Le concepteur de systèmes Aquaponics vient de sortir ! Commencez à concevoir dès maintenant.
Télécharger l'applicationBlogFonctionnalitésTarificationAssistanceSe connecter
EnglishEspañolعربىFrançaisPortuguêsItalianoहिन्दीKiswahili中文русский

Alexander Ford Direction générale des politiques, de l'économie et des institutions Département FAO des Pêches et de l'Aquaculture *Rome, Italie

Aina Randrianantoandro Omar Riego Peñarubia Produits, commerce et commercialisation * *Département FAO des Pêches et de l'Aquaculture *Rome, Italie

Au cours de la dernière décennie, la technique de transformation FAO-thiaroye (TTF), une méthode plus saine, plus économique et plus respectueuse de l'environnement, a été introduite dans les communautés de pêcheurs d'Afrique, d'Asie et du Pacifique. Cette étude de cas examine le rôle de la TTF en Afrique de l'Ouest, en mettant l'accent sur sa fonction de technologie qui réduit les impacts sur la santé humaine et les pertes de poisson, améliore l'efficacité énergétique, améliore la qualité des produits et facilite l'accès aux marchés internationaux. L'étude examine également le rôle que la TTF a joué dans l'organisation sociale des transformateurs qui l'utilisent et dans la promotion de l'égalité des sexes et de l'autonomisation des femmes en Afrique de l'Ouest. De plus, il met en lumière les éléments de la TTF qui soutiennent les chaînes de valeur des petites pêches qui dépendent du commerce du poisson fumé, ainsi que leurs limites et les domaines où une étude plus approfondie est nécessaire pour comprendre l'impact sur la chaîne de valeur et sur les personnes concernées. Enfin, l'étude de cas présente des recommandations visant à assurer l'efficacité de la gestion des TTF.

Mots-clés : Four FTT-Thiaroye, commerce du poisson fumé, structures organisationnelles, développement des capacités, HAP, valeur ajoutée, technologies rentables, inclusion de genre.

En 2011, le secteur de la pêche en Afrique de l'Ouest s'élevait à 24 milliards de dollars, soit 1,26 pour cent du PIB de l'ensemble des pays africains. En Afrique de l'Ouest, les populations dépendent du poisson comme source de nutrition, de protéines et de micronutriments critiques. Environ 12,3 millions de personnes dans la région sont employées dans le secteur de la pêche, dont 45 % environ sont des femmes occupant des postes après la récolte. Dans le commerce informel des produits de la mer entre États, le poisson séché ou fumé représente 90 % du commerce. Cependant, les transformateurs de poisson ont parfois du mal à produire des produits de bonne qualité et durables. Parmi les défis liés à la transformation du poisson, mentionnons le manque d'accès au crédit pour le fonds de roulement, les mauvaises conditions d'hygiène des installations de transformation et l'utilisation d'équipements de transformation obsolètes (Ayilu et al., 2016).

Le tabagisme est une méthode traditionnelle de conservation du poisson couramment observé en Afrique de l'Ouest qui contribue à la sécurité alimentaire et aux moyens de subsistance dans la région (tableau 3.1). Dans l'histoire récente, le tabagisme du poisson s'est principalement appuyé sur le four à tambour métallique et le four Chorkor (Brownell, 1983 ; Gordon, Pulis et Owusu-Adjei, 2011). Le four à tambour (un four fabriqué à partir d'un tambour d'huile) présente un certain nombre d'inconvénients : il est faible à la fois en termes de capacité et de rendement énergétique, et nécessite une manipulation excessive du produit pendant la transformation, ce qui expose les transformateurs au risque de brûlures (Brownell, 1983). La faible capacité se traduit invariablement par des pertes élevées après la récolte pendant les saisons difficiles. Pour remédier à ces inconvénients, le four Chorkor a été mis au point à la fin des années 1960 grâce aux efforts de collaboration de l'Institut de recherche sur l'alimentation du Ghana, de la FAO et des transformateurs de poisson à Chorkor (communauté de pêcheurs d'Accra). Il est actuellement largement utilisé dans toute l'Afrique. Cependant, le four Chorkor a ses propres lacunes : il nécessite de grandes quantités de carburant pour être efficace et ne filtre pas la fumée des transformateurs.

TABLEAU 3.1 Les dix principales espèces de poissons commercialisées au niveau régional

Nom anglais NomscientifiqueForme commerciale dans le commerceShad, bongaEthmalosa fimbriataFuméRond sardinellaSardinella auritaFumé AnchoisEngraulis encrasicolusPare-chocs Atlantiqueséché et fuméChloroscombrus chrysurusMaquereauScomber japonicasFuméCrevettes rosesPenaeus notialisCrevette de rose d'eau profondeParapaeneus longirostrisFumétilapia à chinons noirsSarotherodon molanotheronSel séché et fumé

La combustion du bois entraîne la production de quatre hydrocarbures aromatiques polycycliques cancérogènes (HAP) : benzo (a) pyrène, chrysène, benz (a) anthracène et benzo (b) fluoranthène, appelés ensemble PAH4 dans le contexte du tabagisme du poisson. Pendant le processus de fumage du poisson, la fumée du bois associée à des températures élevées de traitement entraîne des dépôts de PAH4 sur le poisson (Stolyhwo et Sikorski, 2005). Ces composés de PAH4 sont connus pour provoquer des complications pulmonaires, tégumentaires et oculaires chez les fumeurs de poissons. De nombreuses femmes qui fument des poissons portent de jeunes enfants sur le dos pendant qu'elles travaillent, ce qui rend leurs nourrissons également vulnérables à ces risques. De plus, on pense que les résidus de PAH4 sur les poissons fumés augmentent le risque de cancer chez ceux qui le consomment, le régime alimentaire représentant entre 88 et 98 p. 100 de l'exposition humaine aux HAP (Farhadian et al., 2011).

Les composés PAH4 présents dans les aliments sont considérés depuis longtemps comme un risque par l'Union européenne et, en 2011, la Commission européenne a mis à jour ses teneurs maximales à 12 μg/kg par kilo de poisson fumé (Commission européenne, 2011). En partie en réponse au système d'alerte rapide pour les denrées alimentaires et les aliments pour animaux (RASFF) [^1] de l'UE, les transferts de poisson fumé sont détenus, et parfois rejetés, en raison des niveaux élevés de PAH4, et en partie en réponse au tollé des transformateurs de poisson (dont la majorité sont des femmes) concernant la santé complications associées aux fours à tambour Chorkor et à tambour métallique, en 2013, la FAO et le Centre national de formation des techniciens en poisson et en aquaculture (CNFTPA) au Sénégal ont commencé à développer la technique de traitement FAO-Thiaroye (TTF) pour les petites exploitations de fumage de poisson (FAO, 2017) — bien que la TTTF ait d'abord été introduites dans des unités de transformation du poisson de taille moyenne orientées vers l'exportation au Togo et en Côte d'Ivoire en 2008. La technologie est détenue et sous licence par la FAO. À ce jour, la TTF est utilisée dans plus d'une douzaine de pays africains (figure 3.1). Il est utilisé par au moins quatre entreprises qui traitent et exportent du poisson vers l'Union européenne et les États-Unis d'Amérique et est actuellement mis à l'essai dans des communautés de pêche artisanale de Sri Lanka, de Micronésie (États fédérés de) et des Philippines.

 ! image-20210521190918312

La conception des fours TTF s'appuie sur celle du four Chorkor, et le four peut même utiliser des composants du four Chorkor (figure 3.2). La TTF permet de combiner plusieurs étapes de transformation en une seule : le fumage du poisson, ainsi que le séchage et l'entreposage supplémentaires du produit final (FAO, 2017 ; FAO 2019). Le couvercle du four couvre non seulement le produit pendant le fumage et le séchage, mais le protège également par la suite (Figure 3.3). Les supports de séchage/fumage sont amovibles et faciles à nettoyer, et sont faits de matériaux résistants à la chaleur, assurant ainsi une durée de vie plus longue. Une caractéristique unique de la TTF est que le combustible est maintenu dans un four de braise, qui concentre la chaleur sur le produit, réduisant ainsi la perte de chaleur (ce qui augmente l'efficacité énergétique) et protégeant également ceux qui actionnent le four en contenant la fumée. Une autre caractéristique est le plateau de collecte de graisse. Enfin, la TTF comprend un système de générateur de fumée indirect composé de deux composants principaux : (1) un canon et un tuyau métallique qui peuvent être façonnés en tube spirale ou circulaire ; et (2) un système de filtration comprenant un boîtier métallique dans lequel le filtre est inséré. En ce qui concerne le chapitre 7 des Lignes directrices volontaires pour assurer une pêche artisanale durable dans le contexte de la sécurité alimentaire et de l'éradication de la pauvreté (Lignes directrices SSF), la présente étude de cas examine l'impact de la TTF sur les chaînes de valeur et les communautés, en se concentrant d'abord sur la technologie elle-même et son contribution à la réduction de la perte de poisson, à la valeur ajoutée et à la rentabilité (paragraphe 7.5) ; examen de son impact sur le commerce et l'accès aux marchés (paragraphe 7.6) ; examen ensuite de l'égalité des sexes, des moyens de subsistance et de l'organisation sociale (paragraphes 7.2 et 7.4). Suit ensuite une discussion des limites et des leçons apprises, et enfin des conclusions et des recommandations pour l'avenir.

 ! image-20210521190928764

 ! image-20210521190936907

[^1] : Le système d'alerte rapide pour les denrées alimentaires et les aliments pour animaux (RASFF) est un système de déclaration des problèmes de sécurité alimentaire au sein de l'Union européenne.

L'étude de cas a été conçue pour donner un aperçu de l'impact que la TTF a eu jusqu'à présent dans le contexte du chapitre 7 des Lignes directrices sur le FSS. Il s'agissait en particulier de synthétiser les principales conclusions qui se rapportent aux paragraphes 7.2, 7.4, 7.5 et 7.6, en s'appuyant sur des informations complémentaires fournies par les experts afin de fournir des orientations pour l'avenir.

La première étape de la recherche comportait un examen systématique de toute la documentation accessible au public. Cela a rempli une double fonction, en ce sens qu'il a surtout permis de mieux comprendre la TTF, tout en identifiant les principaux intervenants à interviewer au cours de la deuxième étape de l'étude. La FAO est actuellement l'auteur prédominant de la littérature sur les TTF. Cependant, d'autres auteurs ont également examiné l'industrie du tabagisme du poisson et les chaînes de valeur connexes en général, ce qui a été utile pour formuler des recommandations à l'intention de la TTF.

La deuxième étape de la recherche consistait à discuter de la TTF avec des experts, y compris des personnes qui ont de l'expérience des technologies de transformation du poisson en général, ou des personnes qui ont participé directement à la TTF. Un guide d'entrevue a été adopté pour rationaliser ce processus et aider à cibler l'enquête (annexe 1). Les questions de l'entrevue ont été ajustées en fonction des personnes interviewées et de leur expertise professionnelle, ainsi que pour éliminer les questions qui suscitaient les mêmes réponses. Parmi les personnes choisies figuraient des représentants d'organismes de développement, des chercheurs et des universitaires et des représentants des communautés. Les personnes interrogées ont été tirées de l'examen de la documentation. En outre, les auteurs ont utilisé leurs propres réseaux pour identifier d'autres professionnels à interroger. Encore une fois, cela a servi une double fonction en ce sens qu'il a renforcé ou corrigé notre compréhension acquise lors de l'examen de la littérature, tout en fournissant un aperçu de l'histoire de la TTF. Ce dernier point a été crucial car il a servi de base à nos recommandations de politique générale.

L'une des limites de cette méthode était le nombre limité de travailleurs du poisson interrogés, bien que nous ayons compensé cela en interviewant la Coalition for Fair Fisheries Arrangements (CFFA), qui a participé directement à l'installation des fours et possède une expérience de première main de la TTF. La CFFA est une plateforme d'ONG basée à Bruxelles qui documente le développement et les impacts environnementaux des relations de pêche de l'Union européenne sur les communautés de pêche artisanale des États d'Afrique, des Caraïbes et du Pacifique (ACP). L'objectif principal de la CFFA est de promouvoir les moyens de subsistance et la sécurité alimentaire des communautés de pêcheurs côtiers, par le partage d'informations, le plaidoyer et le dialogue entre les organisations des pays ACP, le secteur privé et les décideurs de l'Union européenne.

Depuis la modification de la réglementation de l'Union européenne sur les niveaux de PAH4 en 2011, certains instituts de recherche ont exploré des moyens d'adapter ou de développer des technologies pour répondre aux nouvelles normes. Toutefois, les niveaux de PAH4 sont restés trop élevés, comme cela a été présenté lors de la quatrième session de l'Atelier sur la technologie, l'utilisation et l'assurance de la qualité des poissons, tenu à Elmina (Ghana) en 2017 (FAO, 2018). Des études montrent que le modèle de TTF répond aux niveaux réglementaires de l'Union européenne, qui sont actuellement considérés comme la référence réglementaire du marché mondial (FAO, 2018). Les données obtenues par des tests comparatifs de fumage de poisson menés par la FAO (2018) montrent que les produits du four Chorkor présentaient des niveaux de PAH4 allant jusqu'à 33 fois supérieurs à la limite maximale de l'Union européenne (ML), alors que les niveaux de PAH4 pour les produits de TTF étaient considérablement inférieurs au maximum (figure 3.4).

Le type de combustible utilisé influence grandement les dépôts de PAH4 pendant la combustion (figure 3.5) (Bomfeh et al., 2016). Par exemple, en Côte d'Ivoire, les résineux tels que le bois d'hévéa relativement abondant devraient être évités en raison de leur teneur très élevée en PAH4. D'autres types de combustibles, tels que les bois durs et les coquilles de noix de coco, sont recommandés à la place. Bien que la combustion du bois de mangrove génère de faibles niveaux de PAH4, son utilisation devrait être limitée et contrôlée compte tenu de l'importance écologique et économique des mangroves, particulièrement en ce qui concerne les ressources aquatiques et halieutiques, où elles jouent un rôle vital en tant qu'habitat de frai et de pépinière pour de nombreuses espèces aquatiques ; les conditions du service écosystémique qu'ils jouent dans la protection des côtes. Lorsque le charbon de bois est utilisé, la consommation de bois de feu est considérablement réduite. De plus, comme le charbon de bois dégage très peu de fumée, il est plus facile d'obtenir des produits fumés qui répondent aux normes de sécurité des HAP. De même, l'ajout de pierres telles que le siporex ou des morceaux de terre cuite retient la chaleur dans les fours, réduisant ainsi la quantité de charbon nécessaire d'environ 50 % (FAO, 2015a).

 ! image-20210521191018658

Les coûts d'installation de la TTF varient entre 800 USD et 1 600 USD (tableau 3.2). En plus de ce coût initial, il y a d'autres variables à prendre en compte. Il s'agit des trois tonnes de poisson frais nécessaires pour atteindre la capacité journalière maximale du four, ainsi que de l'achat de carburant, d'eau et d'autres matières premières ; du transport ; de la communication ; et des coûts de distribution ou de commercialisation. Fait important, pour que la TTF fonctionne efficacement et atteigne sa durée de vie prévue (15 ans pour le cadre et 3 à 12 ans pour les composantes), les soins de routine sont essentiels. Cela implique le nettoyage à l'intérieur et autour des fours et l'enlèvement des cendres et des déchets des couvercles et des mailles des supports amovibles (FAO, 2017 ; FAO, 2019a). Notamment, l'utilisation de la TTF réduit de moitié le temps de fumer par rapport aux autres fours, ce qui donne aux transformateurs la possibilité de poursuivre d'autres activités.

La TTF permet de commercialiser des produits plus sûrs et de meilleure qualité que les systèmes précédents (FAO, 2019a). De plus, il réduit considérablement les pertes après récolte (PHL) et la consommation de bois de feu (FAO, 2016). Pour donner un certain contexte, en Côte d'Ivoire, on estime que le PHL de Chorkor et les fours à tambour s'élèvent à 23 317 tonnes par an pour une valeur d'environ 11,6 millions de dollars, auxquels il faut ajouter 112 000 tonnes de bois gaspillé d'une valeur de 3,7 millions de dollars (FAO, 2016). En ce qui concerne la santé publique, les transformateurs qui utilisent le four Chorkor ont signalé des symptômes désagréables au cours des 25 dernières années, et ils conviennent que ceux-ci ont été considérablement réduits grâce à l'utilisation de la TTF (CFFA, communication personnelle, 2019). Des études étayent cette affirmation, montrant que les utilisateurs de TTF sont moins exposés aux pathologies liées à la fumée que ceux qui utilisent des systèmes traditionnels. Les coûts inhérents à la santé, qui sont estimés à 1 247 dollars par an pour les consultations médicales et les hospitalisations, peuvent être considérés comme des coûts d'opportunité dans l'évaluation économique. En résumé, les avantages sécuritaires, environnementaux, alimentaires, sanitaires et socioéconomiques de la TTF sont bien établis (Mindjimba, 2019).

TABLEAU 3.2 Analyse comparative des différents systèmes de fumage du poisson

Type de systèmeCRITÈRES TECHNIQUESTambour métalliqueChorkorFTTType de constructionRudimentaireAmélioration Basé sur les modèles de four existants tout en remédiant à leurs lacunesTemps de tabagismeJusqu'à 3 jours1 jour3—6 heuresContrôle du feu et de la fuméeTrèslimitéTrès élevé Techniquesdefumage et de séchage simultanésFumage et séchageséparés Fumage et séchageséparésAppareil de collecte de graisse de poissonAucunAucunInclusAppareil de filtration de la fuméeAucun AucuneInclutCRITÈRES ÉCONOMIQUESCoût du four (USD)263451 600Capacité defumer(kg de poisson par jour)150—200200— 3003 000Quantité de bois utilisée (kg) par 1 kg de poisson3—5> 0,80,8Durée de vie2 ans3—15 ans> 15 ansGainsMoyenne MoyenneÉlevéEmplois auxiliairesLimitéMoyenTrès élevéCRITÈRES SOCIAUXExposition à la chaleur ou à la fuméeFréquenteTrès faible Sécurité et qualité du poisson fuméQualité inférieure Qualitémoindre QualitéPlus sûre et meilleure qualité

*Source : * Mindjimba, 2019.

En termes de valeur ajoutée ou de conservation grâce à une meilleure manipulation, l'utilisation de la TTF a donné des résultats mitigés. Selon la FAO (2019), bien qu'il y ait des différences dans l'apparence et la texture des produits TTF et Chorkor, ces différences n'ont pas eu d'incidence sur les préférences des consommateurs. D'autres études qui ne sont pas spécifiquement liées à la TTF ont révélé que le poisson fumé de meilleure qualité peut aller jusqu'à 25 p. 100 plus sur le marché (Gordon, Pulis et Owusu-Adjei, 2011), mais que les préférences gustatives des consommateurs prennent du temps à changer (Asiedu, Failler et Beygens, 2018). La FAO (2019) propose que si les consommateurs étaient sensibilisés à la sécurité des produits fumés par le FTT et aux risques cancérogènes inhérents aux fours plus anciens, leur préférence pourrait être déplacée vers les produits fumés par le FTT, d'autant plus que la préparation requise pour fumer du poisson dans les fours TTTF est la même en termes d'ingrédients et les arômes utilisés (Bomfeh et al., 2019).

Néanmoins, il existe des exemples où la TTF a été pleinement adoptée par les transformateurs et où la valeur ajoutée peut être perçue tant en termes de produit fini que dans d'autres activités génératrices de revenus. La Coopérative des femmes commerçantes et transformateurs de poissons d'Abidjan (CMATPHA), organisation de transformateurs opérant en Côte d'Ivoire, a commencé à s'étendre à d'autres secteurs de la chaîne de valeur du poisson fumé, tels que la vente d'articles d'emballage alimentaire et de bassins, ainsi qu'à diversifier sa gamme de produits (saucisses, croquettes, filets farcis et produits à base de graisse de poisson). Les membres de l'ACMATSP ont également lancé diverses stratégies de marketing dans le cadre de leurs efforts visant à élargir leur clientèle afin d'accroître leurs ventes et leurs revenus.

La majorité des poissons fumés originaires d'Afrique de l'Ouest sont destinés aux marchés régionaux ou nationaux tels que les marchés du mardi, de Denu ou de Dambai au Ghana, le marché de Maiduguri au Nigeria et le marché de Chicago en Côte d'Ivoire. Grâce à ses réseaux commerciaux solides, le Ghana offre un bon exemple de la façon dont le commerce et les marchés fonctionnent en Afrique de l'Ouest, avec des chaînes d'approvisionnement s'étendant vers des pays voisins tels que le Burkina Faso et le Togo et des expéditions ultérieures vers le Nigeria (figure 3.6) (CFFA, communication personnelle, 2019 ; Gordon, Pulis et Owusu-Adjei, 2011). Les poissons fumés par FTT rivalisent toujours avec les poissons fumés par Chorkor les plus courants en raison des différences de goût. Comme l'expliquent Asiedu, Failler et Beygens (2018), c'est parce que « le goût des consommateurs de poisson est difficile à changer... indépendamment de la qualité et de la valeur nutritive des espèces de poissons ». Néanmoins, bon nombre des transformateurs en Afrique de l'Ouest veulent profiter des marchés en croissance touristique, expatriés et de la classe moyenne que l'on trouve généralement dans les zones urbaines comme Accra et Kumasi.

Le Mécanisme multipartenaires flexible (FMM) de la FAO s'est concentré sur la facilitation de cette expansion du marché. Le troisième objectif stratégique du FMM en 2016 était de « réduire la pauvreté rurale », notamment de permettre aux jeunes entrepreneurs en herbe de créer leur propre entreprise et de créer des liens avec les chaînes de supermarchés souhaitant ajouter du poisson traité par FTT à leur inventaire. La stratégie propose que les transformateurs de poissons (et, le cas échéant, les groupes professionnels dont ils sont membres) bénéficient des partenariats et du savoir-faire des partenaires techniques et financiers nationaux en termes : (i) de gestion des services de microfinance et de transfert mobile et de banque mobile ; \ (ii) de coaching jeunes entrepreneurs, hommes et femmes, en particulier dans les services de transport locaux, l'approvisionnement en glace et les intrants d'emballage, les emplois de hacheur et de déchargement, ainsi que dans les initiatives de formation et de professionnalisation ; (iii) les partenariats avec le secteur privé ; et (iv) les projets régionaux et nationaux (FAO, 2019a ; FAO, 2016). L'un des résultats stratégiques de ce projet est la sensibilisation aux avantages de fumer du poisson en utilisant la TTF, ce qui pourrait à son tour encourager l'approvisionnement et l'utilisation de ce poisson.

 ! image-20210521191043165

Selon le Centre du commerce international (CCI), l'Union européenne a importé 55 368 tonnes de produits de la pêche de la Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO) en 2016, ce qui fait de l'Union européenne le troisième marché en termes de quantité pour l'Afrique de l'Ouest après d'autres pays de la CEDEAO et d'autres Pays africains (Ayilu et al., 2016). Néanmoins, ce commerce est parfois perturbé en raison de barrières techniques, qui impliquent souvent la qualité du produit lors de l'inspection à l'arrivée dans l'UE. En 2003, on a estimé qu'environ un envoi de fret aérien sur quatre de poisson fumé avait été retenu au point d'entrée du Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d'Irlande du Nord et que 70 % de ces envois ont été détruits par la suite [^2]. Cela représente environ 17,5 % des envois de fret aérien et équivaut à 20 tonnes de produit par an, avec une valeur de détail de 460 000 USD à 753 000 USD aux prix courants (FAO, 2003). La chaîne de valeur en Côte d'Ivoire a perdu environ 2 millions de dollars en raison de l'interdiction auto-imposée des exportations de poisson fumé entre 2006 et 2012, suite à l'échec des contrôles du système d'alerte rapide pour les denrées alimentaires et les aliments pour animaux (RASFF). Le PAH4 fait l'objet de notifications n'est pas courant, les pays de la région de la CEDEAO enregistrant 33 notifications entre 2006 et 2019, dont 8 ont été rejetés à la frontière (Portail RASFF, 2020).

En conséquence, des efforts ont été encouragés pour améliorer le contrôle de la qualité et adopter des normes internationales au point d'origine afin de répondre à la demande européenne. La demande pour ce que le Centre pour la promotion des importations (CBI, une affiliation du ministère des Affaires étrangères des Pays-Bas) appelle des « aliments ethniques » augmente, 60 % des consommateurs étant originaires d'Europe, ce qui suggère peut-être que les prix du poisson fumé ne sont pas susceptibles de stagner ou de diminuer ( Ministère néerlandais des Affaires étrangères, 2018). Le respect des normes internationales profite également indirectement aux transformateurs de tabac de la TTF : par exemple, au Ghana, les pêcheurs doivent être enregistrés par la Commission des pêches pour pouvoir vendre leurs produits par le biais des chaînes d'approvisionnement internationales, ce qui peut être un mécanisme permettant d'assurer de bonnes pratiques de pêche et de contrôler les pratiques illégales , les pratiques de pêche non déclarées et non réglementées (INN) qui influent sur la durabilité et la biodiversité des ressources halieutiques (Pauly et al., 2002). On estime que la pêche INN coûte environ 2,3 milliards de dollars de recettes chaque année aux pays d'Afrique de l'Ouest (Doumbouya et al., 2017), ce qui a un effet négatif sur les transformateurs nationaux, qui ont parfois du mal à débarquer une quantité suffisante de poisson pour fumer (CFFA, communication personnelle, 2019). Cela représente également des menaces pour la sécurité alimentaire et la santé des stocks de poissons, ainsi que des conséquences socio-économiques telles que l'augmentation de la pauvreté, le crime organisé, le chômage et l'insécurité financière (Daniels et al., 2016).

Dans le contexte du paragraphe 7.6 des Lignes directrices sur les FSS, il est clair que la TTF peut faciliter l'accès aux marchés internationaux et stimuler le commerce international. Les organismes gouvernementaux chargés de la normalisation et de la réglementation pourraient s'avérer essentiels en introduisant des « règlements et procédures commerciaux qui soutiennent les produits commerciaux régionaux provenant de transformateurs travaillant dans un contexte à petite échelle (FAO, 2015b, p. 11). La question de savoir si la TTF stimule le commerce régional ou national est encore indéterminée, étant donné que de nombreux consommateurs d'Afrique de l'Ouest préfèrent le goût du poisson fumé dans d'autres fours. Cependant, au fur et à mesure que la répartition des classes en Afrique de l'Ouest change et que la sensibilisation à la santé augmente, cela pourrait changer. Pour stimuler ce commerce, les gouvernements et les agences de développement de l'Afrique de l'Ouest doivent être réceptifs aux programmes conçus pour soutenir les jeunes, en sensibilisant directement les petits transformateurs et commerçants.

[^2] : Les produits retenus ne sont pas tous dus à des niveaux interdits de PAH4. Les principales raisons pour lesquelles les envois de poisson fumé sont retenus sont : le poisson fumé est introduit en contrebande entre autres marchandises ; l'emballage est inadéquat ; l'infestation par les insectes ; le numéro d'établissement est agrafé sur la boîte plutôt qu'écrit ; les certificats sanitaires ne sont pas remplis correctement.

La conception de la TTF permet aux femmes de mieux gérer leur vie dans un environnement plus sûr et plus sain. En réduisant le temps de fumer de 12 heures, avec le four Chokor, à 6 heures avec la TTF et en produisant un produit qui se vend plus facilement, la nouvelle technologie augmente le temps dont disposent les femmes pour d'autres activités, notamment s'occuper du ménage et des enfants, ainsi que de l'alphabétisation et du calcul. classes. En outre, un produit plus commercialisable a permis de vendre de plus grandes quantités de poisson à des prix plus élevés, ce qui signifie que les transformateurs perçoivent un meilleur retour sur leurs efforts (Banque mondiale, FAO et FIDA, 2015). Dans le contexte de la santé, une étude récente impliquant 635 femmes et trois sites pilotes a montré comment l'utilisation de la TTF plutôt que des fours Chorkor améliore la santé et le bien-être général des transformateurs. L'étude a révélé que les transformateurs de poisson utilisant la TTF présentaient moins de problèmes de santé nocifs que ceux qui utilisent le four Chorkor. De plus, l'étude a révélé que les cas de violence familiale étaient plus fréquents dans les ménages où les femmes utilisaient des fours Chorkor que dans les fours FTT. Les raisons indiquées dans l'étude suggèrent que le taux plus élevé de violence est [traduction] « dû au fait que les transformateurs rentrent tard chez eux et se lèvent tôt en raison du long temps qu'il faut pour entreprendre des activités de transformation » et qu'ils n'ont donc pas suffisamment de temps pour s'occuper des activités domestiques (FAO, 2019a ; Anoh et al., 2017).

Outre ses avantages fonctionnels, la TTF a permis dans certains pays une plus grande organisation sociale, tant parmi les transformateurs que dans l'ensemble de la société. Dans une perspective descendante, l'Union africaine a joué un rôle en soutenant financièrement les activités de coordination des groupes socioprofessionnels de transformateurs et de négociants de toute la région de l'Afrique de l'Ouest pour promouvoir les avantages de la TTF. La FAO a également facilité le dialogue entre les parties prenantes en organisant et en organisant des formations et des ateliers dans toute l'Afrique de l'Ouest.

D'un point de vue ascendant, les organisations locales ont joué un rôle crucial à la fois pour la gestion des sites de traitement et pour la sensibilisation à la TTF. Un rapport complet de la TTF recommande que « seuls des groupes socioprofessionnels bien structurés et organisés [soient invités] à gérer l'infrastructure des TTF dans des contextes communaux » (FAO, 2019a, p. 92). Le rapport recommande également qu'avant de commencer un projet de mise en œuvre des TTF, « d'identifier les groupes socioprofessionnels existants, les groupes de femmes et les coopératives et de fournir un soutien pour les rendre plus cohérents et plus efficaces, ou de créer des groupes autour des activités génératrices de revenus existantes qui seront alors en mesure de gérer la plateforme TTF, ainsi que la formation aux bonnes pratiques de manutention, de stockage et d'emballage » est essentielle (FAO, 2019a, p. 87).

À titre d'exemple, en 2013, quatre plateformes pilotes ont été réalisées à Abobo-Doume, Braffedon, Guessabo et Abidjan (Côte d'Ivoire) impliquant 3 807 acteurs, dont des artisans, des transformateurs de poisson et des producteurs. Une approche globale et participative a été utilisée pour travailler avec les coopératives existantes comme base de mise en œuvre et d'échanges. Les coopératives ont été invitées à désigner des membres au sein de leur association pour gérer chacune des quatre plateformes (FAO, 2019a). Les plateformes ont été officiellement inaugurées et confiées aux associations professionnelles bénéficiaires en mars 2016. De tels exemples sont de plus en plus courants et démontrent l'importance d'avoir des groupes socioprofessionnels pour gérer les TTF. Lors d'un atelier sur un site de transformation d'Abidjan, Mindjimba (2019) note le travail d'équipe, le leadership, les bonnes pratiques d'hygiène et la maintenance de l'infrastructure générale, comme attributs dus à la capacité organisationnelle des coopératives gérant les fours TTF. Toutefois, le rapport note également qu' « il est nécessaire de créer [d'autres activités génératrices de revenus] en fonction du potentiel local et des besoins du marché ». Il y a eu une augmentation de la création d'emplois pour les artisans locaux dans l'installation et l'entretien des fours. Néanmoins, les femmes présentes à l'atelier ont indiqué que le « manque de capacités organisationnelles » était un facteur qui les empêchait de développer davantage les biens commercialisables.

Un autre exemple est vu dans la Confédération africaine des organisations professionnelles de la pêche artisanale (COAPA [^3]), qui a récemment signé la Déclaration de Conakry lors d'un atelier à Conakry, en Guinée. L'atelier a été spécialement conçu pour accroître la valorisation et la commercialisation du poisson fumé par FTT. La Déclaration contribue à coordonner les objectifs des membres de la COAPA qui préconisent un meilleur accès au poisson en tant que matière première, l'amélioration des conditions de travail des femmes opératrices de poisson, l'amélioration des activités de transformation et de commercialisation et la mise en place de systèmes de financement appropriés.

Comme c'est le cas pour le paragraphe 7.6 des Lignes directrices du FSS, la TTF ne réalise pas en soi l'égalité entre les sexes et l'organisation sociale, mais est plutôt un outil qui peut aider à rassembler les gens pour atteindre ces objectifs communs. L'introduction de la TTF a « favorisé des améliorations visant à faciliter la participation des femmes » à la chaîne de valeur, ce qui leur permet d' « améliorer leurs moyens de subsistance dans le secteur après récolte » (par. 7.2). De même, les possibilités d'emploi et les avantages pour la santé du four peuvent être considérés comme contribuant au renforcement des organisations locales (par. 7.4).

Malgré les bonnes pratiques rendues possibles par l'utilisation de la TTF, un certain nombre de problèmes subsistent quant à son installation et à son utilisation dans la pêche artisanale de l'Afrique de l'Ouest. En termes de limitations, la FAO (2016) estime que le coût de l'installation de TTF se situe entre 800 et 1 600 USD, ce qui est beaucoup trop élevé pour les budgets des petits transformateurs. Mindjimba (2019) stipule que ce coût peut être récupéré dans un délai de 1 à 5 ans ; toutefois, cela est subordonné au fonctionnement des fours à leur capacité quotidienne de 3 tonnes. Un détail à garder à l'esprit est que les transformateurs ne sont pas obligés d'acheter un four TTF complet, mais peuvent plutôt opter pour des caractéristiques spécifiques (par exemple, le composant de filtration des fumées ou le plateau de collecte des graisses) compatibles avec le four Chorkor. Néanmoins, la grande capacité du four de TTF peut être un défi, et le manque d'accès au poisson que certains transformateurs connaissent. En Côte d'Ivoire, il y a des cas où les prix du poisson sont trop élevés pour les transformateurs. Un problème similaire s'est posé au Sénégal, où les activités des flottes industrielles étrangères réduisent la quantité de petits pélagiques disponibles pour la capture par les petits pêcheurs et par conséquent les transformateurs (CFFA, communication personnelle, 2019). Bien qu'il ne s'agisse pas d'une limitation de la TTF elle-même, cela rend l'adoption difficile. Cet examen recommande que les gouvernements appuient les mesures stratégiques qui permettraient aux transformateurs d'avoir accès au poisson à un prix abordable.

De même, il est nécessaire de faire participer les autorités locales afin de réussir l'installation d'un site de traitement des TTF, en particulier lorsqu'il s'agit de décider de son emplacement. Par exemple, en 2017, les gouvernements du Maroc et de la Côte d'Ivoire ont cofinancé un site de traitement à Abidjan. Construit pour un coût de 4,5 millions de dollars, l'installation comprenait des entrepôts frigorifiques, une aire de jeux pour enfants et divers bureaux commerciaux et administratifs. Il a été conçu pour employer 5 000 personnes, avec une production annuelle totale de transformation de 20 000 tonnes (Abidjan.net, 2019). Toutefois, l'installation était située à une distance désagréable du marché réel, et les autorités locales n'ont pas été en mesure de délocaliser le marché. Par conséquent, bon nombre des transformateurs sont retournés à leur ancien site de traitement situé près du marché (CFFA, communication personnelle, 2019). Un cas similaire s'est produit à Braffedon, en Côte d'Ivoire, où une installation plus petite a été négligée par les utilisateurs de Grand-Lahou, en raison de la distance accrue (à 20 kilomètres de chez eux) et du faible taux d'utilisation collective de la TTF. Contrairement à cela, mais tout aussi grave, les installations d'Abobo-Doumé seraient surpeuplées, avec quelque 300 transformateurs souhaitant utiliser l'installation. Ces trois exemples soulignent la nécessité fondamentale de consulter tous les acteurs après récolte (comme stipulé au paragraphe 7.1 des Lignes directrices sur le SSF) afin de déterminer un emplacement qui convient aux utilisateurs visés.

Enfin, il y a des exemples de mauvaise gestion des fours, généralement dans des endroits où il n'y avait pas d'organisation sociale (p. ex. organisations socioprofessionnelles, coopératives) auparavant. L'absence de cette organisation a entraîné des combats internes et des divisions au sein de la collectivité, car les responsabilités et les avantages n'étaient pas clairement définis au préalable. Une coopérative ou une association aide à atténuer ces conflits, car elle assure la formation des artisans à l'entretien des fours, à la distribution adéquate des poissons à fumer et à d'autres tâches de gestion. Les fours TTF nécessitent des artisans formés pour s'assurer qu'ils sont bien entretenus (FAO, 2019a). Le besoin d'artisans a été mis en évidence en Côte d'Ivoire, en particulier pour la fabrication et l'assemblage des fours (FAO, 2019b). La CFFA a fait remarquer que les organisations sociales sont en mesure de veiller à ce que tous les membres de la collectivité qui utilisent les fours aient un accès égal au poisson acheté par les pêcheurs. Il est donc essentiel de créer une entité reconnue par toutes les parties pour être responsable de l'utilisation quotidienne du four.

Mis à part le coût, il n'y a pas d'inconvénients intrinsèques au four réel. Les expériences négatives avec le four sont attribuables à des problèmes de gestion. Ainsi, pour que l'adoption de la TTF soit couronnée de succès et durable dans un contexte donné, il est important que tous les acteurs concernés soient consultés avant l'installation et que les responsables de sa gestion aient clairement défini les rôles et responsabilités.

[^3] : États membres de la COAPA : Côte d'Ivoire, Cameroun, Guinée-Bissau, Guinée, Libéria, Mali, Maroc, Ouganda, Sénégal, Sierra Leone et Togo.

Les résultats de cette étude de cas confirment ceux d'études antérieures qui expriment la supériorité de la TTF. L'étude a examiné les paragraphes du chapitre 7 des Lignes directrices du FSS les plus pertinents pour le déploiement de la TTF. Bien que les fours traitent de toutes les dispositions à des degrés divers, c'est aux paragraphes 7.2, 7.4, 7.5 et 7.6 que nous sommes en mesure d'évaluer de façon exhaustive l'impact du four.

En tant que technologie qui répond à la fois aux besoins des transformateurs féminins et ajoute de la valeur au produit final, la TTF permet de surmonter deux défis qui entravent gravement les chaînes de valeur du tabagisme du poisson en Afrique de l'Ouest : les conditions de travail dangereuses des femmes qui fument le poisson et les niveaux élevés d'HAP 4 dépôts qui empêchent l'exportation vers des marchés à plus forte valeur. De façon critique, il faut reconnaître que la TTF en soi ne surmonte pas ces obstacles, une formation et une organisation appropriées parmi les transformateurs sont également essentielles pour surmonter ces obstacles. Quant à ses limites, la TTF représente un investissement coûteux pour les transformateurs à faible revenu, et l'utilisation dépend d'un accès uniforme aux matières premières et au poisson. Il s'agit d'une question que les États peuvent régler en adoptant des politiques qui garantissent que les petits producteurs de poisson et les transformateurs qui en dépendent ont accès à suffisamment de poisson (soit l'équivalent de 3 tonnes par four et par jour). Pour assurer la viabilité à long terme de la TTF, les organisations sociales doivent jouer un rôle central dans la gestion des fours. L'incidence de la TTF sur les chaînes de valeur du fumage à petite échelle du poisson n'est pas encore bien comprise, mais compte tenu des forces des fours (tableau 3.2), elle peut être considérée comme une technologie perturbatrice. En tant que tel, l'un des aspects à prendre en considération dans les études futures sera la contribution du four à la restructuration de la dynamique de la puissance dans la chaîne de valeur.

Afin d'encourager l'adoption de la TTF en Afrique de l'Ouest et dans d'autres régions du monde, cette étude de cas fournit une série de recommandations, s'inspirant de celles faites à Mindjimba (2019), FAO (2016), FAO (2017), FAO (2019) et par CFFA lors de la recherche de cette étude de cas.

Recommandations pour la réduction des pertes, l'ajout de valeur et l'efficacité des coûts

  • Adapter l'équipement aux spécificités de chaque site, y compris les besoins des utilisateurs et les principales espèces de poissons cibles (grands plateaux pour petits poissons).

  • Renforcer les bonnes pratiques d'hygiène en général et traiter systématiquement l'eau de puits et l'eau de pluie utilisées pour laver les ustensiles et les poissons crus avant de fumer, conformément aux normes en vigueur.

  • Obtenir un consensus initial parmi les transformateurs concernant les responsables de l'entretien et du fonctionnement du four. Une formation préalable et une démonstration concernant l'utilisation du four devraient être dispensées aux transformateurs et aux artisans chargés de son entretien.

  • Renforcer la capacité des fumeurs de poisson, des artisans et du personnel gouvernemental chargé d'assurer le suivi et le soutien (p. ex. techniques de fumage, utilisation et entretien des fours TTF, tenue de livres et comptes de résultats, surveillance et stratégies commerciales).

Recommandations pour le commerce et l'accès au marché

  • Mettre davantage l'accent sur la collecte de données. Un système solide et cohérent d'enregistrement des transactions devrait être mis en place parallèlement aux fours TTF, un système qui tienne compte des caractéristiques telles que le volume traité et les finances.

  • Cibler des marchés plus gratifiants pour les produits TTF (par exemple les supermarchés, les représentants diplomatiques et les organisations internationales, les expatriés résidents, les touristes, les restaurants et les marchés extérieurs) en répondant à leurs exigences en matière d'assurance et de contrôle de la qualité, de traçabilité et de fiabilité de l'approvisionnement.

  • Renforcer la sensibilisation des autorités, de la communauté locale et des autres parties prenantes aux avantages commerciaux et sanitaires des fours.

  • Mettre à jour les réglementations nationales relatives aux HAP en vue de garantir la traçabilité et le contrôle de la qualité des produits de la pêche.

  • Les États doivent veiller à ce que les flottes industrielles opérant dans leurs eaux soient gérées compte tenu des besoins des petits pêcheurs et des chaînes de valeur qui leur sont associées, afin que les transformateurs et les autres acteurs de la pêche artisanale aient accès à suffisamment de poissons.

Recommandations concernant l'égalité des sexes, les moyens de subsistance et l'organisation sociale

  • Promouvoir le rôle des femmes dans la chaîne de valeur.

  • Sensibiliser les transformateurs, les consommateurs, les décideurs, les autorités compétentes et les médias locaux aux avantages comparatifs de la TTF, en particulier au fait que des produits sains et de meilleure qualité sont le résultat de l'utilisation de cette nouvelle technique.

  • Choisir soigneusement les sites de mise en œuvre des installations de traitement — généralement comme un compromis entre plusieurs considérations (p. ex. accessibilité, distance, viabilité, sécurité) — afin d'atteindre le plus grand nombre d'utilisateurs potentiels.

  • La participation des autorités locales (administratives, municipales, traditionnelles et territoriales) aux côtés des transformateurs et d'autres acteurs de la chaîne de valeur est essentielle pour assurer le succès et la durabilité des installations de transformation (par exemple, sensibiliser les parties prenantes et organiser les producteurs). Ces autorités sont également essentielles pour la construction des sites de transformation, y compris la création ou la remise en état de routes d'accès et le financement partiel de l'infrastructure.

  • Mettre en place des garderies pour faciliter et encourager la participation des femmes.

  • Des interventions de changement social en tant qu'approche transformatrice de sensibilisation à l'égalité des sexes sont recommandées afin de changer les attitudes perçues sur les rôles des hommes et des femmes, en particulier parmi les hommes.

Abidjan.net. 2017. Le point de débarquement aménagé Mohammed VI de Locodjro livré. Abidjan.net, 28 novembre 2017. < https://news.abidjan.net/h/626648.html >

Anoh, K.P., Ossey, Y.B., Ouattara, S., Dembélé, A.A. & Traoré, K.S. 2017. Santé des femmes transformatrices, sécurité sanitaire des produits et impact environnemental des systèmes de fumage de poisson dans les communautés de pêche artisanale, étude pour des systèmes alimentaires durables. Projet NEPAD dans les communautés de pêche de Guessabo. IGT/APCN (non publié).

Asiedu, B., Failler, P. & Beygens, Y. 2018. Assurer la sécurité alimentaire : analyse du secteur de la pêche au tabagisme industriel au Ghana. Agriculture et sécurité alimentaire, 7 (38).

Ayilu, R.K., Antwi-Asare, T.O., Anoh, P., Tall, A., Aboya, N., Chimatiro, S. & Dedi, S. 2016. Commerce artisanal informel du poisson en Afrique de l'Ouest : amélioration du commerce transfrontalier. Aperçu du programme : 2016-37. Penang, Malaisie, WorldFish.

Bomfeh, K., De Meulenaer, B., Jacxsens, L., Amoa-Akua, W.K., Tandoh, I. & Afoakwa, E.O. 2016. Effets des composants Thiaroye de la TTF et des conditions de traitement sur les concentrations de poissons fumés d'hydrocarbures aromatiques polycycliques (HAP) . 7 p. Non publié.

Bomfeh, K., Jacxsens, L., Amoa-Akua, W.K., Tandoh, I., Afoakwa, E.O., Gamarro, E.G., Ouadi, Y.D. & De Meulenaer, B. 2019. Réduction de la contamination des hydrocarbures aromatiques polycycliques chez les poissons fumés dans le Sud mondial : étude de cas d'un four amélioré au Ghana. J Sci Food Agrice., 99 (12) : 5417—5423.

Brownell, B. 1983. Un guide pratique pour améliorer le tabagisme du poisson en Afrique de l'Ouest. L'UNICEF.

Daniels, A., Gutierrez, M., Fanjul, G., Guerena, A., Matheson, I. & Watkins, K. 2016. * Poisson manquant d'Afrique de l'Ouest. Impacts de la pêche non déclarée et non réglementée et de la sous-déclaration des captures par les flottilles étrangères*. Londres, Overseas Development Institute.

Doumbouya, A., Camara, O.T., Mamie, J., Intchama, J.F., Jarra, A., Ceesay, S., Guèye, A., Ndiaye, D., Béibou, E., Padilla, A. & Belhabib, D. 2017. Évaluation de l'efficacité du contrôle et de la surveillance de la pêche illégale : le cas de l'Afrique de l'Ouest. Avant Mar Sci, 4 : 50. (disponible à l'adresse < https://doi.org/10.3389/fmars.2017.00050 >).

Commission européenne 2011. no 1881/2006 en ce qui concerne les teneurs maximales pour les hydrocarbures aromatiques polycycliques dans les denrées alimentaires. Journal officiel de l'Union européenne.

Commission européenne. 2020. *Portail RASFF *. (disponible à l'adresse suivante : < https://webgate.ec.europa.eu/rasff-window/portal/?event=SearchForm&cleanSearch=1 >)

FAO. 2003. *Étude sur le commerce du poisson fumé séché de l'Afrique de l'Ouest au RoyaumeUni. Rome. (disponible à l'adresse < http://www.fao.org/3/a-y4530e.pdf).

FAO. 2014. La valeur des pêcheries africaines. Rome. (disponible à l'adresse < http://www.fao.org/3/a-i3917e.pdf >).

FAO. 2015a. *Guide pour le développement et l'utilisation de la technique de traitement FAO-thiaroye (FTT-thiaroye) *. Rome. (disponible à l'adresse < http://www.fao.org/3/a-i4174e.pdf).

FAO. 2015b. Directives volontaires pour assurer une pêche artisanale durable dans le contexte de la sécurité alimentaire et de l'élimination de la pauvreté. Rome.

FAO. 2016. Compte rendu final du projet « Projet d'appui au renforcement des capacités et du cadre réglementaire en matière de prévention et réduction des pertes post-capture des produits halieutiques », Côte d'Ivoire. Rome. 14 p.

FAO. 2016. Mécanisme d'appui aux programmes multipartenaires (FMM) de la FAO. Rapport annuel 2016. Rome. (disponible à l'adresse < http://www.fao.org/3/a-i7575e.pdf >).

FAO. 2018. Quatrième réunion de professionnels/experts à l'appui de la sécurité, de la technologie et de la commercialisation du poisson en Afrique. Rome. (disponible à l'adresse < http://www.fao.org/3/ca0374b/CA0374B.pdf >). FAO. 2019a. Améliorer les services ruraux pour la pêche artisanale à l'aide d'une approche fondée sur la plateforme technologique. Circulaire sur les pêches et l'aquaculture, FIAM/C1180>. Rome. (disponible à l'adresse < http://www.fao.org/3/ca4899en/ca4899en.pdf >).

FAO. 2019b. Techniques de transformation FAO-thiaroye : vers l'adoption de systèmes améliorés de fumage du poisson dans le contexte des avantages, des compromis et des implications politiques dans certains pays en développement. Rome. (disponible à l'adresse < http://www.fao.org/3/ca4667en/ca4667en.pdf >).

Farhadian, A., Jinap, S., Hanifah, H. & Zaidul, I. 2011. Effets du préchauffage et de l'emballage de la viande sur les concentrations d'hydrocarbures aromatiques polycycliques dans la viande grillée au charbon de bois. Chimie alimentaire, 124 (1) : 141—146.

Gordon, A., Pulis, A. & Owusu-Adjei, E. 2011. Poisson marin fumé de la région de l'Ouest, Ghana : évaluation de la chaîne de valeur. Initiative de gouvernance intégrée des zones côtières et des pêches de l'USAID pour la région occidentale, Ghana. Centre WorldFish. 46 pp.

Mindjimba, K. 2019. Étude sur la rentabilité du fumage du poisson avec les fours FTT-Thiaroye en Côte d'Ivoire. Rome, FAO.

Ministère des Affaires Etrangères néerlandais. 2018. *Exportation de poissons et de fruits de mer vers les chaînes européennes de vente au détail ethnique. La Haye (Pays-Bas), Centre pour la promotion des importations.

Pauly, D., Christensen, V., Guenette, S., Pitcher, T., Sumaila, U.R., Walters, C., Watson, ** R. & Zeller, D.** 2002. Vers la durabilité dans les pêches mondiales. Nature, 418 : 689—695.

Stołyhwo, A. et Sikorski, Z. (2005). Hydrocarbures aromatiques polycycliques dans le poisson fumé — un examen critique. Chimie alimentaire, 91 (2), pp. 303-311.

Banque mondiale, FAO et FIAD. 2015. Genre dans l'agriculture intelligente face au climat Module 18 pour le livre de sources sur l'égalité entre les sexes dans l'agriculture. Washington, DC, Banque mondiale. (disponible à l'adresse < http://www.fao.org/3/a-i5546e.pdf >).

Guide d'entrevue pour les entrevues avec les fours FTT-Thiaroye - Quelle est votre expérience avec le four FTT-Thiaroye et/ou d'autres technologies de fumage de pêche ?

  • Quels sont les aspects du four FTT-Thiaroye qui le distinguent des autres technologies de fumage du poisson ?

  • Êtes-vous d'accord que le four FTT-Thiaroye est une technologie sensible au genre ? Pourquoi ?

  • Le four FTT-Thiaroye aide-t-il les populations de pêcheurs ouest-africaines à accéder à de nouveaux marchés ?

  • Pensez-vous qu'il va continuer à croître en popularité ? Pourquoi ?

  • Quels sont, selon vous, les principaux défis pour l'adoption du four FTT-Thiaroye ?

  • Le four FTT-Thiaroye a-t-il contribué à créer une organisation sociale forte ? Pourquoi ?

  • Quelles recommandations ferais-tu aux décideurs politiques pour augmenter les bénéfices promis par le four FTT-Thiaroye ?

*Source : Zelasney, J., Ford, A., Westlund, L., Ward, A. et Riego Peñarubia, éd. 2020. Assurer une pêche durable à petite échelle : présenter les pratiques appliquées dans les chaînes de valeur, les opérations post-récolte et le commerce. FAO sur les pêches et l'aquaculture Document technique No 652. Rome, FAO. https://doi.org/10.4060/ca8402en *


Food and Agriculture Organization of the United Nations

http://www.fao.org/
Loading...

Restez au courant des dernières nouveautés en matière de technologie aquaponique

Entreprise

  • Notre équipe
  • Communauté
  • Presse
  • Blog
  • Programme de parrainage
  • Politique de confidentialité
  • Conditions de service

Copyright © 2019 Aquaponics AI. Tous droits réservés.