common:navbar-cta
Télécharger l'applicationBlogFonctionnalitésTarificationAssistanceSe connecter
EnglishEspañolعربىFrançaisPortuguêsItalianoहिन्दीKiswahili中文русский

Un ensemble de facteurs — aménagement urbain existant, perceptions et attitudes à l'égard de l'utilisation de l'espace urbain et climat politique prédominant — opèrent tous au niveau de la ville pour influencer le développement de l'agriculture urbaine. Dans la plupart des pays du Nord mondial, il n'existe pas de catégorie indépendante pour l'agriculture urbaine dans les plans de zonage municipaux, l'agriculture étant historiquement considérée comme une activité rurale par les urbanistes. L'agriculture urbaine en Europe semble se situer entre différents domaines politiques, en dépit des assurances données par la Commission européenne selon lesquelles les programmes de développement rural des États membres peuvent être utilisés au profit de l'agriculture urbaine. Pour certains, il peut ne pas être suffisamment agricole pour bénéficier d'un soutien au titre du pilier I de la politique agricole commune (tel que le caractérise par une agriculture plus conventionnelle). Pour d'autres, il n'est pas considéré comme suffisamment rural pour obtenir un soutien dans le cadre des programmes de développement rural susmentionnés. En ce qui concerne l'avenir, le défi pour l'agriculture urbaine est de savoir comment réaliser l'intégration nécessaire dans tous les domaines politiques de l'UE au cours de la prochaine période de programmation, après 2020 (McEldowney 2017). Le secteur de l'agriculture urbaine en Europe est donc caractérisé par des initiatives ascendantes, informelles et non institutionnalisées. Bien que l'agriculture urbaine commence à être reconnue au niveau institutionnel dans certains pays, il existe toujours un manque de politiques publiques axées directement sur elle. L'agriculture urbaine est généralement considérée comme relevant de la responsabilité des collectivités locales, mais comme un cadre formel est souvent absent, le soutien au niveau des administrations locales a tendance à être informel et fragmenté. Par exemple, le plan de Londres, qui est la stratégie d'aménagement du territoire de la région métropolitaine de Londres, indique simplement que les arrondissements devraient identifier les sites potentiels qui pourraient être utilisés pour la production alimentaire commerciale dans leurs plans de développement. Grâce à un cadre stratégique approprié, les initiatives pourraient être mieux ancrées et mieux sécurisées. L'inclusion de l'agriculture intégrée dans le bâtiment dans les politiques de développement urbain ou les plans-cadres d'urbanisme renforcerait son importance pour le développement urbain. Par exemple, modifier les codes de zonage — en autorisant les activités de culture alimentaire dans certaines catégories ou en adoptant une zone officielle d'utilisation des terres agricoles urbaines —, en reconnaissant l'agriculture urbaine comme stratégie de développement économique, en facilitant l'accès aux terres et en éliminant les restrictions découlant d'autres domaines politiques, pourraient tous avoir un impact positif sur le développement de l'agriculture urbaine (Prové et al. 2016).

Quelques villes ont pris les premières mesures pour adapter les codes locaux à la promotion de l'agriculture urbaine. Paris a adopté une approche très structurée et proactive, qui a commencé par procéder à un audit de tous les bâtiments publics sous-exploités ou vides susceptibles d'accueillir des fermes urbaines. En 2016, les règles d'urbanisme ont été modifiées pour permettre la construction d'une serre agricole au-delà des limites de hauteur maximales de 7 mètres, et le maire de Paris a lancé l'initiative Parisculteurs qui vise à couvrir 100 hectares de toits et de murs en Paris avec verdure d'ici 2020, dont un tiers sera spécifiquement réservé à l'agriculture urbaine. Les propriétaires publics et privés de biens immobiliers ont été invités à proposer des espaces appropriés qui pourraient être utilisés pour cette initiative, et les architectes et les concepteurs ont ensuite soumis des propositions spécifiques au site. L'un des gagnants du premier tour du concours a été le projet Green'elle, qui proposait la première ferme aquaponique sur le toit de la ville. L'autorisation de construire a été accordée en 2018, et lorsqu'elle sera opérationnelle, la serre de 3000 m2 aura une capacité de production annuelle de 30 tonnes de fruits et légumes et 3 tonnes de truites. Les produits seront vendus aux résidents locaux dans le cadre d'un programme de boîtes à légumes de l'agriculture soutenue par la Communauté, ainsi qu'aux marchés, aux restaurants et aux grossistes. Un autre gagnant était La Caverne, une ferme verticale qui cultive des champignons, des endives et des microgreens dans un parking souterrain. HRVST dans le Métro a été l'un des vainqueurs du deuxième tour. Située dans une boucle de virage souterrain désaffectée sous le Parc Monceau, la ferme verticale de 5000 m2 cultive des produits destinés aux restaurants haut de gamme. Une troisième manche de la compétition est en cours en 2019. Une autre initiative lancée par le maire de Paris est Reinventir Paris, un appel à des projets de développement urbain innovants pour révéler tout le potentiel des espaces souterrains parisiens. Bien que plus large que l'initiative Parisculteurs, avec des équipes invitées à proposer des projets à la fois architecturaux, économiques, culturels et sociaux, l'un des gagnants du premier tour a été FlabFarm, un 450 m2 microferme d'insectes et restaurant situé dans un sous-sol de deux étages qui devrait ouvrir en 2021.

Au cours des dernières années, la ville de New York est devenue un épicentre de l'agriculture urbaine. Avant 2012, les lois de zonage de la ville de New York considéraient les serres sur les toits comme des espaces occupables supplémentaires qui comptaient dans le calcul du ratio de surface de plancher (FAR) d'un immeuble, et n'étaient donc pas autorisés sur les bâtiments qui se situaient déjà à ou près de l'allocation maximale de FAR. Cela a changé en 2012 lorsque le Département de l'urbanisme a adopté une modification du texte vert de zone qui encourageait la construction de nouveaux bâtiments et la rénovation des bâtiments existants afin de les rendre plus efficaces et durables, y compris des rénovations qui encouragent l'agriculture urbaine. Parmi les dispositions de l'amendement en faveur de l'agriculture à environnement contrôlé, mentionnons que la serre sur le toit peut être considérée comme une « obstruction autorisée », l'exemptant des FAR d'un district de zonage tant qu'elle se trouve sur un bâtiment sans résidences, utilisé principalement pour la culture végétale, moins de 7,6 haut, pour la plupart transparent, et reculé de 1,8 mètre par rapport au mur d'enceinte s'il dépassait la hauteur du bâtiment du quartier (Goodman & Minner 2019).

Un certain nombre de fonctionnaires ont également soutenu de manière proactive le développement de l'agriculture urbaine Par exemple, en 2015, le maire de New York a introduit une loi locale visant à modifier la charte de New York afin de créer un conseil consultatif sur l'agriculture urbaine, et en 2017, le président de l'arrondissement de Brooklyn a introduit qui demande au Département de l'urbanisme de la ville de New York de créer un plan d'agriculture urbaine complet afin de tirer parti du mouvement agricole urbain et de l'utiliser pour aborder l'autonomisation des collectivités et des jeunes, le développement économique et les soins de santé. Bien que le plan n'ait pas avancé, une loi locale provisoire a abouti à la création d'un New York site Web de l'agriculture urbaine de la ville qui sert de page d'accueil aux agriculteurs intéressés. Néanmoins, en termes d'agriculture à environnement contrôlé, les autorités locales ont mis l'accent sur le financement de l'agriculture hydroponique dans les écoles plutôt que sur le développement de l'agriculture commerciale. Une étude récente a révélé que, comparativement à 131 installations dans les écoles publiques, il n'y a que 8 fermes commerciales CEA dans la ville : six serres sur le toit (cinq hydroponiques et une aquaponique), une usine et une ferme à conteneurs (Goodman & Minner 2019).

Bien que l'EEC commerciale ait entraîné la création d'un petit nombre d'emplois verts urbains, elle n'offre peut-être pas suffisamment d'avantages pour justifier l'appui du secteur public. Les produits cultivés par les fermes commerciales CEA de New York contribuent de façon minime aux 1 848 842 500 kilos de fruits et légumes consommés chaque année par les résidents. Il n'existe pas non plus de preuves que la production de CEA cultivée à New York s'attaque à l'insécurité alimentaire et aux problèmes d'accès qui touchent près de trois millions de nouveaux

Yorkais, en particulier ceux qui vivent dans des communautés à faible revenu. Cela peut être dû au fait que les produits de l'AEC cultivés localement sont trop chers ou qu'ils ne sont pas disponibles dans un nombre suffisant d'épiceries du quartier, ou pour des raisons non encore identifiées. Les produits cultivés dans les fermes commerciales CEA de New York ont également tendance à n'avoir qu'une valeur nutritive modérée : les coûts élevés de démarrage signifient que les agriculteurs urbains doivent récupérer ces coûts en cultivant des cultures de grande valeur pour les consommateurs riches, comme la laitue et le basilic, plutôt que des produits nutritionnels dont le prix est élevé. résidents à faible revenu, tels que les épinards et le chou frisé. Le produit ne contribue donc que de façon minime à l'objectif des élus favorables à l'agriculture urbaine d'accroître la consommation de fruits et légumes sains des New-Yorkais, en particulier ceux qui sont à risque d'obésité, de diabète et de maladies chroniques connexes (Goodman & Minner 2019).

Bien que les conclusions de cette étude soient propres à la ville de New York, elles ont des répercussions sur l'adoption de l'ACE dans d'autres centres urbains. Le soutien municipal à de telles entreprises ne sera obtenu que si les avantages supposés — le potentiel environnemental, économique et social — des projets situés sur des toits et des terrains appartenant à l'État peuvent être démontrés.

*Copyright © Partenaires du projet Aqu @teach. Aqu @teach est un partenariat stratégique Erasmus+ dans l'enseignement supérieur (2017-2020) dirigé par l'Université de Greenwich, en collaboration avec l'Université des sciences appliquées de Zurich (Suisse), l'Université technique de Madrid (Espagne), l'Université de Ljubljana et le Centre biotechnique Naklo (Slovénie) . *

Veuillez consulter la table des matières pour plus de sujets.


[email protected]

https://aquateach.wordpress.com/
Loading...

Restez au courant des dernières nouveautés en matière de technologie aquaponique

Entreprise

  • Notre équipe
  • Communauté
  • Presse
  • Blog
  • Programme de parrainage
  • Politique de confidentialité
  • Conditions de service

Copyright © 2019 Aquaponics AI. Tous droits réservés.