common:navbar-cta
Télécharger l'applicationBlogFonctionnalitésTarificationAssistanceSe connecter
EnglishEspañolعربىFrançaisPortuguêsItalianoहिन्दीKiswahili中文русский

17.4.1 Maladies des poissons et prévention

Alors que les maladies des poissons causées par des bactéries, des virus, des parasites ou des champignons peuvent avoir un impact négatif important sur l'aquaculture (Kabata, 1985), l'apparition d'une maladie dans les systèmes aquaponiques peut être encore plus dévastatrice. Le maintien de la santé des poissons dans les systèmes aquaponiques est plus difficile que dans les RAS et, en fait, la lutte contre les maladies des poissons est l'un des principaux défis pour la réussite de l'aquaponie (Sirakov et al., 2016). Les maladies qui affectent les poissons peuvent être divisées en deux catégories : les maladies infectieuses et non infectieuses du poisson. Les maladies infectieuses sont causées par différents agents pathogènes microbiens transmis soit par l'environnement, soit par d'autres poissons. Les agents pathogènes peuvent être transmis entre les poissons (transmission horizontale) ou verticalement, par des œufs infectés (externes ou internes) ou par de la laitue infectée. Plus de la moitié des éclosions de maladies infectieuses en aquaculture (54,9 %) sont causées par des bactéries, suivies par des virus, des parasites et des champignons (McLoughlin et Graham, 2007). Souvent, bien qu'il n'y ait pas de signes cliniques ou de lésions, les poissons peuvent être porteurs d'agents pathogènes dans un état subclinique ou porteur (Winton, 2002). Les maladies des poissons peuvent être causées par des bactéries omniprésentes, présentes dans toute eau contenant un enrichissement organique. Dans certaines conditions, les bactéries deviennent rapidement des agents pathogènes opportunistes. La présence de faibles quantités de parasites sur les branchies ou la peau ne conduit généralement pas à des problèmes de santé importants. La capacité d'un agent pathogène à causer une maladie clinique dépend de l'interdépendance de six composantes principales liées au poisson et à l'environnement dans lequel il vit (état physiologique, hôte, élevage, environnement, nutrition et agent pathogène). Si l'un des composants est faible, cela aura une incidence sur l'état de santé du poisson (Plumb et Hanson, 2011). Les maladies non infectieuses sont habituellement liées à des facteurs environnementaux, à une alimentation inadéquate ou à des défauts génétiques (Parker, 2012). La gestion efficace de la santé des poissons passe par la prévention des maladies, la réduction de l'incidence des maladies infectieuses et la réduction de la gravité de la maladie lorsqu'elle survient. Éviter le contact entre le poisson sensible et un agent pathogène devrait être un objectif essentiel, afin de prévenir l'apparition d'une maladie infectieuse.

Trois mesures principales pour atteindre cet objectif sont les suivantes :

  • Utilisation d'un approvisionnement en eau sans agent pathogène.

  • Utilisation de stocks certifiés exempts d'agents pathogènes.

  • Attention stricte à l'assainissement (Winton 2002).

La mise en œuvre de ces mesures réduira l'exposition des poissons aux agents pathogènes. Cependant, il est pratiquement impossible de définir tous les agents susceptibles de causer des maladies dans le milieu aquatique et de prévenir complètement l'exposition de l'hôte à des agents pathogènes. Certains facteurs, comme le surpeuplement, augmentent la sensibilité des poissons à l'infection et à la transmission des agents pathogènes. Pour cette raison, de nombreux agents pathogènes qui ne causent pas de maladies chez les poissons sauvages peuvent provoquer des épidémies avec des taux de mortalité élevés dans les systèmes de production de poissons à forte densité. Pour éviter cela, le niveau d'infection des poissons en aquaponie doit être constamment surveillé. Le maintien de la biosécurité en aquaponie est important non seulement d'un point de vue économique, mais aussi pour le bien-être des poissons. L'apparition de tout agent pathogène du poisson dans un espace restreint et dans une forte densité de population constituera inévitablement une menace pour la santé des poissons, tant pour les individus qui sont touchés par l'agent pathogène que pour ceux qui n'en sont pas encore affectés.

L'objectif de la biosécurité est la mise en œuvre de pratiques et de procédures qui réduiront les risques de :

  • Introduction d'agents pathogènes dans l'installation.

  • Propagation d'agents pathogènes dans toute l'installation.

  • Présence de conditions susceptibles d'accroître la sensibilité à l'infection et à la maladie (Bebak-Williams et al., 2007).

Pour atteindre cet objectif, il faut élaborer des protocoles de gestion pour empêcher que des agents pathogènes spécifiques ne pénètrent dans le système de production. La quarantaine est un élément important de biosécurité pour la prévention du contact avec des agents infectieux et elle est utilisée lorsque les poissons sont déplacés d'une zone à l'autre. Tous les poissons nouvellement acquis sont mis en quarantaine avant d'être introduits dans des populations établies. Les poissons en quarantaine sont isolés pendant une période donnée avant leur mise en contact avec une population résidente, de préférence dans une zone distincte dotée d'un équipement spécialisé (Plumb et Hanson, 2011). Les nouveaux poissons restent en quarantaine jusqu'à ce qu'ils soient exempts de maladies. Dans certains cas, il est conseillé de mettre en quarantaine les nouveaux poissons dans un réservoir d'isolement pendant 45 jours avant de les ajouter au système principal (Somerville et al., 2014). Pendant la quarantaine, les poissons sont surveillés pour déceler les signes de maladie et échantillonnés pour déceler la présence d'agents infectieux. Des traitements prophylactiques peuvent être initiés pendant la période de quarantaine afin d'éliminer les charges initiales de parasites externes.

Pour la prévention des maladies, certaines mesures sont recommandées pour réduire les facteurs de risque :

  • Administrer des vaccins commerciaux contre divers agents pathogènes viraux et bactériens du poisson. Les voies d'application les plus courantes sont par injection, immersion ou nourriture.

  • Les souches de poissons qui sont plus résistantes à certains agents pathogènes du poisson. Même si Evenhuis et al. (2015) signalent que des souches de poissons présentant une résistance simultanée accrue à deux maladies bactériennes (columnaris et maladie bactérienne de l'eau froide) sont disponibles, il existe des preuves qu'une sensibilité accrue à d'autres agents pathogènes peut survenir (Das et Sahoo, 2014 ; Henryon et al., 2005).

  • Prendre des mesures préventives et correctives pour prévenir le stress chez les poissons. Étant donné que de multiples facteurs de stress sont présents à chaque étape de la production aquaponique, l'évitement et la gestion du stress par la surveillance et la prévention minimisent son influence sur la santé des poissons.

  • Évitez la densité d'ensemencement élevée, ce qui provoque un stress et peut augmenter l'incidence de la maladie même si d'autres facteurs environnementaux sont acceptables. En outre, une densité élevée de stockage augmente la possibilité de lésions cutanées, qui sont des sites de diverses entrées pathogènes dans l'organisme.

  • Éliminer régulièrement les contaminants de l'eau (aliments non consommés, matières fécales et autres matières organiques particulaires). Les poissons morts ou mourants devraient être enlevés rapidement, car ils peuvent constituer des sources potentielles de maladies pour le stock restant et servir de lieu de reproduction pour les autres, ainsi que l'encrassement de l'eau lors de la décomposition (Sitjà-Bobadilla et Oidtmann, 2017).

  • Désinfecter tous les équipements utilisés pour le nettoyage des bassins et la manipulation des poissons. Après une désinfection adéquate, tout l'équipement doit être rincé à l'eau claire. Il est recommandé d'utiliser des bains de pieds et de se laver les mains avec du savon désinfectant à l'entrée et à l'intérieur des bâtiments. Ces étapes réduisent directement le potentiel de propagation d'agents pathogènes (Sitjà-Bobadilla et Oidtmann 2017). Certains produits chimiques utilisés comme désinfectants (comme le chlorure de benzalkonium, la chloramine B et T, les iodophores) sont efficaces pour la prévention des maladies.

  • Administrer des additifs alimentaires et des immunostimulants pour améliorer la santé et réduire les effets des maladies. Ces régimes contiennent divers ingrédients importants pour améliorer la santé et la résistance aux maladies (Anderson, 1992 ; Tacchi et al., 2011). Il existe une large gamme de produits et de molécules, y compris les produits végétaux naturels, les immunostimulants, les vitamines, les micro-organismes, les acides organiques, les huiles essentielles, les prébiotiques, les probiotiques, les synbiotiques, les nucléotides, les vitamines, etc. (Austin et Austin 2016 ; Koshio 2016 ; Martin et Król 2017).

  • Séparer les poissons par âge et par espèce pour prévenir les maladies, car la sensibilité à certains agents pathogènes varie en fonction de l'âge et certains agents pathogènes sont spécifiques à certaines espèces de poissons. En général, les jeunes poissons sont plus sensibles aux agents pathogènes que les poissons plus âgés (Plumb et Hanson, 2011).

Le maintien de la santé des poissons en aquaponie exige une gestion adéquate de la santé et une attention continue. La meilleure santé des poissons est assurée par des mesures de biosécurité, une technologie de production adéquate et des pratiques de gestion de l'élevage qui permettent des conditions optimales. Comme nous l'avons mentionné, l'évitement par des conditions d'élevage optimales et des procédures de biosécurité est le meilleur moyen d'éviter les maladies des poissons. Cependant, invariablement, un agent pathogène peut apparaître dans le système. La première et la plus importante action consiste à identifier correctement l'agent pathogène.

17.4.2 Diagnostic de la maladie (identification des poissons malades)

La reconnaissance précoce des poissons malades est importante pour maintenir la santé de l'unité aquacole dans le système aquaponique. Un diagnostic précis et une réponse rapide permettront d'arrêter la propagation de la maladie à d'autres poissons, réduisant ainsi les pertes.

L'examen des poissons vivants commence par observer leur comportement. Une observation quotidienne constante et attentive permet une reconnaissance précoce des poissons malades. En règle générale, les poissons doivent être observés avant, pendant et après l'alimentation.

Les poissons sains présentent des mouvements de natation rapides et énergiques et un fort appétit. Ils nagent selon des modèles normaux propres à l'espèce et ont une peau intacte sans décoloration (Somerville et al., 2014). Les poissons malades présentent divers changements de comportement, avec ou sans changement visible de l'apparence physique. L'indicateur le plus évident de détérioration de la santé des poissons est la réduction (cessation) de l'activité alimentaire, habituellement à la suite d'un stress environnemental et/ou d'une maladie infectieuse/parasitaire. Le signe le plus évident de maladie est la présence d'animaux morts ou mourants (Parker, 2012 ; Plumb et Hanson, 2011).

Les changements de comportement chez les poissons malades peuvent inclure la nage anormale (nage près de la surface, le long des côtés du réservoir, surpeuplement à l'entrée d'eau, tourbillonnements, torsions, fléchettes, nage à l'envers), les clignotants, les rayures sur le fond ou les côtés du réservoir, les mouvements exceptionnellement lents, la perte d'équilibre, la faiblesse, pendre apathique sous la surface, couché sur le fond et haletant à la surface de l'eau (signe de faible niveau d'oxygène) ou ne pas réagir à des stimuli externes. En plus des changements de comportement, les poissons malades présentent des signes physiques qui peuvent être observés à l'œil non assisté. Ces signes grossiers peuvent être externes, internes ou les deux et peuvent inclure une perte de masse corporelle ; une distension abdominale ou hydropisie ; une déformation de la colonne vertébrale ; un assombrissement ou un éclaircissement de la peau ; une augmentation de la production de mucus ; des zones décolorées sur le corps ; des érosions, des ulcères ou des plaies ; des lésions des nageoires ; une perte d'écailles ; des kystes ; des kystes ; des kystes ; des kystes ; des tumeurs ; des tumeurs sur le corps ou les branchies ; hémorragies, en particulier sur la tête et l'isthme, dans les yeux et à la base des nageoires ; yeux bombés (pop-eye, exophtalmie) ou endophtalmie (yeux enfoncés). Les signes internes sont des changements dans la taille, la couleur et la texture des organes ou des tissus, l'accumulation de liquides dans les cavités corporelles et la présence de formations pathologiques telles que des tumeurs, des kystes, des hématomes et des lésions nécrotiques (Noga 2010 ; Parker 2012 ; Plumb et Hanson 2011 ; Winton 2002).

En cas de soupçon de détérioration de la santé des poissons, la première étape consiste à vérifier la qualité de l'eau (température de l'eau, oxygène dissous, pH, niveaux d'ammoniac, de nitrite et de nitrate) et à réagir rapidement à tout écart par rapport à la plage optimale. Si la majorité des poissons du bassin présentent un comportement anormal et présentent des signes non spécifiques de maladie, il y a probablement un changement dans les conditions environnementales (Parker, 2012 ; Somerville et al., 2014). La faible teneur en oxygène (hypoxie) est une cause fréquente de mortalité des poissons. Les poissons dans l'eau à faible teneur en oxygène sont léthargiques, se rassemblent près de la surface de l'eau, haletent pour l'air et ont une pigmentation plus brillante. Les poissons mourants présentent une respiration agonale, la bouche ouverte et l'opercule évasée. Ces signes sont également évidents dans les carcasses de poissons. Des niveaux élevés d'ammoniac provoquent une hyperexcitabilité avec des spasmes musculaires, l'arrêt de l'alimentation et la mort. L'écart chronique par rapport aux niveaux optimaux entraîne une anémie et une diminution de la croissance et de la résistance aux maladies. Les poissons empoisonnés au nitrite présentent des changements comportementaux caractéristiques de l'hypoxie avec des branchies brunes ou bronzées pâles et du sang brun (Noga, 2010).

Lorsque peu de poissons présentent des signes de maladie, il est impératif de les enlever immédiatement afin d'arrêter et de prévenir la propagation de l'agent pathogène aux autres poissons. Dans les premiers stades d'une éclosion de maladie, en général, seuls quelques poissons présenteront des signes et mourront. Dans les jours suivants, le taux de mortalité journalière augmentera progressivement. Les poissons malades doivent être soigneusement examinés afin de déterminer la cause. Seules quelques maladies du poisson produisent des signes comportementaux et physiques pathognomoniques (spécifiques à une maladie donnée). Néanmoins, une observation attentive permettra souvent à l'examinateur de réduire la cause aux conditions environnementales ou aux agents pathogènes. En cas d'éclosion de maladie grave, il faut communiquer immédiatement avec un vétérinaire ou un spécialiste de la santé du poisson pour obtenir un diagnostic professionnel et des options de prise en charge de la maladie. Pour résoudre le problème de la maladie, le diagnosticien aura besoin d'une description détaillée des signes comportementaux et physiques des poissons malades, d'un relevé quotidien des paramètres de qualité de l'eau, de l'origine du poisson, de la date et de la taille du poisson au moment de l'ensemencement, du taux d'alimentation, du taux de croissance et de la mortalité quotidienne ( Parker 2012 ; Plumb et Hanson 2011 ; Somerville et al. 2014).


Aquaponics Food Production Systems

Loading...

Restez au courant des dernières nouveautés en matière de technologie aquaponique

Entreprise

  • Notre équipe
  • Communauté
  • Presse
  • Blog
  • Programme de parrainage
  • Politique de confidentialité
  • Conditions de service

Copyright © 2019 Aquaponics AI. Tous droits réservés.