Le concepteur de systèmes Aquaponics vient de sortir ! Commencez à concevoir dès maintenant.
Télécharger l'applicationBlogFonctionnalitésTarificationAssistanceSe connecter
EnglishEspañolعربىFrançaisPortuguêsItalianoहिन्दीKiswahili中文русский

Alexander Ford Joseph Zelasney Direction générale des politiques, de l'économie et des institutions Département FAO des Pêches et de l'Aquaculture *Rome, Italie

Les projets d'amélioration des pêches (PCIM) sont des partenariats multipartites conçus pour encourager les acteurs de la chaîne de valeur à améliorer la durabilité des pêches au moyen d'incitatifs du marché. Initialement appliqué à la pêche à grande échelle, le modèle du PCIM a également été appliqué au cours des dix dernières années dans d'autres contextes, y compris la pêche artisanale. Les PIF facilitent la coordination entre les acteurs concernés de la chaîne de valeur et encouragent le dialogue multipartite. Cependant, les PCIM ont été critiqués parce qu'ils n'ont pas mobilisé les gouvernements et les petits acteurs de la pêche ou qu'ils n'ont pas assuré une répartition équitable des avantages pour les communautés de pêcheurs. Cette étude de cas donne un aperçu historique des PCIM et considère leurs forces et leurs faiblesses comme un mécanisme permettant de mettre en œuvre les recommandations énoncées au chapitre 7 des Lignes directrices volontaires pour assurer une pêche artisanale durable dans le contexte de la sécurité alimentaire et de l'élimination de la pauvreté en particulier les paragraphes 7.1 et 7.8, qui visent à faire en sorte que les acteurs après la récolte soient pris en compte dans les processus décisionnels et à veiller à ce que des systèmes efficaces de gestion des pêches soient mis en œuvre pour prévenir la surexploitation des ressources naturelles et des ressources qui en dépendent, respectivement, par le marché. Les PCIP ont le potentiel de favoriser la gestion collaborative des pêches à petite échelle, mais pour ce faire, une plus grande inclusion des communautés de pêcheurs et des autorités gouvernementales est nécessaire.

Mots-clés : Projet d'amélioration des pêches, engagement multipartite, gouvernance privée, systèmes de certification et d'écoétiquetage.

L'amélioration de la durabilité environnementale de la production de fruits de mer à l'aide d'approches axées sur le marché est au centre du mouvement durable des produits de la mer depuis les années 1990. L'effet a été une augmentation de l'application des systèmes de certification et d'étiquetage écologique. L'un des modèles de la trousse d'outils d'approche axée sur le marché est le Projet d'amélioration des pêches (FIP), défini par la Conservation Alliance for Seafood Solutions (CASS) [^1] comme étant « un effort multipartite visant à relever les défis environnementaux dans une pêche qui utilise le pouvoir du secteur privé pour encourager des changements positifs vers la durabilité de la pêche et s'efforcer de faire durer ces changements par le biais d'un changement de politique » (CASS, 2012), ainsi que par le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) en tant que « collaboration entre les parties prenantes concernées pour influencer les politiques et les pratiques de gestion et pour améliorer la durabilité des opérations de pêche » (FEM, 2019).

Les premiers PCIM ont été établis au début des années 2000 pour faire participer les acteurs de la chaîne d'approvisionnement industrielle à titre de partenaires dans la gestion des pêches dont ils proviennent (Cannon et al., 2018). Les PCIM ont été lancés dans des pêcheries de grande valeur commerciale à l'échelle mondiale, telles que le cabillaud de la mer Baltique et le lieu pollinier russe, et d'importants volumes sont échangés par le biais des chaînes de valeur internationales, afin d'assurer un approvisionnement à long terme en améliorant la gestion des pêches et la performance environnementale (tableau 9.1).

[^1] : Conservation Alliance for Seafood Solutions (CASS) relie les principaux groupes de conservation d'Amérique du Nord, d'Amérique du Sud, d'Europe et du Japon qui travaillent avec des entreprises tout au long de la chaîne d'approvisionnement, des pêcheurs aux pisciculteurs aux détaillants et aux restaurants. La définition des PCIM a été approuvée par les membres et les collaborateurs du CASS, notamment : Conservation International, la Fondation David Suzuki, Ecology Action Centre, EDF, FishChoice, Fish Wise, Gulf of Maine Research Institute, Living Oceans, Monterey Bay Aquarium, New England Aquarium, Ocean Outcomes, Sea Web, Shedd Aquarium, Smart Fish AC, Partenariat pour la pêche durable (SFP), Ocean Wise, Fonds mondial pour la nature (WWF), Conseil d'intendance de l'aquaculture (NCP), Société canadienne des parcs et de la nature sauvage (CPAWS), CEDepesca, Client Earth, Comunidad y Biodiversidad A. C. (COBI), Ecotrust, Environmental Justice Foundation (EJF), Fair Trade USA, Future of Fish, Global Aquaculture Alliance, Global GAP, Good Fish Foundation, World Benchmarking Alliance, International Pole and Line Foundation (IPNLF), Marine Conservation Society United Kingdom (MCS UK), Marine Stewardship Council (MSC), National Aquarium, Natural Resources Defense Conseil (NRDC), Ocean Conservancy, Sea Delight Ocean Fund, Sea Pact, Seafood Legacy, Nature Conservancy et Virginia Aquarium.

TABLEAU 9.1 Quantité de fruits de mer dans les PIF 2015/2019, par tonnage et en pourcentage du total des captures marines enregistrées

20152019Catégorie de marchandisesDébarquements(en milliers de tonnes) %des débarquements mondiaux ( en milliers de tonnes) %des débarquements mondiaux Crabe, homard, crustacés 1576,22017,9Mollusques00261,1 Principales espèces de thon*111522,9155033,5Poissons divers290,11270,3Saumon et poissons diadromes101141,6 Crevettes2075,937810,6Petits pélagiques339717,3423521,3Snapper/mérou0 040Calmars 2274,93718Autres thons, bonites et poisson-poule1013,82588,8Corégone8468,63323,4Total6089 7,7749610,4

* Les principales espèces comprennent le germon, l'œil obèse, le thon rouge, le petit tunny, le léton et le nageoire jaune.

Note : Les débarquements excluent ceux associés aux PCIM des étapes 0, 1 et 6 (voir l'annexe 1 pour les étapes du PCIM). Dans les cas où il y avait chevauchement entre les débarquements déclarés du PCIM et les débarquements certifiés du Marine Stewardship Council (MSC) (dans le cas des PCIM de l'étape 6), le tonnage débarqué a été compté pour les débarquements du SMC (CEA, 2020).

La demande de fruits de mer durables a fortement augmenté au cours des 20 dernières années. Cette demande a été motivée en grande partie par les principaux acteurs de la chaîne de valeur mondiale des produits de la mer, qui ont intégré l'approvisionnement en fruits de mer certifiés durables dans leurs politiques d'approvisionnement. Bien que les produits de la mer provenant de PCIM ne soient pas certifiés, la plupart des PCIM utilisent la norme du SMC (encadré 9.1) comme cadre d'amélioration. Par la suite, les PCIM sont désormais perçus comme une option d'approvisionnement viable pour les produits de la mer durables parmi les principaux acheteurs.

Au cours de la dernière décennie, l'approche du PCIM a également été appliquée à la pêche artisanale. À l'échelle mondiale, sur les 155 PCIF actifs et achevés (figure 9.1), 31 sont de petite taille ; [^2] d'entre eux, 4 sont dans des pays très développés, 15 dans des pays très développés, 11 dans des pays à développement moyen et 1 dans un pays à faible développement, selon l'Indice de développement humain du PNUD ( Pêches UW, 2019 ; PNUD, 2018 ; Fisheries Progress, 2019). L'Asie et l'Amérique latine ont la plus forte concentration de PCIM, suivie de l'Amérique du Nord.

[^2] : < https://docs.google.com/drawings/d/192tPood_Gv8bAv1s2YYgQmAsQhyD3Zcjhqq7lsIBfuM/edit > pour une définition de « petite échelle ».

CASE 9.1 Le Marine Stewardship Council (SMC) et les FIP Depuis la fondation du MSC en 1996, l'organisation a réussi à créer et à maintenir un marché pour le poisson « durable » provenant des principales pêcheries du monde entier. Cependant, elle a eu du mal à trouver du succès commercial avec la pêche artisanale (Ponte, 2012). Néanmoins, le SMC a joué un rôle déterminant dans la construction du concept du PCIM, en collaboration avec d'autres membres de la CASS, afin d'utiliser les PCIM comme moyen d'obtenir la certification du SMC, y compris dans les pêches à petite échelle. Le but du SMC est d'assurer la durabilité des ressources halieutiques dans le monde entier. La « Théorie du changement » du SMC implique la certification des pêches et des chaînes d'approvisionnement au profit des consommateurs qui cherchent à acheter des produits de la mer respectueux de l'environnement. Pour être certifiées, les pêches doivent respecter les normes du SMC (MSC, 2019) : 1. Stocks de poissons durables : La pêche doit être effectuée à un niveau qui assure la poursuite indéfiniment, tout en veillant à ce que la population de poissons reste productive et saine. 2. Réduire au minimum les impacts environnementaux : Les activités de pêche doivent être gérées avec soin afin que les autres espèces et habitats de l'écosystème demeurent en bonne santé. 3. Gestion efficace des pêches : les pêches certifiées par le CSM doivent se conformer aux lois pertinentes et être en mesure de s'adapter à l'évolution de la situation environnementale.

On a reproché aux PCIM de ne pas assurer une gouvernance stratégique à long terme des pêches, exacerbée par des incidents de « lavage vert » [^3], et de ne pas prévoir un engagement accru du gouvernement, des pêcheurs et des travailleurs de la pêche dans leur planification et leur gestion, ce qui a miné les effets positifs qu'ils pourraient avoir sur la valeur développement de la chaîne (Sampson et al., 2015 ; Crona, Käll et Van Holt, 2019). Néanmoins, les FIP se sont généralement révélés efficaces pour fournir une plate-forme de dialogue et d'orientation stratégique impliquant diverses parties prenantes (Cannon et al., 2018 ; Crona, Käll et Van Holt, 2019 ; Travaille et al., 2019).

Après un examen approfondi du modèle du PCIM, l'étude de cas examine la façon dont les PCIM sont gérés et examine leur harmonisation avec les paragraphes 7.1 et 7.8 des Lignes directrices sur le FSS.

Cette étude de cas donne un aperçu du concept du PCIM, en explorant comment et où le modèle du PCIM a été appliqué jusqu'à présent. La première étape de la recherche a consisté à examiner systématiquement la documentation accessible au public, y compris les publications universitaires, gouvernementales et non gouvernementales. Cela a servi à une double fonction permettant de comprendre le concept du PCIM, tout en identifiant les principaux intervenants à interviewer au cours de la deuxième étape de l'étude. Ce processus a également permis de mettre en évidence les domaines d'intérêt de l'étude, ce qui a encore permis d'éclairer les entrevues au cours de la deuxième étape. Une recherche du terme « Fishery Improvement Projects » à l'aide de la base de données de la bibliothèque de l'University College London permet de trouver 33 articles de recherche universitaires, les plus anciens datant de 2014, et cinq articles universitaires publiés en 2019. Il existe de nombreuses publications provenant d'ONG, et les organisations parties à la CASS offrent une documentation grise substantielle sur leur expérience de la mise en œuvre et de la gestion du PCIM.

La deuxième étape de la recherche a consisté à mener 11 entrevues semi-structurées sur le concept du PCIM avec des experts qui ont participé directement aux PCIM. Les entrevues ont été menées à l'aide d'un guide d'entrevue, qui a été fréquemment adapté en fonction de l'identité des personnes interrogées et de leur expertise professionnelle (annexe 2 pour une copie du guide). Parmi les personnes choisies figuraient des représentants de l'industrie, des organismes gouvernementaux et intergouvernementaux, des chercheurs et des universitaires et des représentants d'ONG. Les personnes interviewées potentielles provenaient de l'examen de la documentation et des organisations identifiées sur le site Web des SSAC. De plus, une approche de la boule de neige a été appliquée en faisant appel à des réseaux professionnels, de nombreux répondants recommandant d'autres personnes aux fins d'entrevue. Encore une fois, cela a servi une double fonction en ce sens qu'il a renforcé ou corrigé notre compréhension acquise lors de l'examen de la littérature, tout en fournissant un aperçu de l'orientation future des PCIM.

[^3] : La pratique consistant à surestimer les attributs écologiques ou socialement conscients de l'offre d'une entreprise tout en sous-estimant les attributs négatifs, au profit de l'entreprise. Le lavage vert peut être explicite ou implicite et peut être exprimé sous de nombreuses formes, y compris des images, des revendications directes sous forme de texte, de symboles, d'étiquettes ou même de partenariats ou de relations. Ces allégations peuvent être faites dans des communiqués de presse, des publicités, sur des sites Web et même sur les produits eux-mêmes.

Enfin, l'auteur principal a assisté à un atelier de la communauté de pratique du PCIM en Indonésie, qui a fourni des informations critiques sur les discussions en cours entre les promoteurs du PCIM en Asie du Sud-Est. Les participants comprenaient des pêcheurs, des transformateurs, des ONG, des représentants du PNUD et de la FAO, des représentants de quatre gouvernements de l'Asie du Sud-Est, des cabinets de consultants et un certain nombre d'autres promoteurs du PCIM. L'événement s'est avéré important pour clarifier les détails et acquérir des connaissances supplémentaires sur la répartition inégale des coûts et des avantages, la nécessité d'une plus grande participation des représentants du gouvernement et de la collectivité et la nécessité de configurer le modèle du PCIM pour assurer la durabilité à long terme.

Cette section donne un aperçu du concept du PCIM, y compris les différents types, styles de gestion et méthodes de rapport utilisés, suivie d'une discussion sur l'inclusion et la durabilité des intervenants du PCIM ; les PCIM et le marché mondial des produits de la mer durables ; enfin, les PCIM et le rôle du gouvernement.

Types de PCI

Le type de PCIM varie selon la conception et les objectifs, mais il existe des critères conditionnels établis par les CASS qui sous-tendent le modèle du PCIM. Premièrement, les acteurs de la chaîne de valeur, qui peuvent inclure des fournisseurs, des détaillants, des services alimentaires et des travailleurs de la pêche, doivent participer activement au PCIM. La participation peut prendre la forme de contributions financières ou en nature au projet. Deuxièmement, les intervenants du PCIM doivent s'engager à améliorer la pêche (par le biais d'un protocole d'entente signé, d'une liste de participants publiée, etc.). Troisièmement, le PCIM doit définir la portée à court terme du projet avec un ensemble d'objectifs assortis de délais. Quatrièmement, un plan de travail doit être rendu public. Enfin, la direction du PCIM doit suivre régulièrement les progrès réalisés et en rendre compte, notamment : 1) rendre compte publiquement des progrès réalisés sur les mesures prises et leurs résultats, avec la documentation à l'appui tous les six mois ; 2) mettre à jour les cotes des indicateurs et fournir des preuves à l'appui des changements de pointage tous les 12 mois (SSAC, 2019).

Ces qualités décrivent les éléments fondamentaux d'un PCIM. Toutefois, en raison du rôle prépondérant du SMC dans l'orientation stratégique des PCIM, un niveau supplémentaire de complexité distingue les PCIM guidés par le CSM des PCIM non guidés par le CSM, qui sont désignés par le CASS comme étant des PCIM complets et des PCIM de base, respectivement.

  • Un PCIM complet doit faire l'objet d'un audit indépendant tous les trois ans par rapport aux normes MSC, et doit recevoir un laissez-passer inconditionnel pour obtenir la certification MSC. [^4] La justification ici est qu'en démontrant la valeur marchande de la transition vers la certification MSC, d'autres parties prenantes locales s'engagera dans des réformes du développement durable afin de poursuivre la certification et les avantages qui en découlent (Roheim et Zhang, 2018).

  • Un PCIM de base a une portée plus étroite, mettant l'accent sur l'amélioration des défis environnementaux spécifiques au sein de la pêche plutôt que sur l'ensemble des indicateurs de rendement du SMC, et par conséquent, il ne cherche pas à obtenir la certification du SMC. Les PCIF de base ont également tendance à aborder les questions socioéconomiques de manière plus générale, bien que la notation par rapport aux normes du SMC demeure la forme de facto d'évaluation. Bien que la promesse d'avantages futurs du marché ne soit pas la seule ou la principale incitation, les PCIF de base exigent toujours un engagement ferme de la part des parties prenantes afin de réaliser des changements à long terme.

[^4] : Si une pêche obtient une note comprise entre 80 et 100, elle reçoit un laissez-passer inconditionnel, ce qui signifie qu'elle n'est pas tenue d'améliorer certains aspects de son exploitation afin de conserver son certificat.

Structure de gestion du PCI

Selon les California Environmental Associates (CEA), [^5] vérifier la structure de gestion d'un PCIM — c'est-à-dire s'il s'agit de « top-down » ou « bottom-up » — est essentiel à son analyse. Dans les PCIM descendants, les acteurs de la chaîne de valeur des produits de la mer identifient les pêches non viables, généralement à partir desquelles ils s'approvisionnent déjà, auxquelles un PCIM sera appliqué. Cela crée une pression à la baisse tout au long de la chaîne de valeur, incitant les parties prenantes à s'engager dans une gestion durable. L'une des limites de cette approche est qu'elle « fait baisser » la responsabilité, avec des acteurs plus puissants de la chaîne de valeur transmettant les responsabilités en matière de durabilité à ceux qui sont moins puissants (communication personnelle avec Blue Ventures, 27/03/19). L'avantage d'une approche descendante est qu'en s'approvisionnant auprès d'un certain nombre de pêches, les pêches sont encouragées par la concurrence à suivre les protocoles de durabilité. À l'heure actuelle, les entreprises de produits de la mer gèrent plus de PCIM que n'importe quel autre organisme tiers de mise en œuvre (CEA, 2020).

Les PIF ascendants sont généralement initiés par une ONG et visent à faciliter le changement là où les capacités de gestion, d'application et de réforme du gouvernement sont faibles. Ils ont tendance à donner plus d'espace aux pêcheurs, aux travailleurs de la pêche et aux représentants de la collectivité dans leur gestion que les PCIM de haut en bas. Ces PCIF reposent sur la capacité des parties prenantes à stimuler le changement grâce à des pratiques de pêche, souvent en l'absence de régimes efficaces de gestion des pêches. Le risque est que les gains réalisés par les participants soient sous-cotés par les non-participants et que, par conséquent, ils risquent de ralentir et de ne pas apporter d'améliorations significatives (CEA, 2015).

Rapports sur les progresses

Le site Web Fishery Progress, géré par l'ONG américaine FishChoice, est la plateforme conçue pour les détaillants pour prendre des décisions d'approvisionnement basées sur les rapports du PCIM. [^6] Avec le soutien des comités techniques et consultatifs correspondants, cette plateforme fournit une évaluation de tous les examens et par la suite , décrivant dans quelle mesure chaque PCIM a atteint ses objectifs ainsi que son alignement sur les normes du SMC. Sur cette base, les FIP reçoivent une note de A à D, A étant la meilleure (et seulement disponible pour les FIP complets). Un problème important — et peut-être un argument pour les PCIM de base — est que, malgré le fait qu'il n'a pas obtenu la certification du SMC, Fishery Progress mesure toujours les progrès des PCIM de base par rapport aux normes du SMC, ce qui manque ou mal interprète bon nombre des nuances relevées par l'accent mis par ces PCIP sur les aspects socio-économiques questions. À titre de mesure corrective, les PCIM de base soumettent des rapports qui comprennent des comptes rendus détaillés de leurs objectifs et de leurs progrès dans la réalisation de ces objectifs, aidant ainsi à « combler les blancs » que la cote Progrès des pêches n'a pas obtenu. Cette question est examinée de plus près dans la section suivante.

[^5] : CEA est un cabinet de conseil privé basé à San Francisco, aux États-Unis d'Amérique. L'organisation soutient le travail des fondations environnementales et des organismes à but non lucratif, ainsi que des entreprises axées sur la durabilité, grâce à des recherches et analyses approfondies, à la conception et à l'évaluation des programmes et à la planification stratégique.

[^6] : Une autre entité, FishSource (elle-même gérée par SFP), a une base de données similaire, mais l'information et les données sont recueillies et gérées par le même groupe d'acteurs qui fournissent les cotes pour Fishery Progress.

[^7] : Le site Web Progress des pêches est utilisé pour présenter tous les PCIM qui sont conformes aux critères établis par les membres des NSAC. Les PCIM sont évalués par un comité consultatif (composé de FishChoice, WWF, MSC, New England Seafood, CEA, Fish Wise, SFP, Netuna USA, Seafood Ninja et Anova Seafood) et un comité technique (composé de MSC, ASC, MRAG Asie-Pacifique, Scaling Blue et MRAG Americas).

 ! image-20210521194255399

L'inclusion des parties prenantes après récolte dans les processus décisionnels est le principe central du paragraphe 7.1 des lignes directrices sur les SSF [^8] Le terme « post-récolte » désigne tous les acteurs et les nœuds de la chaîne d'approvisionnement traversés par le produit à partir du moment où il est prélevé dans son environnement naturel. Le paragraphe 7.1 stipule également que toutes les parties doivent mettre en garde contre l'exclusion sociale, reconnaissant « qu'il existe parfois des rapports de force inégaux entre les acteurs de la chaîne de valeur », ce qui concerne un appel plus large à l'adoption de pratiques socialement durables dans l'ensemble de la pêche artisanale (FAO, 2015). La durabilité sociale est définie comme « la capacité d'une chaîne de valeur alimentaire à supporter en facilitant une répartition équitable de la valeur créée (bénéfices, salaires, avantages pour les consommateurs, impact fiscal) et des impacts sociaux plus larges. Cela nécessite une attention particulière à la répartition des marges de commercialisation, aux préoccupations de genre, aux jeunes, à la pauvreté, aux groupes vulnérables, au développement communautaire, à la santé et à la nutrition, aux éléments socioculturels et à la protection du travail » (FAO, 2015). La présente section examine la mesure dans laquelle la « durabilité sociale » est intégrée au modèle du PCIM.

La discussion sur la question de savoir si, comment et dans quelle mesure les PCIM devraient intégrer des objectifs sociaux a gagné en popularité parmi les promoteurs du PCIM. La discussion porte sur la portée des questions sociales qu'un PCIM peut examiner, la portée appropriée de la chaîne de valeur à évaluer et la question de savoir si la définition et l'objectif des PCIM devraient changer. À l'heure actuelle, la participation active de toutes les parties prenantes après la récolte est clairement énoncée dans les lignes directrices du PCIM du CASS et, selon le CEA (2020), 19 % des PCIM s'identifient comme s'attaquant à la dimension sociale des pêches. Cependant, Crona, Käll et Van Holt (2019) notent que « seulement 7 % des PCIM dans [leur] étude incluaient les pêcheurs comme l'un des principaux acteurs du PCIM ». Ils suggèrent également que les travailleurs de la pêche sont exclus de la collecte et de l'analyse des données, ce qui indique un manque d'inclusion dans les processus décisionnels. Il a été constaté que, conformément aux tendances et aux motivations politiques actuelles (Barr, Bruner et Edwards, 2019 ; Teh et al., 2019), les FIP devraient donner l'assurance que la pêche n'est pas associée aux violations les plus flagrantes des droits humains comme le travail des enfants et le travail forcé (Kittinger et al., 2017). Au-delà de cela, cependant, il faut reconnaître que les principaux acteurs de la chaîne de valeur mondiale qui s'approvisionnent traditionnellement auprès des FIP se sont montrés réticents à mettre en œuvre des améliorations sociales au-delà des audits sociaux pour les questions les plus flagrantes (communication personnelle avec CEA, 13/03/19). De même, la création d'un plus grand nombre d'exigences par rapport auxquelles les pêches doivent être évaluées pourrait alourdir indûment les pêches en augmentant le coût et la complexité des PCIM. Cela pourrait être particulièrement onéreux pour les pêcheurs et les travailleurs de la pêche, qui supportent souvent la majorité des coûts en raison de la « réduction » de la responsabilité susmentionnée. Des questions similaires sont soulevées dans le contexte de la chaîne de valeur, avec des délibérations sur la question de savoir si les critères de responsabilité sociale devraient être axés sur le niveau des navires ou s'étendre aux parties prenantes de chaque nœud de la chaîne de valeur. Cependant, si le fardeau de la responsabilité devient trop lourd, cela pourrait menacer l'efficacité ou même l'existence du concept du PCIM (communication personnelle avec Ocean Outcomes, 04/03/19).

[^8] : Paragraphe 7.1 Toutes les parties devraient reconnaître le rôle central que jouent le sous-secteur de la pêche artisanale après récolte et ses acteurs dans la chaîne de valeur. Toutes les parties devraient veiller à ce que les acteurs post-récolte participent aux processus décisionnels pertinents, en reconnaissant qu'il existe parfois des relations de pouvoir inégales entre les acteurs de la chaîne de valeur et que les groupes vulnérables et marginalisés peuvent avoir besoin d'un soutien spécial.

Certains efforts ont été faits pour élargir la portée des PCIM afin d'y inclure des pratiques socialement durables. Tout d'abord, le « Cadre de responsabilité sociale dans le secteur des produits de la mer » élaboré en 2018 est un tableau de bord d'évaluation rapide basé sur les lignes directrices de la SSF (Opal, 2017) et actuellement mis à l'essai par divers membres de la CASS. Conçu pour produire une narration et une note pour chacun des chapitres thématiques, et structuré en termes d'indicateurs de rendement de la même manière que les évaluations du SMC, l'objectif à long terme de la fiche de pointage est de publier les résultats en même temps que les cotes actuellement publiées sur la Site Web Progress. Toutefois, les participants à la communauté de pratique du PCIM en Indonésie ont estimé que la fiche de pointage représenterait un autre obstacle technique et chronophage sans avantages immédiats pour les pêcheurs et les travailleurs du poisson ni reconnaissance explicite de leur participation à l'évaluation. De plus, les mêmes participants étaient d'avis que l'interprétation de la fiche de pointage des questions relatives à la pêche artisanale évaluée ne correspondait pas aux défis réels des petites communautés de pêcheurs dans de nombreuses régions du monde, et que la fiche de pointage interprétait mal ou obscurcit les problèmes, ce qui donnait une image erronée de la véritable état des pêcheries.

Deuxièmement, une approche stratégique potentielle consiste à exiger des détaillants qu'ils publient de l'information sur les critères sociaux comme condition de l'adhésion à un PCIM. À cet égard, il y a une pression croissante pour que le secteur privé adopte le Pacte mondial des Nations Unies [^9], avec près de 10 000 entreprises dans le monde l'ayant déjà fait. Traditionnellement, la plupart des détaillants (habituellement situés sur des marchés à forte valeur ajoutée) ont transféré la responsabilité à leurs fournisseurs ; par conséquent, participer à un PCIM qui exige des données sociales priverait essentiellement le détaillant de déniabilité plausible. En effet, Teh et coll. (2019) soutiennent que cela deviendra probablement un moyen efficace d'éliminer les violations les plus marquantes des droits de l'homme dans les chaînes d'approvisionnement. Cet argument est également conforme à la reconnaissance par l'ACE de la nécessité d'effectuer des vérifications sociales sur les questions les plus flagrantes. Néanmoins, le Pacte mondial exige seulement que les entreprises s'attaquent à « ce que [elles] peuvent raisonnablement faire pour lutter contre » les violations des droits de la personne, limitant ainsi la responsabilisation (Nations Unies, 2014). Teh et coll. (2019) suggèrent que le fait de s'appuyer sur les cadres des droits de l'homme pour protéger le bien-être socio-économique des pêcheurs et des travailleurs de la pêche peut s'avérer plutôt un instrument contondant si les lois nationales ne mettent pas en œuvre des voies permettant de garantir l'ensemble des droits sociaux.

Enfin, une approche visant à assurer une plus grande autonomie sociale consisterait à examiner la façon dont l'information est recueillie et distribuée. La collecte participative d'informations pourrait favoriser l'équité sociale dans les petites pêcheries pratiquées dans les PCIP, tant en ce qui concerne la personne qui recueille l'information que le type d'information recueillie. Comme le soulignent Crona, Käll et Van Holt (2019), « les pêcheurs sont rarement impliqués dans la collecte de données... ce qui suggère qu'ils ne participent pas directement aux conversations sur les nouvelles réglementations ». Toutefois, en ce qui concerne la durabilité sociale dans les PCIM, il est important de recueillir suffisamment d'informations sur « le comportement des pêcheurs (ou d'autres acteurs du marché), ce qui [permettrait d'éclairer et de soutenir] des décisions de gestion davantage fondées sur l'écosystème ».

[^9] : Le Pacte mondial des Nations Unies est un pacte non contraignant qui encourage les entreprises du monde entier à adopter des politiques socialement responsables et à rendre compte de leur mise en œuvre. Le Pacte mondial présente un cadre fondé sur des principes pour les entreprises, fondé sur dix principes relatifs aux droits de l'homme, au travail, à l'environnement et à la lutte contre la corruption.

Le paragraphe 7.1 des Directives SSF souligne l'importance de prendre conscience des déséquilibres de pouvoir dans les chaînes de valeur. Bien qu'il soit discutable de savoir si les initiatives fondées sur le marché sont le mécanisme le plus approché pour faire face aux grands défis liés aux dimensions sociales, la participation des pêcheurs et des travailleurs de la pêche est une question d'équité et, s'il est fait correctement, constituerait un pas en avant vers l'amélioration de la durabilité sociale au sein du FIP et atténuation des déséquilibres de puissance. En effet, il est important de faire participer et d'identifier le rôle des intervenants pour s'assurer que les PCIM n'excluent pas involontairement les intervenants ou ne créent pas de déséquilibres de pouvoir (Deighan et Jenkins, 2015).

La juste répartition des avantages

L'un des obstacles à l'augmentation des effets positifs des PCIM dans le monde est de veiller à ce que les avantages financiers des PCIM soient répartis équitablement dans toute la chaîne de valeur, comme le souligne le paragraphe 7.8 des Lignes directrices sur le FSE. [^10] Cette section se concentre sur la répartition équitable des coûts et des avantages des PCIM. et les obstacles qui entravent leur réalisation. À ce jour, il existe peu de documentation sur les coûts et les avantages de la participation à un PCIM du point de vue des pêcheurs et des travailleurs de la pêche, mais l'étude de Tolentino-Zondervan et al. (2016) compare de façon exhaustive les facteurs que les petits pêcheurs peuvent considérer en ce qui concerne un PCIM du thon dirigé par l'industrie et un PCIM de thon dirigé par des ONG, tous deux situés aux Philippines. Au moyen d'entrevues avec les pêcheurs travaillant dans chaque PCIM, des avantages, y compris une augmentation du revenu, ont été signalés, mais dans les deux types de PCIM, la dépendance des pêcheurs à l'égard de leurs réseaux de soutien — une entreprise de pêcheurs ou une entreprise familiale — a joué un rôle déterminant en les incitant à participer au PCIM.

Dans le PCIM dirigé par l'industrie, même si les pêcheurs étaient plus susceptibles d'obtenir des prix satisfaisants et d'être payés en temps opportun, les coûts de la modernisation de l'équipement et de la formation en manutention étaient laissés aux pêcheurs. Cette exigence était justifiée par la présence de réseaux familiaux étendues sur lesquels les pêcheurs pouvaient compter. De plus, les résultats ont montré que les pêcheurs participant au PCIM dirigé par l'industrie étaient à temps partiel ou se concentraient sur d'autres espèces autres que le thon, et la décision de suivre les procédures strictes et coûteuses du PCIM dirigé par l'industrie était motivée par la forte probabilité qu'ils soient constamment récompensés pour la courte quantité de temps passé à pêcher le thon.

Contrairement à ces pêcheurs multiespèces à temps partiel, les pêcheurs du PCIM dirigé par des ONG avaient passé leur carrière à se spécialiser dans la pêche au thon et avaient acquis leurs compétences pour la capture et la manipulation du thon au fil du temps. Cela leur a permis de se conformer plus facilement aux exigences en matière de produits du PCIM dirigé par des ONG, ce qui leur a permis d'augmenter leurs chances de gagner un bon revenu. Contrairement à la formation du PCIM dirigée par l'industrie, les séances de formation organisées par le PCIM dirigé par des ONG ont été entièrement organisées et financées par l'ONG et le gouvernement. En outre, les pêcheurs de cette dernière catégorie se sont appuyés sur les associations de pêcheurs comme réseau de soutien, ce qui a aidé les pêcheurs à obtenir des fonds et des subventions du gouvernement, améliorant ainsi leurs activités de pêche. Tolentino-Zondervan et coll. (2016) constatent que les deux types de PCIM peuvent bénéficier financièrement aux pêcheurs participants, mais il existe un certain nombre de facteurs spécifiques et localisés qui influent sur ce résultat, dont une grande partie repose sur des réseaux de soutien (entreprises familiales ou associations de pêcheurs, et parfois les deux). Pour comprendre si cela est caractéristique de toutes les FIP, d'autres études sont nécessaires ailleurs.

[^10] : Paragraphe 7.8 Les États, les acteurs de la pêche artisanale et les autres acteurs de la chaîne de valeur devraient reconnaître que les avantages du commerce international devraient être équitablement répartis. Les États devraient veiller à ce que des systèmes efficaces de gestion des pêches soient en place pour prévenir la surexploitation due à la demande du marché qui peut menacer la durabilité des ressources halieutiques, la sécurité alimentaire et la nutrition. Ces systèmes de gestion des pêches devraient comprendre des pratiques, des politiques et des mesures responsables après la récolte afin que les revenus d'exportation profitent aux petits pêcheurs et à d'autres, de manière équitable tout au long de la chaîne de valeur.

Les impacts du commerce international

L'un des principaux facteurs qui éclairent le paragraphe 7.8 est la reconnaissance et la prise en compte des incidences que le commerce international peut avoir sur les pêches et celles qui en dépendent directement. Les PCIP exhaustifs, et leur gestion connexe, supposent souvent que la poursuite de la certification MSC garantira l'accès à des marchés à forte valeur ajoutée, tout en maintenant la pêche intacte. Pourtant, cette route est risquée, surtout pour les petites pêches, car la pêche n'est pas susceptible d'obtenir la certification en raison des coûts élevés associés ou du degré élevé de gestion requis. À la lumière de ces défis, il est important d'apprécier les résultats de Cannon et coll. (2018) qui ont constaté que « les PCIM présentaient une probabilité beaucoup plus élevée d'améliorer la « gestion » et de réduire la « surpêche » que les pêches sans PCIP. Ce résultat nous suggère que le modèle du PCIM fournit une structure qui peut répondre à la demande internationale de produits de la mer durables, sans qu'il soit nécessaire de certifier la ressource naturelle. Si les pratiques mises en œuvre dans le cadre du PCIM sont maintenues et que la ressource naturelle n'est pas minée, il est concevable que les intervenants participant au PCIM aient la possibilité de profiter du commerce international.

Créer l'impression de durabilité

Les allégations de « lavage vert » comme moyen d'approvisionner les fruits de mer le plus bon marché possible tout en revendiquant la durabilité (Sampson et coll., 2015 ; CEA, 2015, CEA, 2015) constituent une préoccupation importante au sujet de la bonne gestion des PCIM. Les PCIM sont devenus par inadvertance une forme de monnaie pour les entreprises de produits de la mer qui cherchent à s'approvisionner en fruits de mer durables, l'hypothèse erronée étant que, tant que la pêche fait partie d'un PCIM, les fruits de mer produits sont durables. Ainsi, les PCIM sont utilisés pour répondre aux exigences en matière de durabilité des acheteurs de produits de la mer sur certains marchés, ce qui risque de compromettre les tentatives d'amélioration de la durabilité et l'intégrité du marché. Il semblerait que la notion de durabilité en tant que question préconcurrentielle perde du terrain face à la nécessité de saisir des parts de marché et de répondre aux demandes des acheteurs. Cela sape toute la raison pour laquelle les PCIM ont été conçus en premier lieu : une approche progressive visant à améliorer la durabilité des pêches et des marchés d'approvisionnement en fruits de mer durables. Au lieu de cela, la demande de produits de la mer certifiés alimente en fait un marché hautement concurrentiel, dont les retombées consistent à saper les efforts de développement durable.

La possibilité de « lavage vert » est peut-être perpétuée par l'influence exercée par Fishery Progress sur l'évaluation des PCIM. En l'absence de système d'audit par une tierce partie, d'institutions nationales de la pêche ou d'acteurs de la pêche artisanale impliqués dans l'évaluation des données présentées sur le site, les intérêts acquis peuvent influencer l'évaluation d'un PCIM d'une manière trop optimiste, présentant ainsi un compte rendu irréaliste du PCIM, et, par extension, pêche. Ces fausses déclarations risquent de porter atteinte aux droits fondamentaux des pêcheurs et des travailleurs de la pêche, ce qui constitue un risque pour les stratégies nationales et internationales de développement durable.

Un autre domaine opaque de la chaîne de valeur qui risque de dévaluer les PCIM est celui où les importateurs s'approvisionnent à la fois à partir de PCIM réussis et infructueuses, ainsi que de pêcheries autres que PCIM, puis distribuent un produit agrégé sur le marché sans distinction, mais sous prétexte qu'il s'agit d'un produit provenant de PCIM. Il y a des exemples de PCIP qui passent à des PCIP globales pour éviter cela, cependant, pour reprendre ce qui précède, les pêches à petite échelle sont rarement en mesure d'envisager une telle option.

En fin de compte, les PCIF ont le potentiel de répondre à bon nombre des nuances énoncées au paragraphe 7.8 des Lignes directrices sur les FSS. Tolentino-Zondervan et al. (2016) indique que la répartition équitable des avantages est possible (bien que des recherches plus poussées soient nécessaires), et Cannon et al. (2018) démontre que les PCIF sont bénéfiques pour la ressource naturelle. Toutefois, la question de la création de fausses impressions sur la durabilité doit être abordée.

Les gouvernements ont le potentiel d'influencer l'orientation et les objectifs d'un PCIM, en encourageant les approches qui complètent ou renforcent les politiques et législations nationales et régionales (Crona, Käll et Van Holt, 2019 ; Foley et Havrice, 2016). Cet aspect est également abordé par le paragraphe 7.8 des Lignes directrices sur les SSF.

Les gouvernements définissent et mettent en œuvre la politique nationale de la pêche. Bien que les gouvernements ne participent souvent pas aux PCIF, les PCIF fonctionnent dans le cadre des politiques et des cadres juridiques nationaux existants. Les ONG et les entités de développement peuvent être en mesure de modifier les pratiques de pêche qui profitent à une partie de la ressource naturelle ainsi qu'aux communautés locales qui en dépendent, mais des forces extérieures qui dépassent la capacité de ces programmes pourraient bien saper les efforts (CEA 2015 ; CEA 2020). Le CEA (2020) et Melnychuk et coll. (2017) montrent que la capacité de gestion des pêches d'un pays est étroitement liée au succès des PCIM actives dans un pays donné. Les responsables de la mise en œuvre du PCIM et les parties prenantes, en particulier dans les pays moins développés, reconnaissent de plus en plus le rôle crucial que le gouvernement doit jouer pour atteindre les objectifs du PCIM et l'importance des efforts multipartites qui impliquent le gouvernement.

Un obstacle fréquemment cité aux PCIM est le passage à l'étape 5 — Améliorations sur l'eau — du processus du PCIM (annexe 1), qui verrait les PCIM contribuer à un changement écologique durable. Les promoteurs du PCIM sont généralement d'accord pour dire que, pour améliorer sensiblement la gestion des pêches et assurer des changements sur l'eau, un dialogue politique soutenu est nécessaire entre le gouvernement et les parties prenantes du PCIM afin de compléter les activités ou de renforcer une activité particulière (Crona, Käll et Van Holt, 2019).

À l'heure actuelle, le dialogue politique n'est prévalent que pour les PCIM appliquées à la pêche du crabe et du homard (Crona, Käll et Van Holt, 2019). Par exemple, dans le contexte de nombreuses PCIP du crabe et du homard de l'Asie du Sud-Est, l'industrie et le gouvernement travaillent en étroite collaboration afin d'éviter la surexploitation à mesure que la demande mondiale augmente. Toutefois, dans le contexte du thon — ressource économique importante et contributeur important à la sécurité alimentaire dans de nombreux pays —, le dialogue politique au sein des PIF est minime, du fait que le thon est géré par des organisations régionales de gestion des pêches (ORGP) [^11] et que l'accessibilité à ces organismes est relativement exclusive (Crona, Käll et Van Holt, 2019). Malgré cela, Travaille et coll. (2019) ont constaté que l'efficacité du PCIM est en fait plus élevée dans les pêcheries relevant de la compétence d'une ORGP que dans celles qui sont régies uniquement au niveau de l'État ou local. Cela est dû aux cadres régionaux établis qui appuient les activités de gestion et les améliorations, y compris les systèmes de déclaration des données, les évaluations régulières des stocks et les programmes de surveillance.

Le CEA (2020) a indiqué que si les PCIM contribuent sérieusement à la gestion des pêches exploitées à des fins commerciales, le modèle devra être adopté en fonction des efforts déployés à l'échelle nationale. En effet, le prochain défi pour les promoteurs du PCIM est de comprendre comment le modèle du PCIM peut être utilisé comme outil de gestion des pêches dans les pays en développement. Il faut reconnaître que, bien qu'une grande partie des produits de la mer internationaux soient recherchés dans les pays en développement, la capacité de gestion efficace fait souvent défaut. L'Initiative mondiale sur les produits marins, dirigée par le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD), est un exemple de ce à quoi pourrait ressembler la coordination au niveau national des PIF. En partenariat avec le SFP, un projet financé par le Fonds pour l'environnement mondial (FEM) a été lancé au Costa Rica, en Équateur, en Indonésie et aux Philippines dans le but de mettre en place des plates-formes multipartites au niveau national pour favoriser l'amélioration des pêches.

Un obstacle potentiel à une coordination plus étroite entre les plans de gestion des pêches et les plans de gestion des pêches à l'échelle du système pourrait être le long échéancier associé aux PCIM, dont on estime qu'il faudra jusqu'à 10 ans pour obtenir des niveaux minimaux de durabilité, et les délais souvent courts associés aux cycles électoraux, généralement entre 2 et 4 ans. Si les PCIM ne sont pas encouragés ou perçus comme précieux par des administrations politiques alternées, alors tout investissement monétaire ou temporel réalisé dans un PCIM pourrait perdre de la valeur (Travailler et al., 2019 ; Cannon et al., 2018). Ce défi est particulièrement aigu lorsque l'on considère la longévité d'un PCIM ; les participants à la communauté de pratique du PCIM en Indonésie se sont inquiétés de la façon dont la gestion d'une pêche devrait se poursuivre après la fin du PCIM pertinent, puisque de nombreux PCIM perdent leur élan en l'absence d'un un effort perpétuel pour maintenir des pratiques durables. Ce phénomène pourrait être inversé si les PCIM étaient plus souvent perçus comme un outil de mise en œuvre des plans nationaux de gestion des pêches.

[^11] : Les ORGP sont des organismes intergouvernementaux qui facilitent la gestion des stocks de poissons dans une région donnée et agissent généralement en tant qu'autorité de gestion des espèces partagées et migratrices (telles que le thon grand migrateur et le poisson-blanc) et des stocks qui s'étendent au-delà d'une juridiction nationale unique.

Les PCIM peuvent aider les gouvernements nationaux à s'assurer que les pêcheurs et les travailleurs du secteur de la pêche respectent la législation et à les soutenir lorsque les capacités manquent autrement. D'une part, ils pourraient appuyer la législation en faisant de la conformité une condition préalable à l'entrée. D'autre part, comme cela a été appris lors de l'atelier de la communauté de pratique du PCIM en Indonésie, de nombreuses communautés de pêcheurs de petite taille n'ont pas accès à l'information concernant les exigences ou les modifications législatives et sont donc pénalisées ou exclues dans certaines circonstances. Les ONG opérant dans le cadre d'un PCIM peuvent fournir une assistance à cet égard, car elles disposent souvent des ressources et de la capacité nécessaires pour acheminer cette information aux communautés de pêcheurs, contribuant ainsi à coordonner les procédures administratives entre les autorités locales et les communautés afin d'assurer le respect de la législation.

Les participants à la communauté de pratique du FIP en Indonésie ont postulé que l'élément de collaboration des PFI pourrait soutenir la coopération et le dialogue entre les organismes gouvernementaux. Le manque de communication efficace entre les organismes peut retarder la réalisation des objectifs nationaux ou répondre aux besoins des plus démunis. De même, les PCIM permettent aux organismes gouvernementaux — et aux intervenants en général — de se rencontrer et de renforcer la confiance avec les communautés de pêcheurs. L'Agence de développement des produits de la mer de la République d'Irlande affirme ce dernier point, faisant observer que son implication dans un PCIM du crabe brun irlandais a permis aux parties prenantes qui, traditionnellement, ne s'engagent pas dans le dialogue d'échanger des idées, des informations et de la planification (communication personnelle avec BIM, 24/04/19). Une grande partie du plan de travail du PCIM vise à approfondir les relations de travail entre la science et l'industrie afin d'améliorer la gestion de la pêche. D'une part, les pêcheurs sont censés fournir des données sur les prises (quantités débarquées, zones pêchées, engins utilisés, acheteurs de produits) pour aider à améliorer les connaissances scientifiques sur l'état des stocks ou pour vérifier les progrès vers le rendement maximal durable (RMD). De même, les transformateurs qui sont membres du PCIM du crabe brun irlandais ont accepté de fournir des données sur les produits du PCIM, y compris les détails des navires, les quantités débarquées, les quantités transformées et l'endroit où le produit a été vendu. Parallèlement, le PCIM vise à améliorer la structure de gestion de la pêche en augmentant la participation des pêcheurs, des transformateurs et d'autres intervenants de l'industrie au processus décisionnel.

Les PCIM reposent sur une approche multipartite visant à améliorer la gestion durable des pêches, les produits dérivés des PCIM étant utilisés pour répondre à la demande durable des produits de la mer sur les marchés à forte valeur ajoutée. Les PCIP sont appliquées à la pêche artisanale. Cette étude de cas a examiné les forces et les faiblesses des PCIM en tant que mécanisme permettant d'opérationnaliser les paragraphes 7.1 et 7.8 du chapitre 7 des Lignes directrices sur les FSS. Les FIP font preuve d'une certaine concordance avec les recommandations contenues dans les lignes directrices du SSF, mais des progrès restent à faire dans certains domaines.

Dans le contexte du paragraphe 7.1, les PFI facilitent une certaine coordination entre les acteurs concernés de la chaîne de valeur, en favorisant un système multipartite. Cependant, comme indiqué dans Crona, Käll et Van Holt (2019), dans seulement 7 % des PCIM étudiés, les pêcheurs et les travailleurs de la pêche jouent un rôle central dans la gestion du PCIM.

En ce qui concerne la promotion d'un commerce international équitable qui profite à toutes les parties prenantes, comme le stipule le paragraphe 7.8, Tolentino-Zondervan et al. (2016) a constaté que les pêcheurs profitent de la participation aux PCIM, bien qu'il soit à noter que cette étude ne reflète que les résultats de deux PCIM aux Philippines. En ce qui concerne la préservation de la ressource naturelle, Cannon et al. (2018) ont constaté que la « gestion » et la « surpêche » sont mieux prises en compte dans les pêches participant aux PCIM. Dans le contexte du paragraphe 7.8, le problème le plus important auquel sont confrontés les PCIF semble être le >, qui risque de compromettre les incitations à des changements positifs et de favoriser des améliorations, conduisant plutôt à une surexploitation potentielle des ressources naturelles et à une sous-évaluation du marché durable des fruits de mer.

Le paragraphe 7.8 porte également sur les systèmes de gestion des pêches, et il a été constaté que les PIF peuvent contribuer à améliorer les systèmes de gestion des pêches. Travaille et al. (2019) ont constaté que les PCIM se sont améliorés lorsque la pêche relève de la compétence d'une ORGP, ce qui suggère que les cadres de collaboration pour la gestion d'une ressource peuvent être essentiels pour assurer la durabilité. L'utilisation du modèle du PCIM pour resserrer la coordination entre les gouvernements, les communautés de pêcheurs et les intervenants du PCIM pourrait améliorer la gestion à l'échelle du système. Les PCIF existants et les parties prenantes associées pourraient encourager une participation accrue des gouvernements en acceptant de renforcer ou de compléter les stratégies nationales de gestion des pêches.

Enfin, un défi qui n'est pas abordé ici, mais qui est très pertinent pour les PCIM progressent est le coût élevé de l'exécution d'un PCIM. Bien qu'il y ait une demande croissante sur les marchés à forte valeur ajoutée pour les produits de la mer durables, la majorité des PCIM sont actuellement soutenues par l'aide philanthropique et le soutien en nature de l'industrie et des ONG (CEA, 2015). Il ne s'agit pas d'une stratégie durable, et les promoteurs des PCIM s'accordent généralement pour dire que, pour mettre à l'échelle les PCIM et assurer leur valeur économique pour tous, les marchés (consommateurs) doivent payer pour améliorer la durabilité. Une telle dynamique de soutien pourrait aussi signifier que les pêcheurs et les travailleurs de la pêche comptent sur un système précaire qui pourrait disparaître si les sources actuelles de financement étaient arrêtées. En fin de compte, lorsque le financement des PCIM passe des philanthropes et des ONG à des entités privées de la chaîne de valeur des produits de la mer, cela signifiera que les coûts de la durabilité ont été internalisés.

Une proposition des personnes interrogées, qui pourrait contribuer à réduire les coûts des PCIF à petite échelle, consisterait à en élargir l'ampleur et la portée. Le pouvoir de levier économique d'une pêche à petite échelle individuelle est minime (communication personnelle avec SFP et Scaling Blue, 08/04/19 et 09/04/19, respectivement), mais si plusieurs PCIP étaient regroupés ou regroupés, ils pourraient atteindre une plus grande efficacité économique. De plus, la portée de leurs activités peut être harmonisée et plus facilement surveillée. L'agrégation des PCIF pourrait également contribuer à améliorer la collecte de données et la production de connaissances. Tous les acteurs de la chaîne de valeur ont besoin de données pour évaluer l'efficacité de leurs décisions et de leurs investissements ; en outre, les processus de collecte de données permettent aux pêcheurs et aux travailleurs de la pêche de jouer un rôle plus actif dans la gestion du PCIM (Crona, Käll et Van Holt, 2019). Néanmoins, la littérature sur ce sujet est encore minime, de sorte que d'autres travaux sont encouragés pour comprendre les implications plus fines du regroupement des PCIM.

En conclusion, les PCIM ont le potentiel de favoriser la gestion collaborative des pêches à petite échelle. Pour que les PCIM favorisent une gestion durable des pêches et un commerce équitable des pêches artisanales, il faut réexaminer le modèle actuel en commençant par une plus grande participation des communautés de pêcheurs et des autorités gouvernementales.

Département AG, FAO. 2015. MP108. Rome.

Acott, T. & Urquhart, J. 2019. Sens de la place et valeurs socioculturelles dans les communautés de pêcheurs le long de la Manche. Dans J. Urquhart, T. Acott, D. Symes et M. Zhao, éd. Social Issues in Sustainable Fisheres, 1ère édition, pp. 257—278. Londres, Springer.

Barr, R., Bruner, A. & Edwards, S. 2019. Projets d'amélioration des pêches et pêche artisanale : nécessité d'une approche modifiée. *Politique maritime, 105 : 109—115.

** Borland, M. & Bailey, M.** 2019. Données comparatives de la norme Fair Trade USA Capture Fisheries Standard et du Marine Stewardship Council Fisheries Standard par rapport aux lignes directrices volontaires de l'Organisation pour l'alimentation et l'agriculture pour assurer une pêche durable à petite échelle. *Données en bref, 24 : 103850.

Bresnihan, P. 2016. Les intendants de la mer : le néolibéralisme et la création de l'entrepreneur environnemental. Dans P. Bresnihan, éd. Transforming the Fisheries : Neoliberalism, Nature, and the Commons [en ligne], p. 57 à 90. Lincoln, États-Unis, University of Nebraska Press. [Cité le 25 août 2018]. (disponible à l'adresse https://www.jstor.org/stable/j.ctt1d4v0w4.6).

Cannon, J., Sousa, P., Katara, I., Veiga, P., Spear, B., Beveridge, D. & Van Holt, T. 2018. Projets d'amélioration des pêches : rendement au cours de la dernière décennie. *Politique maritime, 97:179—187.

CASS (Conservation Alliance for Seafood Solutions) . 2012. Lignes directrices à l'appui des projets d'amélioration des pêcheres [en ligne], p. 6. [Cité le 6 septembre 2019]. http://solutionsforseafood. org/WP-content/uploads/2015/03/Alliance-FIP-Guidelines-3.7.15.pdf

CEA (California Environmental Associates) . 2015. *Résumé des résultats de la Revue mondiale du paysage des projets d'amélioration des pêcheries (FIP) *. San Francisco, États-Unis.

CEA. 2017. Progrès vers la durabilité des produits de la mer — selon les chiffres. Rapport Metrics sur les fruits de mer. San Francisco, USA, Fondation Packard.

CEA. 2020. Examen du paysage mondial des projets d'amélioration des pêcheres. San Francisco, États-Unis.

Coulthard, S., Johnson, D. & McGregor, J. 2011. Pauvreté, durabilité et bien-être humain : une approche du bien-être social face à la crise mondiale de la pêche. Environnement mondial Changement, 21 (2) : 453—463.

Crona, B., Käll, S. & Van Holt, T. 2019. Les projets d'amélioration des pêches en tant qu'outil de gouvernance pour la durabilité des pêches : une analyse comparative mondiale. PLOS ONE, 14 (10) : e0223054.

FAO. 2015. Directives volontaires pour assurer une pêche artisanale durable dans le contexte de la sécurité alimentaire et de l'élimination de la pauvreté. Rome.

Progrès de la pêche. 2019. Progrès de la pêche [en ligne]. [Cité le 6 septembre 2019]. https:// FisheryProgress/

FEM (Fonds pour l'environnement mondial) . 2019. *Chaînes d'approvisionnement durables mondiales pour les produits marins [en ligne]. [Cité le 4 décembre 2019]. (disponible à l'adresse https://www.thegef.org/ project/global-sustainable-supply chains-marine-commodities).

** Guyader, O., Berthou, P., Koutsikopoulos, C., Alban, F., Demanèche, S., Gaspar, M., Eschbaum, R. et al.** 2013. La pêche à petite échelle en Europe : une analyse comparative basée sur une sélection d'études de cas. *Recherche sur les pêcheries, 140 : 1—13.

Crabe brun irlandais FIP. 2019. Crabe brun irlandais FIP [en ligne]. [Cité le 6 septembre 2019]. < http://irishbrowncrabfip.ie/ >

*Kittinger, J., Teh, L., Allison, E., Bennett, N., Crowder, L., Finkbeiner, E., Hicks, C. *et al . **

2017 . S'engager pour des fruits de mer socialement responsables. Science, 356 (6341) : 912-913.

Melnychuk, M., Peterson, E., Elliott, M., Hilborn, R. 2016. Impacts de la gestion des pêches sur le statut des espèces ciblées. PNAS. 114 (1) 178-183.

MSC (Marine Stewardship Council) . 2019. La norme sur les pêches du SMC. Dans : Conseil d'intendance marine [en ligne]. [Cité le 4 décembre 2019]. (disponible à l'adresse https://www.msc. org/standards-and-certification/fisheries-standard).

Opal, C. 2017. Cadre de responsabilité sociale dans le secteur des produits de la mer. https:// CertificationAndratings.org/wp-content/uploads/2018/03/framework-final-print.pdf

Ponte, S. 2012. Le Marine Stewardship Council (MSC) et la création d'un marché pour le « poisson durable ». *Journal of Agrarian Change, 12 (2-3) : 300—315.

Roheim, C. & Zhang, D. 2018. Certification de durabilité et substituabilité des produits : preuves du marché des fruits de mer. Politique alimentaire, 79 : 92-100.

Sampson, G., Sanchirico, J., Roheim, C., Bush, S., Taylor, J., Allison, E., Anderson, J. et al. 2015 . Assurer des fruits de mer durables des pays en développement. Science, 348 (6234) : 504—506.

SFP (Partenariat pour la pêche durable) . 2019. Partenariat pour la pêche durable [en ligne]. [Cité le 6 septembre 2019]. (disponible à l'adresse https://www.sustainablefish.org/).

Smart Fish AC. 2019. Rapport quinquennal. La Paz.

Stratoudakis, Y., McConney, P., Duncan, J., Ghofar, A., Gitonga, N., Mohamed, K., Samoilys, M., Symington, K. & Bourillon, L. 2016. Certification de la pêche dans les pays en développement : serrures et clés ou chevilles carrées dans des trous ronds ? *Recherche sur les pêcheries, 182 : 39—49.

Pêche durable UW. 2019. Base de données des projets d'amélioration des pêches Dans : Sustainable Fisheries UW [en ligne]. [Cité le 6 septembre 2019]. < http://sustainablefisheries-uw.org/databases/fishery-improvement-projects-database/ >

Teh, L., Caddell, R., Allison, E., Finkbeiner, E., Kittinger, J., Nakamura, K. & Ota, Y. 2019. Le rôle des droits de l'homme dans la mise en œuvre des fruits de mer socialement responsables. PLOS ONE, 14 (1) : e0210241.

Thomas Travaille, K., Crowder, L., Kendrick, G. & Clifton, J. 2019. Attributs clés liés à l'efficacité du Projet d'amélioration des pêches (PCIM) dans la promotion des améliorations vers la durabilité. Poisson et pêche, 20 (3) : 452—465.

Tolentino-Zondervan, F., Berentsen, P., Bush, S., Digal, L. & Oude Lansink, A. 2016. Prise de décision au niveau de la pêche pour participer aux projets d'amélioration des pêches (PCIM) pour le thon à nageoires jaunes aux Philippines. PLOS ONE, 11 (10) : e0163537.

ONU (Nations Unies) . 2014. Foire aux questions sur les Principes directeurs relatifs aux entreprises et aux droits de l'homme. New York, États-Unis, p. 29.

PNUD (Programme des Nations Unies pour le développement) . 2018. Indicateurs et indices du développement humain : Équipe de mise à jour statistique 2018. Washington, DC.

Van Holt, T., Weisman, W., Johnson, J., Käll, S., Whalen, J., Spear, B. & Sousa, P. 2016. Un outil SWIFT (Social Wellbeing in Fisheries Tool) pour aider à améliorer la performance des pêches. Durabilité, 8 (8) : 667.

Banque mondiale, FAO, ARD (Agriculture et Développement Rural) & Worldfish. 2012. La récolte cachée : la contribution mondiale des pêcheries de capturation. Washington, DC, Banque mondiale.

Processus pour les FIP

ÉtapeActivité0 — Identification du PCIM Identificationd'une pêche qui pourrait bénéficier d'un projet d'amélioration des pêchesAnalyse de la chaîne d'approvisionnement effectuée pour comprendre qui d'autre est impliqué dans la pêche et quel effet de levier de marché existe1 — Élaboration du PCIMÉvaluation de la performance environnementale de la pêcheDocument de détermination de la portée complété par un consultantProcessus de cartographie et de mobilisation des intervenants 2 — Lancement du PCIMConfirmation des participantsRéuniondes participants Élaboration du plan de travail- Objectifs- Liste des activités- Délégation des responsabilités- Calendrier et jalons engagés- Mesures et indicateurs clés de rendement- Budget connexePlan de travail rendu public3 — Mise en œuvre du PCIM Miseen œuvre des activités dans le plan de travailSuivi et rapport sur les progrèsCorrection du cours au besoin 4 — Amélioration des pratiques de pêche ou dela gestion Améliorations de la politique ou de la gestion ou modifications des pratiques de pêcheAugmentation des scores pour les indicateurs de rendement du SMC axés sur la gestion ou l'information 5 — Amélioration de l'eauAugmentation des scores pour les indicateurs de rendement du SMC axés sur les résultatsChangements vérifiables sur l'eau6—CertificationduSMC ( pour les PCIP complets seulement)Validation des améliorations apportées à la pêche au moyen du processus complet d'évaluation du SMC ; doit être effectuée par un organisme de certification accrédité

Source : Site Web CASS ; pour une version plus détaillée, http://solutionsforseafood.org/wp-content/uploads/2015/03/ Alliance-FIP-Guidelines-3.7.15.pdf.

Guide d'entrevue pour les entrevues du PCI Quelle est votre expérience avec le PCIM et/ou d'autres systèmes multipartites de gestion des pêches ?

Selon vous, quels aspects de l'approche du PCIM la distinguent des autres approches de gestion ?

Êtes-vous d'accord pour dire que l'approche du PCIM englobe tous les intervenants après récolte ? Pourquoi ?

L'approche du PCIM aide-t-elle les petits pêcheurs et les travailleurs de la pêche à améliorer leur position et leur position dans les chaînes de valeur de la pêche ?

Pensez-vous qu'il continuera de croître en popularité ? Pourquoi ?

Selon vous, quels sont les principaux défis de l'approche du PCIM ? L'approche du PCIM a-t-elle contribué à créer une organisation sociale solide ? Pourquoi ?

Quelles recommandations recommanderiez-vous aux décideurs pour accroître les avantages promis par l'approche du PCIM ?

*Source : Zelasney, J., Ford, A., Westlund, L., Ward, A. et Riego Peñarubia, éd. 2020. Assurer une pêche durable à petite échelle : présenter les pratiques appliquées dans les chaînes de valeur, les opérations post-récolte et le commerce. FAO sur les pêches et l'aquaculture Document technique No 652. Rome, FAO. https://doi.org/10.4060/ca8402en *


Food and Agriculture Organization of the United Nations

http://www.fao.org/
Loading...

Restez au courant des dernières nouveautés en matière de technologie aquaponique

Entreprise

  • Notre équipe
  • Communauté
  • Presse
  • Blog
  • Programme de parrainage
  • Politique de confidentialité
  • Conditions de service

Copyright © 2019 Aquaponics AI. Tous droits réservés.