common:navbar-cta
Télécharger l'applicationBlogFonctionnalitésTarificationAssistanceSe connecter

Sources d'eau aquaponique

2 years ago

6 min read
EnglishEspañolعربىFrançaisPortuguêsItalianoहिन्दीKiswahili中文русский

En moyenne, un système aquaponique utilise 1 à 3 % de son volume total d'eau par jour, selon le type de plantes cultivées et l'emplacement. L'eau est utilisée par les plantes par évapotranspiration naturelle et est retenue dans les tissus végétaux. L'eau supplémentaire est perdue à cause de l'évaporation directe et des éclaboussures. En tant que tel, l'unité devra être réapprovisionnée périodiquement. La source d'eau utilisée aura un impact sur la chimie de l'eau de l'unité. Vous trouverez ci-dessous une description de certaines sources d'eau courantes et de la composition chimique commune de cette eau. Les nouvelles sources d'eau devraient toujours faire l'objet d'essais pour déterminer le pH, la dureté, la salinité, le chlore et les polluants éventuels afin de s'assurer que l'eau est salubre.

Ici, il est important de considérer un paramètre supplémentaire de qualité de l'eau : la salinité. La salinité indique la concentration de sels dans l'eau, qui comprennent le sel de table (chlorure de sodium - NaCl), ainsi que les nutriments végétaux, qui sont en fait des sels. Les niveaux de salinité auront une grande incidence sur le choix de l'eau à utiliser, car une salinité élevée peut affecter négativement la production végétale, surtout si elle est d'origine chlorure de sodium, car le sodium est toxique pour les plantes. La salinité de l'eau peut être mesurée à l'aide d'un compteur de conductivité électrique (EC), d'un compteur de solides dissous totaux (TDS), d'un réfractomètre ou d'un hydromètre, ou les opérateurs peuvent consulter les rapports des gouvernements locaux sur la qualité de l'eau. La salinité est mesurée soit en conductivité, soit en quantité d'électricité qui passera dans l'eau, soit en unités de microSiemens par centimètre (µS/cm), soit en TDS en parties par millier (ppt) ou en parties par million (ppm ou mg/litre). À titre de référence, l'eau de mer a une conductivité de 50 000 µs/ cm et le TDS de 35 ppt (35 000 ppm). Bien que l'impact de la salinité sur la croissance des plantes varie considérablement d'une plante à l'autre (section 9.4.2, annexe 1), il est recommandé d'utiliser des sources d'eau à faible salinité. La salinité est généralement trop élevée si l'eau d'approvisionnement a une conductivité supérieure à 1 500 µS/cm ou une concentration de TDS supérieure à 800 ppm. Bien que les compteurs EC et TDS soient couramment utilisés pour l'hydroponie pour mesurer la quantité totale de sels nutritifs dans l'eau, ces compteurs ne fournissent pas une lecture précise des niveaux de nitrate, ce qui peut être mieux surveillé au moyen de trousses d'essai d'azote.

Eau de pluie

L'eau de pluie recueillie est une excellente source d'eau pour l'aquaponie. L'eau aura généralement un pH neutre et des concentrations très faibles des deux types de dureté (KH et GH) et une salinité presque nulle, ce qui est optimal pour reconstituer le système et éviter les accumulations de salinité à long terme. Toutefois, dans certaines zones touchées par les pluies acides, telles qu'elles ont été enregistrées dans un certain nombre de localités d'Europe orientale, de l'est des États-Unis d'Amérique et de régions de l'Asie du Sud-Est, l'eau de pluie aura un pH acide. En règle générale, il est recommandé de tamponner les eaux de pluie et d'augmenter le KH comme indiqué à la section 3.5.2. En outre, la collecte de l'eau de pluie réduira les frais généraux de fonctionnement de l'unité, et elle est plus durable.

Eau de la citerne ou de l'aquifère

La qualité de l'eau provenant des puits ou des citernes dépendra en grande partie du matériau de la citerne et du substrat rocheux de l'aquifère. Si le substrat rocheux est calcaire, l'eau aura probablement des concentrations de dureté assez élevées, ce qui peut avoir un impact sur le pH de l'eau. La dureté de l'eau n'est pas un problème majeur en aquaponique, car l'alcalinité est naturellement consommée par l'acide nitrique produit par les bactéries nitrifiantes. Cependant, si les niveaux de dureté sont très élevés et que la nitrification est minime en raison de la faible biomasse des poissons, l'eau peut rester légèrement basique (pH 7-8) et résister à la tendance naturelle des systèmes aquaponiques à devenir acide par le cycle de nitrification et la respiration des poissons. Dans ce cas, il peut être nécessaire d'utiliser de très petites quantités d'acide pour réduire l'alcalinité avant d'ajouter l'eau au système afin d'éviter les variations de pH dans le système. Les aquifères des îles coralliennes ont souvent une intrusion d'eau salée dans la lentille d'eau douce, et peuvent avoir des niveaux de salinité trop élevés pour l'aquaponie, de sorte que la surveillance est nécessaire et la collecte de l'eau de pluie ou la filtration par osmose inverse peuvent être de meilleures options.

Eau du robinet ou municipale

L'eau provenant des approvisionnements municipaux est souvent traitée avec différents produits chimiques pour éliminer les agents pathogènes. Les produits chimiques les plus courants utilisés pour le traitement de l'eau sont le chlore et les chloramines. Ces produits chimiques sont toxiques pour les poissons, les plantes et les bactéries ; ces produits chimiques sont utilisés pour tuer les bactéries dans l'eau et, à ce titre, nuisent à la santé de l'écosystème aquaponique en général. Des trousses d'analyse du chlore sont disponibles ; si des niveaux élevés de chlore sont détectés, l'eau doit être traitée avant d'être utilisée. La méthode la plus simple consiste à stocker l'eau avant utilisation, permettant ainsi à tout le chlore de se dissiper dans l'atmosphère. Cela peut prendre jusqu'à 48 heures, mais peut se produire plus rapidement si l'eau est fortement aérée avec des pierres d'air. Les chloramines sont plus stables et ne se dégazent pas aussi facilement. Si la municipalité utilise des chloramines, il peut être nécessaire d'utiliser des techniques de traitement chimique telles que la filtration du charbon de bois ou d'autres produits chimiques de déchloration. Malgré cela, le dégazage est généralement suffisant dans les petites unités utilisant l'eau municipale. Une bonne recommandation consiste à ne jamais remplacer plus de 10 % de l'eau sans procéder à des essais et en retirer d'abord le chlore. De plus, la qualité de l'eau dépendra du socle rocheux si l'eau initiale est fournie. Vérifiez toujours les niveaux de dureté et de pH dans les nouvelles sources d'eau, et utilisez de l'acide, s'il y a lieu et nécessaire, pour maintenir le pH dans les limites optimales indiquées ci-dessus.

Eau filtrée

Selon le type de filtration (c.-à-d. osmose inverse ou filtrage au carbone), l'eau filtrée aura la plupart des métaux et des ions éliminés, ce qui rend l'eau très sûre à utiliser et relativement facile à manipuler. Cependant, comme l'eau de pluie, l'eau désionisée provenant de l'osmose inverse aura de faibles niveaux de dureté et devrait être tamponnée.

*Source : Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture, 2014, Christopher Somerville, Moti Cohen, Edoardo Pantanella, Austin Stankus et Alessandro Lovatelli, production alimentaire aquaponique à petite échelle, http://www.fao.org/3/a-i4021e.pdf. Reproduit avec permission. *


Food and Agriculture Organization of the United Nations

http://www.fao.org/
Loading...

Restez au courant des dernières nouveautés en matière de technologie aquaponique

Entreprise

  • Notre équipe
  • Communauté
  • Presse
  • Blog
  • Programme de parrainage
  • Politique de confidentialité
  • Conditions de service

Copyright © 2019 Aquaponics AI. Tous droits réservés.