Le concepteur de systèmes Aquaponics vient de sortir ! Commencez à concevoir dès maintenant.
Télécharger l'applicationBlogFonctionnalitésTarificationAssistanceSe connecter
EnglishEspañolعربىFrançaisPortuguêsItalianoहिन्दीKiswahili中文русский

Raymond Kwojori Ayilu * Faculté des arts et des sciences sociales, Université de technologie, Sydney (Australie) *Sarah Appiah** * Département d'économie, Université du Ghana, Accra *

De 2014 à 2018, le projet sur le commerce des poissons (projet conjoint du WorldFish Center, du Bureau interafricain des ressources animales de l'Union africaine et du Nouveau Partenariat pour le développement de l'Afrique) a mis en œuvre des initiatives commerciales et axées sur le marché pour soutenir la pêche artisanale dans la sous-région de la pêche Comité pour le Golfe occidental du Centre de la Guinée (CFWC). L'une des initiatives a été la création du Réseau des négociants et transformateurs de poissons de la FCWC (FishNet), une plateforme composée de petits commerçants et de transformateurs, dont l'objectif est de combler les lacunes politiques et de concevoir des incitations fondées sur le marché pour tirer parti du pouvoir collectif de ses membres pour faciliter la mise en œuvre des commerce. La présente étude de cas passe en revue les activités du Réseau FishNet de la CCCF afin de réfléchir au rôle des réseaux commerciaux socioéconomiques dans la pêche artisanale, conformément aux recommandations spécifiques du chapitre 7 des Lignes directrices volontaires pour assurer une pêche artisanale durable dans le contexte de la sécurité alimentaire et de l'éradication de la pauvreté. Des données secondaires complétées par l'enquête primaire ont été utilisées. L'étude met l'accent sur les activités de FCWC FishNet visant à promouvoir des produits de poisson fumé de qualité, à réduire les pertes après récolte et à vulgariser la technique de transformation FAO-thiaroye pour éliminer les menaces pour la santé que pose le four Chorkor. On discute également de l'utilisation des échanges d'apprentissage sur les pêches pour promouvoir de meilleures techniques de manutention, de transformation et d'emballage du poisson comme moyen d'ajouter de la valeur et de diversifier les circuits commerciaux pour les produits de la pêche. L'étude révèle que FCWC FishNet a suscité une plus grande confiance parmi les membres du réseau, ce qui a permis aux négociants de faire des affaires entre eux sur une base de crédit et d'améliorer l'expérience globale en matière de communication et d'affaires. De même, il a facilité des initiatives visant à réduire les pertes après récolte en améliorant les installations de transformation et de commerce. Enfin, l'étude de cas met l'accent sur le rôle essentiel de la mise en réseau commerciale dans le discours sur la pêche à petite échelle tout en fournissant des enseignements aux praticiens et aux décideurs dans le domaine de la pêche.

Mots-clés : Commerce du poisson, accès aux marchés, réseautage commercial, pêche artisanale, sous-région de la Convention sur les armes chimiques.

Le Comité des pêches pour la sous-région centre-ouest du golfe de Guinée [^1] s'étend du Libéria au Nigeria avec une côte totale de 2 633 km^2 et une zone économique exclusive de 923 916 km^2 (figure 4.1). Dans la majorité des communautés côtières de la sous-région, les activités de pêche sont pour la plupart à petite échelle. Les espèces pélagiques de faible valeur sont récoltées principalement à l'aide de canots. Les produits de la pêche constituent un produit alimentaire important et sont commercialisés et largement distribués dans la sous-région de la Convention sur les armes chimiques. Le secteur de la pêche emploie plus de 3 millions de personnes, directement et indirectement, en Afrique de l'Ouest (WARFP, 2017) ; les captures annuelles sont estimées à environ 3,5 milliards de dollars (Belhabib, Sumaila et Pauly, 2015), et 6,7 millions de personnes tirent leur subsistance du secteur. Le pourcentage de poissons dans l'apport total de protéines animales et la consommation annuelle moyenne de poissons dans les pays membres de la Convention se situent entre 40 et 60 % et 18 à 20 kg, respectivement (FAO, 2016). Les activités de pêche artisanale sont dominées par les hommes, tandis que les activités de transformation, de commercialisation et de commerce sont principalement contrôlées par les femmes. Malgré le rôle prédominant de la pêche artisanale dans la sous-région de la Convention sur les armes chimiques, le secteur connaît actuellement une surexploitation et un déclin des stocks de poissons, ce qui expose les communautés côtières à des vulnérabilités en matière de moyens de subsistance.

 ! image-20210521191359210

Les routes commerciales pour la pêche artisanale restent informelles et interdépendantes au sein de la sous-région de la Convention sur les armes chimiques. Il existe actuellement deux principaux types de canaux de commercialisation du poisson pour la pêche artisanale : les marchés intérieurs et les marchés intrarégionaux. Les marchés intérieurs répondent aux besoins locaux de la demande et de l'offre, tandis que les marchés intrarégionaux attirent les négociants et les transformateurs de poissons des pays voisins. Les produits de la pêche du Ghana sont exportés et importés de façon informelle au Bénin, en Côte d'Ivoire, au Nigéria et au Togo. Selon les estimations d'Ayilu et al. (2016) pour certains marchés (mardi, Denu et Dambai) au Ghana, environ 6 000 tonnes de produits de la pêche d'une valeur de 18,6 millions de dollars américains sont exportées chaque année par des itinéraires informels vers le Togo et le Bénin. En outre, les pays de la sous-région de la Convention sur les armes chimiques importent des quantités importantes de produits de la pêche du Sénégal, encore une fois par voie informelle. En revanche, le commerce formel de la pêche artisanale, [^2], n'est pas prédominant dans la sous-région ; très peu de poissons capturés par la pêche artisanale sont exportés. Inversement, les pays de la Convention sur les armes chimiques exportent chaque année un tonnage important de produits de la pêche par voie officielle vers l'Europe, les États-Unis d'Amérique et l'Asie. Ces exportations proviennent principalement de la pêche industrielle et comprennent des espèces telles que le thon congelé, le thon en conserve (flakes de thon, morceaux de thon et purée de thon), le poisson séché ou fumé, et d'autres poissons démersales variés tels que la seiche, le crabe et le homard, ainsi que d'autres petits pélagiques. Au Ghana, par exemple, 57 000 tonnes (210 millions de dollars) ont été exportées en 2013 (Failler, Beyens et Asiedu, 2014).

 ! image-20210521191430973

Le renforcement du commerce intrarégional des produits de base est devenu important dans le programme d'intégration régionale de l'Afrique. Ces efforts visent, entre autres, à remédier aux problèmes de mauvaise qualité des produits et à améliorer les infrastructures liées au commerce sur le continent. À cet égard, l'Union africaine (UA), les communautés économiques régionales et le Nouveau Partenariat pour le développement de l'Afrique (NEPAD) ont donné la priorité aux efforts visant à renforcer le commerce régional. Le poisson et les produits de la pêche figurent parmi les principaux produits à investir et à soutenir les politiques. C'est pourquoi le Projet sur le commerce du poisson (FTP) a été créé pour appuyer les initiatives commerciales et axées sur le marché dans le secteur de la pêche artisanale. Le FTP a été conçu par le WorldFish Center, le Bureau interafricain des ressources animales de l'UA (IBAR) et le NEPAD, et financé par l'Union européenne. Le projet s'est déroulé de 2014 à 2018 dans quatre corridors commerciaux différents en Afrique : Ouest, Sud, Est et Centre (Figure 4.2). L'objectif principal du FTP était d'améliorer la nutrition et de réduire la pauvreté en Afrique subsaharienne en (i) recueillant des informations sur la structure, les produits et la valeur du commerce intrarégional du poisson concernant la sécurité alimentaire en Afrique subsaharienne et en les mettant à la disposition des parties prenantes ; (ii) formulant un ensemble de recommandations sur les politiques, les procédures de certification, les normes et les règlements, et leur intégration dans les pêcheries nationales et régionales, ainsi que dans les cadres de politique agricole, commerciale et de sécurité alimentaire ; iii) renforcement des capacités commerciales des associations du secteur privé, en particulier celles des femmes transformateurs et commerçantes de poissons ; les producteurs aquacoles, de tirer un meilleur parti de l'expansion des débouchés commerciaux par le biais de petites et moyennes entreprises compétitives ; et iv faciliter l'adoption et la mise en œuvre de politiques, de procédures de certification, de normes et de règlements appropriés en Afrique par les principales parties prenantes participant aux activités intrarégionales commerce. Fait important, le PTP s'harmonisait avec les objectifs plus généraux de la politique internationale de la pêche à petite échelle. Premièrement, au niveau mondial, le FTP a contribué à la mise en œuvre des Lignes directrices volontaires pour assurer une pêche artisanale durable dans le contexte de la sécurité alimentaire et de l'éradication de la pauvreté (Lignes directrices SSF) (FAO, 2015) grâce à une meilleure intégration du commerce de la pêche à petite échelle dans la sécurité alimentaire nationale stratégies et ordres du jour. Deuxièmement, au niveau continental, il a contribué au Cadre stratégique de l'UA et à la Stratégie de réforme pour la pêche et l'aquaculture en Afrique (PFRS), qui vise à promouvoir un commerce et une commercialisation responsables et équitables du poisson en exploitant de manière significative les avantages des ressources halieutiques et aquacoles en Afrique.

Les défis auxquels font face le commerce intérieur et transfrontalier de la pêche artisanale dans la sous-région de la Convention sur les armes chimiques sont divers (CNUCED, 2017 ; ICSF, 2002). Il s'agit notamment d'une infrastructure de marché inappropriée, d'une mauvaise qualité et d'une courte durée de conservation des produits du poisson transformés, d'une réglementation et de normes frontalières défavorables et restrictives, et d'un manque de crédit en raison de la nature informelle de la pêche artisanale (Ayilu et al., 2016). Les marchés du poisson et les systèmes commerciaux fonctionnent bien, bien que dans des circonstances difficiles ; la plupart des marchés sont peu hygiéniques, manquent d'infrastructure adéquate et offrent peu ou pas d'espace de distribution ou de systèmes de stockage. De même, les sites de transformation manquent d'installations de base telles que l'eau courante, l'électricité, la glace et les installations de stockage ou de réfrigération. De plus, les petits travailleurs de la pêche ont une connaissance insuffisante de la manipulation, de la conservation, de la transformation et de l'emballage du poisson. Au niveau des politiques, l'absence de politiques et de réglementations commerciales harmonieuses entre les pays entraîne des processus commerciaux transfrontaliers complexes, avec harcèlement aux points de contrôle et confiscation de produits. Enfin, le financement officiel est difficile à obtenir, car les petites pêcheries ne remplissent pas les conditions de remboursement requises.

Pour relever ces défis, le FTP a créé le FCWC Fish Traders and Processors Network (FCWC FishNet), une plateforme composée de petits commerçants et transformateurs. Son objectif est a) d'aider à combler les lacunes dans les politiques et de concevoir des incitations axées sur le marché, et b) de tirer parti du pouvoir collectif de ses membres pour faciliter le commerce régional. Cette étude de cas offre des éclaircissements sur le rôle que peuvent jouer le réseautage socio-économique et commercial dans l'avancement des initiatives liées à la chaîne de valeur dans la pêche artisanale.

Les activités FishNet de la CCCF sont étroitement conformes aux dispositions du chapitre 7 des Lignes directrices sur les SSF, en particulier les paragraphes 7.3, 7.6 et 7.10. En ce qui concerne la section 7.3, la présente étude met en lumière les activités de FCWC FishNet visant à promouvoir des produits de poisson fumé de qualité, à réduire les pertes après récolte et à réduire les menaces pour la santé qui pèsent sur les transformateurs de poisson en préconisant la technique de transformation FAO-thiaroye (TTF) au-dessus du four Chorkor. Celles-ci sont conformes au paragraphe 7.3 des Lignes directrices sur le FSS afin d'aider le sous-secteur des petites entreprises de pêche après récolte à produire des poissons et des produits de pêche sûrs et de bonne qualité, tant pour les marchés d'exportation que pour les marchés intérieurs. L'étude porte également sur l'utilisation des échanges d'apprentissage sur la pêche (FLE) pour promouvoir de meilleures techniques de manipulation, de transformation et d'emballage du poisson comme moyen d'ajouter de la valeur et de diversifier les circuits commerciaux pour les produits de la pêche. En plus des FLS, sa présence en tant que plateforme communautaire a aidé FCWC FishNet à générer la confiance, permettant aux commerçants de mener des affaires transfrontalières entre eux sur une base de crédit, améliorant ainsi la communication et l'expérience commerciale. Cela fait écho à la recommandation 7.10, qui préconise de permettre aux petites pêcheries de s'adapter à l'évolution des conditions et des tendances sur les marchés mondiaux et locaux. Enfin, en ce qui concerne le paragraphe 7.6, FCWC FishNet appuie les efforts régionaux visant à harmoniser et à faciliter le commerce transfrontalier et à rendre les marchés plus accessibles.

Le reste de l'étude est organisé comme suit. Nous présentons d'abord les méthodes, en mettant en évidence les processus de collecte de données. Ensuite, nous présentons les résultats, avec discussion et analyse. Il s'agit d'un aperçu du réseau FishNet de la CCCF, suivi des initiatives lancées pour accroître le commerce de la pêche artisanale. Enfin, nous terminons l'étude avec une conclusion mettant en évidence les bonnes pratiques révélées au cours de l'étude de cas.

[^1] : La CCCF est un organisme intergouvernemental de pêche qui comprend six pays du golfe de Guinée : Bénin, Côte d'Ivoire, Ghana, Libéria, Nigéria et Togo.

[^2] : Dans cette étude, le commerce formel fait référence aux activités de commerce du poisson qui sont inscrites dans les statistiques nationales officielles et qui sont pour la plupart imposables. Les négociants formels utilisent principalement des points d'entrée reconnus aux frontières et déclarent leurs produits de manière appropriée. En revanche, les activités commerciales informelles ne sont généralement pas incluses dans les statistiques officielles et ne sont donc pas taxées. Les commerçants informels utilisent principalement des canaux qui ne sont pas des points d'entrée frontaliers reconnus.

L'étude de cas a recueilli des informations et des données provenant principalement de sources secondaires, complétées par une enquête primaire au cours de l'étude.

Les étapes préliminaires comprenaient un examen des activités de FTP menées dans la sous-région de la FCWC (Chimatiro, 2018 ; Abbey et al., 2018 ; FCWC, 2018 ; Ayilu et al., 2016 ; Chimatiro, Banda et Tall, 2015). Ces rapports ont fourni un ensemble de renseignements et de données sur le PTP et des renseignements sur le Réseau FishNet du CCCF. L'approche de l'examen secondaire a permis de synthétiser les différents rapports tout en garantissant une meilleure compréhension de l'axe central de l'étude.

Des questionnaires semi-structurés ont été présentés à 20 transformateurs et négociants qui s'occupent de la pêche artisanale ; ceux-ci ont été sélectionnés sur le marché du mardi, un important marché transfrontalier du poisson au Ghana. Une discussion de groupe avec le centre de transformation et de commerçants de poissons de Manhean (situé dans la ville de Tema), à laquelle ont participé huit participants. Deux consultants de l'équipe de mise en œuvre du PTP dans la région et du secrétariat de la FCWC ont été choisis spécifiquement pour les entrevues. Cette approche a aidé à illustrer les réalisations et les défis du Réseau FishNet de la CCCF ainsi que les principales leçons apprises. Les multiples entrevues menées auprès de différents intervenants ont permis de mieux comprendre les processus politiques et institutionnels ainsi que les liens avec les activités FishNet du CCCF.

FishNet a été créé dans le cadre du FTP dans le but d'accroître les débouchés économiques grâce à des initiatives axées sur le commerce et le marché. Il vise à créer une plate-forme unifiée pour la pêche artisanale, dont les membres sont principalement composés de négociants et de transformateurs aux niveaux national et régional. Il a été élaboré grâce à la coopération entre la CCCF et des représentants d'associations de commerçants et de transformateurs de poissons. FCWC FishNet alimente les efforts déployés par l'Union africaine pour mobiliser divers acteurs non étatiques de la pêche pour soutenir la mise en œuvre des Lignes directrices du SSF et du PFRS. Il s'inscrit dans le cadre de l'objectif stratégique de la pêche artisanale du PFRS visant à « améliorer et renforcer la contribution de la pêche artisanale à la réduction de la pauvreté, à la sécurité alimentaire et nutritionnelle et aux avantages socio-économiques des communautés de pêcheurs » (NEPAD, 2014, p. 17).

Dans les petites communautés de pêcheurs d'Afrique de l'Ouest, les fours à fumer Chorkor sont populaires parmi les transformateurs. Cependant, ces fours produisent une concentration nocive d'hydrocarbures aromatiques polycycliques (HAP), dont certains sont cancérogènes et peuvent entraîner des complications pulmonaires, tégumentaires et oculaires pour la santé (Stolyhwo et Sikorski, 2005). Les HAP sont déposés en tant que résidu sur le poisson pendant le fumage, ce qui réduit la qualité du poisson et, par la suite, sa valeur sur les marchés européens. L'utilisation de cette méthode pour traiter le poisson prend en moyenne 12 heures par jour. C'est souvent l'une des seules formes d'emploi offertes aux femmes côtières et, en raison des risques pour la santé, force souvent les transformateurs à prendre leur retraite anticipée. Un autre inconvénient associé aux fours Chorkor est le taux de combustion inefficace, ce qui entraîne des niveaux de déforestation insoutenables.

La situation précaire des négociants et transformateurs qui utilisent les fours Chorkor a amené FCWC FishNet à soutenir le développement et l'adoption de la technique de transformation FAO-thiaroye (TTF) dans la sous-région de la FCWC. Le four TTF est une technologie améliorée de fumage du poisson mise au point par l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) au cours de la dernière décennie. Initialement destiné aux entreprises de taille moyenne, il est également promu depuis 2014 pour les petites entreprises de transformation. Les avantages du four TTF comprennent une combustion plus efficace, entraînant une réduction de la déforestation, des conditions de travail améliorées pour les transformateurs, ce qui signifie une réduction des risques pour la santé et du temps passé à utiliser les fours, et un produit amélioré avec un goût amélioré (tableau 4.1).

TABLEAU 4.1 Analyse comparative des différents systèmes de fumage du poisson

Type de systèmeCRITÈRES TECHNIQUESTambour métalliqueChorkorTTFType de constructionRudimentaireAmélioration Basé sur les modèles de four existants tout en remédiant à leurs lacunesTemps de tabagismeJusqu'à 3 jours1 jour3—6 heuresContrôle du feu et de la fuméeTrèslimitéTrès élevé Techniquesdefumage et de séchage simultanésFumage et séchageséparés Fumage et séchageséparésAppareil de collecte de graisse de poissonAucunAucunInclusAppareil de filtration de la fuméeAucun AucuneInclutCRITÈRES ÉCONOMIQUESCoût du four (USD)263451 600Capacité defumer(kg de poisson par jour)150—200200— 3003 000Quantité de bois utilisée (kg) par 1 kg de poisson3—5> 0,80,8Durée de vie2 ans3—15 ans> 15 ansGainsMoyenne MoyenneÉlevéEmplois auxiliairesLimitéMoyenTrès élevéCRITÈRES SOCIAUXExposition à la chaleur ou à la fuméeFréquenteTrès faible Sécurité et qualité du poisson fuméQualité inférieure Qualitémoindre QualitéPlus sûre et meilleure qualité

*Source : * Mindjimba, 2019.

Après avoir mis à l'essai la TTF à Abidjan (Côte d'Ivoire), la FAO a commencé à travailler avec la FCWC FishNet et d'autres réseaux socio-économiques pour populariser le four dans toute la sous-région de la FCWC. La FAO a appuyé l'introduction du four TTF, dont le coût se situe entre 800 et 1 600 dollars. Le coût élevé du four TTF est une préoccupation majeure pour les commerçants et les transformateurs (Mindjimba, 2019). En outre, certains consommateurs indiquent toujours une préférence pour le poisson fumé par le four Chorkor, malgré les risques pour la santé qui y sont associés. Selon les prévisions, cette force de marché changera au fur et à mesure que la demande de poisson fumé par FTT augmentera parmi les classes moyennes en plein essor d'Afrique.

Afin de catalyser ce processus, FCWC FishNet utilise son effet de levier comme plateforme pour encourager les petites communautés de pêcheurs à adopter la TTF comme méthode de fumage préférée. Les voies de plaidoyer pour la vulgarisation de la TTF comprennent la formation des « agents du changement », l'apprentissage entre pairs et des démonstrations pratiques sur le terrain. Le rôle d'un agent de changement est d'encourager les gens à reconnaître et à s'intéresser à résoudre les problèmes locaux, et de les guider si nécessaire, afin de parvenir à un plan d'action durable (FAO, 2011). Dans le contexte du four TTF, les agents de changement forment des négociants et des transformateurs de poisson sélectionnés qui agissent comme ambassadeurs de la nouvelle technique. Ces ambassadeurs, à leur tour, forment d'autres commerçants et transformateurs dans les petites communautés de pêcheurs. Ces séances de formation comparent le four Chorkor avec le four TTF sur des questions d'efficacité énergétique, de santé et d'opportunités sur les marchés intérieurs et à l'exportation. À ce jour, au moins 45 personnes au Ghana ont bénéficié de cette formation, y compris des jeunes des communautés côtières. L'apprentissage entre pairs et les démonstrations pratiques sur le terrain constituent une stratégie efficace de diffusion des TTF. Par exemple, avec l'appui de la FCWC, cinq négociants et transformateurs du Libéria ont été formés au Ghana à la construction, à l'utilisation et à l'entretien du four de TTF. Cette trajectoire d'apprentissage améliore la qualité des produits du poisson fumé et devrait appuyer les efforts visant à harmoniser les normes relatives au tabagisme du poisson, à améliorer le commerce et à ajouter de la valeur à la chaîne de valeur du poisson fumé.

Il y a déjà des indications que la TTF s'installe sur le marché. En raison de l'amélioration de la qualité, les produits du poisson fumé sont commercialisés dans les grands supermarchés et points de vente d'Abidjan et d'Accra. Dans l'ensemble, il ne fait aucun doute que le plaidoyer et la vulgarisation orchestrés par FCWC FishNet ont et continueront de réduire les pertes après récolte et de créer de la valeur ajoutée grâce à des produits de poisson fumé de bonne qualité, tant pour les marchés d'exportation que pour les marchés intérieurs.

[^3] : Pour un examen approfondi de la technique de traitement FAO-thiaroye, veuillez vous référer à l'étude de cas intitulée « An Overview of the FAO-thiaroye Processing Techniques in the Context of Value Chains, Post-Harvest and Trade », qui se trouve dans le présent document technique.

La FAO (2019) estime que les rejets annuels des pêches de capture marines mondiales entre 2010 et 2014 ont été de 9,1 millions de tonnes. Ces rejets sont souvent le résultat de mauvaises pratiques d'entreposage, de manutention et de transformation après la récolte. Ces pratiques peuvent être améliorées avec l'aide de Fisheries Learning Exchange (FLE), qui réunit des représentants de différentes communautés pour partager leurs connaissances et leur expertise en gestion des pêches, englobant des sujets comme les techniques de manutention (Rocliffe, 2018).

Les FLE aident à améliorer la capacité des négociants et des transformateurs de poisson en partageant les bonnes pratiques au sein de la CCCF. À ce jour, les membres de la FCWC FishNet ont participé à l'organisation des FLS sur les techniques de tabagisme, l'hygiène et les techniques de transformation, d'emballage et de commerce. Ces FLS ont inclus des visites sur le terrain, des démonstrations sur place, des dialogues individuels et des ateliers.

Parmi les exemples particuliers, on peut citer une FLE sur l'amélioration de la manutention, de la transformation et de l'emballage du poisson au Centre King Mohammed IV d'Abidjan pour les négociants et les transformateurs de la FCWC. Une autre FLE, organisée à l'Université Felix Houphouet- Boigny, s'est concentrée sur les différentes formes d'emballage disponibles pour la pêche artisanale. Le sujet principal était la contamination associée aux papiers en plastique et en ciment, surtout par rapport aux emballages traditionnels et verts tels que les feuilles atieke [^4] et les paniers tissés. Dans le prolongement de la FLE de l'Université Felix Houphouet-Boigny, FCWC FishNet a organisé d'autres discussions axées sur les chaînes de valeur nouvelles et émergentes en Afrique de l'Ouest et sur la façon dont les petites et moyennes entreprises peuvent y accéder. Les discussions ont porté sur les chaînes de valeur qui approvisionnent l'industrie hôtelière en pleine croissance et la communauté expatriée en Afrique de l'Ouest.

Les FLE se révèlent un moyen très efficace de communiquer des informations pertinentes sur le marché et le commerce et de partager les bonnes pratiques après récolte en matière de transformation, d'hygiène et d'emballage, remplissant ainsi les critères énoncés au paragraphe 7.10 des lignes directrices sur le SSF.

L'accès au crédit et le coût du transport constituent des obstacles majeurs pour la pêche artisanale dans la région. L'accès au crédit, en particulier, est plus contraignant et bureaucratique pour les petits commerçants et transformateurs de la pêche. Par conséquent, ils évitent complètement ou se voient refuser l'accès aux options de crédit formelles. Cela s'explique notamment par l'incapacité des négociants et des transformateurs d'offrir des garanties, des pratiques inappropriées et médiocres en matière de tenue de livres, et/ou par l'incapacité de gérer les complexités et les procédures bureaucratiques associées à l'évaluation du crédit officiel. Les expériences négatives antérieures avec les régimes de Ponzi [^5] ont découragé davantage les commerçants et les transformateurs de poissons de traiter avec les institutions financières. Plus important encore, les banques et les établissements de crédit considèrent le commerce et la transformation du poisson comme une activité informelle associée à un taux élevé de défaut de prêt. Par conséquent, les taux d'intérêt offerts aux petites pêcheries sont plus élevés que ceux offerts aux secteurs formels, ce qui limite leur flexibilité financière. De plus, le coût du transport des envois de poisson a considérablement entravé les activités commerciales nationales et transfrontalières dans le secteur de la pêche artisanale. Selon Ayilu et coll. (2016), le coût du transport représente environ un tiers des coûts totaux de commercialisation pour les négociants et les transformateurs de poisson dans la CCCF.

 ! image-20210521191542191

Les institutions financières ont commencé à étudier la possibilité d'accorder de petits prêts aux commerçants par l'intermédiaire d'associations et de réseaux commerciaux, bien que cette innovation soit encore naissante. Une institution de microfinancement au Ghana met actuellement à l'essai cette option à l'aide d'un petit réseau de négociants et de transformateurs de poissons à Tema. Les mécanismes de la Village Savings and Loans Association sont également mis à l'essai pour soutenir les transformateurs et les commerçants de poisson. Ces associations rassemblent des commerçants et des transformateurs pour mettre en commun leurs économies en vue d'objectifs convenus d'un commun accord, comme l'expansion de leurs activités. Dans les pays de la Convention sur les armes chimiques, les relations non contractuelles constituent une caractéristique importante des transactions économiques informelles. Par conséquent, les transactions économiques informelles et les partenariats commerciaux dépendent de la confiance sociale et des connaissances historiques. La confiance sociale qui prévaut dans la sous-région de la Convention sur les armes chimiques doit son existence aux réseaux commerciaux que FCWC FishNet a encouragés par le biais de forums nationaux et sous-régionaux, d'activités commerciales et d'expositions. Cette fiducie permet aux marchands de poissons et aux détaillants de traiter les uns avec les autres sans paiement immédiat en espèces, habituellement sur une base de crédit. Les détaillants de divers marchés de poissons peuvent obtenir du poisson auprès de marchands et de grossistes à crédit et rembourser à une date ultérieure pour être admissibles à de nouveaux envois et approvisionnements. La confiance sociale garantit que les commerçants et les transformateurs disposant d'un capital minimal peuvent progressivement étendre leurs activités commerciales une fois qu'ils établissent de bonnes relations avec leurs créanciers. Étant donné que les relations communautaires, la parenté et la confiance font partie intégrante du commerce de la pêche artisanale, ces partenariats sont très résilients. Par exemple, les transformateurs de poisson ghanéens fournissent des produits de la pêche à crédit à leurs homologues togolais en raison de l'histoire entre eux.

En ce qui concerne le transport, les négociants et les transformateurs de poisson tirent parti de leurs réseaux commerciaux pour réduire les coûts. Par exemple, grâce à leurs réseaux établis, les importateurs togolais de poisson au Ghana ont obtenu des camions de cargaison en vrac pour leurs envois de poisson. Le transport en vrac présente plusieurs avantages : il permet aux importateurs de négocier des tarifs de transport réduits, et il contribue à garantir que les envois arrivent avec moins de dommages et moins de défauts. En outre, les formalités des postes d'inspection frontaliers sont simplifiées par des inspections en vrac des envois de poisson, ce qui accélère la livraison rapide et sûre des produits de la pêche. De plus, les négociants notent que ces partenariats leur permettent de s'appuyer sur des agents pour commander des lots de poisson spécifiques auprès de grossistes et de marchands, ce qui élimine le besoin pour les commerçants de voyager eux-mêmes. Toutes ces stratégies minimisent les coûts de transport et favorisent le commerce des petites pêches. Par conséquent, les commerçants de poissons sont en mesure d'augmenter le volume de poisson importé, assurant ainsi un approvisionnement abondant en poisson aux communautés rurales à des prix moins chers, tout en jouant un rôle crucial dans l'amélioration de la sécurité des revenus et des moyens de subsistance et en facilitant le commerce du poisson sur les marchés intérieurs et régionaux.

Le développement de ces partenariats et de ces liens commerciaux grâce à la mise en réseau s'est avéré solide face aux contraintes de crédit et de transport. Ces actions contribuent à améliorer l'accès aux marchés et à faciliter les échanges transfrontaliers, comme le recommande le paragraphe 7.6 des lignes directrices sur le FSS.

[^4] : L'usine d'Atieke se trouve en Afrique de l'Ouest.

[^5] : Un système de Ponzi est un système financier frauduleux qui se présente comme une institution financière crédible aux premiers stades d'exploitation et qui fraude plus tard les clients de leurs investissements.

La croissance des marchés urbains et la consommation de poisson ont stimulé le commerce du poisson en Afrique de l'Ouest. Toutefois, les goulets d'étranglement en matière d'information demeurent un obstacle au bon fonctionnement des petites entreprises piscicoles et d'autres produits alimentaires tels que les céréales, les tubercules et le bétail. L'accès à la technologie et à l'information permet aux négociants de poisson de réagir de manière appropriée à la dynamique des prix, de la demande et de l'offre ainsi qu'à d'autres conditions du marché (Ayilu et al., 2016). Dans une certaine mesure, le réseautage commercial a facilité la circulation de l'information sur les prix et les marchés entre les petites pêcheries de la région, en particulier en améliorant les interactions entre entreprises et entre entreprises sur les marchés du poisson. Les « reines du marché » (chefs de groupe) de différents marchés partagent des informations sur l'évolution des prix et sur la volatilité de la demande et de l'offre via WhatsApp, SMS et Direct Calling. Les négociants et les transformateurs de poisson utilisent ensuite ces renseignements pour éviter les « voyages à vide », c'est-à-dire entreprendre un voyage sur le marché uniquement pour faire face à des pénuries de produits. L'information sur les changements de prix permet également aux négociants et aux transformateurs de poisson de communiquer toute volatilité des prises aux pêcheurs parrainés à terre afin qu'ils puissent préparer la logistique nécessaire pour éviter les pertes. En outre, les reines du marché acquièrent un certain « pouvoir coopératif », ce qui leur permet d'influencer les prix et de gérer les volumes d'approvisionnement sur le marché du poisson. Les membres de la FCWC FishNet travaillent également avec l'Organisation intergouvernementale pour les services d'information et de coopération en matière de commercialisation des produits de la pêche en Afrique (Infopeche) ^6^ pour vérifier si la surveillance des prix par le biais d'une plateforme en ligne pourrait améliorer leurs activités commerciales. À cet égard, les reines de marché de certains marchés ont reçu une formation pour qu'elles communiquent des informations hebdomadaires sur les prix du poisson.

Faciliter la circulation de l'information sur les prix et les marchés peut également avoir des effets sur le commerce transfrontalier. En effet, on observe que les négociants de poissons participant à des activités de réseautage commercial sont plus susceptibles de participer au commerce transfrontalier du poisson, en raison des informations de première main sur la dynamique des marchés transfrontaliers fournies par leurs collègues, en particulier en ce qui concerne les fluctuations des prix et la volatilité des taux de change.

Les activités susmentionnées s'alignent sur la recommandation 7.10 des lignes directrices sur le SSF, selon laquelle les petites pêcheries devraient être en mesure d'accéder en temps opportun à des informations précises sur le marché pour les aider à s'adapter à l'évolution des conditions du marché.

Selon Ayilu et al. (2016, p. 13), « De nombreux pays d'Afrique de l'Ouest ont adopté l'accord de l'OMC sur l'application des mesures sanitaires et phytosanitaires, qui établit les règles de base pour la sécurité alimentaire, les normes de santé animale et végétale ». En ce qui concerne le poisson et les produits de la pêche, il faut améliorer l'infrastructure à bord des navires, aux sites de débarquement et de transformation et dans les établissements de commerce, car de nombreux négociants et transformateurs de poisson sont actuellement incapables de respecter ces normes. Parmi les principaux défis, mentionnons les mauvaises conditions d'hygiène dans les centres de transformation et la manipulation et l'emballage inappropriés du poisson. Des systèmes de manutention et d'emballage du poisson après récolte sont nécessaires pour assurer la qualité du poisson et garantir une période d'entreposage plus longue pour les produits de la pêche.

Pour remédier à ces limites, FCWC FishNet a remis à neuf un centre transfrontalier de commerce et de transformation du poisson (le centre de transformation et de trafiquants de poisson de Manhean) à Tema (Ghana), en travaillant par le biais du FTP et avec le soutien de WorldFish. Le centre de transformation attire des négociants et des transformateurs de poisson des pays voisins et distribue une quantité importante de produits de la pêche artisanale transformés sur les marchés de poissons du Bénin, du Burkina Faso, de la Côte d'Ivoire, du Ghana et du Togo. La rénovation du FCWC FishNet comprenait l'ajout d'un système d'approvisionnement en eau et d'installations sanitaires. Les négociants et les transformateurs signalent que l'installation modernisée peut désormais garantir des produits de poisson transformés propres et sûrs pour le commerce. Grâce aux améliorations, il est également plus facile pour eux de travailler plus longtemps et plus efficacement pendant les récoltes de pare-chocs. Pendant ces périodes de pare-chocs, des heures de travail supplémentaires sont nécessaires pour traiter des volumes plus élevés de poissons provenant de divers sites de débarquement le long de la côte. Les nouveaux équipements offerts aux commerçants de rechange et aux transformateurs du centre ont besoin de se rendre à d'autres endroits pour se baigner, utiliser les toilettes et changer les vêtements de travail et les couches pour bébés. De façon anecdotique, les négociants soutiennent en outre que les volumes élevés de pertes après récolte généralement associées aux récoltes exceptionnelles ont été considérablement réduits à l'installation de transformation. Cela a permis d'accroître le volume de poisson transformé disponible sur les marchés nationaux et régionaux.

Il est important de souligner que l'amélioration des activités des négociants et des transformateurs de poisson grâce à l'amélioration de l'infrastructure liée au marché dans les communautés de pêcheurs aide le sous-secteur de la pêche à petite échelle après la récolte à produire des poissons et des produits de pêche sûrs et de bonne qualité, tant pour les marchés d'exportation que pour les marchés intérieurs, en de manière responsable et durable. Ces initiatives s'inscrivent directement dans la recommandation 7.3 des Lignes directrices sur les SSF en contribuant à améliorer les revenus et la sécurité alimentaire en réduisant les pertes et le gaspillage après la récolte et en améliorant la qualité et la nutrition des poissons.

[^6] : Infopeche est une organisation intergouvernementale de 15 pays dont le mandat consiste à fournir des services d'information sur la commercialisation et de coopération pour les produits de la pêche en Afrique.

Les décideurs à différents niveaux de gouvernance des pêches ont besoin de données et de données de recherche succinctes pour gérer correctement les pêches après récolte et prendre des décisions éclairées concernant le commerce, la transformation et la commercialisation des produits de la pêche. Toutefois, la recherche sur la pêche artisanale en Afrique de l'Ouest est insuffisante en raison du manque de données. Il n'existe pas de données officielles, et la collecte de données primaires demeure redoutable en raison du manque de coopération de la part des petits acteurs de la pêche, qui sont pour la plupart informels. Les négociants et les transformateurs de poisson hésitent à divulguer de l'information sur leur commerce parce qu'ils considèrent les chercheurs comme un moyen de percevoir les impôts du gouvernement. Une solution a été trouvée pour que les chercheurs du FTP utilisent les réseaux commerciaux FishNet de la FCWC pour recueillir des données complètes sur différentes dimensions de la pêche artisanale auprès des pays membres. Cela souligne l'importance du Réseau FishNet du CCCF comme moyen de déterminer les données qualitatives et quantitatives pertinentes ; en fait, les membres du Réseau FishNet du CCCF étaient les principaux acteurs qui validaient les résultats et les résultats de la recherche du PTP.

Ces résultats de recherche et ces données ont servi de base au dialogue politique de la neuvième Conférence des ministres des pêches du secrétariat de la Convention sur les armes chimiques. À la suite de ce dialogue, le secrétariat de la Convention sur les armes chimiques a ensuite déclaré 2018 année pour la promotion du commerce de la pêche artisanale sur les marchés locaux, nationaux et régionaux. Consciente du rôle important du commerce dans la pêche artisanale ainsi que des difficultés et des contraintes qui s'y rattachent, la Conférence a recommandé des politiques visant à faciliter et à faciliter le commerce du poisson entre les pays membres de la Convention sur les armes chimiques. Cette orientation stratégique a constitué un changement majeur dans la gouvernance et la stratégie des pêches à petite échelle. En outre, la notion de poste frontière à guichet unique a également commencé à être étudiée dans le cadre de la Convention sur les armes chimiques afin de simplifier le commerce transfrontalier. Dans le cadre de ces efforts, WorldFish a dirigé une caravane du commerce du poisson de Dakar, au Sénégal, à Bamako, au Mali, avec des négociants sélectionnés qui interagissent avec des acteurs de la pêche artisanale pour déterminer de première main les contraintes au commerce transfrontalier.

Cette étude a permis de mieux comprendre le rôle du réseautage commercial dans l'amélioration du commerce dans la pêche artisanale, en mettant en valeur les activités menées par le Réseau FishNet de la FCWC à titre d'exemple. L'étude a exploré les activités commerciales et axées sur le marché qui sont liées aux recommandations spécifiques du chapitre 7 des lignes directrices sur le FSS. Il s'agit notamment de vulgariser le four de la TTF au sein des petites communautés de pêcheurs, de développer des échanges d'apprentissage sur les pêches, de stimuler les partenariats commerciaux et de soutenir des mesures simplifiées de commerce transfrontalier.

Les gouvernements et les parties prenantes des pays en développement doivent reconnaître l'importance économique, sociale et culturelle de la transformation et du commerce du poisson pour la pêche artisanale. Compte tenu de ce qui précède, nous soulignons ci-dessous plusieurs bonnes pratiques de cette étude de cas que les gouvernements et les partenaires de développement doivent suivre.

  1. Le partage des connaissances a facilité l'adoption de nouvelles innovations dans le secteur de la pêche à petite échelle, comme le four de la TTF. La promotion continue de la TTF ainsi que la modernisation de l'infrastructure (par exemple, les systèmes sanitaires de base et d'approvisionnement en eau) dans les centres de traitement et de commerce contribueraient considérablement au commerce des petites pêcheries en réduisant les pertes et les déchets après récolte et en améliorant la sécurité et la qualité des poissons. Pour déployer efficacement l'innovation en matière de TTF dans la sous-région de la Convention sur les armes chimiques, il est fortement recommandé de subventionner la construction pour aider les petites pêcheries. La diminution des stocks de la pêche marine, conjuguée aux pertes après la récolte, menace les poissons disponibles pour la consommation humaine. Ce phénomène soulève des préoccupations en matière de sécurité alimentaire et de vulnérabilité aux moyens de subsistance pour la pêche artisanale. Par conséquent, il est recommandé que les intervenants gouvernementaux et non gouvernementaux fournissent le soutien technique et financier nécessaire pour promouvoir efficacement l'utilisation des TTF et permettre des investissements dans des améliorations appropriées de l'infrastructure pour les petites pêches. Ces initiatives s'inscrivent dans le paragraphe 7.3 des lignes directrices sur le FSS, qui appuie des mesures visant à améliorer la qualité et la sécurité des produits de poisson et de pêche, tant pour les marchés d'exportation que pour les marchés intérieurs. De plus, les agents de changement gouvernementaux devraient informer les transformateurs et les négociants du poisson sur les techniques appropriées de transformation et de manutention du poisson afin de s'assurer que leurs produits demeurent de bonne qualité lorsqu'ils arrivent sur leurs marchés.

  2. Les FLE favorisent la coopération et la confiance et constituent une plate-forme commune pour les partenariats commerciaux et les liens dans les chaînes de valeur de la pêche artisanale. Les activités de FLE sont efficaces pour échanger des connaissances pertinentes sur les innovations axées sur le marché, telles que les nouvelles techniques de transformation, de manutention et d'emballage. Toutefois, les activités des petits transformateurs et commerçants de la pêche sont limitées par l'accès au capital nécessaire à l'expansion de leurs entreprises. Les voies de crédit formelles sont lourdes et ne sont pas adaptées à leurs besoins. La mise en réseau des échanges est donc essentielle pour faciliter des partenariats commerciaux efficaces et plus solides. Grâce à des plateformes de réseautage commercial, les négociants et les transformateurs sont en mesure de tirer parti de leurs réseaux de parenté pour conclure des accords de crédit informels fondés sur la confiance « sociale » mutuelle. La défense des FLE et le renforcement des réseaux commerciaux et des initiatives de partenariat permettront d'accéder à toutes les informations pertinentes sur le marché et le commerce pour la chaîne de valeur des petites pêcheries, ce qui permettra aux négociants et aux transformateurs de tirer parti des débouchés du marché de la pêche tout en minimisant les impacts potentiels sur les moyens de subsistance.

  3. FCWC FishNet a joué un rôle essentiel dans la collecte de données, malgré le manque de confiance de la part des communautés et des acteurs de la petite pêche, manifestés à l'égard des chercheurs. Les groupes de réseautage sur le commerce des pêches comme FCWC FishNet constituent un nœud important pour la collecte de données et d'informations pertinentes et de qualité sur les chaînes de valeur des petits travailleurs de la pêche. Cette approche encourage la participation active des petits travailleurs de la pêche à la collecte de données, à l'identification des lacunes et au dialogue sur les politiques. L'intégration des réseaux commerciaux de la pêche dans les processus de collecte et de validation des données facilite des résultats de recherche solides. Cela est particulièrement important dans les contextes des pays en développement où la pêche artisanale est pour la plupart informelle et diversifiée. L'expérience du Réseau FishNet démontre l'importance d'une amélioration des relations intersectorielles et d'une meilleure communication entre les pêcheurs, les chercheurs et les décideurs. Par conséquent, les États et les partenaires de développement devraient reconnaître l'importance des réseaux commerciaux et des coopératives et promouvoir leur développement organisationnel et leurs capacités à tous les stades de la chaîne de valeur.

En conclusion, la gouvernance des pêches à petite échelle exige une prise en compte globale et intégrée de la chaîne de valeur après la récolte afin de cerner les divers défis et besoins en jeu. Dans une certaine mesure, promouvoir le concept de création de réseaux commerciaux et de coopératives est un moyen novateur et efficace d'assurer l'inclusion dans la pêche artisanale dans les pays en développement. Bien que les réseaux commerciaux ou les coopératives aux niveaux local, national et sous-régional constituent une charge économique et nécessitent beaucoup de temps pour évoluer et prospérer, le concept demeure essentiel pour permettre l'accès à des informations pertinentes sur la commercialisation et le commerce sur la pêche artisanale. Il est donc recommandé que les organismes nationaux et sous-régionaux chargés du développement et de la coopération dans le domaine des pêches dirigent la création de réseaux commerciaux et de coopératives de pêche à petite échelle afin de garantir leur succès et leur durabilité.

Nous saluons le WorldFish Centre, l'UA-IBAR et la FCWC pour leur contribution à l'amélioration de la pêche artisanale en Afrique de l'Ouest. Un grand merci aux femmes transformateurs et commerçantes de poissons de la Tema Manhean Fish Processors and Traders Association et mardi Market à Accra pour leur aide précieuse durant l'enquête. Enfin, nous sommes reconnaissants à la FAO d'avoir fourni le financement de cette étude.

Abbaye, E., Appiah, S., Antwi-Asare, T.O. & Chimatiro, S. 2018. Le rôle des acteurs étatiques et non étatiques dans la facilitation des débouchés commerciaux dans le secteur du poisson. Édition spéciale, 2018. Fish and Fisheries Product Trade and Marketing, AU-IBAR, Bulletin of Animal Health and Production in Africa, pp. 9-17.

Ayilu, R.K., Antwi-Asare, T.O., Anoh, P., Tall, A., Aboya, N., Chimatiro, S. & Dedi, S. 2016. Commerce artisanal informel du poisson en Afrique de l'Ouest : amélioration du commerce transfrontalier Note d'information no 37. Penang, Malaisie, WorldFish Center.

Belhabib, D., Sumaila, U.R. & Pauly, D. 2015. Nourrir les pauvres : contribution de la pêche ouest-africaine à l'emploi et à la sécurité alimentaire. Gestion des océans et des côtes, 111 : 72—81.

Chimatiro, S. 2018. Atelier d'échange d'expériences sur le commerce et les pratiques de tabagisme dans les communautés de pêche en Afrique de l'Ouest, avril 2018, Grand-Bassam, Côte d'Ivoire.

Chimatiro, S., Banda, A & Tall, A. 2015. Méthodologies sur le terrain pour les études analytiques des corridors commerciaux du poisson et renforcement des capacités. Actes d'un Writers-shop, avril 2005, Lilongwe, Malawi.

Du Preez, M.L. 2018. Genre et pêche artisanale en Afrique. Note d'orientation no 173. Institut des affaires internationales de l'Afrique australe (SAIIA).

Failler, P., Beyens, Y. & Asiedu, B. 2014. Analyse de la chaîne de valeur du secteur de la pêche au Ghana. Rapport de mission, Projet de renforcement des capacités commerciales pour le Ghana. Accra, Projet de CCT ONUDI/MOTI 106 p.

FAO. 2011. Stratégie et plan d'action pour le changement culturel pour la FAO. Rome

FAO. 2015. Directives volontaires pour assurer une pêche artisanale durable dans le contexte de la sécurité alimentaire et de l'élimination de la pauvreté. Rome. 34 p. (disponible à l'adresse www.fao.org/3/a-i4356fr.pdf).

FAO. 2016. État des pêches et de l'aquaculture dans le monde 2016. Contribuer à la sécurité alimentaire et à la nutrition pour tous. Rome. 200 p.

FAO. 2019. Une troisième évaluation des rejets des pêches marines mondiales. Rome.

FCWC. 2018. Atelier d'échange d'expériences sur le commerce et le tabagisme dans les communautés de pêche d'Afrique de l'Ouest. Rapport de l'atelier, 17-18 avril 2018.

Gordon, A., Pulis, A. & Owusu-Adjei, E. 2011. Poisson marin fumé de la région de l'Ouest, Ghana : évaluation de la chaîne de valeur. Initiative de gouvernance intégrée des zones côtières et des pêches de l'USAID pour la région occidentale, Ghana. Centre WorldFish. 46 p.

ICSF. 2002. Rapport de l'étude sur les problèmes et les perspectives du commerce artisanal du poisson en Afrique. Chennai, Inde. 86 p.

Mindjimba, K. 2019. Étude sur la rentabilité du fumage du poisson avec les fours FTT-Thiaroye en Côte d'Ivoire. Rome, FAO.

NEPAD (2014). Cadre politique et stratégie de réforme pour la pêche et l'aquaculture en Afrique. Midrand : NEPAD.

Rocliffe. S. 2018. Échanges d'apprentissage de la pêche : un court guide des meilleures pratiques. Rome, FAO et Blue Ventures.

Stołyhwo, A. et Sikorski, Z. (2005). Hydrocarbures aromatiques polycycliques dans le poisson fumé — un examen critique. Chimie alimentaire, 91 (2), pp. 303-311.

Tettey, E.O. & Klousseh, K. 1992. Transport de poissons salinés de Mamprobi (Ghana) à Cotonou (Bénin) : formalités et contraintes commerciales, Programme régional de l'Afrique de l'Ouest « Amélioration de l'utilisation post-récolte des captures artisanales de poissons en Afrique de l'Ouest ». Rapport de Bonga, 1 (21).

UNCTAD. 2017. Défis et possibilités pour les petits pêcheurs dans le commerce du poisson. Notes de présentation, Forum public de l'OMC, 26-28 septembre 2017.

Wenner, M. & Mooney, T. 1995. *Coûts du commerce et de la commercialisation du bétail dans le corridor Burkina Faso-Ghana. Rapport final, septembre 1995. Préparé pour le Bureau de l'Afrique de l'Ouest du Sahel, Bureau de l'Afrique, USAID

Pêche régionale de l'Afrique de l'Ouest 2017. Programme régional des pêches de l'Afrique de l'Ouest Phase 2 au Cabo Verde, en Gambie, en Guinée-Bissau et au Sénégal. Document d'information sur le projet.

*Source : Zelasney, J., Ford, A., Westlund, L., Ward, A. et Riego Peñarubia, éd. 2020. Assurer une pêche durable à petite échelle : présenter les pratiques appliquées dans les chaînes de valeur, les opérations post-récolte et le commerce. FAO sur les pêches et l'aquaculture Document technique No 652. Rome, FAO. https://doi.org/10.4060/ca8402en *


Food and Agriculture Organization of the United Nations

http://www.fao.org/
Loading...

Restez au courant des dernières nouveautés en matière de technologie aquaponique

Entreprise

  • Notre équipe
  • Communauté
  • Presse
  • Blog
  • Programme de parrainage
  • Politique de confidentialité
  • Conditions de service

Copyright © 2019 Aquaponics AI. Tous droits réservés.