common:navbar-cta
Télécharger l'applicationBlogFonctionnalitésTarificationAssistanceSe connecter
EnglishEspañolعربىFrançaisPortuguêsItalianoहिन्दीKiswahili中文русский

Dans cette première section, notre objectif est de fournir un aperçu des réglementations pertinentes pour la construction et l'exploitation des installations aquaponiques et la commercialisation des produits produits aquaponiques. Nous nous concentrons spécifiquement sur l'Allemagne, car il est impossible d'extrapoler dans toute l'UE, étant donné que plusieurs réglementations importantes, en particulier en ce qui concerne le zonage et la construction, n'ont pas été harmonisées dans toute l'UE. Bien que nous nous concentrions sur le contexte allemand, des constatations similaires concernant le droit de l'aménagement ont également été rapportées dans d'autres pays (Joly et coll., 2015).

20.2.1 Règlement sur la construction

Les installations aquaponiques doivent respecter diverses réglementations en matière de planification, de construction et d'eau, dont beaucoup ne relèvent pas de la compétence de l'UE. En Allemagne, le cadre général de la planification et de la législation sur l'eau est harmonisé au niveau national, tandis que les règlements relatifs à la construction et à l'utilisation locale de l'eau sont déterminés au niveau des États, l'aménagement urbain et régional étant couvert au niveau municipal.

20.2.1.1 Loi sur la planification

La loi sur l'aménagement du territoire régit l'utilisation du sol et les exigences liées à la zone pour les projets de construction. Il existe une distinction majeure entre les projets dans les zones périphériques et les zones urbaines intérieures.

Selon l'article 35 du Code allemand de la construction, les zones périphériques doivent être exemptes de bâtiments et être réservées à certaines utilisations, telles que l'agriculture ou la production d'énergie renouvelable. La question de savoir si l'aquaponie constitue ou non une agriculture dans ce sens reste une question sans réponse : si les tribunaux ont jugé que la culture sans sol de légumes comme l'hydroponie peut être considérée comme une agriculture, le cas est moins clair pour l'aquaculture dans des installations intérieures sans lien avec l'eau naturelle cycle. La définition de l'agriculture à l'article 201 du Code du bâtiment ne reconnaît que les pêches. La plupart des tribunaux considèrent donc les systèmes d'aquaculture recirculatoire comme des entreprises commerciales plutôt que agricoles. Récemment, cependant, le tribunal administratif de Hambourg a statué qu'une usine de production de poissons et de crustacés peut être considérée comme agricole, si la majorité des aliments nécessaires pouvaient théoriquement être produits sur les terres agricoles, appartenant à l'exploitation quel que soit le type de poisson produit, ou si les aliments pour animaux sont effectivement produits à la ferme. Cette exception pourrait toutefois ne pas être viable dans les cas où les aliments d'origine agricole ne sont pas du tout utilisés. Dans la pratique, des opérations aquacoles ont souvent été mises en place en relation avec des usines de biogaz. Étant donné que les agriculteurs ont reçu une prime supplémentaire sur le tarif de rachat pour les centrales coproductrices (c'est-à-dire les plantes qui produisent aussi de la chaleur), il y a eu une incitation à installer une aquaculture absorbant la chaleur à côté de l'usine de biogaz.

Des restrictions supplémentaires peuvent s'appliquer dans les aires protégées. La construction d'installations aquacoles est considérée comme problématique, surtout à proximité des plans d'eau naturels. Les exceptions pour l'agriculture ne sont possibles que pour les installations existantes. Cela a créé un certain nombre de problèmes dans les zones de pêche traditionnelles, comme le Mecklembourg, où de nombreux pêcheurs professionnels ont un intérêt et les compétences nécessaires pour exploiter des entreprises auxiliaires comme l'aquaculture ou l'aquaponie (Paetsch, 2013). Étant donné que les systèmes aquaponiques ne dépendent pas du cycle naturel de l'eau, ils pourraient offrir une possibilité créative à de nouvelles entreprises si leurs avantages étaient évalués et reconnus par les autorités compétentes.

Cependant, quelle que soit leur taille, les installations aquaponiques ne nécessitent pas d'évaluation des incidences environnementales, ce qui n'est qu'une exigence pour les piscicultures qui rejettent des déchets dans les eaux de surface.

20.2.1.2 Zones urbaines

De nombreux partisans envisagent l'aquaponie comme une possibilité pour l'agriculture urbaine, étant donné que des installations commerciales peuvent être construites sur des toits ou des entrepôts inutilisés pour permettre la livraison directe de produits aux supermarchés des centres urbains. Les systèmes semi-commerciaux peuvent également être situés dans des zones résidentielles (aquaponiques arrière-cour). En vertu du droit allemand d'aménagement, l'autorisation d'une installation dépend de sa classification et de la zone où elle est située. Les fermes aquaponiques commerciales peuvent être classées comme entreprises commerciales ou horticoles. Par conséquent, ils ne sont généralement pas autorisés dans les zones résidentielles. Dans les villages et les zones d'utilisation mixte, les entreprises commerciales et horticoles sont autorisées. Dans les zones commerciales et industrielles, seules les entreprises commerciales, mais pas horticoles, sont possibles.

Étant donné que les installations aquaponiques ont relativement peu de problèmes de bruit et d'odeur, elles peuvent être autorisées à titre exceptionnel même dans les zones où elles ne sont pas actuellement admissibles en vertu des lois sur l'aménagement du territoire. Toutefois, l'obtention d'une exception crée des charges administratives supplémentaires et des incertitudes, ce qui pourrait constituer un obstacle à la mise à l'échelle de la technologie. La planification spécifique aux projets permet de coopérer avec les autorités chargées de la planification mais, dans la pratique, elle n'est pertinente que pour les projets de grande envergure en raison des coûts encourus.

Les installations aquaponiques de jardin peuvent être autorisées dans toutes les zones à l'exception des installations auxiliaires pour l'élevage de petits animaux. Toutefois, les installations auxiliaires doivent être non commerciales et être interprétées différemment par les autorités de district. Certaines municipalités adoptent une approche plutôt restrictive et n'autorisent que les formes traditionnelles de petits animaux tels que les chiens, les poulets, les pigeons, etc.

20.2.1.3 Droit de la construction

Les exigences structurelles et techniques applicables aux bâtiments et les procédures administratives pour l'obtention des permis de construire sont régies par des règlements de construction au niveau de l'État, et bien que les codes du bâtiment suivent, ce qu'on appelle un code du bâtiment modèle, il peut y avoir des différences substantielles entre les États.

Tous les produits de construction doivent être conformes au règlement de l'UE 305/2011, qui exige une déclaration de conformité aux normes techniques. Pour les petites stations d'épuration des eaux usées, la norme technique EN 12566 CEN s'applique. Les systèmes de toit peuvent nécessiter des installations spéciales pour la protection contre l'incendie et affecter les dégagements minimaux. La stabilité statique du bâtiment ne doit pas être affectée.

Bien que certains éléments d'une installation aquaponique, en particulier les maisons vertes ou les réservoirs d'eau, n'aient pas besoin d'un permis de construire individuel, l'installation d'un système commercial de production alimentaire nécessitera habituellement un permis de construire, surtout si le bâtiment a déjà servi un but différent auparavant. La procédure d'obtention de ce permis pourrait constituer un obstacle administratif et financier important. Toutefois, une fois obtenu, il peut également être considéré comme offrant une stabilité accrue aux investisseurs extérieurs, étant donné que les règlements seront considérés comme ayant été respectés.

20.2.1.4 Loi sur l'eau

Les systèmes aquaponiques ne dépendent pas nécessairement de l'utilisation de l'eau de surface. Idéalement, l'eau ne quitte un système aquaponique que par évapotranspiration ou sous forme d'eau retenue dans les légumes produits. Nous soutiendrons que de telles installations ne devraient donc pas exiger un permis en vertu de la loi sur l'eau ou du règlement sur les eaux usées. Cela pourrait constituer un avantage réglementaire majeur par rapport, par exemple, à l'aquaculture traditionnelle ou à l'aquaculture, pour laquelle les réglementations de plus en plus restrictives sur l'eau et les eaux usées constituent un obstacle important pour les nouvelles entreprises. Les économies réalisées sur les droits de rejet des eaux usées constituent une incitation à la mise en œuvre de tels systèmes

Cependant, il n'est pas tout à fait certain que les tribunaux suivraient cette argumentation. L'eau pourrait être considérée comme des eaux usées, au moment où elle a été utilisée pour l'aquaculture. Il serait alors soumis aux règles relatives à l'élimination des eaux usées, qui exigent généralement l'élimination par des installations centralisées. Par exemple, le Tribunal administratif supérieur de Berlin a récemment refusé l'utilisation d'un lit de roseau pour nettoyer les eaux grises et noires domestiques, où le roseau a ensuite été utilisé pour la consommation d'énergie. Le tribunal a explicitement déclaré qu'il n'existait pas de droit à l'utilisation multiple de l'eau en vertu de la loi allemande sur l'eau. Dans ce cas, un permis spécial pour l'élimination décentralisée des eaux usées serait requis, et l'ensemble de l'installation aquaponique devrait respecter les règles relatives aux installations d'élimination des eaux usées.

Les seuls déchets réels produits dans les systèmes aquaponiques sont les boues filtrantes (ce qui peut être évité si un cycle supplémentaire de reminéralisation de ces boues est intégré ou si les boues sont dégradées sur place, par exemple par vermicompostage : si les boues filtrantes peuvent être utilisées sur place, aucun enregistrement en vertu de la loi sur les engrais n'est requis (voir ci-dessous). S'ils sont utilisés à l'extérieur des locaux, les règlements relatifs à l'élimination des déchets organiques ou des boues d'épuration (plus restrictifs) s'appliquent. Les boues filtrantes seraient considérées comme des boues d'épuration si le système aquaponique dans son ensemble est considéré comme une station d'épuration des eaux usées : il reste à déterminer si cela s'applique dans la pratique.

20.2.1.5 Conclusions sur la construction

Les piscicultures présentent peu de problèmes en ce qui concerne le bruit et les odeurs. On pourrait donc supposer que les systèmes aquaponiques pourraient être autorisés avec plus de facilité que les autres installations de production animale. Cependant, l'aquaponie ne s'intègre pas bien dans le cadre juridique allemand.

Comme la production aquaponique ne dépend pas de l'utilisation du sol, les installations peuvent ne pas être « suffisamment agricoles » pour les zones périphériques, c'est-à-dire les terres agricoles. D'autre part, l'aquaponie pourrait être « trop agricole » pour les zones urbaines, car l'agriculture urbaine n'est pas considérée comme une catégorie pertinente en vertu de la législation allemande sur l'aménagement du territoire. En particulier, l'aquaponie peut être généralement interdite dans les zones commerciales, industrielles et résidentielles.

Les installations aquaponiques commerciales nécessitent toujours un permis de construire, même si elles sont installées dans des bâtiments préexistants qui ne nécessitent pas de nouveaux permis de construire.

Les pionniers de l'aquaponie avec des projets urbains très visibles tels que ECF ou Urban Farmers semblent avoir bien fait face au cadre réglementaire existant. Toutefois, les questions de droit de la planification pourraient poser un problème pertinent pour l'extension de la technologie, auquel cas les projets doivent être élaborés en étroite consultation avec les autorités afin d'éviter de futurs conflits et de garantir la sécurité des investisseurs.

L'un des principaux avantages réglementaires de l'aquaponie réside peut-être dans le fait que peu ou pas d'eaux usées sont produites, ce qui réduit la nécessité d'éliminer les eaux usées. On a signalé que les permis et les droits d'utilisation des eaux usées constituaient des obstacles importants pour les pisciculteurs conventionnels. Étant donné que les redevances relatives aux eaux usées seront probablement calculées en fonction de la charge de pollution à l'avenir, elles pourraient constituer une incitation encore plus forte à penser à d'autres types d'élimination des eaux usées à l'avenir (Schendel 2016). Cependant, comme la loi sur l'eau ne prévoit généralement pas d'utilisations multiples, une clarification juridique serait très importante pour créer une certitude pour les producteurs.

En dehors de cela, les conditions réglementaires dans le secteur allemand de l'eau ne favorisent pas particulièrement l'innovation. La loi allemande sur l'eau adhère strictement au paradigme des eaux usées centralisées et ne permet généralement pas le recyclage décentralisé des flux de matériaux et d'autres formes d' « écologie créative ». Contrairement au secteur des déchets, où le cadre réglementaire incite fortement le secteur privé à considérer les déchets comme une ressource, la réglementation du secteur des eaux usées n'incite pas le secteur privé à créer et à mettre en œuvre des technologies novatrices de recyclage.

20.2.2 Règlement sur la production aquaponique

La production aquaponique est soumise à la réglementation pour la production végétale et animale à tous les stades de la production et de la transformation. Dans le cadre de l'approche réglementaire « de la ferme à la fourche », de nombreuses réglementations pertinentes ont été harmonisées au niveau européen (notamment par le biais du paquet « hygiène » de l'UE). Toutefois, il existe quelques exemptions pour les petits producteurs qui vendent directement à leurs clients.

20.2.2.1 Production hydroponique

La production hydroponique est soumise à relativement peu de réglementations : les milieux de culture ont besoin d'une approbation de l'UE. L'utilisation de déchets de poisson comme engrais ne nécessite aucune autorisation en vertu de la législation allemande sur les engrais si ces déchets proviennent de l'aquaculture.

Les restrictions les plus importantes concernent l'utilisation de pesticides (remarque : dans les systèmes aquaponiques à cycle unique, l'utilisation de pesticides est intrinsèquement limitée en raison de la toxicité des pesticides pour les poissons ; toutefois, l'utilisation de pesticides est possible dans les systèmes aquaponiques à cycle multiple (découplé) où l'eau ne revient pas des plantes vers le composants du poisson). La loi allemande sur la protection des végétaux impose généralement une « gestion intégrée des ravageurs », ce qui signifie que des mesures préventives et la promotion de mécanismes de réponse naturels (par exemple, des emplacements appropriés, des substrats, des variétés, des semences et des engrais, ainsi que des mesures de lutte physique et biologique) doivent être prises. priorité avant l'utilisation des pesticides. L'utilisation d'espèces envahissantes à des fins de lutte biologique contre les ravageurs est interdite.

Les pesticides ne peuvent être utilisés que par du personnel qualifié. Seuls les pesticides approuvés en vertu de la réglementation européenne (CE) 1107/2009 peuvent être utilisés. Le règlement (CE) 1107/2009 contient également des règles relatives à l'utilisation, au stockage et à l'élimination des pesticides.

Avant la récolte, certaines périodes d'attente doivent être observées. Les résidus dans les légumes ne doivent pas dépasser certaines teneurs maximales de résidus (LMR). Une base de données en ligne gratuite sur les LMR est fournie par la Direction générale de la santé et des consommateurs (DG SANCO).

20.2.2.2 Aquaculture

Contrairement à l'horticulture, l'aquaculture est soigneusement réglementée par de nombreux règlements différents. Cependant, il n'existe pas de loi distincte sur l'aquaculture au niveau national ni européen, et les lois sur la pêche au niveau des États ne réglementent que la pêche dans les plans d'eau naturels.

20.2.2.3 Culture d'espèces non indigènes

Les poissons les plus couramment cultivés dans les systèmes aquaponiques sont des espèces tropicales telles que Tilapia ou le poisson-chat africain. Toutefois, les règles complexes du règlement (CE) 708/ 2007 concernant l'utilisation d'espèces exotiques en aquaculture ne s'appliquent généralement pas aux installations aquacoles fermées en recirculation (enregistrées dans un répertoire des installations aquacoles en recirculation). Certains pays (par exemple l'Espagne et le Portugal, mais pas l'Allemagne ou la France) ont cependant décidé d'interdire purement et simplement certains types de poissons exotiques, ce qui affecte également les possibilités de les cultiver dans des installations fermées.

20.2.2.4 Règlement sur les maladies des poissons en aquaculture

Tous les producteurs aquacoles sont soumis à la réglementation allemande sur les maladies des poissons, qui met en œuvre la directive européenne 2006/88/CE relative aux exigences de police sanitaire applicables aux animaux d'aquaculture et à leurs produits, ainsi qu'à la prévention et à la lutte contre certaines maladies chez les animaux aquatiques (ministère de l'Agriculture de Bavière, 2010). En vertu de ce règlement, les exploitations aquacoles nécessitent généralement des permis délivrés par les autorités vétérinaires locales. Toutefois, les producteurs qui ne vendent que de petites quantités de poisson directement aux consommateurs ou aux détaillants locaux n'ont qu'à enregistrer certains renseignements, tels que le nom et l'adresse, l'emplacement et la taille de l'exploitation, la source d'approvisionnement en eau, la quantité de poissons détenus et les espèces de poissons.

Plus important encore, le règlement sur les maladies des poissons impose aux exploitants d'exploitations piscicoles l'obligation d'informer les autorités vétérinaires locales en cas d'apparition présumée d'une maladie. Les autorités vétérinaires peuvent alors mettre en œuvre les mesures de contrôle nécessaires, qui, dans certains cas, peuvent impliquer la destruction de l'ensemble du stock en cas de risque de propagation de la maladie.

Note : Le droit européen en matière de santé animale, qui était auparavant réglementé relativement déroutant dans quelque 400 actes individuels, est unifié dans le règlement (UE) 2016/429. Toutefois, le règlement n'entre en vigueur que le 21 avril 2021. Le contenu des maladies des poissons ne changera pas (art. 173 et suiv. Règlement (UE) 2016/429).

20.2.2.5 Règlement sur les aliments pour animaux

La capacité de s'approvisionner en aliments pour animaux durables est une condition préalable essentielle à une production alimentaire durable. Comparativement aux animaux terrestres, les poissons ont un taux de conversion des aliments beaucoup plus élevé ; cependant, de nombreuses espèces de poissons de niveau trophique élevé exigent qu'une certaine partie de leur aliment provient de protéines et de graisses d'origine animale (p. ex. farine de poisson). L'alimentation des insectes ou des larves d'insectes aux poissons est souvent considérée comme un moyen possible d'accroître la durabilité de l'aquaculture. Les insectes peuvent être cultivés à l'aide de déchets nutritifs organiques, dans certains cas dérivés de déchets animaux, y compris les abats.

Toutefois, les animaux destinés à la consommation humaine ne doivent pas recevoir de protéines d'origine animale (à l'exception des protéines de poisson) conformément au règlement (CE) 999/2001, mis en œuvre en réaction à la crise de l'ESB dans les années 90. S'il est parfois allégué que l'interdiction des sources d'alimentation animale à partir de protéines animales ne devrait pas s'appliquer aux insectes, qui n'ont pas été considérés comme des sources d'alimentation potentielles en 2001, l'utilisation d'aliments pour insectes est refusée dans la pratique par les autorités vétérinaires allemandes.

Actuellement, certains aliments pour animaux de compagnie sont déjà produits à partir de protéines d'insectes (par exemple, la nourriture pour chiens de la start-up Tenetrio de Brandebourg). Compte tenu de l'intérêt accru porté à l'utilisation des protéines d'insectes pour l'alimentation animale, plusieurs modifications législatives ont été apportées au niveau européen pour permettre l'alimentation des protéines d'insectes sur la base d'adaptations aux cadres réglementaires existants (Smith et Pryor 2015). Depuis 2017, un profil de risque de l'Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA) est disponible (EFSA Journal 2015 ; 13 (10) : 4257). Les insectes peuvent être autorisés comme aliments pour animaux en aquaculture à partir de 2018. Toutefois, certaines restrictions restent en place : en particulier, les insectes destinés à l'alimentation animale ne doivent pas se nourrir de déchets humains ou de ruminants. La production d'insectes pose également des questions réglementaires ouvertes, p. ex., des questions de bien-être concernant les procédures normalisées de mise à mort.

20.2.2.6 Règlement sur le bien-être des animaux

Par rapport aux autres animaux d'élevage, il existe très peu de règlements sur le bien-être des animaux (chap. 17) pour la manipulation et la mise à mort des poissons. Bien qu'il soit généralement admis que les poissons peuvent ressentir de la douleur, il existe un manque de preuves scientifiques justifiant des restrictions au bien-être des animaux (Studer/Kalkınç 2001). Au niveau européen, seules quelques recommandations non contraignantes ont été lancées en 2006 par la Commission européenne. Conformément à l'article 22 de ces recommandations, une version révisée fondée sur de nouvelles données scientifiques était prévue d'ici 2011, mais à ce jour, l'EFSA n'a publié que des recommandations spécifiques aux espèces pour certains types de poissons, ainsi que des dispositions spéciales sur le transport de poissons. L'article 25 let. f — h. et l'annexe XIII du règlement (CE) n° 889/2008 relatif à la production biologique et à l'étiquetage des produits biologiques contiennent également des règles spécifiques concernant la densité de peuplement. Comme l'étiquetage biologique n'est pas disponible pour les poissons issus de l'aquaculture recirculatoire (voir ci-dessous), ces règles ne sont pas pertinentes pour l'aquaponie. La plupart des normes de certification privées ne tiennent pas non plus compte des aspects relatifs au bien-être des animaux (Stamer 2009).

En vertu de l'article 11 de la loi allemande sur le bien-être des animaux, la détention d'animaux à des fins commerciales nécessite généralement un permis. Pour obtenir ce permis, il faut démontrer une formation appropriée ou une expérience professionnelle antérieure en élevage et démontrer que le système de production fournit des installations de nutrition et de logement adéquates (Windstoßer 2011). Les opérations sont considérées comme commerciales lorsque les ventes anticipées dépassent 2000€ par an.

Selon l'article 11, paragraphe 1, no 8, TierSchG, aucun permis n'est nécessaire pour la détention commerciale d' « animaux de ferme ». La question de savoir si les poissons peuvent être considérés comme des animaux de ferme en ce sens n'est pas claire. Les exceptions à la loi sur le bien-être des animaux sont généralement interprétées de manière stricte : les espèces ne sont considérées comme des animaux de ferme que si les compétences nécessaires pour les conserver peuvent être acquises à tout moment et en tout lieu et qu'il existe une expérience suffisante en matière de conservation d'une espèce (Windstoßer 2011). Cela peut ne pas être le cas pour certains types de poissons tropicaux qui diffèrent fondamentalement des espèces indigènes (p. ex., Arapaima, dont l'utilisation en aquaculture est actuellement étudiée à l'IGB Berlin).

Le tribunal administratif de Cologne a récemment examiné les aspects relatifs au bien-être des animaux lorsqu'il s'est prononcé sur la recevabilité d'un « spa de poissons », où des poissons kangal étaient conservés dans le but de les utiliser pour nettoyer les pieds humains. Les exploitants de cette station thermale ont pu prouver par des rapports vétérinaires que le bien-être des animaux n'était pas compromis et, à ce titre, un permis a été accordé.

20.2.2.7 Règlement sur l'abattage des poissons

L'abattage des animaux est régi par le règlement européen (UE) 1099/2009 ainsi que par le décret allemand du 20.12. 2012 (Journal officiel fédéral I, p. 2982).

Selon le considérant 11 du règlement (UE) n° 1099/2009, les poissons sont physiologiquement différents des animaux terrestres et, par conséquent, les poissons d'élevage peuvent être abattus et mis à mort avec moins de restrictions en matière de bien-être animal, en l'occurrence avec des implications spécifiques pour le processus d'inspection. En outre, la recherche sur l'étourdissement des poissons est beaucoup moins développée que pour d'autres espèces d'élevage. Des normes distinctes devraient être établies en ce qui concerne la protection des poissons lors de la mise à mort. Par conséquent, les dispositions applicables aux poissons devraient, à l'heure actuelle, être limitées au principe clé.

En vertu de la règle générale de l'art. 3, section 1, du règlement (UE) n° 1099/2009, les animaux sont épargnés toute douleur, détresse ou souffrance évitable lors de leur mise à mort et des opérations connexes. Toutefois, il n'y a pas d'obligation explicite d'étourdir le poisson avant l'abattage. Cela dit, les États membres de l'UE peuvent maintenir ou adopter des règles nationales visant à assurer une protection plus étendue des animaux au moment de la mise à mort que celles contenues dans le présent règlement (art. 26).

Par exemple, en Allemagne, l'abattage des poissons est soumis à des conditions plus strictes que celles imposées par le règlement (UE) n° 1099/2009 : en tant que tel, tous les types de poissons, à l'exception des poissons plats et des anguilles, doivent être étourdis avant de les tuer. Ceux qui tuent ont besoin d'un certificat de compétence. Les méthodes d'étourdissement appropriées peuvent différer d'une espèce à l'autre, avec des implications pour les producteurs : en Suisse, le producteur aquacole aurait dû fermer son exploitation, car les autorités vétérinaires locales n'autorisaient pas l'étourdissement en utilisant la méthode de l'eau glacée qu'il utilisait. La définition de méthodes de mise à mort appropriées pour différentes espèces de poissons fait l'objet d'un projet de recherche en cours financé par le BLE à l'Université de médecine vétérinaire de Hanovre et pourrait conduire à des réglementations plus restrictives à l'avenir.

Les aspects relatifs au bien-être des animaux peuvent également restreindre certaines formes de commercialisation et de vente du poisson. Par exemple, la Cour administrative supérieure de Brême a interdit de placer des poissons d'élevage dans des étangs, à partir desquels les pêcheurs récréatifs devaient pêcher car cela était considéré comme « inutilement nuisible ».

20.2.2.8 Règlement sur la formation professionnelle des pisciculteurs

Le règlement fédéral allemand sur la formation professionnelle des pisciculteurs ne mentionne pas l'aquaponie. Certaines entreprises privées proposent des cours sur l'aquaponie sur le marché allemand. Toutefois, il n'est pas clair si ces cours sont considérés comme suffisants pour obtenir les permis nécessaires (p. ex., pour l'utilisation de pesticides, la détention commerciale d'animaux, l'abattage, etc.).

20.2.2.9 Loi sur l'hygiène

La législation sur l'hygiène est harmonisée au niveau européen par les règlements (CE) 852/ 2004, 853/2004 et 854/2004.

En règle générale, tous les exploitants du secteur alimentaire, quel que soit leur produit, doivent se conformer à la législation européenne en matière d'hygiène. À ce titre, ils doivent respecter les normes générales d'hygiène et de gestion énoncées aux annexes I et II du règlement 852/2004, y compris les exigences de base relatives aux procédés de production et à l'hygiène personnelle, ainsi que le traitement approprié des déchets. Ils doivent tenir un registre de l'origine des aliments pour animaux, ainsi que de l'utilisation des pesticides et des médicaments vétérinaires. Les mesures visant à éviter les risques doivent être documentées de manière appropriée.

Conformément à l'annexe II, chapitre IX, no 3, du règlement (CE) no 852/2004, les denrées alimentaires doivent être protégées contre toute contamination à tous les stades de la production, de la transformation et de la distribution. En vertu du règlement (CE) no 178/2002, la contamination peut se référer à tout agent biologique, chimique ou physique contenu dans une denrée alimentaire ou à l'état d'une denrée alimentaire, qui peut avoir des effets nocifs sur la santé. Les exploitants du secteur alimentaire doivent mettre en place et maintenir un système HACCP (analyse des risques et maîtrise des points critiques), qui doit être certifié par des organismes de certification accrédités. Les détails sont convenus avec les autorités locales.

La législation communautaire en matière d'hygiène ne s'applique pas à la fourniture directe de petites quantités de produits primaires au consommateur final ou aux établissements de vente au détail locaux. Les petites quantités sont définies comme des quantités ménagères destinées à la livraison directe aux consommateurs ou au détail local, comme pour la consommation quotidienne habituelle. Dans le cas du poisson, la production primaire comprend la capture, l'abattage, le saignement, l'embranchement, l'éviscération, l'enlèvement des nageoires, la réfrigération et l'emballage. Des activités comme la congélation éclair, le filetage, l'emballage sous vide ou le tabagisme feront en sorte que le poisson ne sera plus considéré comme une production locale primaire.

En droit allemand, certaines restrictions en matière d'hygiène alimentaire existent cependant même pour les fournisseurs locaux directs de produits alimentaires (annexe 1 LMHV).

Les exigences en matière d'enregistrement ou d'autorisation prévues par le règlement (CE) no 853/2004 dépendent du volume et du type de transformation. Aucun enregistrement ou autorisation n'est requis pour la fourniture de produits primaires en quantités domestiques directement sur le lieu de production, de transformation ou de stockage (y compris les marchés voisins). Il est également possible de fournir des établissements de vente au détail (supermarchés, restaurants), des consommateurs ou des restaurants dans un rayon de 100 km. Si des produits primaires sont livrés à des consommateurs finaux ou à des restaurants en plus grande quantité, l'entreprise doit s'enregistrer et démontrer qu'elle est en mesure de satisfaire aux exigences en matière d'hygiène alimentaire. Si plus d'un tiers des produits d'origine animale sont vendus à des points de vente à l'extérieur de la région (rayon de 100 km), une licence de santé publique est également requise.

20.2.2.10 Conclusions sur la production

Les exigences légales pour la production aquaponique ne sont pas plus élevées que pour la production de poisson ou de légumes. Cependant, le grand nombre de lois applicables reflète la complexité de l'aquaponie.

Par rapport à l'élevage, l'aquaculture peut sembler moins réglementée, en particulier dans le domaine du droit du bien-être des animaux. Toutefois, les « zones grises » légales et l'incertitude correspondante ne sont pas toujours à l'avantage des producteurs. En l'absence de pratiques administratives établies, il existe un risque considérable de conflits (c.f. pour le cas cité en Suisse, où une exploitation aquacole a été fermée, parce que le producteur n'a pas été autorisé à tuer le poisson de manière spécifique). En outre, le grand nombre de réglementations applicables peut être lourd, en particulier lorsque des réglementations européennes et nationales coexistent (par exemple, sur le bien-être ou l'hygiène des animaux). Comme il n'existe pas de loi harmonisée sur l'aquaculture en Allemagne, les producteurs ont besoin de divers permis délivrés par différentes autorités. Les autorités ont souvent peu d'expérience de l'aquaculture non traditionnelle et, par conséquent, des exigences administratives incertaines peuvent décourager les entrepreneurs. Compte tenu de la nouveauté relative de l'aquaponie commerciale, il est fortement conseillé aux producteurs potentiels de contacter les autorités locales à un stade précoce. Dans le cas des grandes installations commerciales, les exploitants devraient probablement contacter les autorités vétérinaires et d'hygiène avant de commencer la construction.

Les exigences de plus en plus strictes des lois européennes sur l'hygiène peuvent également constituer un fardeau important, en particulier pour les petites entreprises qui souhaitent commercialiser directement auprès des consommateurs ou des restaurants locaux (Schulz et al. 2013). Toutefois, il reste à déterminer si les dérogations accordées aux vendeurs directs sont utiles pour les exploitants d'aquaponiques. Les quelques installations aquaponiques existantes en Allemagne démontrent à l'heure actuelle la nécessité pour les producteurs de dépendre d'une variété de canaux de vente et la nécessité de créer diverses formes de recettes accessoires (visites guidées, transformation secondaire, cours de cuisine, etc.). Les exemptions pour la vente directe peuvent donc devenir inutiles si les normes d'hygiène doivent être respectées pour d'autres raisons.

20.2.3 Commercialisation

La commercialisation des produits aquaponiques est influencée par différents régimes réglementaires. La réglementation en matière d'hygiène ne concerne pas seulement la production alimentaire, mais aussi la vente au détail des denrées alimentaires (voir ci-dessus). Les lois commerciales et fiscales, les réglementations en matière d'étiquetage ou les certifications spéciales, telles que la réglementation de l'UE en matière d'étiquetage biologique, peuvent également être pertinentes.

20.2.3.1 Droit des affaires et de la fiscalité

L'agriculture est privilégiée à plusieurs égards par le droit allemand des affaires : la commercialisation de produits agricoles autoproduits dans les magasins agricoles, dans les champs ou dans un étal de marché n'est pas considérée comme une entreprise au regard du droit allemand et ne nécessite donc pas d'enregistrement. Cette exception s'étend à la première étape de la transformation, c'est-à-dire le nettoyage et l'éviscération, le filetage et le fumage dans le cas du poisson, ou dans le cas des fruits et légumes, l'épluchage, le hachage, la cuisson, ainsi que la production de jus et de vin (Chambre d'agriculture Rhénanie-Palatinat 2015). La vente directe de produits agricoles est également exemptée des restrictions légales sur les horaires d'ouverture et l'interdiction de vente du dimanche. Toutefois, étant donné les faibles coûts et les faibles exigences administratives de l'enregistrement d'une entreprise, ces privilèges peuvent ne pas constituer un avantage pertinent.

Les privilèges fiscaux accordés à la production agricole peuvent revêtir une plus grande importance pratique. Quelle que soit leur taille, les exploitations aquacoles sont soumises à une taxation dite de la TVA à taux moyen, ce qui permet aux producteurs locaux de vendre à des prix plus compétitifs par rapport aux importations internationales.

Dans le code de l'impôt sur le revenu, il existe des privilèges considérables pour les « petites exploitations » (chiffre d'affaires \ 500 000€, taille de la ferme \ <20 hectares sans usage spécial). Si certaines limites de superficie sont respectées (600 m<sup2/sup de légumes sous verre, 1600 msup2/sup d'étangs) les revenus provenant de l'aquaculture et de la culture des légumes ne sont pas imposés du tout ; même si les superficies cultivées dépassent ces limites, les taux d'imposition effectifs sont extrêmement bas. Par conséquent, l'exploitation de l'aquaponie pour les petits agriculteurs pourrait essentiellement être considérée comme exempte d'impôt.

20.2.3.2 Règlement sur l'étiquetage des aliments

Les règles relatives à l'étiquetage des denrées alimentaires ont été largement harmonisées au niveau européen par le règlement européen 1169/2011 sur l'emballage des denrées alimentaires. En plus des règles formelles, cependant, les normes d'étiquetage volontaires jouent un rôle encore plus important sur le marché (voir Sodano et al., 2008). Dans le cas du label biologique de l'UE, la norme volontaire est également réglementée par la loi. Dans d'autres cas, les règles des systèmes de certification privés doivent être respectées.

20.2.3.3 Règles générales d'étiquetage

Les règles générales relatives à la vente de produits emballés sont définies dans le règlement européen 1169/2011 (par exemple, l'obligation d'inclure une liste d'ingrédients, etc.). En règle générale, l'article 7, paragraphe 1, du règlement (UE) 1169/2011 interdit les allégations trompeuses sur les emballages alimentaires.

Outre ces règles générales, le règlement (UE) 1379/2013 contient des règles spéciales sur l'information des consommateurs concernant les produits aquacoles. Par exemple, en vertu de l'article 38 du règlement (UE) 1379/2013, l'État membre ou le pays tiers dans lequel le produit aquacole a acquis plus de la moitié de son poids final doit figurer correctement sur l'étiquette.

20.2.3.4 Règlement organique de l'UE

Les produits issus de l'aquaponie ne peuvent pas être étiquetés comme biologiques en vertu de la réglementation européenne en vigueur pour les produits biologiques. L'article 4 du règlement (CE) 889/2008 interdit explicitement l'utilisation de l'hydroponie dans l'agriculture biologique. Le considérant 4 indique que la production de cultures biologiques et biologiques repose sur le principe selon lequel les plantes obtiennent leur nourriture principalement à partir de l'écosystème du sol. Pour les produits aquacoles, l'article 25 g du règlement (CE) 710/2009 interdit l'utilisation de systèmes en circuit fermé et, conformément au considérant 11 du règlement (CE) 710/2009, cela découle du principe selon lequel la production biologique doit être aussi proche que possible de la nature. Ces règles ne changeront pas dans le nouveau règlement de l'UE sur l'étiquetage biologique adopté en 2018, qui entrera en vigueur en 2021.

Les lois interdisant la certification biologique des produits hydroponiques ne sont pas partagées par des pays comme les États-Unis et l'Australie, où les produits hydroponiques/aquaponiques peuvent être certifiés biologiques.

20.2.3.5 Étiquettes privées

Bien qu'il n'existe actuellement aucun système de certification spécifique pour l'aquaponie, un certain nombre de certifications sont disponibles pour l'aquaculture. Les certifications privées sont généralement « délivrées » pendant une certaine période, si certains organismes de certification privés peuvent vérifier que les productions satisfont aux critères définis par leur norme d'étiquetage. Les systèmes d'étiquetage privé sont généralement purement contractuels, avec des normes établies par des institutions privées, qui ne sont soumises qu'à des obligations juridiques générales (par exemple, le droit antitrust). Alors que la conception de systèmes de certification relève de plus en plus de la législation européenne, y compris la certification pour l'aquaculture (cf. rapport de la Commission sur les options concernant l'attribution du label écologique de l'UE aux produits de la pêche et de l'aquaculture à partir du 05.18.2016, COM voir. (2016) 263 final), il n'y a pas de concret des obligations en matière de systèmes d'étiquetage pour l'aquaculture existent à ce jour en vertu du droit européen.

Les systèmes d'étiquetage sont essentiels, en particulier dans les relations interentreprises (B2B) entre producteurs/transformateurs et détaillants. Cependant, de plus en plus, la certification joue également un rôle dans la commercialisation auprès des consommateurs finaux (B2C). Outre les aspects qualitatifs, B2C certifie souvent la conformité à certaines normes environnementales et sociales. Les systèmes de certification peuvent varier considérablement en ce qui concerne les normes, les modalités de vérification et les coûts.

Parmi les programmes de certification existants, le Aquaculture Stewardship Council (NCP) peut être le plus pertinent pour les producteurs d'aquaponie. Cette certification est décernée par le Aquaculture Stewardship Council (NCP) depuis 2010, en complément du programme plus connu du Marine Stewardship Council (MSC). Le NCP est un organisme privé et à but non lucratif officiellement indépendant créé par le WWF et chargé d'élaborer des normes de qualité, d'éthique et de durabilité avec des contributions scientifiques. Les sociétés de certification privées (par exemple, en Allemagne, TÜV NORD) sont accréditées par l'ASC pour confirmer la conformité à ces normes. Les normes NCP existent actuellement pour les espèces suivantes : ormeau, truite, crevette, saumon, palourdes, poisson-chat et tilapia. Les normes, les manuels de vérification et les listes de vérification de la préparation de la vérification sont disponibles gratuitement sur le site Web de NCP, et les procédures normalisées ont également été rendues publiques. La norme NCP a des priorités différentes, par exemple pour le label biologique de l'UE (par exemple, les aliments pour animaux à base d'OGM ne sont pas interdits en vertu de NCP).

Les certifications aquacoles sont également offertes par le système d'assurance de la qualité et de certification GLOBALG.A.P. Bien que GLOBALG.A.P. se concentre généralement sur la certification B2B pour l'assurance de la qualité dans le secteur de la vente au détail alimentaire, un label de consommation appelé GGN est également attribué pour les poissons d'élevage et est souvent utilisé, pour par exemple, pour les poissons qui ne sont pas admissibles à la certification biologique parce qu'ils sont capturés à l'état sauvage ou produits en aquaponie. Les consommateurs peuvent accéder à l'information via www.myfish.info.

20.2.3.6 Organisations de marché

Le règlement (UE) 1379/2013 portant organisation commune des marchés dans le secteur des produits de la pêche et de l'aquaculture contient des règles détaillées concernant l'établissement, la reconnaissance, les objectifs et les actions des organisations professionnelles, c'est-à-dire des organisations de producteurs (art. 6 et suivants) et des organisations interprofessionnelles (art. 11 et suivants).

Conformément à l'article 8, paragraphe 3, du règlement (UE) 1379/2013, les organisations de producteurs dans le domaine de l'aquaculture peuvent, entre autres, recourir aux mesures suivantes : promouvoir une aquaculture durable, notamment en matière de protection de l'environnement, de santé animale et de bien-être des animaux ; recueillir des informations sur les les produits, y compris l'information économique sur les prévisions de ventes et de production ; la collecte de renseignements environnementaux ; la planification de la gestion des activités aquacoles de leurs membres ; et l'appui aux programmes destinés aux professionnels afin de promouvoir des produits aquacoles durables. Conformément à l'article 15 du règlement no 1379/2013, les organisations de producteurs peuvent également bénéficier d'un soutien financier au titre des politiques maritimes et de la pêche de l'UE.

Les mesures prises par les organisations interprofessionnelles comprennent, par exemple, la promotion des produits aquacoles de l'Union européenne de manière non discriminatoire en utilisant, par exemple, la certification et les appellations d'origine, les sceaux de qualité, les dénominations géographiques, les spécialités traditionnelles garanties, et mérites de durabilité (art. 13 lit a Règlement 1379/2013). Les organisations interprofessionnelles peuvent adopter des règles de production et de commercialisation des produits aquacoles plus strictes que les dispositions du droit de l'Union européenne ou du droit national (art. 13 let. c du règlement 1379/2013).

La reconnaissance en tant qu'organisation de producteurs peut avoir des conséquences considérables ; les États membres peuvent, sous certaines conditions, rendre les règles convenues au sein d'une organisation de producteurs contraignantes pour tous les producteurs de la région (art. 22 du règlement 1379/ 2013). En outre, les accords, décisions ou pratiques concertées convenus au sein d'une organisation interprofessionnelle peuvent être rendus contraignants pour les autres opérateurs (article 23 du règlement 1379/2013). Selon l'art. 41 VO 1379/2013, les organisations de producteurs sont largement exemptées de la législation antitrust.

Jusqu'à présent, il n'existe pas d'associations professionnelles dans le domaine de l'aquaponie au sein de l'Association européenne des organisations de producteurs de poissons (EAPO). Cependant, en 2018, une association pour l'aquaponie a été fondée en Allemagne (u http://bundesverbandaquaponik.de//u), et une association européenne pour l'aquaponie (EUAA) basée à Vienne a été fondée à l'initiative de plusieurs parties prenantes réunies dans le cadre de l'action COST de l'UE.

20.2.3.7 Conclusions sur la commercialisation

En matière de droit des affaires et de droit fiscal, il existe divers privilèges qui pourraient théoriquement être exploités par les opérateurs d'aquaponie. Les avantages fiscaux pourraient être particulièrement intéressants pour les investisseurs extérieurs. Toutefois, il reste à voir si certaines conditions concernant la forme juridique d'une entreprise et les volumes d'investissement requis empêchent les opérateurs de réclamer ces avantages. Jusqu'à présent, les projets d'aquaponie urbaine les plus connus en Allemagne n'ont pas été rentables, de sorte que la question du paiement des impôts n'a pas été soulevée.

En vertu du droit des affaires et de la fiscalité, les seuils de privilèges des petites installations et des spécialistes du marketing direct ne sont pas conformes aux seuils prévus par le droit de l'hygiène. Un examen détaillé des concepts d'exploitation et de commercialisation est donc nécessaire dans chaque cas individuel.

Le label biologique de l'UE est actuellement hors de question pour les produits aquaponiques. Cependant, il y a de plus en plus de possibilités privées de certification.


Aquaponics Food Production Systems

Loading...

Restez au courant des dernières nouveautés en matière de technologie aquaponique

Entreprise

  • Notre équipe
  • Communauté
  • Presse
  • Blog
  • Programme de parrainage
  • Politique de confidentialité
  • Conditions de service

Copyright © 2019 Aquaponics AI. Tous droits réservés.