common:navbar-cta
Télécharger l'applicationBlogFonctionnalitésTarificationAssistanceSe connecter
EnglishEspañolعربىFrançaisPortuguêsItalianoहिन्दीKiswahili中文русский

Comme nous l'avons vu précédemment, il a été souligné que l'objectif de progresser vers une intensification durable découle de la reconnaissance des limites du paradigme de développement agricole conventionnel et de ses systèmes d'innovation. Reconnaissant la nécessité d'innovations dans le système alimentaire qui dépassent le paradigme traditionnel et qui peuvent expliquer la complexité découlant des questions de durabilité et de sécurité alimentaire, Fischer et coll. (2007) ont préconisé tout simplement un « nouveau modèle de durabilité ». De même, dans leur récent plaidoyer en faveur d'efforts mondiaux en faveur d'une intensification durable, Rockström et coll. (2017) ont souligné qu'un changement de paradigme dans notre système alimentaire implique de remettre en question les modèles dominants de recherche et de développement qui maintiennent l'accent « sur la productivité » tout en subordonnant les programmes de développement durable à un rôle secondaire, « atténuant ». Au lieu de cela, ils appellent à un renversement de ce paradigme afin que « les principes durables deviennent le point d'entrée pour générer des améliorations de la productivité ». Ensuite, nous suggérons une vision de la durabilité pour l'aquaponie comme une orientation possible qui peut à la fois offrir de la cohérence au domaine et guider son développement vers les objectifs proclamés de durabilité et de sécurité alimentaire.

Comme pour la plupart des appels en faveur de la durabilité, notre proposition de « durabilité d'abord » pourrait sembler assez évidente et sans défi à première vue, sinon complètement redondante — certainement, nous pourrions dire, l'aquaponie est tout au sujet de la durabilité. Mais l'histoire nous rappellerait que faire des revendications en matière de durabilité est une tâche agréable, alors que l'obtention de résultats en matière de durabilité est beaucoup moins certaine (Keil 2007). Comme nous l'avons fait valoir, la « durabilité » de l'aquaponie existe actuellement en tant que potentiel. La façon dont ce potentiel se traduit par des résultats en matière de durabilité doit être une préoccupation pour notre milieu de recherche.

Notre proposition de « développement durable d'abord » est loin d'être simple. D'abord et avant tout, cette proposition exige que, si nous voulons que notre domaine se justifie sur la base de la durabilité, nous nous attaquions à la nature même de la durabilité. À cet égard, nous estimons qu'il y a beaucoup à apprendre de l'arène croissante de la science de la durabilité ainsi que des études scientifiques et technologiques (STS). Nous constaterons que le maintien d'une orientation durable au sein de la recherche aquaponique représente un changement potentiel énorme dans l'orientation, la composition et l'ambition de notre communauté de recherche. Une telle tâche est nécessaire si nous voulons orienter le terrain vers des objectifs cohérents et réalistes qui restent axés sur la durabilité et la sécurité alimentaire qui sont pertinents pour l'Anthropocène.

Prendre le développement durable au sérieux est un défi de taille. Cela s'explique par le fait que la durabilité est fondamentalement un concept « éthique » qui soulève des questions sur la valeur de la nature, la justice sociale, les responsabilités envers les générations futures, etc. et englobe le caractère multidimensionnel des problèmes humain-environnement (Norton, 2005). Comme nous l'avons vu plus haut, les seuils de durabilité qui pourraient être établis en ce qui concerne les pratiques agricoles sont divers et souvent inconciliables dans leur intégralité, ce qui oblige à des « compromis » (Funtowicz et Ravetz 1995). Des choix doivent être faits face à ces compromis et, le plus souvent, les critères sur lesquels reposent ces choix non seulement sur des considérations scientifiques, techniques ou pratiques, mais aussi sur des normes et des valeurs morales. Il va sans dire qu'il y a peu de consensus sur la façon de faire ces choix et qu'il n'y a pas plus de consensus sur les normes et les valeurs morales elles-mêmes. Indépendamment de ce fait, les enquêtes sur les valeurs sont largement absentes du programme scientifique de développement durable, mais comme l'affirment Miller et coll. (2014), « à moins que les valeurs [de la durabilité] ne soient comprises et articulées, les dimensions politiques inévitables de la durabilité resteront cachées derrière affirmations scientifiques ». De telles situations empêchent le rassemblement et la délibération démocratique entre les communautés — une tâche spécifique pour parvenir à des voies plus durables.

Prenant note de la place prépondérante des valeurs dans l'action collective en faveur de la durabilité et de la sécurité alimentaire, les chercheurs du domaine des études scientifiques et technologiques ont souligné qu'au lieu d'être traités comme une externalité importante pour les processus de recherche (souvent traités séparément ou après coup), doivent être déplacées en amont dans les programmes de recherche (Jasanoff 2007). Lorsque les valeurs deviennent un élément central de la recherche sur le développement durable, il y a aussi la reconnaissance que les décisions ne peuvent plus se fonder uniquement sur des critères techniques. Cela a des impacts potentiellement énormes sur le processus de recherche, car ce qui aurait pu être considéré comme le seul domaine de la « connaissance d'experts » doit désormais être ouvert à d'autres sources de connaissances (par exemple, les connaissances « laïcs », les connaissances autochtones et les praticiens) avec toutes les difficultés épistémologiques que cela implique (Lawrence 2015). En réponse à ces problèmes, la science de la durabilité est apparue comme un domaine qui vise à dépasser les limites disciplinaires et cherche à faire participer les non-scientifiques à des processus de recherche axés sur des solutions, déterminés par le contexte et axés sur la génération de résultats (Miller et coll., 2014).

Une question clé dans ces discussions est la connaissance. Les problèmes de durabilité sont souvent causés par l'interaction complexe de divers facteurs socio-écologiques, et les connaissances nécessaires pour gérer efficacement ces défis sont de plus en plus dispersées et spécialisées (Ansell et Gash 2008). Les connaissances requises pour comprendre comment les préoccupations en matière de durabilité sont trop complexes pour être organisées par un seul organisme et entraînent la nécessité d'intégrer différents types de connaissances de manière nouvelle. C'est certainement le cas pour notre propre domaine : comme d'autres modes d'intensification durable (Caron et al. 2014), les systèmes aquaponiques sont caractérisés par une complexité inhérente (Junge et al. 2017), qui met l'accent sur les nouvelles formes de production de connaissances (FAO, 2013). La complexité des systèmes aquaponiques découle non seulement de leur caractère « intégré », mais aussi des structures économiques, institutionnelles et politiques plus larges qui influent sur la fourniture de l'aquaponie et son potentiel de durabilité (König et al., 2016). L'élaboration de solutions pour des systèmes alimentaires aquaponiques durables pourrait bien impliquer la confrontation avec divers domaines de compréhension allant de la recherche en ingénierie, horticulture, aquiculture, microbiologique, écologique, économique et en santé publique, aux préoccupations pratiques et expérimentales des praticiens, détaillants et consommateurs. Il s'agit non seulement d'un regroupement d'idées et de positions, mais aussi de développer des modes de production de connaissances entièrement nouveaux et d'apprécier les « lacunes du savoir » (Caron et al., 2014). Abson et coll. (2017) ont identifié trois exigences clés de nouvelles formes de production de connaissances qui peuvent favoriser des transformations de durabilité : (i) l'inclusion explicite de valeurs, de normes et de caractéristiques contextuelles dans le processus de recherche afin de produire des connaissances « socialement solides » ; (ii) des processus d'apprentissage mutuel entre la science et la société, en repensant le rôle de la science dans la société ; et iii un programme de recherche axé sur les problèmes et les solutions. La mise à profit de ces trois connaissances peut aider notre domaine à développer ce que nous appelons une « connaissance critique du développement durable » pour l'aquaponie. Ci-dessous, nous discutons de trois domaines que notre communauté de recherche peut aborder et que nous considérons essentiels pour libérer le potentiel de durabilité de l'aquaponie : la partialité, le contexte et les préoccupations. Développer une compréhension de chacun de ces points aidera notre domaine à adopter une approche axée sur les solutions pour les résultats en matière de durabilité aquaponique et de sécurité alimentaire.


Aquaponics Food Production Systems

Loading...

Restez au courant des dernières nouveautés en matière de technologie aquaponique

Entreprise

  • Notre équipe
  • Communauté
  • Presse
  • Blog
  • Programme de parrainage
  • Politique de confidentialité
  • Conditions de service

Copyright © 2019 Aquaponics AI. Tous droits réservés.