autres micro-organismes. La présence de ces micro-organismes bien adaptés rend chaque système plus résilient en cas d'attaque par des parasites ou des maladies. Néanmoins, la réussite de la production végétale est le résultat de stratégies de gestion visant à éviter les éclosions de maladies qui mettent principalement l'accent sur les conditions environnementales, la dissuasion des ravageurs (comme les aleurodes peuvent être porteurs de virus létaux) sur la gestion des plantes, ainsi que l'utilisation de remèdes organiques qui aident à prévenir ou à guérir les plantes. À l'instar de l'IPPM, la gestion intégrée des maladies repose sur la prévention, le choix des plantes et la surveillance comme première ligne de défense contre la maladie, et n'utilise un traitement ciblé que lorsque cela est nécessaire.

Contrôles environnementaux

La température et l'humidité jouent un rôle important dans la gestion de la santé des plantes. Chaque agent pathogène végétal (c.-à-d. bactéries, champignons ou parasites ; figure 6.8) a des températures de croissance optimales qui peuvent être différentes de celles des plantes. Ainsi, les maladies surviennent dans certaines zones et périodes au cours de l'année où les conditions sont plus favorables à l'agent pathogène qu'à son hôte. De plus, l'humidité joue un rôle clé dans la germination des spores fongiques, qui nécessitent un mince film d'eau couvrant les tissus végétaux. De même, l'activation de certaines maladies bactériennes et fongiques est strictement corrélée avec la présence d'eau de surface. Par conséquent, le contrôle de l'humidité relative et de l'humidité est essentiel pour réduire les risques d'éclosions de maladies. L'annexe 2 contient des conditions environnementales détaillées qui encouragent plusieurs maladies fongiques courantes.

Le contrôle de l'humidité relative, en particulier dans les zones aquaponiques en serre, est particulièrement important. Cela peut être réalisé par une ventilation dynamique ou forcée au moyen de fenêtres et de ventilateurs créant un flux d'air horizontal, ce qui permet de minimiser les différences de température et les points froids où se produit la condensation. L'air en mouvement est continuellement mélangé, ce qui empêche la température de tomber sous le point de rosée ; par conséquent, l'eau ne se condense pas sur les légumes.

L'évaporation des bassins à poissons et/ou des canaux aérés de DWC logés dans des serres doit également être évitée en recouvrant physiquement les surfaces de l'eau, car l'eau évaporée peut augmenter considérablement l'humidité intérieure. Les tuyaux dans les unités NFT sont sujettes à des températures élevées de l'eau pendant les saisons chaudes en raison de l'exposition continue au soleil sur les tuyaux. Les systèmes de lits multimédias constituent un compromis optimal, compte tenu du bon choix de médium, car les surfaces supérieures des lits sont toujours sèches (voir chapitre 4). Enfin, les systèmes construits sur les toits ont l'avantage d'un microclimat plus sec et d'une bonne ventilation par rapport au niveau du sol, ce qui facilite la gestion environnementale des plantes.

Le contrôle de la température de l'eau joue un rôle clé pour éviter les flambées fongiques. Une maladie très courante en aquaponie est la pourriture racinaire causée par Pythium spp., un agent pathogène transmis par le sol qui peut être accidentellement introduit dans le système à partir de matériaux contaminés (sol, tourbe, semis de pépinières). Contrairement à l'hydroponique, en aquaponie, ce champignon ne cause pas de dommages inférieurs à certaines températures en raison de la présence compétitive d'autres micro-organismes. Le maintien de températures inférieures à 28-30 °C est donc essentiel pour éviter la germination exponentielle des spores qui pourraient éventuellement provoquer une éclosion.

Une attention particulière devrait également être accordée aux densités de plantation. Des densités très élevées réduisent la ventilation interne et augmentent l'humidité parmi les plantes. Le risque de maladies pour les cultures densément plantées est également accru car, sous une forte concurrence de la lumière, les plantes poussent sans consolider leurs cellules, conduisant à des parois tissulaires plus douces et plus succulentes. Les tissus tendres sont plus sujets à la maladie en raison de leur résistance limitée à la pénétration des parasites et/ou des agents pathogènes.

Choix de la plante

Les variétés végétales ont différents niveaux de résistance aux agents pathogènes. Dans certains cas, l'utilisation de cultivars résistants connus est la méthode la plus efficace pour éviter les maladies. Il est donc essentiel de sélectionner des variétés de plantes qui sont plus adaptées à la croissance dans certains environnements ou qui ont un degré de résistance plus élevé contre un agent pathogène particulier. De plus, de nombreuses sociétés semencières offrent un large choix de plantes qui ont des réponses différentes contre les agents pathogènes. L'utilisation de variétés locales sélectionnées naturellement pour un environnement spécifique peut assurer une croissance saine des plantes.

S'il n'est pas possible de lutter contre certaines maladies avec des variétés résistantes, il est sage de passer à d'autres cultures pendant la saison critique. Dans le cas de Pythium spp. si des variétés résistantes de laitue et des micro-organismes bénéfiques ne sont pas en mesure de contrôler l'infestation, il est opportun de passer à d'autres espèces, comme le basilic, qui sont plus tolérantes à l'agent pathogène et aux températures élevées de l'eau.

Les semences et/ou les semis doivent être achetés auprès d'une pépinière de bonne réputation qui utilise des stratégies efficaces de prévention des maladies et qui peut sécuriser des produits exempts de maladies. De plus, évitez les blessures aux plantes, car les branches cassées, les fissures, les coupures et les dommages causés par les ravageurs entraînent souvent des maladies dans la même zone.

Nutrition des plantes

La nutrition affecte grandement la susceptibilité d'une plante à la maladie. Elle affecte également la capacité d'une plante à réagir contre la maladie en utilisant différents mécanismes, y compris l'antixénose (processus visant à dissuader la colonisation par les herbivores) ou l'antibiose (processus visant à tuer ou à réduire les herbivores après l'atterrissage ou pendant l'alimentation). Un équilibre correct des nutriments permet non seulement une croissance optimale, mais rend également les plantes moins sensibles aux maladies. Bien que la description des troubles nutritionnels ait été discutée ci-dessus, le tableau 6.2 indique comment certains éléments nutritifs peuvent jouer un rôle important dans l'apparition de la maladie.

TABLE 6.2
Effet des nutriments sur la prévention des maladies fongiques

| Nutrient | Effet | | — | — | | Nitrogen | La surfécondation rend les tissus plus succulents qui sont plus sujettes à une attaque fongique. La privation d'azote rend les plantes raboutres plus sujettes aux attaques de micro-organismes opportunistes. | | Passium | Accélère la cicatrisation des plaies et réduit l'effet des dommages causés par le gel. Retarde la maturité et la sénescence des plantes. | | Phosphorus | Améliore l'équilibre nutritionnel et accélère la maturité des plantes. | | Calcium | Réduit la gravité de certaines maladies fongiques des racines et des tiges. Affecte la composition de la paroi cellulaire chez les plantes qui résiste à la pénétration fongique. | | Silicon | Aide les plantes à produire des réactions défensives spécifiques, y compris la libération de composés phénoliques contre les agents pathogènes. |

*Source : Agrios (2004) . *

Surveillance - inspection et exclusion

La détection et l'intervention précoces constituent le fondement de la lutte contre les maladies et les ravageurs. Par conséquent, les plantes devraient être inspectées régulièrement pour déceler les signes précoces d'infection ou de présence d'organismes nuisibles susceptibles d'entraîner une infection. Lorsque les plantes présentent des signes de dommages ou des stades initiaux de la maladie (flétrissement, brûlure ou pourriture des racines), il est essentiel d'enlever les branches infectées, les feuilles ou la plante entière pour éviter que la maladie ne se propage sur toute la culture. En outre, en ce qui concerne l'exclusion, il est important de faire respecter le contrôle des vecteurs potentiels (sources) de virus, tels que les aleurodes, en cultivant des plantes dans des structures résistantes aux insectes (voir section 6.5.1). En outre, l'évitement de la contamination du sol et l'utilisation d'outils désinfectés (par exemple, les ciseaux utilisés pour l'élagage et la récolte) contribueraient à éviter la transmission d'agents pathogènes potentiels dans le système. Enfin, il est recommandé de surveiller et d'enregistrer tous les symptômes et la progression de chaque maladie afin de déterminer les meilleures méthodes de prévention et de traitement à l'avenir.

Traitement - inorganique ou chimique

Comme nous l'avons mentionné plus haut, l'aquaponie est un écosystème complexe qui est plus résilient que l'hydroponique aux maladies transmises par le sol. Cependant, certaines éclosions de maladies peuvent encore se produire dans le cas de conditions environnementales défavorables, comme une humidité relative plus élevée dans les serres ou dans les climats tropicaux, et doivent être contrôlées. Étant donné que l'aquaponie est un système intégré contenant des poissons, des plantes et des micro-organismes bénéfiques, il n'est pas possible d'utiliser les traitements normalisés de l'agriculture conventionnelle (c.-à-d. les fongicides chimiques), car ils sont toxiques pour les poissons. Toutefois, les pratiques courantes utilisées dans le domaine de l'agriculture biologique sont possibles, à condition qu'elles ne nuisent pas au poisson et/ou aux bactéries ou ne s'accumulent pas dans le système conduisant à des seuils plus élevés que ceux acceptés. L'annexe 2 indique les éléments et les méthodes d'application utilisés en agriculture biologique qui peuvent également être utilisés pour l'aquaponie pour combattre et prévenir différentes maladies. En général, le succès du traitement à l'aide de ces méthodes repose sur la combinaison de quelques stratégies qui peuvent avoir un effet synergique contre des agents pathogènes spécifiques.

Traitement - biologique

Certains agents de contrôle biologique peuvent être utilisés pour les aquaponiques tels que Thricoderma spp., Ampelomices spp. et Bacillus subtilis, qui sont des micro-organismes cultivés utilisés pour lutter contre des maladies spécifiques. Ces agents biologiques peuvent être appliqués sur les feuilles ou à la zone racinaire. Ils offrent une protection contre les maladies les plus courantes du sol, notamment l'oïdium, l'oïdium et certaines bactéries. En particulier, Thricoderma spp. s'est avéré efficace pour contrôler Pythium spp. et la plupart des agents pathogènes transmis par le sol, tandis que Ampélomices spp. pourrait compenser tout besoin de traitements inorganiques ou chimiques contre l'oïdium. Dans le cas de Thricoderma spp., les spores peuvent être distribuées sur le substrat lors de l'ensemencement, afin de permettre au champignon bénéfique de protéger les plantes dès leur stade de semis. Les informations sur les produits, les producteurs et les distributeurs doivent être consultés avant utilisation afin de déterminer les meilleures méthodes de traitement pour des maladies spécifiques.

Pour de plus amples renseignements sur certaines maladies végétales, y compris l'identification, la susceptibilité et la prévalence, voir les textes recommandés dans la section « Autres lectures ».

*Source : Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture, 2014, Christopher Somerville, Moti Cohen, Edoardo Pantanella, Austin Stankus et Alessandro Lovatelli, production alimentaire aquaponique à petite échelle, http://www.fao.org/3/a-i4021e.pdf. Reproduit avec la permission. *


Food and Agriculture Organization of the United Nations

http://www.fao.org/
Loading...

Restez au courant des dernières nouveautés en matière de technologie aquaponique

Entreprise

  • Notre équipe
  • Communauté
  • Presse
  • Blog
  • Programme de parrainage
  • Politique de confidentialité
  • Conditions de service

Copyright © 2019 Aquaponics AI. Tous droits réservés.