Le concepteur de systèmes Aquaponics vient de sortir ! Commencez à concevoir dès maintenant.
Télécharger l'applicationBlogFonctionnalitésTarificationAssistanceSe connecter
EnglishEspañolعربىFrançaisPortuguêsItalianoहिन्दीKiswahili中文русский

Maria Pena Janice Cumberbatch Patrick McConney Neetha Selliah *Centre de gestion des ressources et d'études environnementales (CERMES) (Barbade) *

Bertha Simmons Consultant indépendant

Les femmes occupent une place prépondérante dans le segment post-récolte de la chaîne de valeur du poisson mouchant à la Barbade, mais cela ne se reflète pas dans leur participation aux organisations de pêcheurs. La Central Fish Processors Association (CFPA) offre un exemple unique d'organisation qui ne compte actuellement que des femmes et qui est dirigée par des femmes depuis sa création. Incapables de faire part individuellement de leurs préoccupations concernant les espaces de travail sur le marché aux poissons, les femmes formaient la seule association post-récolte de la pêche à la Barbade. Cette étude de cas analyse le processus de formation de l'APFC, son développement et les avantages qu'elle a procurés à ses membres en termes de moyens de subsistance et de vie domestique, ainsi que la pêche aux poissons mouches en général. Bien que les défis persistent, il illustre les bonnes pratiques existantes et émergentes conformes aux principes des Lignes directrices volontaires pour assurer une pêche artisanale durable dans le contexte de la sécurité alimentaire et de l'élimination de la pauvreté.

Mots-clés : Action collective, organisation de pêcheurs, chaîne de valeur, post-récolte, poisson-mouche, directives SSF.

La mise en œuvre des Directives volontaires pour assurer une pêche artisanale durable dans le contexte de la sécurité alimentaire et de l'éradication de la pauvreté (Directives SSF), avec l'appui de la FAO, a permis d'accorder une attention accrue aux organisations de pêcheurs, à l'échelle mondiale et locale, en particulier, à leurs le renforcement et la gouvernance, ainsi que la participation des femmes en tant que membres et dirigeants (voir par exemple Alonso-Población et Siar, 2018 ; Frangoudes, Pascual-Fernández et Marguán-Pintos, 2014 ; McConney, 2007 ; McConney et al., 2017a). Les femmes dans les organisations de pêche artisanale peuvent jouer un rôle essentiel et utile en apportant de nouvelles perspectives aux chaînes de valeur de la pêche (Frangoudes, 2013). Dans ce contexte, l'action collective des femmes actives dans le secteur post-récolte de la pêche à la mouche à la Barbade peut faciliter et soutenir la mise en œuvre des dispositions des Lignes directrices du SSF relatives aux chaînes de valeur et à l'égalité des sexes. Pour illustrer cela, la présente étude de cas examine comment les femmes donnent l'exemple à travers leurs actions quotidiennes et leurs opérations dans la transformation du poisson tout au long de la chaîne de valeur des pêches (p. ex. normes et qualité des produits, renforcement des capacités, professionnalisation de l'industrie). Ils ont acquis le respect et la reconnaissance en fonctionnant en tant que groupe, et par la promotion et le renforcement de leurs pairs, avec des leçons qui sont applicables à l'échelle mondiale.

L'action collective vise principalement à renforcer la cohésion et la coopération sur des questions importantes, à renforcer ou à rétablir un sentiment de pertinence ou d'importance parmi les groupes marginalisés, à obtenir « une place à la table » pour élaborer des solutions pragmatiques, à rechercher une plus grande responsabilisation et transparence, et à gérer les conflits. Des actions collectives ont été mises en œuvre dans le monde entier pour défendre des intérêts communs, faire face aux menaces pesant sur la gestion des pêches, garantir des droits et des avantages pour l'industrie ou permettre aux pêcheurs de pêcher ou de vendre du poisson (McConney, 2007 ; Jentoft et Chuenpagdee, 2009 ; FAO, 2016 ; Alonso-Población et Siar, 2018). La présente étude de cas porte sur la Central Fish Processors Association (CFPA), une organisation de femmes de pêcheurs opérant dans le secteur post-récolte de la pêche des poissons mouches à la Barbade. L'approche d'action collective de l'organisation vise à améliorer la qualité des produits de la pêche ainsi que les moyens de subsistance et le bien-être des femmes dans l'industrie. Ceci est pertinent pour les concepts de pêche responsable et de développement durable, ainsi que pour les lignes directrices du SSF, en particulier le chapitre 7 sur les chaînes de valeur, l'après-récolte et le commerce (paragraphes 7.1 à 7.4). Les actions de l'APFC peuvent également être examinées en fonction de cinq principes directeurs des Lignes directrices du FSS : le respect des cultures, l'égalité et l'équité entre les sexes, la consultation et la participation, la transparence et la responsabilité (FAO, 2015a).

La Barbade est l'île la plus orientale des Caraïbes (figure 1.1), avec une zone économique exclusive près de 400 fois plus grande que sa superficie terrestre de 430 km. Le poisson-mouche à quatre ailes (Hirundichthys affinis) est une petite espèce pélagique, souvent pêchée à 5 à 150 kilomètres du rivage en pleine mer. La pêche de la Barbade vise le stock commun de poissons mouches des Caraïbes orientales.

Le poisson mouche a une valeur commerciale importante pour la Barbade (Division des pêches de la Barbade, 2004 ; Willoughby, 2007), représentant près des deux tiers des débarquements annuels en volume la plupart des années (Mahon et al., 2007). Une analyse de la chaîne de valeur effectuée en 2007 a révélé que la valeur exnavire de la pêche était estimée à 1,8 million de dollars américains et une valeur globale estimée à 18,7 millions de dollars américains (Mahon et al., 2007). Il est principalement utilisé pour la consommation intérieure par les résidents et les touristes locaux et représente moins de 1 % du produit intérieur brut annuel. Comme pour la plupart des espèces pélagiques migratrices, la pêche est saisonnière, la saison principale étant de novembre à juin. La saison commence plus tard (pour une saison plus courte) et les récoltes réduites deviennent désormais la norme pour diverses raisons sociales et écologiques. Par exemple, les pêcheurs démunis ou pauvres sont moins susceptibles d'emprunter de l'argent ou d'investir leur propre argent dans la récolte précoce de poissons volants après une mauvaise saison jusqu'à ce que le poisson soit nettement abondant. Les mauvaises conditions météorologiques découlant de la saison annuelle des ouragans, qui s'étend jusqu'en novembre, associées aux afflux de Sargassum, qui ont une incidence négative sur l'abondance et la disponibilité des poissons mouches (Ramlogan et al., 2017 ; Oxenford et al., 2019), ont également une incidence sur la durée et la date de début de la saison. Malgré la réduction des débarquements, la pêche au poisson mouchant demeure la principale source de prises de poisson dans l'île (FAO, 2016, < http://www.fao.org/fishery/facp/BRB/en >).

On estime que plus de 2 000 pêcheurs (presque tous les hommes) et 500 petits transformateurs de poisson (hommes et femmes qui utilisent plusieurs aides) ou vendeurs de poisson (principalement des femmes qui travaillent pour la plupart seules) sont employés de façon saisonnière dans la pêche. En outre, plus de 200 femmes et certains hommes trouvent du travail comme désosseur et désosseur sur les marchés publics de poissons, tandis que 125 autres (pour la plupart des femmes) travaillent de façon saisonnière dans des usines de transformation du poisson du secteur privé. Certaines femmes, et beaucoup d'hommes, se trouvent dans des services de soutien tels que la construction de bateaux, l'approvisionnement en glace et en carburant, la vente d'engins et la réparation de moteurs et de coque (Barbade Fisheries Division, 2004 ; FAO, 2016 ; Pena *et al., * 2019 ; figure 1.2). Au total, environ 6 000 personnes — 2 000 directement et peut-être plus de 4 000 indirectement — vivent saisonnier de la pêche à la mouche selon l'abondance des poissons (Division des pêches de la Barbade, 2004 ; FAO, 2016). Étant donné que les poissons mouches ne sont disponibles pour la récolte que pendant sept à neuf mois par année, les pêcheurs et les transformateurs doivent utiliser pleinement leur temps et leurs efforts pour tirer le maximum d'avantages économiques de la pêche. Au cours des années abondantes, les petits transformateurs entreposent des poissons mouches en vente en dehors de la saison.

 ! image-20210521185710864

 ! image-20210521185724351

Les poissons mouches sont habituellement récoltés principalement par des bateaux de jour ou des lancements [^1] et des bateaux à glace [^2] (figure 1.3), mais peuvent également être capturés par des palangriers qui ciblent le thon. Les poissons sont capturés à l'aide de lignes à main de surface et de filets croisés après avoir été attirés dans des embarcations munies de paniers d'appâts et de dispositifs temporaires d'attraction du poisson attachés (Barbade Fisheries Division, 2004 ; Willoughby, 2007). Les petits transformateurs, comme les femmes de l'APFC, peuvent mettre à l'échelle et désosser environ 500 poissons-mouches au cours d'une période de 10 heures par jour pendant la saison occupée (figure 1.3). Les poissons mouches filetés sont emballés dans des sacs en plastique en ensembles de dix (figure 1.3), qui se vendent entre 7,50 et 12,50 USD selon la saison et l'abondance. Les poissons mouches sont généralement vendus en nombre (nombre) et non en poids, car le poids unitaire est assez uniforme.

 ! image-20210521185741353

Outre l'emploi direct et la création d'emplois dans le secteur de la pêche, la pêche à la mouche a un impact socio-économique considérable sur les services de soutien à l'industrie de la pêche et le tourisme, principal source de devises du pays (Sobers, 2010). Par conséquent, avec le nouveau phénomène des afflux de sargassum et la diminution des prises de poisson qui en résulte, les personnes tout au long de la chaîne de valeur des poissons volants sont de plus en plus préoccupées par leurs moyens de subsistance (Ramlogan et al., 2017 ; Oxenford et al., 2019).

[^1] : Bateau de jour ou mise à l'eau : bateaux en bois de 6 à 12 m de long avec cabine, propulsés par des moteurs diesel embarqués de 10 à 180 ch. Utilisé principalement pour la récolte de poissons mouches et de grands pélagiques lors d'excursions d'une journée (Barbade Fisheries Division, 2004).

[^2] : Bateaux à glace : bateaux de plus de 12 m de longueur, munis d'une cabine et d'une cale à glace isolée, propulsés par des moteurs diesel intérieurs. Utilisé principalement pour la récolte de poissons mouches et de grands pélagiques lors de voyages de cinq à dix jours (Barbade Fisheries Division, 2004).

Cette étude de cas s'appuie sur la recherche participative menée avec l'APFC par l'équipe GIFT du Centre for Resource Management and Environmental Studies (CERMES) Gender in Fisheries Team (GIFT) à l'Université des Indes occidentales (UWI), à Cave Hill Campus, à la Barbade. Le cas comprend un examen des données secondaires, une analyse des documents de l'APFC, des entrevues de groupe et des ateliers interactifs menés avec les membres de l'APFC entre 2017 et 2019. La recherche a commencé par une analyse des moyens de subsistance et une enquête sur l'action collective des femmes en 2017 et 2018 (Pena et al., 2018). En 2019, les auteurs et d'autres membres de GIFT ont organisé le premier forum Femmes dans la pêche à la Barbade (Pena et al., 2019). L'événement était lié à cette étude de cas sur le genre dans les chaînes de valeur des pêches locales et à l'APFC. Le tableau 1.1 présente la recherche participative. L'analyse documentaire a examiné les dossiers papier de l'APFC, principalement les ordres du jour des réunions, les procès-verbaux de réunions (notes), la correspondance, etc. La recherche est la première du genre sur les femmes organisées dans la pêche à la mouche à la Barbade. Des échantillons de commodité des membres de l'APFC ont été utilisés en fonction de la disponibilité des femmes dans leur horaire de travail pour participer à des événements organisés. La discussion qui suit est fondée sur ces constatations. Il est prévu d'approfondir l'analyse plus approfondie de la problématique hommes-femmes et de la chaîne de valeur pour une autre phase.

TABLEAU 1.1 **Recherche participative menée avec les membres de l'APFC

Analyse institutionnelle axée sur le sexeObjectif (s)MéthodesTaille de l'échantillonAnalyse des moyens de vieSept, oct. 2017août 2018Comprendre les diverses façons dont les femmes dans l'APFC gagnent leur vieComprendre les moyens de subsistance et les questions financières qu'elles ont Déterminer quelles sont les possibilités et les défis d'améliorer leur situation Renforcer lacapacité et les compétences nécessaires pour améliorer la vie domestique et professionnelle grâce à l'APFCCalendrier saisonnierAnalyse quotidienne de l'utilisation du temps (saison principale et hors saison annuelle) Sondagecourt questionnaire12Organisation des femmesSeptembre 2018Comprendre et documenter les avantages pour les femmes delaparticipation à l'organisation et les défis auxquels elles sont confrontéesQuestions clésGroupe semi-structuré interview6Analyse de la chaîne de valeurMars 2019Comprendre les différences entre le travail des femmes et celui des hommes et comment cela s'applique à la pêche de la Barbade Déterminer descorrectifs pour remédier aux différences dans les professions de la pêche qui désavantagent les hommes et les femmes Entretiens individuels semi-structurés et informelsVisualisation de la chaîne de valeur de la pêche avec tri des cartes des moyens de subsistance et vote par points pour l'analyse et l'établissement des priorités par sexe8

\ * Sous-ensembles de l'échantillon plus large de l'analyse des moyens de subsistance.

Dans la présente section, nous comparons les caractéristiques et le fonctionnement de l'APFC au chapitre 7 des Lignes directrices sur le FSS (paragraphes 7.4 à 7.1, dans l'ordre inverse) pour souligner comment l'action collective de l'association appuie leur mise en œuvre. Dans chaque sous-section, les bonnes pratiques sont également mises en évidence.

Établie en 2005, l'APFC est la seule association post-récolte de la Barbade qui se concentre principalement sur la transformation des poissons volants, ce qui représente généralement plus de 50 % du total des débarquements annuels de poissons. La transformation après récolte est généralement le travail des femmes, bien que la participation des hommes ait récemment augmenté [^3].

L'APFC a commencé avec 20 membres, principalement des femmes, et a toujours eu des femmes dirigeantes. Aujourd'hui, l'association compte 26 membres — toutes des femmes, car aucun homme n'a manifesté un intérêt soutenu à y adhérer (Pena et al., 2018), bien que l'adhésion soit « ouverte à tous les pêcheurs résidant dans la zone d'opération, sans restriction à la race, au sexe ou à la religion » (CFPA, 2005, p. 2).

Bien qu'il ne s'agisse pas d'une organisation formelle [^4] (établie par la loi), la participation est élevée, surtout en période de crise. Les réunions régulières institutionnalisées et les réunions ponctuelles ou ponctuelles se sont révélées en partie efficaces pour régler les problèmes et élaborer l'APFC, bien qu'il reste encore beaucoup à faire.

La tranche d'âge des petites transformateurs de poisson échantillonnés dans l'APFC varie de 31 à 71 ans, avec une moyenne de 53 ans. La plupart des membres de l'APFC ont au moins un parent immédiat (mère, fille, sœur, cousine) dans l'organisation. L'adhésion a été relativement longue, la plupart des femmes incluses dans l'échantillon ayant participé à l'APFC depuis sa création, il y a maintenant 14 ans. [^5]

Ces femmes ont investi la majeure partie, sinon la totalité de leur vie active (de 25 à 40 ans), dans l'industrie de la pêche. La dépendance à l'égard du secteur de la pêche est élevée chez les femmes de l'APFC, et une partie substantielle de leur revenu — de la moitié à l'ensemble — provient directement de la transformation du poisson, de la vente de poisson, de la vente d'approvisionnements de poisson (p. ex. du matériel de transformation) et de la pêche pendant la saison des poissons volants (novembre à juin). Même en dehors de la saison (de juillet à octobre), la plupart des femmes gagnent la majeure partie de leur argent grâce aux ventes de poisson. Ils vendent des poissons mouches qui ont été congelés pendant la saison occupée ainsi que d'autres espèces de poissons comme le poisson-pot (poissons de récif).

[^3] : Les hommes sont principalement engagés dans le désossage et le filetage, mais pas autant pour les poissons-mouches que pour les autres espèces (dauphinfish et ambrefish), et leur nombre n'est pas comparable à celui des femmes (S. White, membre de l'APFC, communication personnelle, 2019). [^4] : Une association est un type d'organisation qui peut ou non être formalisée. La plupart des organisations informelles ont une constitution écrite (McConney, 2007). [^5] : Profil des membres basé sur les résultats d'un court sondage administré au cours de trois réunions en petits groupes avec 12 membres de l'APFC entre 2017 et 2018 (tableau 1.1).

Des facteurs externes et internes favorisent l'action collective et la participation aux organisations de pêcheurs formelles et informelles. L'un de ces facteurs externes pertinents pour la formation de l'APFC est ce qu'Alonso-Población et Siar (2018) qualifient de « soutien des institutions étatiques ». À l'échelle mondiale, il est reconnu que les institutions publiques jouent un rôle essentiel dans la promotion de la participation des femmes aux organisations de pêcheurs. À la fin des années 90, la Division des pêches de la Barbade (BFD) a joué un rôle majeur en appuyant les activités de ces organisations.

Comme dans le reste des Caraïbes, des organisations de pêcheurs ont été introduites à la Barbade dans les années 60 et 70 par l'intermédiaire de coopératives, dont l'objectif principal était d'encourager l'autonomisation financière plutôt que l'autonomisation sociale ou politique (McConney, Atapattu et Leslie, 2000 ; McConney, 2001). Cependant, dans une décennie après leur mise en place, ces premières organisations ont été en proie à l'inactivité et à l'échec, pour diverses raisons (McConney, 2007). Au cours des années 1980 et 1990, quelques-uns de ces organismes existaient encore, mais McConney, Atapattu et Leslie (2000, p. 299) notent qu'ils « [...] maintiennent de faibles niveaux d'activité et d'organisation ».

À la suite de tentatives infructueuses d'organisation des pêcheurs, le gouvernement a mis en œuvre le Projet de développement des organisations de pêcheurs (PEOD), financé par l'extérieur, sur deux ans (1997-1999), dont les objectifs à long terme étaient de travailler en étroite collaboration avec les organisations de pêcheurs formelles et informelles afin d'améliorer durablement la les moyens de subsistance et le bien-être des pêcheurs, et établir des organisations de pêcheurs capables de participer activement à la gestion et au développement des pêches (Atapattu, 1997 ; McConney, 1999 ; McConney, 2001 ; McConney, Mahon et Oxenford, 2003 ; McConney et al., 2017b). Le principal résultat a été le renforcement et le développement des organisations de pêcheurs primaires nouvelles et existantes et la création de l'Union nationale des organisations de pêcheurs de la Barbade (BARNUFO). À l'heure actuelle, sept organisations de pêcheurs existent dans le cadre de cet organisme-cadre national ; l'APFC est l'une des organisations constitutives actives (figure 1.4).

 ! image-20210521185844621

Après l'achèvement du PPOD, la Division des pêches a continué d'encourager les pêcheurs à s'organiser pour améliorer et sécuriser leurs moyens de subsistance et à participer de façon significative à la gestion et au développement des pêches dans l'industrie de la pêche (J. Leslie, administrateur en chef adjoint des pêches, communication, 2019). Au début des années 2000, au cours d'une discussion sur les expériences des petits transformateurs travaillant dans la salle de traitement du complexe des pêches de Bridgetown (BFC), l'agent principal adjoint des pêches a encouragé les femmes à faire pression pour obtenir des changements dans leur milieu de travail. Peu de temps après, l'APFC a été créée.

L'APFC continue de recevoir un soutien supplémentaire de la Division des pêches en ce qui a trait au parrainage financier d'activités telles que la Semaine de la pêche (chaque mois de juin), à l'organisation d'ateliers de formation et à l'utilisation de la salle de formation de la Division pour des réunions, des ateliers, des événements, etc., au besoin ( dont la fréquence et la valeur ne sont pas divulguées publiquement). Le soutien et l'orientation continus pour le renforcement et le développement de l'APCP (et d'autres organisations de pêcheurs) sont essentiels pour permettre aux pêcheurs de mieux comprendre et adopter les lignes directrices du FPS tout au long de la chaîne de valeur des pêches.

L'analyse des moyens de subsistance est un outil utile pour mener une analyse comparative entre les sexes dans les pêches (Weeratunge, Synder et Choo, 2010), car elle décrit la relation entre les stratégies de subsistance et le capital de subsistance (actifs) dans le cadre des moyens de subsistance durables. Pour les femmes de l'APFC, le capital physique est l'un de leurs principaux moyens de subsistance. Pour la plupart des femmes de l'association, des espaces de marché et des casiers de rangement personnels — qu'elles doivent louer — sont nécessaires pour qu'elles poursuivent leurs moyens de subsistance. Ils ont donc bénéficié de l'utilisation d'une zone de travail, la salle de traitement BFC, spécialement désignée pour eux. L'utilisation de la salle leur a permis de traiter le poisson plus efficacement et a été indiqué comme l'un des avantages de l'adhésion à l'association.

Construit en 1989, le BFC est le plus grand des trois principaux sites de débarquement de l'île, desservant un large éventail d'utilisateurs. L'objectif de sa construction était de contribuer à une augmentation de la production de poisson et d'améliorer le niveau de vie des personnes impliquées dans l'industrie de la pêche (McConney, 1999). La salle de transformation BFC (figure 1.5) est située dans le marché du poisson, où les petits transformateurs emploient généralement des femmes pour transformer le poisson en filets et en steaks. Les membres de l'APFC sont soit des travailleurs autonomes, soit travaillent pour ces petits transformateurs.

La salle de traitement est une installation spacieuse construite pour répondre aux normes internationales. Le fait de disposer de cet espace dédié a permis aux transformateurs de l'APFC de bénéficier collectivement de conditions d'hygiène améliorées. En outre, la mise en œuvre et le respect des normes relatives à la manipulation des aliments ont permis d'améliorer la rentabilité et la commercialisation des produits, ce qui a été souligné par les membres comme l'une des principales réussites de l'APFC.

La demande de locaux sur le marché de la BFC est si forte que l'ouverture récente de trois nouveaux locaux dans la salle de traitement selon le principe du « premier arrivé, premier servi » et pour inclure des fournisseurs de l'extérieur de la salle a également créé des tensions entre l'APFC et la direction, puisque les membres de l'APFC devaient maintenant concurrencer espace avec des fournisseurs extérieurs. L'APFC a dû faire du lobbying et gérer la pression pour s'assurer que la salle de traitement demeurait à elle pour répondre à ses besoins en matière de manutention du poisson. Leur organisation au sein de l'APFC a aidé à résoudre ce problème. [^6]

[^6] : Recherche d'organisations féminines avec CERMES GIFT, septembre 2018.

Alonso-Población et Siar (2018) classent les moteurs de l'organisation des pêcheurs en deux types : réaction à des phénomènes spécifiques et résultat d'efforts promues par des entités extérieures. Les premières, en particulier les conditions de travail et les facteurs économiques, ont motivé la mobilisation des femmes dans le segment de la chaîne de valeur après la récolte des poissons volants. Incapables de faire part de leurs préoccupations au sujet des défis que rencontraient les petits transformateurs et les fournisseurs dans leur milieu de travail à la BFC, ce groupe composé principalement de femmes a travaillé ensemble pour former l'APFC. Parmi leurs questions et préoccupations, mentionnons les conditions d'entreposage (peu d'entrepôts frigorifiques, inadéquation des installations d'entreposage de glace), l'hygiène et la propreté générale de la salle de traitement, le manque de salles de bains et de toilettes, le manque de salle à manger, le besoin d'une salle de service pour stocker l'équipement de traitement et le bureau les fournitures, la mauvaise communication et l'absence de réponse aux problèmes de la part de la direction et l'infrastructure compromise. Les travailleurs estimaient également qu'ils risquaient de perdre leur espace de travail en raison de pratiques de gestion déloyales.

La responsabilité directe des activités opérationnelles de la BFC incombe à la Division des marchés du Gouvernement barbadien. Cette division gère tous les marchés publics où les produits agricoles [^7] sont vendus au public et est chargée de veiller à ce que tous les marchés soient gérés de manière adéquate. Les responsables de la division Marchés et de la BFC sont les principaux décideurs sur les questions opérationnelles et de gestion quotidiennes. Les divers utilisateurs du BFC, y compris les petits transformateurs, font donc part de leurs préoccupations à ces gestionnaires, à moins qu'un agent des pêches ne soit rencontré au moment où il en a besoin (McConney, 1999).

Au cours de ses 30 années d'existence, les désaccords entre les utilisateurs et entre les utilisateurs et la direction de la BFC ont été la norme en raison de points de vue divergents sur les pratiques opérationnelles appropriées dans le port et dans les installations de transformation et de vente au détail. McConney (1999, p. 7) a fait remarquer que dans les années 1980 et 1990, « les utilisateurs du BFC se sont rarement pris sur eux-mêmes d'approcher la direction collectivement ou d'inviter la direction à des réunions qu'ils convoquaient ». Depuis sa création, l'APFC a emprunté une voie différente. L'APFC a contacté la direction collectivement à plusieurs reprises depuis le mois même de la formation (janvier 2005) afin de régler leurs problèmes et leurs préoccupations au sujet de l'installation de la BFC et, à d'autres occasions, elle a invité la direction à se rencontrer pour discuter de nouvelles opérations dans la salle de traitement qui ont inclus des activités propositions.

Les problèmes que rencontraient les femmes dans l'APFC dans leur milieu de travail ont été bien documentés dans les rapports (p. ex. Commission européenne, 2008 ; AEC, 2007 ; McConney, Mahon et Oxenford, 2003) et dans la correspondance, les ordres du jour et les notes de l'APFC. Les conditions de travail dans la salle de traitement ont été améliorées du fait de la persistance de ce groupe de femmes pour assurer la fourniture d'équipements et d'installations satisfaisants pour la poursuite de leurs moyens de subsistance.

En effet, les membres de l'APFC citent leur action collective comme l'un des avantages de l'adhésion. Comme ils le font remarquer, « nous sommes plus forts en tant qu'association pour interagir avec la direction » et sommes « ... mieux équipés pour prendre en charge ou faire pression sur la gestion ». De plus, « la direction n'a pas de bonnes manières si vous n'êtes pas dans un groupe. » [^8] L'APFC est reconnue comme une force motrice au BFC que n'importe quel membre peut aborder la direction sans la présence du président. Cela n'est pas difficile à croire, étant donné l'indication de McConney (1999, p. 5) selon laquelle « [...] dans une large mesure, les petites transformateurs contrôlent les opérations dans la salle de traitement et la Division des marchés [et la BFC] ne font que faciliter ». Par conséquent, afin d'intégrer l'égalité et l'équité entre les sexes, l'APFC devrait continuer d'utiliser ce pouvoir collectif pour améliorer et élargir la participation non seulement de ses membres dans le secteur post-récolte de la pêche à la mouche, mais aussi celle des autres femmes tout au long de la chaîne de valeur des pêches dans la Industrie de la pêche de la Barbade.

 ! image-20210521185928515

[^7] : Dans les Caraïbes, la pêche est incluse dans l'agriculture. [^8] : Recherche d'organisations féminines avec CERMES GIFT, septembre 2018.

Depuis sa création, le chef élu de l'APFC a été stratégiquement positionné pour veiller à ce que les femmes du secteur de la pêche des poissons volants après la récolte et les pêcheurs de toute la chaîne de valeur des pêches de la Barbade participent au processus décisionnel. Le chef de l'APFC occupe deux autres postes influents dans le secteur des pêches à l'échelle nationale et régionale. Elle est présidente de l'organisation nationale des pêcheurs, BARNUFO, depuis 2009, et a récemment été élue présidente du Comité exécutif du Réseau caribéen des organisations de pêcheurs (CNFO) en 2016. Le CNFO est un réseau d'organisations nationales formelles et informelles de pêcheurs au sein de la Communauté et du Marché commun des Caraïbes (CARICOM [^9]) et du Mécanisme régional de pêche des Caraïbes (CRFM [^10]). Grâce à son engagement dans des initiatives et des projets de pêche régionaux, le CNFO est dans une position clé pour influencer la politique régionale de la pêche (GIFT, 2017).

Le poste de chef de l'APFC à titre de président des organisations locales et nationales facilite l'établissement d'une relation étroite entre les deux et le CNFO. Ces postes lui ont permis de représenter ces organisations à des réunions locales, régionales et internationales afin de contribuer à la prise de décisions sur les pêches locales et caribéennes. Le contenu de ces réunions est partagé avec les membres de l'APFC et de BARNUFO lors d'événements désignés, principalement des réunions officielles et informelles ou ad hoc avec les membres de l'organisation, qui servent à tenir les pêcheurs engagés et informés des nouvelles orientations pour les pêches. À l'occasion, certains membres de l'APFC ont également bénéficié de la participation à des conférences semblables par voie de nomination, soit par le président, soit par vote par l'entremise des membres.

Les femmes de l'APFC possèdent des compétences remarquablement élevées en matière de pêche [^11], ce qui est en partie attribuable à leur exposition à une formation diversifiée en analyse des risques et en maîtrise des points critiques (HACCP), à la formation avancée en informatique, à la tenue de dossiers, aux premiers soins, à la navigation, à la sécurité en mer et aux petits gestion des affaires et des finances. Ces compétences leur ont permis d'améliorer leurs moyens de subsistance. Le chef de l'APFC s'est efforcé d'offrir aux membres de l'APFC (et aux pêcheurs à l'échelle nationale) la majorité des possibilités de développement des capacités grâce à des séries de formation annuelles continues organisées par BARNUFO, habituellement pendant la saison morte du poisson mouchant. Les membres de l'APFC sont généralement désireux de participer à ces possibilités de formation gratuite.

La participation de la présidente à l'industrie des pêches depuis plus de 35 ans lui permet de bien comprendre les besoins des pêcheurs, dont les femmes de l'APFC ont bénéficié. Elle s'est déjà adressée à UWI-CERMES pour ses besoins de recherche sur les femmes et les organisations de pêcheurs dans l'industrie de la pêche de la Barbade (McConney, Nicholls et Simmons, 2013) et pour obtenir de l'aide pour évaluer l'APFC afin d'éclairer son recentrage. En outre, grâce à sa collaboration avec des institutions telles que l'UWI, elle a cherché des occasions de participer à de nombreux ateliers, par exemple sur le renforcement de la participation des pêcheurs à la gouvernance et sur le développement des compétences en leadership.

Les femmes de l'APFC sont articulées, vocales et clairement dévouées au succès de l'organisation. Ils croient fermement en la valeur de l'APFC dans le secteur de l'après-récolte. Certains s'identifient comme des leaders ou des initiateurs de l'APFC et sont désireux d'assumer des rôles de leadership pour aider le président à renforcer davantage l'association afin d'améliorer sa gouvernance et son fonctionnement global [^12] et, à son tour, sa contribution aux politiques et à la prise de décisions dans le domaine des pêches. Ces contributions ont inclus un engagement formel et informel au fil du temps avec le gouvernement sur de nombreuses questions.

En plus de ces actifs individuels et collectifs au sein de l'APFC, l'appartenance de l'organisme à BARNUFO offre un autre moyen de participer à la prise de décisions dans l'industrie des pêches. BARNUFO siège au Comité consultatif de la pêche de la Barbade (FAC), offrant ainsi à tous les pêcheurs un moyen de contribuer à la politique nationale de la pêche. L'AEC est une entente nationale officielle de cogestion par l'entremise d'un organisme multipartite — dont l'industrie de la pêche occupe cinq des neuf postes — mis sur pied pour conseiller le ministre responsable de la gestion, de la conservation et du développement des pêches (McConney, Mahon et Oxenford, 2003). L'industrie de la pêche peut donc être au courant des décisions d'AEC (qui ne sont pas facilement accessibles par le gouvernement) par l'intermédiaire de BARNUFO. Ainsi, l'APFC est bien placée pour participer au processus décisionnel au sein du secteur post-récolte (et de l'industrie de la pêche en général) en raison de son pouvoir, de ses perspectives et de ses réseaux individuels et collectifs.

[^9] : La CARICOM est un organe géopolitique composé de 20 petits États insulaires en développement (www.caricom.org). [^10] : Le CRFM, organisation intergouvernementale, est l'organe consultatif régional pour les pêches de la CARICOM (www.crfm.int). [^11] : Analyse des moyens de subsistance avec l'APFC par CERMES GIFT : septembre/octobre 2017 et août 2018. [^12] : Recherche d'organisations féminines avec CERMES GIFT : septembre 2018.

Il y a de plus en plus de preuves que la « façon de faire des femmes » dans l'APFC est respectée par les hommes qui participent aux activités de récolte et d'après-récolte à Bridgetown ainsi que par les gestionnaires. Cela est étroitement lié à l'égalité et à l'équité entre les sexes en ce sens qu'il y a eu relativement peu de cas de discrimination à l'égard de l'APFC uniquement fondée sur le sexe. Bien que l'égalité et l'équité entre les sexes demeurent des problèmes étant donné l'absence relative de femmes parmi les grands transformateurs et dans le secteur de la récolte (à l'exception de certains propriétaires de bateaux), les vendeuses de poisson dans l'APFC et à l'extérieur de celle-ci sont en mesure de rivaliser avec les marchands de poisson mâles. Les femmes de l'APFC affirment que les hommes de l'industrie de la pêche les respectent naturellement en raison de leur identité individuelle, peu importe leur appartenance à l'APFC. Comme l'a dit un petit transformateur lors des entrevues de groupe tenues par GIFT sur les organisations féminines, « les hommes respectent les femmes parce qu'ils savent que nous travaillons dur ». Néanmoins, une analyse plus détaillée du genre est nécessaire pour étudier cette perception de l'égalité entre les sexes.

La consultation et la participation sont évidentes, encouragées à des degrés divers par les acteurs étatiques et non étatiques. Toutefois, à l'interne, les préjugés envers certains membres et la tendance à former des cliques commencent à décourager la participation aux activités de l'APFC, tant officielles qu'informelles. De même, la transparence et la responsabilisation sont variables : certaines pratiques sont bonnes, mais d'autres nécessitent des améliorations. Une communication descendante peu fréquente a conduit à une perception générale chez certains membres d'un manque de transparence. Ces défis doivent être relevés pour améliorer le fonctionnement de l'APFC. Les solutions peuvent être simples, pratiques et provenir de l'organisation. Une compréhension interne entre les membres de l'APFC de ces questions et de leur règlement constitue en soi une bonne pratique pour renforcer la gouvernance de l'APFC.

La responsabilité sociale est plus importante au sein de l'APFC que dans l'appareil d'État. Pour l'État, la protection sociale se limite en grande partie au régime national d'assurance. Cela n'est pas suffisant et ne répond pas adéquatement à la nature saisonnière et imprévisible du travail dans l'industrie. L'APFC encourage et aide ses membres à contribuer au régime national d'assurance, mais elle va aussi plus loin, reconnaissant que les moyens de subsistance des fournisseurs sont assez complexes. Les membres disposent de divers instruments financiers pour épargner ou investir de l'argent, comme une caisse de crédit, des comptes d'épargne et des « tours de réunion ». [^13] L'engagement de l'APFC envers la responsabilité sociale se manifeste dans les conditions de travail décentes durables qu'elle a aidées à établir pour ses membres.

[^13] : arrangement d'épargne selon lequel un groupe de personnes met en commun un montant égal d'argent pendant une période de temps, après quoi une personne du groupe reçoit la totalité de l'argent. Le processus est répété jusqu'à ce que tout le monde obtienne son tour et reçoive la somme forfaitaire complète au moins une fois.

L'APFC, une organisation de pêcheurs dans la chaîne de valeur après la récolte de la pêche du poisson mouchant à la Barbade composée entièrement de femmes, illustre à la fois les bonnes pratiques existantes et émergentes conformes aux principes des lignes directrices du SSF. Tout n'est pas parfait, mais l'étude de cas a révélé des preuves du respect des cultures, de l'égalité et de l'équité entre les sexes, de la consultation et de la participation, de la transparence et de la responsabilité sociale, comme le résume le tableau 1.2.

Le cas de l'APFC devrait fournir des leçons précieuses aux organisations d'après-récolte des pêches, à l'échelle régionale et mondiale. L'action collective au sein de l'APFC peut être utilisée comme force motrice pour faciliter et soutenir la mise en œuvre des lignes directrices du FSS. L'association a déjà gagné le respect et la reconnaissance de divers acteurs du secteur de la pêche en raison, en partie, de sa cohésion face aux problèmes qui affectent son fonctionnement dans le secteur de l'après-récolte et les mesures qui en découlent. Ce groupe de femmes a donc le potentiel de défendre la mise en œuvre des lignes directrices du FSS et de leurs principes — principes similaires qui guident leur fonctionnement — auprès de leurs collègues du secteur de l'après-récolte et, en fait, tout au long de la chaîne de valeur de la pêche. En outre, l'APFC a établi de solides partenariats avec la Division des pêches de la Barbade, l'autorité gouvernementale responsable de la gestion et du développement des pêches de la Barbade, ainsi qu'avec le Campus Cave Hill de l'Université des Indes occidentales, qui reposent tous deux sur les principes des Lignes directrices du SSF et sur les intérêts communs.

Grâce à ces partenariats, le renforcement des capacités de l'APFC a été une priorité importante et peut être poursuivi en vue de promouvoir la participation équitable des femmes et des hommes à l'adoption et à la mise en œuvre des lignes directrices du FSS dans l'industrie de la pêche de la Barbade (FAO, 2015b). Avec le récent changement d'administration politique, le Gouvernement de la Barbade se tourne au-delà de ses industries traditionnelles (sucre et tourisme) vers la mer pour développer son économie. Le nouveau Ministère des affaires maritimes et de l'économie bleue s'est engagé avec les pêcheurs pour revitaliser l'industrie de la pêche. Depuis son entrée en fonction, le ministre a déjà rencontré le président de BARNUFO, qui dirige également l'APFC, pour discuter de cet effort de revitalisation. Le président et, par extension, l'APFC ont l'occasion de promouvoir la mise en œuvre des lignes directrices du SSF dans le développement de l'économie bleue de la Barbade et de son industrie de la pêche améliorée.

TABLEAU 1.2 Résumé des bonnes pratiques pour la mise en œuvre des lignes directrices SSF

Section des lignes directrices de la SSFBonnes pratiques existantes et émergentesAppuyer les associations de pêcheurs et de travailleurs du poisson et promouvoir leur capacité à accroître la sécurité des revenus et des moyens de subsistance (paragraphe 7.4)L'action collective présentée par l'APFC a été encouragée par le BFD. Le BFD a joué un rôle déterminant dans le développement et le renforcement des organisations de pêcheurs, en partie par le biais du FODP. Le BFD fournit un soutien (en nature et financier) à l'APFC. Fourniture d'une infrastructure appropriée, de structures organisationnelles et d'un soutien au renforcement des capacités pour le secteur de la pêche à petite échelle après la récolte (paragraphe 7.3)Les membres de l'APFC bénéficient d'un accès à un espace de travail dédié— la salle de traitement de la BFC — depuis 2005. Les membres de l'APFC maintiennent le contrôle de la salle de traitement par des actions collectives. L'APFC a formulé des recommandations en vue d'améliorer l'infrastructure des BFC. Les petites transformateurs profitent collectivement de l'amélioration de l'hygiène et de la mise en œuvre des normes de manipulation des aliments. L' amélioration de la rentabilité et de la commercialisation des petites entreprises de transformation peut être attribuée à l'adhésion à l'APFC. Faciliter et renforcer la participation des femmes dans le secteur après la récolte (par. 7.2)Lesproblèmes liés aux conditions de travail ont poussé les femmes du secteur de la pêche à la mouche après la récolte à s'organiser pour améliorer leurs moyens de subsistance. Lesproblèmes qui causent la discorde sont bien documentés et leur gestion est transparente. Depuissa création, l'APFC a engagé la Division des marchés de façon proactive afin de résoudre les problèmes et les préoccupations, en tenant compte de la participation ascendante. L' APFC entend utiliser son pouvoir collectif pour améliorer et élargir la participation des femmes à l'industrie de la pêche, intégrant ainsi l'égalité et l'équité entre les sexes. Les acteurs après la récolte font partie du processus décisionnel (paragraphe 7.1)L'APFC, par l'entremise de l'adhésion de BARNUFO à l'AEC nationale, a un moyen d'influencer la politique des pêches. L' APFC, par l'intermédiaire de BARNUFO, siège à l'AEC aux côtés des entreprises de transformation et des représentants du secteur de la récolte. Les décisions d'AEC, bien que difficilement accessibles par le gouvernement, sont potentiellement accessibles à l'industrie de la pêche par l'entremise de BARNUFO. L' APFC a été consultée ouvertement par les divisions des pêches et des marchés sur de nombreuses questions, tant formellement qu'officieusement ; leurs commentaires se reflètent dans les mesures de suivi prises. Le lien entre les dirigeants actuels de l'APFC et du CNFO devrait permettre aux femmes (et aux pêcheurs) d'influer sur la politique régionale.

McConney (2007) souligne que pour que les organisations puissent se former, fonctionner et avoir une longue durée de vie, les incitations à l'action collective doivent fonctionner tant au niveau de l'individu que du groupe. L'action collective ne peut être soutenue si les incitations collectives sont insuffisantes et que chaque personne essaie d'en bénéficier sans contribuer ou contribuer le moins possible (free-ride). L'APFC a duré plus longtemps que les autres organisations de pêcheurs primaires, ce qui témoigne des avantages d'une action collective en matière de gestion et de développement des pêches, qui justifie une documentation pour l'amélioration et la reproduction. Il est important de comprendre les défis et les enseignements tirés de l'action collective de ces travailleuses dans le secteur de l'après-récolte pour informer et améliorer ces bonnes pratiques.

En ce qui concerne les prochaines étapes, alors que l'égalité des sexes ne concerne pas seulement les femmes, l'APFC vise à collaborer étroitement avec GIFT pour renforcer l'autonomisation pratique des femmes dans le secteur post-récolte et intégrer la problématique hommes-femmes dans la politique nationale et régionale de la pêche. Pour les femmes de l'APFC, cela comprend des analyses beaucoup plus détaillées sur le sexe et les moyens de subsistance qui peuvent éclairer les interventions appropriées en vue d'améliorer la situation socioéconomique tant sur le lieu de travail que dans le ménage.

Les auteurs tiennent à remercier les dames de la Central Fish Processors Association (CFPA) de leur engagement ferme dans cette recherche. Notre travail avec eux ces dernières années a révélé un dévouement et un engagement à l'égard de l'industrie de la pêche de la Barbade et de nos efforts pour intégrer la problématique hommes-femmes sans pareil. Merci à Vernel, Sylvia, Sheena, Margaret (Diane), Lisa, Marion, Delores, Angie, Judy, Kathy Ann, Pat, Velma, Monica, Kerry Ann et Melissa d'avoir partagé avec nous vos expériences, défis et visions. L'Équipe Gender in Fisheries (GIFT) se réjouit à la perspective de poursuivre ses travaux avec l'APFC en vue de mieux comprendre les enjeux des femmes dans le secteur des pêches et de contribuer à l'élaboration de solutions pratiques pour améliorer la profession des femmes dans le secteur de la pêche et la vie domestique.

Alonso-Población, E. & Siar, S.V. 2018. *Participation et leadership des femmes dans les organisations de pêcheurs et l'action collective dans le secteur de la pêche : examen des données probantes sur les facteurs habilitants, les conducteurs et les obstacles. Rome, FAO. 48 p.

Atapattu, A. 1997. Rapport semestriel d'étape (de mai à novembre 1997). Rapport inédit du Projet de développement des organisations de pêcheurs au Fonds du Commonwealth pour la coopération technique. Barbade, Ministère de l'agriculture et du développement rural.

*Division des pêches de la Barbade. * 2004. *Plan de gestion des pêches de la Barbade 2004-2006. Régimes de gestion de la pêche dans les eaux de la Barbade. Division Ministère de l'agriculture et du développement rural. 67 p.

CFPA. 2005. *Constitution de l'Association centrale des transformateurs de poissons. 13 p.

CoopeSOLIDAR, CNFO & CERMES. 2018. Échange d'apprentissage de la pêche à petite échelle entre les femmes des Caraïbes et le Costa Rica. CERMES Rapport technique No 89. Université des Antilles, Campus Cave Hill, Bridgetown, CERMES. 21 p.

CRFM. 2014. *Plan sous-régional de gestion des pêches pour les poissons mouches dans les Caraïbes orientales. * CRFM Publication spéciale no 2. 42 p.

Commission européenne 2008. Rapport final d'une mission effectuée à la Barbade du 17 novembre au 21 novembre 2008 afin d'évaluer les systèmes de contrôle en place régissant la production de produits de la pêche destinés à l'exportation vers l'Union européenne. DG (SANCO) /2008-7654-MR-FINAL. 13 p.

FAC. 2007. *Rapport du sous-comité d'AEC : Établi pour cerner les défis auxquels fait face le marché public de Bridgetown. * Note consultative d'AEC à l'intention du ministre. Ad1, janv. 2007. 7 p.

FAO. 2015a. Directives volontaires pour assurer une pêche artisanale durable dans le contexte de la sécurité alimentaire et de l'éradication de la pauvreté. Rome. 18 p.

FAO. 2015b. *Vers la mise en œuvre des lignes directrices du SSF. Actes de l'atelier sur l'élaboration d'un programme mondial d'assistance à l'appui de la mise en œuvre des directives volontaires pour assurer une pêche artisanale durable dans le contexte de la sécurité alimentaire et de l'élimination de la pauvreté, 8-11 décembre 2014, Rome, Italie. Procédure no 40 de la FAO sur les pêches et l'aquaculture. Rome. 84 p.

FAO. 2016. Renforcement des organisations et de l'action collective dans le domaine de la pêche : vers la formulation d'un programme de renforcement des capacités. Rapport de l'atelier et études de cas, 4-6 novembre 2014, Barbade. S.V. Siar et D.C. Kalikoski, éd. FAO Procédure no 41 des pêches et de l'aquaculture. Rome.

FAO. 2017. Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture [en ligne]. Rome. [Cité le 14 juin 2019]. (disponible www.fao.org/fishery/facp/brb/fr)

Frangoudes, K. 2013. Les femmes dans la pêche : une perspective européenne. Note. Direction générale des politiques internes. Département politique B : Politiques structurelles et de cohésion. Pêche. Union européenne. 44 p.

Frangoudes, K., Pascual-Fernández, J.J. & Marugán-Pintos, B. 2014. Organisations de femmes dans le secteur de la pêche et de l'aquaculture en Europe : histoire et perspectives d'avenir. Dans J. Urquhart, T. Acott, D. Symes et M. Zhao, éd. « Social Issues in Sustainable Fisheries Management », p. 215 à 231. Série de publications MARE (vol. 9). Dordrecht, Pays-Bas, Springer. (disponible https://doi.org/10.1007/978-94-007-7911-2_12).

CADEAU 2017. Rapport préliminaire sur la prise en compte des sexospécificités : Les pêches des Caraïbes dans le contexte des lignes directrices sur la pêche artisanale. CERMES Rapport technique No 86. Université des Antilles, Campus Cave Hill, Bridgetown, CERMES. 64 p.

Jentoft, S. & Chuenpagdee, R. 2009. La pêche et la gouvernance côtière comme un problème méchant. *Politique maritime, 33 (4) : 553-560. (disponible https://doi.org/10.1016/j.marpol.2008.12.002).

Mahon, R., Parker, C., Sinckler, T., Willoughby, S. & Johnson, J. 2007. La valeur de la pêche à la Barbade : une évaluation préliminaire. *Actes du Gulf and Caribbean Fisheries Institute, 58 : 89—92.

McConney, P. 1999. *Participation des groupes d'utilisateurs à la gestion du complexe des pêches de Bridgetown (Barbade) Barbade, Division des pêches. 19 p.

McConney, P. 2001. Organiser des pêcheurs à la Barbade sans terminer un tour propre. *Actes du Gulf and Caribbean Fisheries Institute, 52 : 290—299.

McConney, P. 2007. *Organisations folkloriques de pêcheurs dans les Caraïbes : note d'information sur le réseautage pour réussir. Document technique et consultatif du CRFM, no 2007/2. CRFM. 27 p.

McConney, P., Atapattu, A. & Leslie, D. 2000. Organisation des pêcheurs à la Barbade. *Actes du Gulf and Caribbean Fisheries Institute, 51:299—308.

McConney, P., Mahon, R. et Oxenford, H. 2003. Étude de cas de la Barbade : Comité consultatif des pêcheres. Projet de directives de cogestion des côtes des Caraïbes. Barbade, Association des Caraïbes pour la conservation de la nature. 77 p.

McConney, P., Nicholls, V. & Simmons, B. 2013. Femmes dans un marché aux poissons à la Barbade *. Actes du Gulf and Caribbean Fisheries Institute (Institut des pêches du Golfe et des Caraïbes), 65

McConney, P., Phillips, T., Nembhard, N. & Lay, M. 2017a. Les pêcheurs des Caraïbes appliquent les lignes directrices relatives à la pêche artisanale. In S. Jentoft, R. Chuenpagdee, M. Barragán-Paladines & N. Franz, éd. Lignes directrices pour la pêche artisanale : mise en œuvre mondiale, p. 451 à 472. Série de publications MARE 14. Springer.

McConney, P., Simmons, B., Nicholls, V. & Medeiros, R. P. 2017b. Création de l'Union nationale des organisations de pêcheurs de la Barbade. *Études maritimes, 16 : 19. (disponible < https://doi.org/10.1186/s40152-017-0073-5 >).

Oxenford, H.A., Johnson, D., Cox, S.A. & Franks, J. 2019. Rapport sur les relations entre les événements du sargassum, les variables océaniques et la pêche des dauphinfins et des poissons volants. Université des Antilles, Campus Cave Hill, Bridgetown, CERMES. 32 p.

Pena, M., Alleyne, K., Compton, S., Cox, S., Cumberbatch, J., McConney, P., Perch, L., Selliah, N. & Simmons, B. 2019. Forum des femmes dans la pêche 2019 : rapport sommaire. Université des Antilles, Campus Cave Hill, Bridgetown, CERMES. 20 p.

Pena, M., McConney, P., Joseph, D., Nicholls, N., Perch, L. & Selliah, N. 2018. Élaborer des solutions pratiques aux problèmes auxquels sont confrontées les travailleuses au sein de la Central Fish Processors Association (CFPA) de la Barbade. Courte communication. *Actes de l'Institut des pêches du Golfe et des Caraïbes, 70.

Ramlogan, N.R., McConney, P. & Oxenford, H.A. 2017. *Impacts socio-économiques des événements d'afflux de Sargassum sur le secteur de la pêche de la Barbade. Centre de gestion des ressources et d'études environnementales, Université des Indes occidentales, Campus Cave Hill, Barbade. Rapport technique CERMES n° 81 : 86 p.

Sobers, R. 2010. *Analyse bioéconomique de la pêche à la mouche à la Barbade Projet final. Reykjavik, Programme de formation aux pêches de l'Université des Nations Unies, 42 p.

Weeratunge, N., Synder, K.A., & Choo, P.S. 2010. Gleaner, pêcheur, négociant, transformateur : Comprendre l'emploi selon le sexe dans la pêche et l'aquaculture. Poissons et pêche, 11 (4) : 405-420.

Willoughby, S. 2007. La pêche à la mouche de la Barbade. Dans H.A. Oxenford, R. Mahon et W. Hunte, éd. Biologie et gestion du poisson-mouche des Caraïbes orientales, pp. 3-8. Université des Antilles, Campus Cave Hill, Bridgetown, CERMES. 267 p.

*Source : Zelasney, J., Ford, A., Westlund, L., Ward, A. et Riego Peñarubia, éd. 2020. Assurer une pêche durable à petite échelle : présenter les pratiques appliquées dans les chaînes de valeur, les opérations post-récolte et le commerce. FAO sur les pêches et l'aquaculture Document technique No 652. Rome, FAO. https://doi.org/10.4060/ca8402en *


Food and Agriculture Organization of the United Nations

http://www.fao.org/
Loading...

Restez au courant des dernières nouveautés en matière de technologie aquaponique

Entreprise

  • Notre équipe
  • Communauté
  • Presse
  • Blog
  • Programme de parrainage
  • Politique de confidentialité
  • Conditions de service

Copyright © 2019 Aquaponics AI. Tous droits réservés.